Avertir le modérateur

29/09/2009

Nestlé 608.000 euros: questions autour d’une condamnation

discrimination-61bac.jpgDes farceurs et des farcis

Rebelote pour notre adage invariable. Dans la vie il n’existe que deux catégories de personnages:

  1. ceux qui se font enfiler
  2. ceux qui sont nés du bon côté de la partouze, ou sinon qui ont des amis nés de ce côté-là, et enfilent les premiers.


Au milieu de l’actualité chaudasse de la Gaule érectile qui a vu se dresser tout ce que Paris compte de personnalités politiques, médiatiques et culturelles pour sauver le Grand Roman, nous revenons à froid décision de la Cour de cassation datant du 13 janvier dernier, rendant définitive la condamnation de Nestlé, et qui n’a été rapportée que maintenant. Pourquoi? Le montant de la condamnation n’est pourtant pas banal: 608.000 euros de dommages et intérêts pour discrimination syndicale. A noter que le récipiendaire est un cégétiste et membre d’Attac. Il n’est pas seul et plutôt bien entouré. Le pourvoi a été défendu devant la Chambre suprême par Me Masse-Dessen. «C'est une victoire et un record de réparations pour discrimination syndicale, mais il a fallu six ans de bataille judiciaire. On espère que ça va encourager d'autres salariés à faire valoir leurs droits, sachant que la discrimination pèse sur la syndicalisation des cadres», dixit Jean-François Bozinger, secrétaire général adjoint de l'Ugict-CGT. Vous aurez remarqué la préoccupation de ce membre de l’escadron de la CGT en la matière: elle est strictement syndicale. Lorsqu’on se reporte à l’arrêt on retrouve le réseau bien implanté de ce syndicat. Notons aussi une autre chose. En France, hormis l’Oréal, lorsqu’une grande entreprise est condamnée sur ce chef de demande, c’est en général une enseigne étrangère. Allez savoir, a-t-on puni l’Oréal pour ses relations commerciales avec le monde arabe? Les pétromonarchies sont un grand marché… A cet égard, Nestlé ne déroge pas à la règle. Parce que, c’est bien connu, les patrons français et les enseignes françaises, par principe, ne discriminent pas, et la Halde est là pour le confirmer…

352537937.jpgOr, en l’état des textes européens transposés en droit interne, l’article L.1132-1 du code du travail dit que c’est à l’employeur de démontrer en cas de litige, que ses décisions de blackbouler ou de bougnoulbouler, Mamadou ou Hossein sont objectives et n’ont aucun lien avec une discrimination. Il suffirait à ces malheureux, et ils sont des millions dans ce cas, d’apporter les éléments de preuves, c’est-à-dire des indices, qui laissent supposer une discrimination. Pourquoi ne le font-ils pas? Pourquoi sont-ils si pauvres? Parce qu’il n’y sont pas disposés, ils préfèrent faire les pleureuses, que les syndicats s’occupent de leur pomme et de leur fric, que les pouvoirs publics ne les y encouragent pas préférant subventionner des machins qui ne servent à rien tels que Sos-racisme ou la Licra, que la Halde incite les victimes à négocier ce type de délit plutôt qu’à poursuivre. Et qu’enfin, les nègres et les bougnoules eux-mêmes participent de cet état de non-droit qui s’applique à eux car pour être esclave ou serf il faut être deux. Eh oui, le racisme négrophobe ou arabo-islamophobe est le seul délit portant atteinte au préambule de la Constitution qui soit non pas seulement autorisé mais encouragé dans la mesure ou sa résolution est ouvertement négociée. A part cela, n’importe qui sur talonnette vous dira en France qu’il faut expédier fissa un gamin en taule pour 5 ans parce qu’il a chipé un téléphone. Bienvenue en Gaule, ce n’est pas un polar, mais tout un Roman…

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu