Avertir le modérateur

02/05/2009

Hadopi, la connexion de députés UMP coupée

43731_lionel_tardy_img.jpg

Rome n'est plus dans Rome, fronde chez les réac'

L’hebdomadaire de la droite réactionnaire Le point.fr, qui devrait nous reverser des royalties pour être lu par nous, rapporte les états d’âme de la majorité UMP, pas tout à fait aux ordres sur la loi Hadopi. Ca grogne du côté des parties présidentielles. Récemment, nous relations déjà la sortie de Franck Marlin, le remuant député de l’Essone, qui se disait fier d’être un « pantin » en guise réponse de la bergère au coup de bâton de berger de l’Empereur, qui avait ainsi qualifié ses supporters du Parlement.

L’ingrat! Rappelons que suite au coup de flibuste d’un quarteron de socialos, planqués comme des gamins derrières les tentures du Palais Bourbon, et sortis de nulle part au moment du vote, la loi Hadopi-Présidentielle-des-Grandes-Major avait été repoussée. Nicolas fut la risée de l’actualité. Un camouflet pour le mari de Carla qui au même moment arrosait entre amis l’adoption par le Parlement de cette nouvelle Police sur Internet. Lorsqu’après il a appris le fiasco, il paraît qu’il s’est mis rouge-colère. Depuis d’autres Députés UMP font savoir leur désaccord et découvrent étrangement qu’on leur a coupé leur connexion. Un avant-goût d’Hadopi? LFDM.

HADOPI - Les députés UMP anti-Hadopi privés de parole

«Alors que les débats sur la loi antipiratage reprennent à l'Assemblée nationale, des députés UMP opposés au projet de loi se plaignent de ne pas avoir la parole. Plusieurs députés UMP hostiles au projet de loi "Création et Internet" ont accusé leur groupe de les avoir privés de temps de parole pendant la discussion générale sur ce texte, qui devait reprendre aujourd'hui 29 avril après avoir été rejeté en début de mois. "On verra si on nous rétablit notre connexion d'ici lundi", a ironisé Lionel Tardy (Haute-Savoie) dans les couloirs de l'Assemblée.

"Je me suis donc fait suspendre ma connexion au micro"
Sur son blog , il explique s'être inscrit "par précaution dès la semaine dernière auprès du groupe UMP pour intervenir". "N'ayant pas de nouvelles, je me suis rapproché du service de la séance en fin de matinée, qui m'a appris que ma demande n'avait pas été retenue par le groupe UMP, faute de temps de parole suffisant." C'est en effet le groupe parlementaire qui attribue son quota de temps de parole à ses membres, selon ses priorités : il est évident que l'UMP est réticent à céder ce précieux temps à des opposants au projet de loi du gouvernement. "Je me suis donc fait suspendre, sans avertissement... ma connexion au micro de la tribune de l'Assemblée. Un avant-goût de la loi Hadopi?", s'interroge-t-il. Lionel Tardy votera contre le texte. Dans un communiqué, son collègue Christian Vanneste (Nord) a, lui aussi, protesté dans les mêmes termes. "J'espère que ma connexion sera rétablie sous peu pour que je puisse m'exprimer sur ce texte", a-t-il déclaré. Autre opposant déclaré au texte au sein du groupe UMP, Alain Suguenot (Côte-d'Or) ne figurait pas non plus mercredi dans la liste des intervenants dans la discussion générale
Source Le Point.fr.

30/04/2009

Hadopi: et que fait-on de l'Etat de droit?

Nos libertés à Pétaouche et à Tataouine-lès-Bains

De bonnes âmes se sont émues que Lalanne pose la question de l’Etat de droit en France. Et le reître Besson de s’indigner à chaude gorge. Comment ça nous? C’est insultant! Nous la patrie des droits de l’Homme? Ce ne sont pourtant pas les cas qui manquent. Hadopi est une loi liberticide à plusieurs égards, c’est ce que montre le sujet diffusé par le site Backchich-tv que nous vous donnons à voir.

Au premier point et qu’importent les contorsions précautionneuses, le fait qu’une autorité administrative soit dotée d’un pouvoir de sanction sur une liberté d’accès à l’information et à la communication, au point de la suspendre à discrétion, étant indifférent que l’intéressé ait été prévenu on s’en bat les couilles, étant donné l’excès de ce pouvoir, Hadopi est contraire au régime d’un Etat de droit. Y a pas à tortiller et foin de tempérament. Les libertés ne sont pas sécables.

En second lieu, on apprend au fil de ce sujet que la faillibilité technologique du dispositif serait pire que les radars qui adressent des PV à des personnes décédées. Craquer une adresse IP étant à portée de n’importe quel jeune gougnafier épris d’informatique et pour autant, de téléchargement,  s’il venait à l’esprit de votre jeune voisin de 16 ans, tatoué et nez percé,  de pirater les dernières hanches chaloupées de Beyoncé après un pète en ayant sauté la  clef WEP  de votre réseau Wi-Fi, et en se faisant passer pour vous, si ensuite la maréchaussée Hadopienne vous tombait dessus, la charge de votre innocence pèserait sur vous. Démerde-toi Marcel! Bonjour l'Etat de droit...

Présumé coupable: démerde-toi pour prouver ton innocence

Comment alors prouver sa bonne foi? Les névrosés de la répression n’y ont pas réfléchi. C’est votre problème, ils n’en ont rien à carrer. Pour ce gouvernement, il faut que le capital se fasse du fric et que les riches soient encore plus riches. Parce qu’il est démontré que cette loi Hadopi n’est faite ni pour protéger les artistes dont les revenus n’ont pas cessé de croître depuis 2001 en dépit de la vulgarisation d’Internet et du phénomène Peer to Peer qui l’a accompagné, ni pour défendre la culture. C’est l’autre enseignement de ce sujet qui jette une lumière crue sur le ralliement à cette loi du décati Jack Lang qui peine à maquiller sa conversion au sarkozysme de rente et dont le déclin fait peine à voir.

Toujours la même question: comment alors prouver sa bonne foi? Si si, il y a bien une solution. Mais elle est encore plus liberticide. Vous installez un logiciel du gouvernement sur votre machine dont nul ne sait rien pour l’heure, et dans ce cas seulement vous n’avez pas à prouver votre innocence. Mais l’organisation orwellienne aura la main sur votre ordinateur, et par suite, sur vos faits et gestes, vos infidélités, vos oublis fiscaux, votre état de santé.

Va pas falloir ciller. Et toujours pas de magistrat, juste une autorité administrative. Eh bien n’en déplaise aux prostituées de l’ordre liberticide et aux névrosés de la répression qui feraient mieux de se cirer le jonc au lieu de nous faire caguer, nous à la Feuille de Manioc nous appelons ça la Guépéou. Un régime totalitaire. Alors le Nulleau ne croyait pas si bien conseiller à Lalanne de demander asile à Pyongyang. Le pays se barre en sucette. Dormons bien on s’occupe de nos affaires… LDFM.

17/04/2009

La préséance législative d'Hadopi sur l'inceste

b-164-darcos.1207669048.jpgVioler sa fille serait moins grave que télécharger une vidéo

Sous un titre légèrement différent, il nous semble important de devoir publier à nouveau le billet "Hadopi est plus urgent que l'inceste" suite à des difficultés d'affichage de la version initiale indépendantes de notre volonté.

Suites de l'affaire Hadopi et relations d'ordre

L’analyse des priorité sociétales et répressives s’est encore précisée ce matin (donc  le 15.04.09) chez Bourdin-Réac, le blablateur de BFM-TV et radio, qui flatte le sentiment populiste chez les déjà-imbéciles qui n’en demandaient pas tant. Une fois de plus, Xavier Darcos a affiché sa circonspection quant à s’occuper des couches familiales. Ce ne sont pas nos affaires dit-il en substance. Il est d’ailleurs fidèle à sa pensée. Rions un peu et souvenons-nous de ses propos sur la maternelle (voir vidéo ci-dessous), c’était en juillet 2008: «est-ce qu'il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits délégués par l'Etat, que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches?» Il faut donc laisser les parents s’occuper du pipi des enfants et ne pas se mêler des couches familiales. Source.

Etait-ce aussi ce qu’il fallait deviner de ses propos ce matin sur l’inceste? Nous n’irons pas jusque-là, Darcos ayant fait preuve d’une défausse beaucoup plus grave. S’agissant de la substitution d’Hadopi au texte visant à pénaliser l’inceste, notre Ministre et pas n’importe lequel, de l’éducation s’il vous plait, a rien moins jugé opportun d’apporter une réserve sur la propension actuelle visant à encadrer par une loi chaque comportements déviants. On finira par se retrouver avec un catalogue à ne plus savoir manier a-t-il ajouté en substance. Les Ministres de Sarkozy sont des drôles. A les entendre on se demande parfois s’ils savent où ils habitent et où ils travaillent. Qui donc produit deux à trois lois par an sur la délinquance juvénile, quatre à cinq lois sur l’immigration et rien sur la délinquance en cols blancs, les délits industriels et les crimes financiers? C’est le Royaume-Uni peut-être… N’importe quoi!

Erections nationales d'ours mâles-léchés

Il reste que l’inceste est, comme le racisme, les violences conjugales et la pédophilie, un tabou qui traverse notre société et concerne donc l’élite qui nous dirige au sein des associations et des syndicats, des entreprises, des partis, des pouvoirs locaux, régionaux, nationaux… Partout. Certains se sont étonnés que l’inceste ne figure déjà pas comme délit au sens de la loi pénale. Les benêts! C’est ignorer l’étendue du pouvoir masculin dans ce qu’il agit sur la base du vice comme vertu. L’identité mâle est ici en cause et ce n’est point caricaturer les choses que d’affirmer que c’est en raison précise de cela que la représentation nationale s’en bat les couilles. Lorsqu’il s’était agit de donner l’autorisation de mise sur le marché AMM au viagra pour doper... les couilles justement de nos mâles-élus, ils ont réagit avec beaucoup plus de célérité. Dans ce contexte, il ne faut guère s'étonner que violer sa fille soit quasiment un acte de bravoure. LFDM

Darcos, la maternelle et les couches par rue89

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu