Avertir le modérateur

02/11/2009

Identité nationale, les royalties du Front National

En attendant l’épave

Rebelote. Revoilà la chienlit et son arlésienne, l’identité nationale avec en fond sonore, l’immigration. Autrement dit, en réponse aux problèmes posés par la dette, le climat, le pouvoir d’achat, le chômage, quel est, selon nos dirigeants, le seuil acceptable de nègres et de bougnoules parmi nous? Car comme dit l’autre, «ne nous cachons pas, c’est quand même eux qui foutent le bordel». Donc, question sérieuse et urgente, doivent-ils ou non déclarer publiquement leur amour pour nous? D’ailleurs l’Empereur a été élu pour ça et il le clame: «Ces mots (identité nationale) ne me font pas peur». Qui donc en doutait? On a cependant eu droit cette semaine à une variante à laquelle le pouvoir ne nous avait pas habitués. Déclinaison tellurique du «Nous et les autres qui nous font chier». L’Empereur a énergiquement enfoncé le soc dans la Frônce profonde, tripatouillant les dessous de Barrès, Maurras, pour gratter «la terre qui ne ment pas», histoire de farfouiller dans les entrailles génitrices du sol de quoi il Pétain. Ca sent l’élection… Et le gadin aussi on parie? Gare, ça peut commencer par la Marseillaise dès bas-âge et dès potron minet dans nos écoles pour finir sur des airs obligatoires de "Maréchaal, nous voilà!".

Vous commencez à connaître la méthode du doigt dans le cul. Qui est contre la pluie lève le doigt! Sans rire, non seulement un ventilateur à merde tel qu’Opinion Way trouverait matière à faire une étude, mais sur l’immigration, n’importe quelle officine sondagière trouverait à distinguer les doigts dans le cul des doigts dans le nez pour en faire une actu. A notre très moderne époque, réforme oblige, on sonde tout, on sonde pour tout. Il faut bien faire ce que le peuple attend, donc être à l’écoute de ses humeurs, le sentir. Sentir le doigt de l’homme… Pour autant, parfois, souvent et même tout le temps, les olibrius qui nous prennent pour des pignoufs et nous gouvernent se prennent la banane pour rien.

Sur l’identité nationale, dernière corde en date, La Feuille De Manioc attend de voir l’épave grossière sur les platanes de la démagogie pour se marrer. Certes les premiers retours de sondages à propos du débat sur les nègres et les bougnoules affichent des scores soviétiques et l’Empire pavoise. La tendance serait à obliger les jeunes issus de l’immigration à faire profession publique d’amour de la France, ses emblèmes, son hymne. Qui doute en effet un seul instant, en présence de cette question, qu’elle ne concerne pas les «français de souche» par rapport aux «français de branche»? Pas grand monde. La Feuille De Manioc va même plus loin, et met quiconque au défi de soutenir que cette question ne concerne pas que les français issus de noirs et d’arabo-musulmans… Chiche? Puisqu’on vous dit que ce sont eux qui foutent le bordel. C’est vrai qu’il n’y a pas de problèmes avec les descendants de polonais, d’espagnols, d’italiens. Ceux-ci se sont bien intégrés puisqu’on ne les voit pas. Avec les nègres et la burka avouez que c’est tout de même différent! Mais les déficits alors? La crise financière? Le scandale d’Outreau, la grippe H1N1… Il n’empêche, c’est quand même de leur faute.

Indécidable identité

En attendant l'identité nationale... On songe évidemment à la pièce de Samuel Beckett, à l'histoire d'une attente vaine...  C'est l'histoire comme disait Coluche de Vladimir et Estragon, une paire de cloches qui attendent un troisème personnage énigmatique, Godot. Ainsi l''énigme de la pièce cesse d'être Godot et se déplace sur l'attente. Les personnages s'occupent, se chamaillent, s'écharpent... au point de ne plus savoir pourquoi ils attendent. Il n'empêche, ils persistent à attendre. Quoi? On ne sait finalement rien de Godot. On finit même par ne rien apprendre de Vladimir et Estragon. Si c'était ça l'identité nationale? Un OPNI, pour Objet Politique Non Identifié?

«Deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent sur scène, dans un non-lieu (« Route de campagne avec arbre ») "à la tombée de la nuit" pour attendre « Godot ». Cet homme - qui ne viendra jamais - leur a promis de les aider et représente un espoir de changement. En t'attendant, les deux amis tentent de trouver des occupations, des "distractions" pour que "le temps passe» En attendant Godot.

L'arlésienne sur l'immigration identitaire rappelle fichtrement l'attente névrotique de Godot ne trouvez-vous pas? Admettons pour faire court, l'identité comme la conscience qu’on a de soi, sorte d’idée vague et en perpétuel devenir de ce que l'on est, par soi-même ou par les autres. Chacun mesure dès le prononcé, le côté plastique et mouvant d’un terme qui prétend fixer les critères de ce que l’on est.

Prenons par exemple l'identité d'une vieille personne, la France n'est plus toute jeune. En parcourant, le nez pincé pour éviter d’humer la poussière, le vieil album de la non moins vieille Tante Yvonne, on devine bien sous ses fossettes ourlées de babines, l’air déjà malicieux d’icelle à 3 mois. Ce n'est plus la même mais c'était déjà la même. On se comprend? Tante Yvonne avait déjà les yeux de sa sœur, notre Tante Frédégonde, celle des trois qui a le plus hérité de notre grand’mère au visage de mégère acariâtre. Bref, à feuilleter ce vieil album photo on parvient à deviner y compris sous ses lèvres pincées faute de râtelier, qu’à 10, 20, 30, 50, 75 et maintenant 92 ans, la ci-devant Tante Yvonne décatie, burinée par le temps est la même qu’à 3 mois.

La prétention identitaire c’est comme la vieillesse de Tante Yvonne. Prétendre fixer ce qui est à chaque fois la même chose dans ce qui change, évolue fatalement, bref, qui vit.  Empruntée aux propriétés des choses inertes, l’identité est indécidable par la loi, insaisissable par la règle s’agissant de ce qui vit. Or étant une idée de la République s’il en est, la Nation a une prétention corporelle, vivante, toutes choses qui l’éloigne de cette fixité identitaire et névrotique à laquelle le débat actuel nous prépare.

Plus «objectives», les identités culturelle et sociale de la Nation auraient davantage d’intérêt pour le débat et les politiques publiques. Elles engloberaient les éléments et les rapports qui permettraient de singulariser la Gaule érectile de l'extérieur, de déterminer les dénominateurs communs de ses membres de ses différents groupes d'appartenance. Bref de faire de la politique au sens noble du concept. Sauf que ce genre de chose est électoralement moins porteur qu'une bonne démagogie de derrière les fagots, et qu’il est plus rentable d’annoncer un débat sur l’identité nationale pour re-susciter celui délétère de l’immigration. Là il s’agit d’enfiler le peuple. On y reviendra plus sérieusement. LFDM.

18/05/2009

Zemmour vs Bellatar, carnage sur les blogs

Il se passe des choses importantes sur Internet

Ca joute sur le ouaibe entre fans de Belattar vs ceux de Zemmour, les camps des uns et des autres sont à couteaux tirés. On parle de milliers de visites et de signatures de pétitions. Le buzz quoi. Que pasa ? On dirait les affidés de Rachida et d’Elisa qui s’écharpent. La blogsphère s’amuse. Naviguer de blog en blog étant la forme contemporaine de la croisière. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a et c’est pas demain qu’on ira à Marrakech, en tous cas pas avec ce qu’on gagne… Alors compter les gnons que s’administrent zemmouristes et belattariste ça  peut distraire. Et ça a du succès! Plus de 2800 connexions revendiquées! On est bien loin de notre millier d’égarés qui viennent ici chaque jour chercher un regard de travers sur cette société qui marche à l’envers.

Bref rappel pour ceux qui on loupé un épisode. Souvenez-vous d’une info que nous avons relatée ici même. Yassine Belattar, un jeune homme qui officie comme humoriste, sur France 4, l’une des chaînes de propagande de la Pravda-Gouvernementale avait lancé un site affectueusement baptisé «Ferme-la Zemmour»,  tout un programme, en souhaitant y faire converger tous ceux qui «en ont marre des salades de Zemmour».

Nous avons trouvé drôle que quelqu'un lui dise à Zemmour qu’il nous les gonfle avec ses idées à la Péguy tendance Maurras, mal habillées «vieille France» et cachant en vérité de vieux ressentiments inconsciemment puisés dans sa lointaine ascendance berbère. D’où son rapport complexe à l’Arabe… L'Arabe la langue bien-sûr! Quoi d’autre? Du site de Bellatar nous en avons donc parlé. D'autres ont répliqué entre-temps.

Cela étant, avant de s’en prendre à Zemmour, Bellatar a de quoi faire avec les prostituées molles du PAF. Pour être juste, Eric Zemmour a un mérite que peu de suceurs prétendument journalistes n’ont pas: il a la réaction décomplexée et ce n’est pas à cause de lui que la société se fait enfiler. Avec des journalistes comme lui, au moins les choses sont tranchées. Bon qu’il se la joue plus franchouillard que les Frôchouillots de la Bosse, voila qui nous turlupine et suivant ce terme, on ne fait pas que de vous le dire. Mais on ne va tout de même pas se la péter en jouant à celui qui aime le maroual qui fouette! Surtout que le Zemmour aime à se prévaloir y compris de Maroual qui ne fouette pas en faisant croire que ça poque! C'est là qu'on a mal au Larzac avec notre Zemmour, mais nous l'aimons bien notre Zemmour!

Il reste que l’intermittent de la drôlerie sur France 4 aurait reçu en franc succès dans les deux sens, des félicitations pour son site, mais aussi quelques milliers d’insultes racistes. Les fans d’en face ne se sont pas dégonflés et ont répliqué par un site ferme-la Bellatar et demandent  rien moins que la suspension de l’humoriste. Bigre! C’est carrément l’avenir de l’humanité qui est en jeu! Ils auraient écrit à Christine Albanel. Remarquez, son Cabinet a l'habitude de faire virer les journalistes.

Afin que vous soyez au courant, la Feuille de Manioc vous informe… LFDM

Extrait du site ferme-là Bellatar

«Les fondateurs de Fermelabelattar.com se réjouissent des nombreux témoignages de soutien qu’ils recoivent chaque jour, vous êtes par ailleurs à l’heure actuelle plus de 2600 à avoir déjà paraphé notre appel, ce succès inespéré au lancement de Fermelabelattar.com légitime l’existence même de ce site qui enregistre par ailleurs une audience supérieure à celle du Belattar Show [...] En réponse à certaines critiques émises par des internautes, nous précisons que nous ne demandons nullement le licenciement de Yassine Benattar, ce serait très maladroit, voire même inacceptable dans le contexte actuel du marché du travail où plusieurs millions de salariés luttent pour préserver leurs emplois face à la crise. En effet une mise à pied conservatoire n'est pas un licenciement, il s'agit d'une période de réflexion durant laquelle le salarié fautif est invité à méditer sur ses erreurs. Cette mise au point s'imposait car nous n'avions malheuresement pas eu le temps de pouvoir affiner notre propos face à l'urgence du lancement de cette "réplique".»

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu