Avertir le modérateur

24/05/2009

Un Afro-Américain à la tête de la Nasa

Noir spatial (anglophone) contre noir abyssal (francophone)

Capté sur le site-ouiabe dela Radio de propagande françafricaine RFI le 24 mai 2009, «un noir noir» selon la nuance rendue célèbre par Muriel Robin vient d’être nommé à la tête de la NASA.

«Le général des Marines à la retraite Charles Bolden, 62 ans, a été nommé par le président Barack Obama à la tête de la Nasa. Une nomination qui vient couronner une longue carrière de cet ancien astronaute.»

«Né en Caroline du Sud, en 1946, Charles Bolden a grandi dans un Etat où les Noirs américains étaient victimes de ségrégation. C'est l'armée qui lui permettra de s'en sortir. Il étudie dans la plus prestigieuse école navale des Etats-Unis, en sort président de sa promotion et fait ses armes au Vietnam, au Laos et au Cambodge, où il effectue plus de 100 sorties aériennes. Charles Bolden décide alors de voler plus haut et plus loin : il rejoint la Nasa en 1980 et devient astronaute. Sa première sortie, il la fait à bord de la navette Columbia. Il pilotera ensuite Discovery.»

Un poste prestigieux
«Charles Bolden repassera par le corps des Marines pendant quelques années au rang de major général et de commandant des forces américaines au Japon. Il occupe ensuite de hautes fonctions au sein de la Nasa, en tant qu'administrateur adjoint au siège de l'agence à Washington. Charles Bolden s'apprête désormais à prendre la tête de l'agence spatiale américaine. Un poste prestigieux qu'il obtient en des temps difficiles, alors que la Nasa manque d'argent et que le public montre un certain désintérêt pour les questions spatiales.
» Source RFI-Prada.

Comment Charles Bolden a-t-il pu faire pour parvenir si haut, si loin, sans le lobbying pré-maffieux du Cran? Comment a-t-il pu naviguer dans l’espace sans montre Rolex de Sos Racisme, sans avoir ni Julien Dray, ni Dominique Sopo pour amis? Sans Halde en plus! Diantre!  Un noir peut vivre sans des vendeurs de noirs? C'est possible? Quelqu’un peut-il nous instruire? Parce qu’il y a une foule de mendiants noirs qui errent à Paris et dans les grandes villes de province qui seraient intéressés par la solution.

bolden_charles_nasa_200.jpgAprès de longues années passées à chauffer les bancs des facs, nantis de plusieurs diplômes ou pas, c’est du pareil au même, certains déambulent tels les zombies entre RMI et SMIC, ne songeant qu’à une chose, faire semblant de ressembler à leurs maîtres. Rêver comme certains de s’endimancher, un jour peut-être, en cravates codées maçonniques bleu-maffia ou rose-foufoune, comme ceux des leurs qui se sont prostitués à la manière la plus salace pour le seul privilège de rouler en Porsche CayenneS; ou se résoudre comme d'autres, battus dans leurs têtes, à échanger leurs défaites en névrose, s’affublant du terme Kémite pour supposer, de ce seul fait, qu’ils se sont rebellés contre leur servitude.

auvres clowns. Les farcis. C’est pas demain la veille que la figure qui a fait de vous des esclaves et qui vous enivre comme elle vous fascine, daignera vous respecter, tant que vous oscillerez entre ces deux extrêmes constitutifs de la même maladie: esclave, ou esclave de la figure de son maître. Se faire bouillir ou se faire soigner, voila le programme… LDFM

Ps. La Feuille de Manioc vous recommande de lire le billet qui suivra celui-ci à propos de Frêche. Une saillie décapante comme à son habitude. Alors on peut s'offusquer, pérorer mais c'est tellement vrai!

02/04/2009

Cran, la lourde faute du reître Besson

Le Cran: le collectif des Damnés de la Terre tombe des nues

Sur son site Internet, le Collectif des Damnés de la Terre a réagit à l’une de ces mascarades dont les hommes politiques et les media Pravda s’honorent. En l’espèce, il s’agit au forceps et avec d’incalculables moyens dont l’origine est douteuse, de rendre visible l’invisible, de donner corps au néant, à l’ineptie à l’incurie et à la bêtise crasse du Cran, de ceux qui le composent, des imposteurs qui le dirigent, des intrigants qui le soutiennent et n’osent pas se montrer au grand jour de peur que le grotesque de leurs desseins ne se manifeste. Le Collectif semble s’étonner des conditions tronquées du débat et s’offusque d’une mise en scène manipulatoire.

C’est comique parce qu’il n’y a rien là que de très normal s’agissant des milieux prétendument noirs de France. A Paris, les noirs autoproclamés représentatifs de ceci ou élite corrompue de cela ne manquent pas, des clowns encravatés grimaçant leur maîtres. Ce sont plutôt leur légitimité et leur rigueur morale qui font défaut. La liste d’Horus travaille à démasquer les faux nez de ces mendiants motivés par la rouerie et qui campent la figure du noir à aider ou à aimer, sinon à baiser, pour avoir quelque chose à négocier avec le pouvoir, qui se fourvoie dangereusement à instrumentaliser de tels pantins. Nous publierons tout ce qui relève du domaine public sur ces gens, leurs parcours, leurs CV, les accointances, les connivences, les collusions, les faux diplômes, les sombres loges… On va se gondoler..

Pourquoi alors le Collectif s’étonne que ces vendus enferment leur bavardage dans les termes convenus? Tout l’intérêt est de tenir de telles prostitutions de corps et d’esprit à l’abri de la contradiction. C’est pourquoi tout ce qui est organisé autour de ces thématiques à Paris, à l’Hôtel de Ville, à l’Unesco, chez Protais ou chez Cunégonde, se déroule généralement à guichet fermé. Essayez donc d’y participer. Nul n’y a accès s’il ne montre patte blanche... sans jeux de mots. Parce que ces contorsions ne résisteraient à aucun débat. Le Collectif veut croire en une seconde chance pour le Cran de se réformer? Un groupuscule produit de l’inceste de l’imposture avec la manipulation n’a pas vocation à se réformer. Le mensonge lui est consubstantiel.

Lire la suite

28/03/2009

Durban II, y aller pour pimeter la sauce

630325324.jpgVeillée d'armes pour la paix et la tolérance

Djihadistes et croisés de tout poil fourbissent leurs armes en vue de la conférence de l’ONU sur le racisme qui se tiendra à Genève le 20 avril prochain, d’ores et déjà boycottée par Israël, le Canada et, sauf retournement, par les Etats-Unis de Barack Hussein Obama, l’ami de l’Iran. A la suite du débat à l’Assemblée nationale à l’occasion de la conférence de Durban II, sur cet épisode du choc des civilisations, les Rencontres de Rennes organisées par Libération ont mis un thème en débat: «faut-il sacrifier les droits de l’Homme à la raison d’Etat?» Dire qu’ils étaient à jeun de chichon! C’est le genre de plates considérations sur lesquelles les Jean Daniel et autres ont bâti et articulé toute une carrière de faiseurs d’opinion comme on fabrique des crétins. Tenez, un thème franchement moins con: «faut-il détacher le chien quand vient la nuit?» Et après, Jean Daniel ramasse les copies. Y en a qui sont vraiment siphonnés, et à cet égard bien fréquentés. Ramatoulaye Yadé la sous’crétaire d’Etat a fait sa star lors de cette réunion tupperware de Rennes. Conviée par libé-Pravda à pérorer avec la pensée gériatrique de Jean Daniel, un esprit finissant qui n’a jamais pu naître en deçà des louanges cantonnées à l’intérieur du périphérique parisien, la Ramatoulaye Yadé a affiché son envie d’en découdre: «aller à Durban II pour combattre». Combattre? On a failli croire qu’il s’agissait d’une conférence de paix contre le racisme. Avec notre sous-Ministre à l’enfumage humaniste, Genève sera un champ de guerre. Pourquoi ce ton martial? Ramatoulaye veut combattre qui? Les noirs et les arabes qui veulent mettre le sionisme à l’index? Des positions qui tranchent avec les postures qu’on attend de la sous-ministre, mais rendent compte du pôle d’influence qui a fabriqué son ascension politique. Ramatoulaye et son compère gâteux ont plaidé pour taper, le fer retors, sur nos ennemis parce que ce sont ceux de nos amis, soit pour faire court et gros comme leur communication grossière, jouer le choc des civilisations sans choquer. «Au cours de son exposé, Jean Daniel a déclaré que la France ferait «une erreur» en s’engageant sur la même voie, et a amené Rama Yade à affirmer: «Il faut rester (dans la conférence) et se battre». Source. Ils ne s’étaient bien sûr pas arrangés avant et le thème de la conférence du PQ parisien était fortuit. Décidément les chorégraphies parisiennes ne sont pas plus crédibles en province.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu