Avertir le modérateur

26/10/2009

Discrimination: Casimir sur Jean de Neuilly son Père

lozes2.jpgMélaniser l’Epad de Jean-Fils de «Mon mari».

Forcément! Il ne pouvait manquer à la curée. A vous donner envie de soutenir Jean De Neuilly-son-Père. Casimir ne pouvait pas laisser passer pareille occasion d'y aller de son couplet obamanique. Lui qui n’a rien à dire sur rien. A travers les faveurs à Jean-Fils de Neuilly Sa Mère, alors que tous les commentateurs voyaient de concert avec la blogosphère l’abus autocratique de notre Empire décimétrique, Casimir seul contre tous y a vu une expérience raciale... A force de tirer sur la rengaine raciale pour ne rien en faire si ce n'est se bâtir un carrière de félon, la corde s'use.

Partrick Lozès auquel 20minutes.fr accorde étrangement une visibilité usurpée sur sa plateforme de blogs, tout simplement parce qu’indépendamment de cela les fadaises de cet agitateur de couleur sont lassantes, Casimir donc s’est récemment fendu d’un billet pour nous expliquer doctement, il est pharmacien, qu’«il n'est pas exagéré de dire que pendant 15 jours, les français ont vécu le quotidien des minorités visibles!». A se damner… Que sait donc ce produit de la cooptation de la discrimination raciale? Rien. Comme Jean, de  la circonscription de la Chèvre de Neuilly sa mère, notre Casimir noiriologue est aussi le fils d'un notable auquel le rejeton doit son destin et notamment son carnet d'adresses. Le père de Lozès fut de ces dignitaires africains qui ont géré les indépendances et tant brillé par leur mérite que le continent se meurt dans l’état où il se trouve.

Plus généralement il est toujours bon de rappeler à ceux qui l'auraient oublié, que la plupart des leaders prétendument indépendantistes afiricains étaient déjà à l'époque des cooptés de la putassière internationale maçonnique. Déjà... Un noir franc-maçon ça sert à quoi au fait? A la même chose qu'un noir chrétien ou musulman. A rien. Pendant qu'ils sont occupés à grimacer les apparences de leurs maîtres, à implorer la fortune à genoux le front par terre, à un Dieu célibataire et irascible, au lieu de bâtir des Etats viables pour leurs peuples, d'autres plus malins  qu'eux pour leur avoir refilé une telle divinité incompétente, il n'y a qu'à voir le désastre du monde, et une telle maffia, il n'y a qu'à voir comment s'enrichissent ces prétendus humanistes, pendant la prière disions-nous, les malins s'occupent de leur affaires, et les noirs, comme d'hab se font farcir. Jouissif! Allez à l'église, allez poser vos culs fétides dans les loges où vous partouzez. Vous laisserez sur terre tous vos honneurs usurpés et vos enfants auront raison de déféquer sur vos tombes. A la fin il n'y a que la mort qui gagne...

Revenons à Jean de Neuilly sa mère. A son propos, Patrick Lozès nous parle de discrimination mais c’est un usurpateur! Une petite frappe sélectionnée par les réseaux pour sa capacité à s’aliéner sa propre identité. Résultat, le Cran fait fonds de commerce d’un racisme à l’envers. «Pourvu que cet épisode de lucidité collective serve la cause de la diversité, celle de la lutte contre toutes les discriminations et celle de l'égalité des chances.» Si vous avez envie de marcher à quatre pattes…

Diversité ou Cailleras and C°

Sous le masque de la diversité, les fausses luttes contre la discrimination et pour la diversité donnent cependant des rapprochements inattendus. L’apothicaire du Cran  est désormais copain comme cochon avec Manuel Valls, un autre personnage bizarre, soucieux de nuances et qui avoue vouloir javeliser la ville d’Evry. Rappelons que Manuel Valls qui a des ambitions très sécuritaires pour le PS, c’est sa manière de voir la gauche, est, entre autres, l’ami d’Alain Bauer ancien Grand Maître, et qu’il fréquente l’Elysée sans complexe. Traître? Pensez-vous, entre républicains on peut se parler… Et Valls n’a pas, comme le reître Besson, franchi le rubicon. On ne va pas chier une pendule pour si peu!

Lire la suite

26/08/2009

Rocard, l’esprit frappeur

Emberlificotorus socialotogique

Asseyez-vous pour ne rien comprendre et vous comprendrez pourquoi les observateurs font mine de comprendre Michel Rocard et de lui faire croire qu’il est intelligent. Eux-mêmes étant d’achevés crétins, encenser un des produits les plus avariés de la gauche bourgeoise française pour ses propos abstrus leur permet d’accréditer qu’ils sont aussi intelligents que Rocard qu’ils comprennent en ce qu’il est incompréhensible.

«Vous êtes en activité grâce à Nicolas Sarkozy» rappelle perfidement un journaliste de France Inter-Pravda qui mime sa vocation. «Qu’est-ce que vous soutenez dans l’action de Nicolas Sarkozy?» Attention l’emberlificoteur de l’abscons va gicler: «pour le moment le Président de la République a au moins réussi à mettre en mouvement une  intention réformatrice en France» A tes souhaits Mimi, mais faudrait peut-être voir à changer de marque ou d’approvisionnement. Parce que là, soit c’est frelaté soit ça fait mal à la tête… Et laquelle intention réformatrice peut-on savoir? La suppression de la taxe professionnelle. Toute une carrière pour entendre ça!

Attachez votre ceinture l’esprit de Michel Rocard va encore frapper: «il est clair qu’il, le Président bien sûr, est inquiet sur la batterie d’instruments que le système de pensée classique de la droite française nous a laissé». Et de rajouter, «C’est clair qu’il a compris ça.» Quant à avoir compris Rocard, c’est moins sûr et c’est peut-être pour cela que l’Empereur lui aussi n'étant pas en reste de ses con-citoyens de Pravda-Presse, l’a choisi. Au pays des aveugles...

Rocard balance pour mieux expliquer sa félonie. Au PS il n’y aurait plus que des rivalités d’ambitions «stupides». Il réclame donc que le PS travaille au programme d’abord. Pour les petites phrases, il est compétent. C’est un tacle de huguenot. Ce mec comme tous les protestants du PS déteste Ségolène. Souvenez-vous du looser en chef, le grisonnant frisé, Lionnel Jospin bordel! C'est évident... Rocard réclame donc que le PS affiche d’abord son programme pour éliminer la diva d’avenir que les militants désirent. «Le PS a perdu l’habitude d’approfondir les problèmes.» Encore une question de doigt. Lui Rocard est dans les profondeurs, mais abyssales alors. «On ne lit plus» rue de Solférino, Michel est donc allé se faire lire auprès du Petit Nicolas qui, comme tout le monde le sait, lit de grands auteurs depuis cet été. Rocard est assez grand pour l'Empereur à talonnettes.

Lire la suite

16/07/2009

Aubry Valls, missiles à longue portée

manuel-valls1.jpgLe roquet du PS s'est fait taper sur les doigts

Casse-toi. C’est en substance ce qu’a voulu dire Martine Aubry à Manuel Valls qui pavoisait encore le 14 juillet à la petite sauterie du Château organisée par «Mon mari» de Carla. Du côté des Méphisto franc-maçons, de la loge Infini, comme des autres sectes, on s’est persuadé que les idées de la réaction ont définitivement contaminé l’opinion française. Pour s’assurer du pouvoir, il faut vérifier que toute alternative à Sarkozy soit un clone de gauche du même Sarkozy. Remarquez, ces conseillers obscurs n’ont eu aucune peine à convaincre l’ego du Maire d’Evry, et l’inciter à déborder le PS sur sa droite pour concrétiser le destin national dont il rêve de nuit comme de jour.

Les milieux d’influence ont donc décidé de propulser sur orbite cet homme si neuf, aux idées et aux pratiques si neuves qu’il fut ancien conseiller de Michel Rocard à 27 ans, déjà un prote, puis chargé de la communication de Jospin lors du gadin de cet autre protestant, c’est dire si le bonhomme a du jugement. Vous souhaitez perdre choisissez Valls. Cet homme du sérail est tout à la fois un looser politique et une girouette éthique qui a toujours su faire le mauvais choix. Lorsqu’il rejoint Ségolène Royal sur le tard, mais le très tard alors, Besson avec lequel il aurait pu partager la loge jusqu’aux chaussons, monte dans le «bon» wagon. Valls reste à quai et se console en tapant sur sa famille politique. Valls croit comme Lang, comme Kouchner, comme Boeckel, qu’il est socialiste. Ce sont peut-être des opportunistes, mais des faux derches c’est sûr…

A la faveur des connivences médiatiques germanopratines, franc-maçons et journalistes germanopratins étant, au moins, dans des rapports incestueux, les colonnes des PQ et les fenêtres de télés se sont donc offertes dans les grandes largeurs à l’exercice de dénigrement du PS par le petit Maire d’Evry. Depuis le Congrès désastreux de Reims, le roquet d’Evry applique la seule chose qu’il sache faire de mieux, parler creux, maquiller l’idiotie politique et l’incurie intellectuelle par les mots valises dont les media ont labouré le terrain: «mettre l’individu au centre de la politique». Autant dire un doigt au centre de l’individu. Tu parles d’une foutaise! Son projet de société? Rebaptiser le PS.

Le parrain de Gaston Kelman, le noir aspirant blanc et ex-camerounais bassa, qui abhorre le manioc et pense devoir le vitupérer pour susciter l’attention, se revendique blairiste. Manuel Valls peut se faire l’héritier de Blair et même de Thatcher, qu’importe le désastre, d’autant qu’aucune complaisance journaliste parisienne ne le confrontera à l’échec cuisant de la lune sociale-démocrate telle qu’elle se manifeste actuellement sur les bords de la Tamise, car c’est bien du bilan de Tony Blair dont les britanniques font les frais en temps de crise.

Vient l’essentiel. Dans Libé-Pravda du 16.07, Paul Quino dit volontiers du Maire d’Evry qu’il «partage (avec Ségolène Royal) le goût de prendre le PS à rebrousse-poil. Notamment sur la question de la sécurité, centrale pour lui depuis son élection à la Mairie d’Evry en 2001.» C’est qu’alors la sécurité est l’euphémisme de la question raciale. Manuel Valls est fils d’immigré mais, persuadé d’avoir un destin présidentiel, il flatte la fange populaire qui se satisfait de voir en l’étranger les sources de nos misères sociales, et dans le discours sécuritaire les solutions aux défis posés à la Nation. On l’a vu récemment dans une provocation vidéo savamment préparée, puisque Manuel Valls portait un micro couplé au dispositif qui le filmait dans les allées du marché d’Evry. En France, la race est un matériau politique qui se cisèle en prévision des échéances. Car il faut faire du Le Pen sans Le Pen, dire la haine de l’autre, sans s’exprimer comme Le Pen. Il est vrai que le leader frontiste tient à notre langue et préfère dire «les français d’abord». Il ne lui viendrait pas à l’esprit de dire, les «blancos d’abord». Ca change tout… On suivra la lutte des éléphants du PS car Manuel Valls qui est tout sauf un rénovateur est, et depuis bien belle lurette, un jeune vieux croûton du parti socialiste. LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu