Avertir le modérateur

20/08/2009

La Traite des noirs maltraitée par des noirs

19740385.jpgLivre: Traite des blancs, Traites des noirs
L'harmattan

Il est rare que votre Feuille de Manioc reprenne in extenso un article paru sur le ouaibe. Notre habitude étant plutôt de reprendre un extrait où viendront s’accrocher nos irréductibles malveillances qui n’ont souvent rien à voir avec les intentions de l’auteur initial, pourvu que notre fiel trouve-là l’occasion d’exprimer sa toxicité. Dans cette époque de gens bons et vertueux, nous réclamons d’être méchants ce qui est à nos yeux flatteurs. Après de telles incises inspirée par le diable, il faut au moins Satan pour rendre compte de notre existence, on a généralement le plaisir de renvoyer le vagabondinaute en ces lieux, vers les errances toutes incertaines du ouaibe. La question posée hier à travers les Traites arabo-musulmanes nous conduit à déroger à ces principes éditoriaux et à reproduire ci-dessous un texte de M. Poumier, lectrice de Rosa Amelia Plumelle Uribe.

Hier nous avons attiré votre attention sur les dégâts que pouvait engendrer le dégoût de soi. La lecture sous hypnose de l’histoire des Traites négrières a refait surface par le biais inattendu de la Déclaration de Tozeur fondée sur de bons sentiments. Son objet n’est pas contestable. Sa finalité n’est pas exempte de calculs inavouables. Le résultat est qu’il aura suffit si peu pour que le site de www.idee-jour.fr s’engouffre, sciemment ou inconsciemment peu importe, dans la brèche d’une lecture clandestine de l’histoire dont la vocation est de dégager les Etats occidentaux de leur responsabilité dans le commerce infâme des noirs à partir de 1492 pour faire rond. Preuve de la perversité de ce matériau que des intellectuels manipulent en méconnaissance de cause.

Nous vous invitons donc à prendre connaissance du point de vue d’une lectrice qui vous donnera peut-être envie d’aller plus loin en lisant Rosa Amelia Plumelle-Uribe.

Traite des blancs, traites des noirs Livre
Auteur: Rosa Amelia Plumelle-Uribe, l'Harmattan, octobre 2008, 230 p.

Un article écrit par Maria Poumier

Sur l'origine de l'humanité, faute de la moindre science, on ne doit s'appuyer que sur la phylogenèse de nos mythes fondateurs. Ainsi, au lieu d'en rester à l'histoire médusante de la pomme et du serpent, qui fait que l'on soupçonne Dieu de malveillance imméritée en nous interdisant les fruits de l'arbre de la science, on devrait plutôt écouter sa conscience, et reconnaître que c'est le crime de cannibalisme contre nos semblables qui nous rassemble tous dans l'humanité pécheresse et à juste titre chassée du paradis. Comme les rats, comme les cochons, mais de façon bien plus systématique qu'eux, ce qui nous a rendus plus forts que d'autres espèces animales c'est que nous ne reculons pas devant le crime contre nos frères, et que c'est même notre nourriture hallucinogène, notre drogue vitale.

Lire la suite

19/08/2009

Des intellectuels se penchent sur les traites négrières de l’Islam

glissant2-1039c.jpgPassé inaperçu, mais grossier...

Il est relevé un article qui fera assurément jaser, et pour cause, à juste titre. «Des intellectuels nous est-il annoncé, se penchent sur les traites négrières de l’Islam». A la Feuille de Manioc nous adorons cet adjectif "intellectuel" qui prédispose une indiscutable autorité sur la vérité émanant on ne sait d’où. Mais passons, ce n’est qu’une des permanences de notre manière, somme toute très culturelle, d’appréhender l'ordre et donc, la vérité. L’autorité de ces travaux, semble nous suggérer l’article ci-dessous, ne vaut pas tant à leur contenu, c’est accessoire dans la présentation qui est faite. L'autorité se réfère à  ceux qui énoncent la vérité en question qu’on présente tout de suite comme étant «taboue» ou plus loin, «sensible». En l’occurrence, s’agissant des véridiciteurs autoritaires, on compte l’Edouard Glissant, «poète martiniquais, et philosophe de la complexité créole». A tes souhaits… Comme si la philosophie était seulement possible sans complexité à dénouer, sans pelote à simplifier. Donc notre martiniquais Edouard, on aurait aussi pu préciser le «noir Edouard» tant l’idée traîne en filigrane du texte, donc le «noir» est flanqué de deux «arabes» pour consolider cette autorité, et redonner de l’épaisseur aux thèses de devinez qui? Aux âneries d’Olivier Pétré-Grenouilleau. Et revoilà l’universitaire de province.

A s’en tenir là, il conviendrait d’admettre que cette vérité dont on ne nous a toujours pas avoué de quoi elle est l'enjeu, et de quelle  immondice elle est le tabou qu’il ne faudrait à aucun prix remuer, cette vérité-là serait donc, il faut l'admettre, essentiellement statutaire, le sort de la chose dite étant fonction du poète nègre et de l’islamiste arabe et repenti qui l’énoncent de conserve. Ouf! Vertu de statut qui donne au recyclage paresseux de la thèse idiote de la Grenouille de Province, une valeur probante. Allons boire un coup de jaja ça vaut mieux… On vous a déjà expliqué que concernant la névrose raciale et les pathologies qui en émanent, le fait d'être noir ne préparait pas, par principe à l'intelligence, ce dont il faut conclure que le fait d'être arabe n'absout pas de conneries sur les arabes. Au contraire. Prendre un noir pour taper sur les noirs et un arabe pour casser de l'arabe a en soi une efficacité ustensile dans le champ politique.  La gadoue ci-dessous interroge-t-elle pas , in fine, les effets escomptés d'une représentation tronquée de cette histoire-là sur nos banlieues? "Quels sont les effets de ce silence mémoriel sur les société arabes et sur les hériter de cette histoire dans les banlieues d'Europe?" Au détour d'une phrase, les dessien de petites conspirations de fumiers...

Louis Sala Molins, un philosophe, un vrai, libre et qui n'a rien d'un esclave, vous a déjà la différence juridique entre ces statuts.

La bêtise crasse

Comment peut-on à ce point confondre contour et alentour. En quoi la Traite arabe, et plus précisément la traite islamo arabe serait-elle taboue? Elle n’est pas suffisamment étudiée, donc établie, c’est un fait qu’il convient de corriger. On ne voit pas le tabou. Dans le volume? Entre 17 millions et 20, 30 et 50 et plus pourquoi pas. De toutes façon ça fait une belle jambe à ceux qui sont morts. Le problème n’est  évidemment pas dans l'arithmétique macabre. Le problème est dans la différence qui se trahit y compris dans le texte ci-dessous malgré son auteur. Il est dit en dérapage, que la Traite arabo-musulmane fut «une entreprise massive d’asservissement des non-musulmans». Tu l’as dit bouffi! Ca n’excuse rien, cependant c’est fondamentalement différent de La traite Atlantique qui fut une entreprise de réification du nègre parce que non-humain, et parce que noir. On ne naît pas musulman, on naît noir. On peut changer de religion et adopter celle des vainqueurs, la preuve, ce milliard de noirs chrétiens et musulmans, on reste cependant enfermé dans sa couleur de naissance dès lors que le connard d'en face décide d'écrire l'histoire à partir de la race, depuis Christophe Colomb jusqu'au discours de Dakar en passant par Rousseau, Hegel et tous les autres connards qui  ont noirci  des pages entères sur ce nègre à civiliser, une fois qu'on lui avait reconnu un peu d'humanité. Tu piges? Non c’est trop compliqué pour être entendu de la haine de soi, et au surplus, il fait décidément trop noir là-dedans pour y voir quelque chose. On va donc tenter une explication pour les neu neu qui votent la Grenouille de Province. Mettons,que par extraordinaire, e bloc occidental avait massivement asservi l’URSS au nom des idées capitalistes. Il n’y aurait eu aucune différence fondamentale entre la Traite arabo-musulmane et cet asservissement idéologique. Pigé? Toujours pas? Dans ce cas va te gratter. Tu es perdu pour l'esprit...

Dans le cas de la Traite Atalantique, la portée de la déhumanisation est ontologique. Les négros sont exclus de l’humanité parce que noirs, limite des singes. Autre différence de taille avec la Traite arabo musulmane, les descendants de ces négros-là, où qu'ils se trouvent sur cette planète et qu'importe Obama, sont captifs de ce regard-là qui fait d'eux des êtres servile par naissance. Nos nounous, nos balayeurs, nos colonisés, ceux qui torchent le derche de nos viocques qu’on abandonnent honteusement dans les mouroirs de banlieues, ces négros sont encore pris dans le vaste mouvement de domination philosophique, donc juridique, économique et culturel qui a façonné notre civilisation, autant dire ce que nous sommes toujours et encore. Or, on a peine à rappeler à ces véridiciteurs de sous-préfecture que le Califat n'existe plus et que les noirs plus sous le joug arabe. Cela suffira-t-il aux apprentis intellectuels qui réfléchissent à temps partiel? Non leur dégoût de soi qu'il reconvertissent en haine de l'autre pour lui survivre est trop fort. Il continueront... LFDM.

Des intellectuels se penchent sur les traites négrières de l’Islam

Le poète martiniquais, et philosophe de la complexité créole, a co-signé La Déclaration de Tozeur avec deux historiens tunisiens. Pour rappeler que les pays arabo-musulmans ont leur part d’ombre et d’horreur dans les traites négrières, avec 17 millions de déportés.

Du VIIème au XXème siècle, La « traite orientale » (pays arabes) aurait déporté, au bout du compte, 17 millions d’esclaves Noirs. Est-ce le trafic en volume le plus important du commerce négrier ? La « traite Atlantique » (Europe), celle qui concerne la déportation des Noirs en Amérique, la plus connue aussi par sa planification et sa logistique pré-industrielle, aura déporté 15 millions de personnes. Les traites internes à l’Afrique pré-coloniale quant à elles seraient responsables du déplacement forcé de 14 millions d’esclaves. L’orientaliste Bernard Lewis le notait déjà : « l’esclavage en terre d’islam reste un sujet à la fois obscur et hypersensible, dont la seule mention est souvent ressentie comme le signe d’intentions hostiles. » Les temps changeraient-ils ?

Lire la suite

09/05/2009

Commémoration du 10 mai: noirs de France?

362px-Cicatrices_de_flagellation_sur_un_esclave.jpg

De l'esclavage à la servitude volontaire

Chaque année le 10 mai, on commémore ceux que la Nation réduisit à l’état de biens meubles, cessibles et pour peu cher la vie. Le philosophe Louis Sala-Molins a établi avec brio et de manière irréfutable, en dépit de la bêtise crasse de Pétré Grenouilleau que les racistes-humanistes plébiscitent, combien cette relégation juridique en deçà de l’humain est sans équivalent dans l’histoire de l’humanité. Concurrents victimaires courez comme vous voudrez, votre fabrique à fonds ne parviendra jamais à sonder cette limite aux tréfonds du non-être. En ce jour où la République se souvient, l’esprit est las, et n’a même pas envie de dire aux compétiteurs victimaires qu’aucune expérience ne fut plus abjecte. Aucun intérêt à la course au plus malheureux. Caliméro ça suffit! Il ne sert à rien d’être au top de l’inhumanité, à se disputer une place entre la basse-cour et les matériaux de construction. Seuls les vainqueurs de l’histoire ont quelque motif d’orgueil ou de satisfaction… Tant qu’on survit à ce qui a fait de notre expérience quelque chose de monstrueux.

Non! Décidément il n’y a aucune gloire à être un perdant de l’histoire sauf, pour les faux perdants, à en tirer prébendes. Or c’est indéniable que les descendants d’esclaves noirs ne tirent de leurs positions discriminées, aucun avantage du fait que leurs ancêtres furent traités en biens meubles au titre du patrimoine domanial. Ca se saurait, ils seraient puissants, ils seraient visibles, non pas à la mode de la fumisterie du Cran, par la couleur de la peau, ils n’en ont que foutre de se savoir noirs, ils n’ont pas envie de compter comme tels, ne demandent pas à être comptés comme tels, surtout par des félons qui ne rêvent que de les vendre au moins disant, ils sont tout court des êtres semblables aux autres. Comme noirs, ils ne se réveillent pas le matin avec cette propriété en tête. Une obsession de racistes. Seuls les racistes et leurs miroirs utiles, les Patrick Lozès, Dominique Sopo et consorts leur rappellent qu’ils sont noirs. Ils se réveillent et se couchent. Se réveillent et se couchent. De nos jours surtout se couchent… Si ceux-là restaient debout à l’image de ceux qui vainquirent l’esclavage, Delgrès, Toussaint Louverture, Solitude…, s’ils restaient debout sans abdiquer la dignité de leurs ancêtres, ceux-là qui se prévalent et qu’aucun mandat n’autorise, alors ça se saurait.

Les noirs seraient puissants, les noirs seraient visibles, non pas comme noirs, mais comme quiconque, parce qu’ils occuperaient l’espace dû à chacun à raison de ce qu’il fait. Or les noirs sont faibles, battus, exploités, faméliques, mendiants, prostitués. Ils sont faibles c’est pour cette raison que dimanche 10 mai, jour consacré par la République en mémoire de l’esclavage, les noirs commémoreront dans la dispersion, leurs ancêtres auxquels on dénia jusqu’à l’humanité.  Leurs prétendus leaders à Paris sont occupés à entrer dans une loge maçonnique pour être enfin des parvenus. LDFM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu