Avertir le modérateur

31/07/2009

L'esclavage oublié, Françoise Vergès et Nicole Pot

SELSR5955350.jpg

Universitaire méritante

La Feuille de Manioc vous fait partager un plaidoyer pour l’archéologie de l’esclavage. Voila un point de vue vérgéturique qui fournira encore un motif au zèbre sans épaisseur d’Olivier Pétré-Grenouilleau de se refaire une bile de haine, du fond de son révisionnisme d’historien de province, raté et subventionné. Espèce de prix d’Histoire du Sénat… Non qu’à la Feuille de Manioc nous ayons quelque ressentiment à l’égard de nos belles provinces, et de ses habitants, bonhommes sous tous rapports, ce serait plutôt l’inverse. Nous nous méfions cependant des pseudo intellectuels qui y jouent les borgnes dans des pays accueillants où ils s’imaginent rois.

Le point de vue dont il est question plus bas est paru le 20 juillet dernier dans  torche-cul du soir, l’Immonde, et dû à Nicole Pot et la mère Vergès, «Çoise» pour les intimes. Rappelons aux habitués de La Feuille De Manioc, LFDM pour les intimes, que la nièce de son oncle qu’aucun réseau n’a pu caser, et se sentant à l’étroit dans l’écrin que papa lui a concocté à la Maison des civilisations et de l'unité réunionnaise (MCUR) dont elle est directrice, a rempilé pour un autre mandat à la tête du Comité Pour la Mémoire de l’Esclavage. Ceci a fait bien des jaloux dans le landerneau putassier des négrogermanopratin, une race en devenir.

Nul ici ne lui contestera son mérite à «Çoise». Elle est Docteur en sciences po de Berkeley, et ses travaux en tant que chercheur, attention, elle fut féministe, alors disons ses travaux en tant que «chercheuse» plaident pour elle. Elle ne doit donc pas sa place qu’à ses seuls réseaux… Mieux, «Çoise» nous a surtout évité la candidature ensorcelée du clan Romana, Serge à sa tête, généticien pour la mémoire, et surtout corbeau sous format PDF sur Internet à ses heures libres. Serge Romana est aussi le concepteur de l’opposition fumeuse entre les notions d’ancêtres et d’aïeuls, s’agissant des afrodescendants ultramarins. Selon notre illuminé du carafon, les descendants d’esclaves déportés n’auraient plus d’ancêtres, seulement des aïeuls, césure fondamentale avec le continent africain et, en conséquence de cela, impossibilité insurmontable d’établir toute relation avec l’Afrique. T’en reveux? C’est de la douce… Avouez qu’il y en a qui sont en demande de soins dehors. LFDM a fait sommaire mais les billevesées de Romana ne méritent pas qu’on s’y attarde outre mesure.

Toujours est-il que si la sortie vérgéturique de «Çoise» fera un sang d’encre à Pétré-Grenouilleau, elle fera un aigri en la personne de Romana. Le généticien ensorcelleur était candidat à la tête du CPME, mais «Çoise» lui a ravi la place. Sa candidature était supposément téléguidée par la rue Oudinot où sévit l’ex-superpote et intime de Claude Ribbe. Ledit Claude Ribbe était aussi candidat tout en vitupération contre son ennemi intime Patrick Karam, le sous-ministre à l’Outre-mer. Il doit aussi ruminer un sourd ressentiment. Ainsi vont la vie des petits réseaux et les sorts des petites ambitions parisiennes.

Sur ce, assez jacté, revenons au point de vue des de Pot-Vergès pour une priorité à l’archéologie de l’esclavage. Il paraîtrait, selon ces expertes, que «Traite des Noirs et esclavage colonial restent cependant minorés dans le récit national et dans la recherche.» Bigre! Une minoration qui «autorise la nation à ignorer l'ampleur de ce trafic infâme qui dura près de quatre siècles.» Ah bon ? Nous pensions avec les falsificateurs tels Finkielkraut et Elkabbach que le crapaud Pétré-Grenouilleau avait tout dit. Et l’on s’étonne en haut lieu de la permanence du racisme négrophobe joyeusement partagé non par Le Pen, trêves de diversion, mais par nos élites humanistes et bien pensantes? Les deux cocottes enfoncent le clou, les informations des archives écrites, «lorsqu'elles existent, sont univoques - émanant de l'Etat, des négriers ou des propriétaires.» On avait cru qu’elles étaient objectives. Décidément… LFDM

L'esclavage oublié, Françoise Vergès et Nicole Pot
Le Monde 20 07 2009

L'histoire de l'esclavage a connu ces dernières années un développement important, sous l'impulsion d'historiens, d'associations et du Comité pour la mémoire de l'esclavage, réduisant ainsi le retard important pris par la France dans ce domaine. Traite des Noirs et esclavage colonial restent cependant minorés dans le récit national et dans la recherche. Pour une grande majorité de Français, cette histoire concernerait seulement les ultramarins. Cette minoration contribue parfois à substituer une attitude de commémoration victimaire à une démarche de connaissance du passé pour certains Guadeloupéens, Martiniquais, Guyanais ou Réunionnais, qu'ils vivent dans les DOM ou en métropole. Elle autorise la nation à ignorer l'ampleur de ce trafic infâme qui dura près de quatre siècles.

Encore mal connue, l'archéologie de la période coloniale joue un rôle décisif pour documenter les conditions de vie des esclaves, leur habitat, les établissements où ils furent asservis, les rites d'inhumation, l'état sanitaire des défunts, etc. Elle apporte des informations sans équivalent dans les archives écrites, qui, lorsqu'elles existent, sont univoques - émanant de l'Etat, des négriers ou des propriétaires. Cette exigence est d'autant plus fondamentale que les installations agricoles, les fabriques ou les lieux de culte vernaculaires ont été très mal conservés outre-mer, et que les "lieux de mémoire" de l'esclavage y sont rares. Il importe donc que l'archéologie se développe en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane, où elle est encore embryonnaire, et à La Réunion, où la loi sur l'archéologie préventive de 2001 n'est pas appliquée.

Des fouilles récentes aux Antilles et en Guyane ont apporté des résultats décisifs sur le peuplement des Caraïbes et de l'est de l'Amérique du Sud, et éclairent d'un jour nouveau les rapports entre esclaves et Amérindiens à l'époque coloniale. En Guadeloupe, les fouilles de cimetières à Basse-Terre, de l'anse Sainte-Marguerite au Moule, de Desmarais à Saint-Claude ou, en Martinique, celles de l'habitation Fonds Saint-Jacques à Sainte-Marie ont fourni des informations remarquables sur les conditions d'inhumation des esclaves et sur les pathologies des populations asservies.

De même, les campagnes de fouilles de l'îlot Tromelin, menées en 2007 et 2009, lèvent peu à peu le voile sur l'incroyable survie d'un groupe de captifs malgaches abandonnés pendant quinze ans sur un petit territoire hostile et battu par les vents de l'océan Indien, après le naufrage du navire négrier l'Utile. Et si les quartiers d'esclaves - les rues "cases-nègres" aux Antilles - ont presque tous disparu, ils "survivent" dans le sol à l'état de structures archéologiques. Les Etats généraux de l'outre-mer doivent accompagner cette dynamique dans laquelle l'Institut national de recherches archéologiques préventives peut prendre une part active. Ces travaux contribueront au renouvellement de la connaissance et montreront que la France n'esquive pas son histoire.
Source Le Monde 20 07 2009

25/03/2009

L’invité d’Yves Calvi, un corbeau démasqué?

Un mystérieux Dessalines
On apprend du côté de Veilledom, encore un regroupement d’ultramarins, que «Daniel Dalin (ex Collectif DOM, NDL Feuille de Manioc) aurait fait circuler début mars, un curieux document au format PDF, «particulièrement injurieux et diffamatoire». Il était signé d’un mystérieux «Joseph Dessalines» sévissant paraît-il depuis Port au Prince.» Il se serait agi d’une épître de vilipendes, oudinesques pour les initiés. Du moins c’est l’accusation que les activistes de Veilledom ne sont pas loin de suggérer contre figure de l’ethnopsychiatrie germanopratine, le Dr. Serge Romana. Les veilleurs de nuit ont pris cet habitué des plateaux du très médiocre et complaisant Calvi (c’est dans l’air La Cinq 17h) les doigts plein le pot de confiture à merde.

Comprendre de quoi il retourne exige de suivre la dénonciation de Veilledom: «ce document révoltant et calomnieux daté du 5 mars, dont le style s’inspire des pires moments de la collaboration, vante Patrick Karam, Serge Romana et d’autres lampistes du même calibre.» De l’autopromotion donc. On n’est jamais mieux servi que par soi. Mais déjà les lecteurs de la Feuille de Manioc tiennent les pitres à qui profitent l’épître. Poursuivons: «Il met en cause sans le moindre fondement ni preuve, l’écrivain et historien Claude Ribbe.» On a l’objet de la Fatwa, le «normalien noir» selon Finkielkraut qui a le don de se faire aimer de Saint Germain des Prés où il ne compte que des potes. Vient donc le postulat Veilledomien à propos de cet embrouillamini: «cet écrit est d’une telle violence que son auteur, conscient de commettre une diffamation, n’a pas eu le courage de signer son forfait.» Courageux avec ça! L’identité de l’épistodélateur ne faisant plus obstacle, il ne reste plus à Ribbe qu’à ester en justice… Chiche, on veut se pôeler!

Les sentinelles noctambules inistent: «ce document suintant de haine et de jalousie maladive, ne pouvait avoir été cuisiné que dans un «cabinet noir». Là on s’étrangle. «Cabinet noir», avouez que c’est un peu pousser le bouchon un peu trop loin du goulot… Il faut un tantinet faire attention à ce qu’on écrit. Sylvio Berlusconi s’en est pris plein la gueule pour moins que ça. Ce raciste définitif avait eu le bon goût de traiter Obama de «beau bronzé» en s’adressant à Medvedev. Courageuse comme on le sait, la presse parisienne, sur les talons de sa sœur transalpine, oh suffixe!, avait alors fait ses choux gras de cette affaire. On a les combats que nos vertus autorisent. Sinon parler d’un «cabinet noir» s’agissant de noirs, c’est à plus rien n’y voir!

Les doigts du prestidigitateur

Notre apprenti corbeau aurait laissé ses empreintes, et numériques s’il vous plait, sur le document PDF. C’est ce qui arrive fatalement lorsque les spécialistes de l’ethnosorcellerie veulent jouer aux apprentis corbeaux. L’objet du forfait aurait selon Veilledom  «produit exactement l’effet inverse de ce qui était attendu: une tempête d’indignations de la part des destinataires:

«À croire qu’un «baron samedi vaudou», chef des esprits malfaisants qu’on appelle «guédés» en Haïti, aurait brusquement surgi du néant pour semer la division. Mais comme dit le vieil adage «cherchez à qui profite le crime…». La vigilance de Veilledom s’est donc portée sur une analyse attentive du fameux document qui n’est jamais passé par la terre d’Haïti, comme son auteur tente grossièrement de le faire croire. Il ne savait sans doute pas que tout document PDF laisse une trace automatique qu’il n’a pas pensé à effacer. Aussi incroyable que cela puisse paraître, la signature électronique de ces 10 pages de diffamation caractérisée, révèle le nom de: Serge Romana Dans ce document, Romana se pare lui-même du titre d’«éminent professeur» comme les marabouts qui abusent de la crédibilité des humbles!»

Pour identifier sa signature, il suffit de procéder de la manière suivante :

  1. Ouvrir le document PDF joint au courriel
  2. Cliquer en haut à droite
  3. Au menu déroulant qui s’affiche, cliquez sur Propriétés «Fichier/Propriétés», et le document livre le nom de son auteur, la date de sa rédaction etc... L’auteur est en fait Serge Romana alias «Joseph Dessalines» !

Le « corbeau » qui se sert d’Haïti, de Dessalines et du prénom de Saint George, Joseph (un indice de plus pour trouver les complices) est donc découvert. Il doit être immédiatement mis en quarantaine par tous les originaires d’Outre-mer. Quant à l’expéditeur du courriel contenant la pièce PDF, Daniel DALIN, il est facilement identifiable, puisqu’il a signé de son nom et de ses fautes d’orthographe. Nous connaissons donc le rédacteur, le diffuseur, reste à trouver le commanditaire de cette opération de basse police. Ce qui ne doit pas être bien difficile. Veilledom compte sur votre sagacité! Veilledom, le 18 mars 2009.»

On a hâte de savoir si le fatal Calvi va continuer à le recevoir comme expert en négrologie ultrapériphérique. En attendant, on espère pour cet apprenti prestidigitateur plus de doigté vis-à-vis de ses patients! C’est pas gagné! LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu