Avertir le modérateur

30/08/2009

Gadin dans les bourses de l’ultra-sionniste Lev Leviev

lev_leviev_africa-israel.jpg

Le diamant aux connotations envoûtantes de l’Afrique

Vicelards du monde entier vous avez le droit de vous cirer le jonc en public. Quant aux poivrots, saoulez-vous la tronche à vomir vos ferments sur les cons. Une bonne nouvelle est tombée! Alors qu’on attend tous l’annonce d’un deuil pour la liberté du côté de Libreville, on apprend qu’Africa-Israël, le groupe de l’ultra-sionniste Lev Leviev vient de se manger des pertes colossales. Réjouissant! On espère tous que c’est n’est qu’un début. Nous ne regrettons qu’une seule chose, celle de n’y être pour rien. Qui est ce fâcheux? C'est la tête de vainqueur en gros plan ci-dessus. Un de ces personnages purs par statut dont la fortune bâtie sur le diamant s’enracine en Afrique et particulièrement dans la guerre en Angola. D’où le nom safari de son groupe d’investissements. Et comment vous présente-t-on le bonhomme en France? Neutre!Exemple du journalisme de censure germanopratin. Ouest-France titre:

«Israël. Pertes spectaculaires pour le milliardaire Lev Leviev
La compagnie d'investissement Africa-Israël, principale société du milliardaire israélien Lev Leviev, a annoncé des pertes spectaculaires de plus de 300 millions de dollars pour le second trimestre 2009. Suite à cette annonce, Africa-Israël a chuté en mi-journée de 29% à la Bourse de Tel-Aviv. Africa-Israël a émis ces dernières années des obligations pour un montant de deux milliards de dollars. La compagnie est spécialisée dans l'immobilier et s'est lancée dans un méga projet de construction en plein coeur de Moscou. Lev Leviev, 53 ans, originaire d'ex-URSS est un personnage atypique du paysage économique israélien. Cet ultra orthodoxe subventionne de nombreuses institutions religieuses juives en Israël et en Russie. Sa compagnie construit entre autres pour des colons religieux dans des implantations en Cisjordanie.»
Ouest-France

A lire ce genre d’inepties on pourrait croire qu’il s’agit d’activité d’un homme d’affaires certes un brin nationaliste mais sans plus. Alors qu’il s’agit ni plus ni moins d’un fâcheux et la le choix de la voyelle est ici question de tolérance. Voltaire.net décrivait le sulfureux personnage ainsi:

«Lev Leviev, principal concurrent de De Beers, a constitué un empire financier sur l’exploitation des diamants africains, notamment angolais, en entretenant des situations de guerre. Via la holding Africa Israël Investments, il possède aujourd’hui de nombreuses sociétés immobilières dans le monde (Danya Cebus, AFI), des groupes financiers, des hôtels, des sociétés gazières et pétrolières (Alon/Fina), des médias (Israel Plus TV) et des chaînes de mode. En violation des résolutions de l’ONU, il a utilisé sa fortune pour construire des colonies de peuplement sioniste en volant des terres dans les Territoires palestiniens.» Voltairenet.org

Recycler son image en souillant les fonds de l’UNESCO

La probité ne s’achète pas. Or notre fâcheux souhaitait pourtant se faire une image clean en finançant l’UNESCO à coups de diamants de la guerre. Facile Basile! «L’organisation a fait savoir qu’elle préférait refuser l’aide de Leviev et de son entreprise Africa-Israël, en raison de l’implication de celle-ci dans la construction de localités en Judée-Samarie. L’UNICEF a également motivé sa décision affirmant que «ces constructions étaient contraires au droit international et condamnées par l’ONU» avant d’ajouter: «Nous préférons récolter des fonds de partenaires non conflictuels». Et toc, prend-ça dans ton cul…

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu