Avertir le modérateur

01/12/2009

Ca pète entre le Guillon et le reître Besson

Ce qui donne de l’ivoirien à la françoise: «Ca gaze, ma gazelle?»

Réponse de Françoise: «fait la vaisselle Dosso! Sinon c’est retour au bled». Mais c’est quoi donc le statut d’une actu en Frônce bordel! Faut-il pour faire la une des journaux Pravda, uniquement une gesticulation du caméléon Sarkoléon ou une discrimination bien conspirée de derrière les fagots, c’est-à-dire un bidonnage sans conséquence si ce n’est faire mousser le losers Lozès et le démanioquémane Kelman? Ah certes il y a le vol de portefeuille à la tire si on est auvergnat et qu’on s’appelle Ahmed, et le dépiautage de scooter si vos parents vous ont prénommé Souleymane. Mais tout cela est un tantinet risqué pour seulement passer à la télé car au bout, par temps d’élections, c’est le gnouf assuré et en comparution immédiate.

eric_besson.jpgDeux fois: c’est quoi le statut d’une actu en Frônce? Sérieux, on a du mal à suivre. Voila un truc qui passe sous silence mais qui aurait du faire phosphorer nos cerveaux d’experts d’Yves Calvi au soliloqueur Christophe Barbier. Songez que Stéphane, l’aiguillon qui sévit à coup de bourre-pifs dans le PAF est une fois de plus allé de son ironie acidulée, cette fois-ci sur les «mariages gris» et pour l’exemple, pas n’importe lequel. Le Stèfe a évoqué la situation personnelle du sinistre de la clôture entre les «Nous c’est nous» et les «Eux c’est eux», Eric Besson lequel menacerait de porter plainte contre France Inter. Il se chuchote dans les colonnes du JDD qu’il est en négo avec le pote de son pote Philippe Val pour la plainte. Du motif et de la base légale de celle-ci on ne sait encore rien. Gageons cependant que ce sera soit injure soit diffamation publique envers un particulier. La diffamation c’est l’omnibus des prétoires donné aux nantis pour emmerder les saltimbanques, les petits et les démunis.

Mais au fait! La pointe d’humour ne manque pas de piquant lorsque le Guillon évoque les amours étrangères de sa victime. Une aiguille dans l’fion et une!

«Depuis dimanche, nous dit l’aiguille, c'est la toute nouvelle idée d'Eric Besson afin de lutter contre l'immigration clandestine, s'attaquer aux mariages gris. Le mariage gris, qu'est-ce que c'est? C'est quand un vilain sans papier abuse de la naïveté d'une gentille petite Française en la séduisant, puis en l'épousant uniquement pour obtenir des papiers. Et une fois qu'il les a, il la jette comme un Kleenex. Le mariage gris, il faut faire gaffe! Ca peut arriver à n'importe qui!»

Soucieux de petites culottes

Dans une rare unanimité, la Presse-Prvada qui pète dans ces cas-là en douce sur le rouge-fétide des coussins parisiens, semble ne pas vouloir traiter de la question. Or il ne s’agit pas de vie privée mais bien d’un fait politique majeur en plein débat sur l’identité nationale. Paraîtrait selon l’acide Guillon qu’«En 2004, sur 88.123 mariages mixtes, 395 ont été annulés pour caractère frauduleux». Si ce n’est pas un sujet politique, mais que font les politiques? TV Mag est l’un des rares à avoir relayé le fait et encore, il n’y a pas d’analyse, le télégramme est de rigueur. Suivons:

«Victime d'une chronique très acide de Stéphane Guillon la semaine dernière, Eric Besson n'a pas tardé à réagir. Le ministre de l'Immigration et de l'Identité songerait à porter plainte contre l'humoriste. Selon Le Journal du Dimanche, il se serait entretenu avec Philippe Val, le directeur de France Inter à ce sujet. Affaire à suivre donc...» Lien.

Lire la suite

17/10/2009

Guillon: Jean Sarkozy Prince des Hauts de Seine

humeurs de cour selon Stéphane Guillon

C'est sans commentaire de notre part. Si vous l'aviez loupé, étant à écouter à la radio, c'était ensuite à voir cette semaine grâce à la magie du ouaibe. Stéphane Guillon en chroniqueur du Château façon Saint Simon moderne. LFDM.

PS: Nous avons bien dit chro-niqueur bande de porcinets va!

02/05/2009

Le journalisme: propagande, révérence, stéréotypes…

jourde.jpgLes citoyens nous éclairent sur le Web, réduit de nos libertés

Sur le houaibe, nous avons rencontré un causeur qui dit des âneries dans le même genre que les nôtres, en moins rapide et en plus sérieux. Ce qui fait deux qualités essentielles méritant l’attention des manioqueurs. Nous vous présentons Pierre Jourde, romancier et causeur. Sous sa plume, le trou-du-cul de Franz-Oliver Giesberg, en prend pour son matricule. Laquais du pouvoir s’il en est, sa longévité ne témoigne guère de la qualité de son travail mais de ce qu’il a survécu à toutes les compromissions. Comme la plupart de ses confrères journalistes, il se croit intelligent travaillant à s’accrocher aux colonnes maculées de textes ignares, à tenir les plateaux de télévision et les ondes de radio comme le lieutenant une place forte. En tous œuvrent contre le genre humain et pour leur bien. Leurs patrons qui sont aussi ceux de la finance sinon ceux que l’inceste capitaliste-fnance, jouent à faire croire qu’ils sont intelligents. Les benêts d’en face qu’on enfile croient qu’ils sont intelligents et, les écoutant, vont travailler tous les jours en se faisant traiter par la coalition des premiers, de fainéasses irréformables. Comme tout cela est insuffisant à leur jouissance, ils payent sur le reliquat de leurs deniers, la vaseline qui leur permettra de survivre à cette enflure… Pour en redemander. Jusqu’au jour ou le farci va péter. Ce jour-là, vu l’intubation il ne faudra pas être de ses voisins…

Le texte que nous vous proposons à lire concerne les journalistes à propos des contre-réformes Darcos-Pécresse. Le credo dit certes que nous sommes la patrie des droits de l’homme. Il n’est cependant pas certain que de le répéter à l’envi préserve la démocratie et nous préserve de ces régimes que nos valeurs incantatoires mettent à l’index. Pour l’esprit, la démocratie supposerait que l’exécutif soit limité et contrôlé par le peuple. Sa forme indirecte, la nôtre, suppose que les représentants du peuple, les bâtards, les gueux, les mécréants, les coquins, les faquins, bref tout ce que nous sommes et ce dont nous nous flattons, le peuple donc, que ses représentants ne se tétanisent pas, le doigt sur la couture à la moindre imminence ou colère du chefaillon qui par ailleurs est non seulement petit, mais aussi bas. En démocratie, les représentants du peuple n’accourent pas tels des godillots lorsque l’autocrate leur dit d’aller revoter Hadopi… En démocratie la justice est supposée ne pas être aux ordres. En démocratie la police à défaut d’être polie, l’hypothèse étant vécue comme une contradiction de fonction, respecte les droits élémentaires des personnes et en particulier des jeunes pour lesquels elle est réputée tenir d’exemple. En démocratie, la presse est attendue libre. Et ce n’est pas que de le dire, il convient d’y penser.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu