Avertir le modérateur

30/10/2009

Sarkozy, la mécanisation agricole: «Je m’auto-pompe»

L’appel de joint 1940 en version subliminale

«La terre, elle, ne ment pas ; elle demeure votre recours; elle est la patrie elle-même; un champ qui tombe en friche, c'est une portion de France qui meurt; une jachère de nouveau emblavée, c'est une France qui renaît.» Philippe Pétain 25.06.1940


Identité quant tu nous tiens! A chacun son joint, pour d’autres gaullistes il valait mieux fumer le 18… Ca ne leur a pas trop réussi ils sont convoqués en rafle par la justice. Encore des juges qui font chier. Passons… C’est quoi la marque qu’il fume, en ce moment notre Empereur quelqu’un peut nous dire? Pourtant selon lui il n’est pas venu vous raconter des carabistouilles que vous avez déjà entendues. «Travailler plus pour gagner plus» par exemple. Bigre! Qu’est-ce ça serait s'il venait dans l’intention de vous raconter des cracks? Parce que là comme vous allez le voir il nous a pondu une perle.

Puisque vous êtes de sacrés oiseaux et qu’il lui faut répéter plusieurs fois les mêmes conneries histoire de buriner ces choses simples qu’il essaye de vous faire imprimer avant les régionales, il arrive évidemment à Son Altesse de se redire. Qu’êtes-vous allez encore chercher là? Y a pas de polémique! Il est certes vrai que le Mephisto du Château qui tient la plume de l’Empire, est un tantinet fainéant et las ces temps-ci. Il a donc revisité la formule «travailler plus pour gagner plus» sous l’angle de la productivité, crise oblige: «faire plus avec moins». Normal, l’Etat est à l’économie.

C’est pour cela qu’il a, en loucedé s'il vous plait, décidé de refiler ses baragouinages que l’Empereur est obligé d’aller merdoyer devant des foules d’agriculteurs prêtes à l’occire. Faut pas rigoler avec les fourches caudines des paysans. A Poligny dans le Jura, l’Empereur s’est adressé à nos hommes de terroirs en langue pétainiste et avec des accents maurrassiens. Si, si... Extrait: «Moi, je ne suis pas venu vous tenir un discours que vous avez déjà entendu». Aië! Fallait pas! L’impayable Yann Barthès du Grand Journal l’a confondu. Le discours de Sarko est mot pour mot le recyclage d’une resucée du même lyrisme datant de 9 mois. L'identité nationale vue comme cela, il y a de quoi faire. Y a qu'à puiser sans vergogne dans le bréviaire du Maréchal. Personne, et surtout pas les Media-Pravda, à part ce malveillant de Yann Barthès, n’y verra quoi que ce soit, et les régionales seront in ze pocket! LFDM.

«Le citadin peut vivre au jour le jour; le cultivateur doit prévoir, calculer, lutter; les déceptions n'ont aucune prise sur cet homme que dominent l'instinct du travail nécessaire et la passion du sol; quoi qu'il arrive, il fait face, il tient. C'EST UN CHEF» Phillipe Pétain aux paysans de Pau le 20 avril 1941.

Pipeau:

Synonymes : appât, appeau, appelant, artifice, flageolet, flûte, flûteau, flûte champêtre, galoubet, gluau, musette, piège, roseau, sifflet, chalumeau…

Recueil analogique : leurre pour oiseaux, sifflet, sifflet pour piéger les oiseaux

05/10/2009

Banques, où est passé notre argent?

RTR25VME.jpg

Les banques et la démocratie des benêts

Vous auriez tort de vous gêner à nous raconter des carabistouilles puisque le citoyen consommateur, cette espèce de «tout pour ma pomme» dort. Tant que ce désastre ne parlera pas à son nombril de jouisseur, l’hédoniste en résidus congédiera la pensée. Et le pouvoir capitalistico-médiatique dont nos gouvernements ne sont que des ersatz à vocation répressive, l’a très bien compris qui achète la domestication de l’électeur-consommateur en mal de misères à jouir.

Tenez! Avez-vous appris que la BNP souhaitait rendre son argent à l’Etat? Bigre! Un banquier qui paye ses dettes cela devrait inquiéter y compris la crédulité du moine. En général l’usurier est là pour vous taper et non pour vous enrichir. Est donc avisé le grincheux qui comme La Feuille De Manioc pense qu’il y aurait maldonne à voir des rapetouts pressés de rembourser les créances de l’Etat. Qu’est-ce que ça cache?

Souvenons-nous d’une n’info puisque nous pensons à froid sur les choses chaudasses: «Les banques françaises peuvent désormais se financer sans garantie publique» titrait avec autorité Le Figaro le 16 septembre dernier. «Les banques françaises n'ont plus besoin de béquille. Elles peuvent désormais se financer par elles-mêmes. C'est le message que Baudouin Prot, le nouveau président de la Fédération bancaire française (FBF) et directeur général de BNP Paribas, a fait passer ce mercredi lors d'une audition devant la commission des finances du Sénat.» SOurce Le Figaro.

Pour un message, le gogo s’est fait masser en douceur. Outre la fonction répressive, le gouvernement, doit faire semblant de gouverner. Christine Lagarde a donc fait savoir sur Radio Classique qu'elle demanderait la «reconduction [du dispositif de surveillance] pour une période d'une année» ajoutant qu’«il faudra en temps opportun sortir doucement du système dès lors que les banques sont, un, suffisamment recapitalisées et, deux, dès lors qu'elles financent l'économie.» Attention! Il ne faut pas se fier aux apparences. Dans ces milieux délicats, une escarmouche publique équivaut à une bataille sanglante dans la rue.

Lire la suite

29/08/2009

Fertilité des noirs, Bongo succède à Bongo

Narmer%5B1%5D.jpgNoirs fertiles, l’usurpateur de Libreville et les imposteurs de Paris

Comment ça sans rapport? Pas si vite! Il y a un lien plus étroit qu’il n’y paraît. Lisez seulement… C’est bien connu, les noirs de France sont courageux. C’est incontestablement en vertu de ce courage qu’ils expriment leurs revendications identitaires sur Internet à travers des pseudos tous les uns plus farfelus que les autres, Kem, Kemet, Kemetic, Kam, Kamit, Kamitic, et tic tic ci, et toc toc là. A croire que c’est compulsif. On vous passe les vapeurs délirantes des Horus, Narmer, Aménophis, Toutânkhamon, Ramsesu, Piânkhy, Taharqa. Des pseudos adoptés un soir de désœuvrement, entre deux pétards de mauvaise facture ou deux verres de picrate qui rend aveugle, pour se vêtir d’une gloire dont les mêmes sont en tous points indignes. En vérité, de soi-disant militants en demande de soins psychiatriques. Leur état explique pour partie la question noire en France. Rares sont ceux qui se présentent sous leurs nom et prénom pour dire ce qu’ils exigent de la cité comme citoyens. Tous se dissimulent derrière les légendes de l’âge glorieux des noirs de l’ancienne Egypte, lorsque le noir n’était pas ce battu de l’histoire que le premier caniche vient insulter et se faire applaudir jusqu’à Dakar, lorsqu’il n’était pas encore assigné à se cacher derrière un clavier d’ordinateur pour rêver d’épopées héroïques révolues:

«Contrairement à la symbolique chrétienne, le noir (kem) n'avait pas de connotation négative dans la pensée des anciens Égyptiens. Si elle est bien la couleur de la nuit et du royaume des morts, elle est avant tout le symbole de la renaissance et de la fertilité. Le noir, couleur du limon fertile apporté par la crue annuelle du Nil, est en effet fortement lié à la symbolique de la renaissance. Le limon déposé sur les berges permettait aux cultures égyptiennes de « renaître » après une saison de sécheresse où les plantes semblaient « mourir ». Ce limon, vital pour un peuple d'agriculteurs, donnera le nom ancien de l'Égypte, kmt (kemet), « la (terre) noire ». Source Wikipedia, Symbolique des couleurs dans l’Egypte antique.

Ci-contre Narmer, un Pharaon nègre de chez négro... Eh oui, il fut un temps où «noir» n’était pas une disqualification mais une esthétique spirituelle, noble. Ces noirs-là étaient toutefois différents des aliénés qui donnent à voir leur dégoût du manioc comme spectacle. En effet, les seuls à afficher leurs patronymes en oripeau sont les aliénés de leur espèce de peau, en ce qu’ils aspirent à métisser leur noirceur : «être métis ou ne pas être, c’est la question» shakespearienne à la sauce bantoue des bords de Seine. Le métissage tout un programme, hier encore bavé chez le fatal Yves Calvi (C’est dans l’air 28.08.2009, La Cinq), un mot-valise à la mode depuis Obama, brandi à toutes les sauces par les trous-du-cul du sérail. En effet, vous apprendrez si vous voulez être branché, que la négritude est révolue depuis que la créolité est l’essence identitaire en devenir. Le hiatus est donc que des noirs se dégoûtent comme noirs et entendent le faire savoir, et que d’autres qui se réclament noirs se cachent.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu