Avertir le modérateur

10/02/2010

Identité de ta mère, hongrois qu’il est français mais on croit à tort.

Fins de race…

Qui n’est pas bâtard lève le doigt. Voici une forêt de majeurs brandis avec vanité dans un élan unanime, tels des doigts d’honneur à la souillure du sang national. Nous sommes dans les cercles dirigeants de la Gaule d’en haut… C’est qu’on ne doute de rien du côté de ceux qui nous gouvernent, au sommet de l’Empire, à la tête des entreprises, dans les Loges, au MEDEF, dans les médias… Ne pas s’étonner que de telles souches pures ânonnent «qu’un sang impuuuur abreuve nos sillons» et se cooptent entre consanguins.

Paraîtrait donc qu’une bande d’abrutis a décidé de veiller à rapiécer notre identité dépiautée. C’est pourtant simple la vie et l’on devrait l’enseigner à ces âmes pures de l’ENA, sciences-po et HEC qui se croient missionnées au milieu des Navis pour sauver ces malheureux de leur propre perte. Lorsqu’une mère, admettons qu’elle s’appelle Gertrude, accouche d’un gros petit garçon, il n’y a vraiment que quelques névrosés du cul au microcosme parisien pour penser qu’icelle songe à ce moment précis avoir mis au monde un petit françois à l’identité nationale 100% pure souche.

911577-1078343.jpg?v=1265708486

Nous croyons savoir à la Feuille de Manioc qu’en général Gertrude se préoccupe de lui donner un prénom, Hilarion, quelle idée!, et forme des vœux simples pour son petit bout de chou, qu’il grandisse dans l’amour des siens et ait une vie heureuse et digne. Las, et nous sommes les premiers anticléricaux à le déplorer, tout de suite après la péridurale, Gertrude pense fatalement baptême, chiffons, nounou. Et qui croyez-vous qu’elle choisit pour parrain (God father disent les Brittons) de son rejeton? Bibi… Une tuile pour des athées tels que nous. Mais voyez-vous, jusque-là pas de drapeau tricolore ni de cocorico qui vaille.

Ce genre de tintamarre cocardier ne peut arriver qu’un peu plus tard et encore c’est rare, lorsque le Protais de père débarque, géniteur officiel d’Hilarion, officiel car qui sait, nous disions bien tous des bâtards… Mais reprenons, alerté par sms en cours de jeu, débarque donc à la maternité de Jouy, un Protais surexcité d’être le papa d’Hilarion, nanti de son attirail de supporter du Quinze de Brive-la-gaillarde et précédé de coups de klaxons avinés.

Lire la suite

01/12/2009

Ca pète entre le Guillon et le reître Besson

Ce qui donne de l’ivoirien à la françoise: «Ca gaze, ma gazelle?»

Réponse de Françoise: «fait la vaisselle Dosso! Sinon c’est retour au bled». Mais c’est quoi donc le statut d’une actu en Frônce bordel! Faut-il pour faire la une des journaux Pravda, uniquement une gesticulation du caméléon Sarkoléon ou une discrimination bien conspirée de derrière les fagots, c’est-à-dire un bidonnage sans conséquence si ce n’est faire mousser le losers Lozès et le démanioquémane Kelman? Ah certes il y a le vol de portefeuille à la tire si on est auvergnat et qu’on s’appelle Ahmed, et le dépiautage de scooter si vos parents vous ont prénommé Souleymane. Mais tout cela est un tantinet risqué pour seulement passer à la télé car au bout, par temps d’élections, c’est le gnouf assuré et en comparution immédiate.

eric_besson.jpgDeux fois: c’est quoi le statut d’une actu en Frônce? Sérieux, on a du mal à suivre. Voila un truc qui passe sous silence mais qui aurait du faire phosphorer nos cerveaux d’experts d’Yves Calvi au soliloqueur Christophe Barbier. Songez que Stéphane, l’aiguillon qui sévit à coup de bourre-pifs dans le PAF est une fois de plus allé de son ironie acidulée, cette fois-ci sur les «mariages gris» et pour l’exemple, pas n’importe lequel. Le Stèfe a évoqué la situation personnelle du sinistre de la clôture entre les «Nous c’est nous» et les «Eux c’est eux», Eric Besson lequel menacerait de porter plainte contre France Inter. Il se chuchote dans les colonnes du JDD qu’il est en négo avec le pote de son pote Philippe Val pour la plainte. Du motif et de la base légale de celle-ci on ne sait encore rien. Gageons cependant que ce sera soit injure soit diffamation publique envers un particulier. La diffamation c’est l’omnibus des prétoires donné aux nantis pour emmerder les saltimbanques, les petits et les démunis.

Mais au fait! La pointe d’humour ne manque pas de piquant lorsque le Guillon évoque les amours étrangères de sa victime. Une aiguille dans l’fion et une!

«Depuis dimanche, nous dit l’aiguille, c'est la toute nouvelle idée d'Eric Besson afin de lutter contre l'immigration clandestine, s'attaquer aux mariages gris. Le mariage gris, qu'est-ce que c'est? C'est quand un vilain sans papier abuse de la naïveté d'une gentille petite Française en la séduisant, puis en l'épousant uniquement pour obtenir des papiers. Et une fois qu'il les a, il la jette comme un Kleenex. Le mariage gris, il faut faire gaffe! Ca peut arriver à n'importe qui!»

Soucieux de petites culottes

Dans une rare unanimité, la Presse-Prvada qui pète dans ces cas-là en douce sur le rouge-fétide des coussins parisiens, semble ne pas vouloir traiter de la question. Or il ne s’agit pas de vie privée mais bien d’un fait politique majeur en plein débat sur l’identité nationale. Paraîtrait selon l’acide Guillon qu’«En 2004, sur 88.123 mariages mixtes, 395 ont été annulés pour caractère frauduleux». Si ce n’est pas un sujet politique, mais que font les politiques? TV Mag est l’un des rares à avoir relayé le fait et encore, il n’y a pas d’analyse, le télégramme est de rigueur. Suivons:

«Victime d'une chronique très acide de Stéphane Guillon la semaine dernière, Eric Besson n'a pas tardé à réagir. Le ministre de l'Immigration et de l'Identité songerait à porter plainte contre l'humoriste. Selon Le Journal du Dimanche, il se serait entretenu avec Philippe Val, le directeur de France Inter à ce sujet. Affaire à suivre donc...» Lien.

Lire la suite

28/11/2009

Burka: 156 femmes meurent chaque année en France

Journée de la femme battue

Récemment, le 12 novembre, une «‘tite counnasse» de Garges-lès-Gonesse pour paraphraser Bin Laden des Guignols, est entrée au Palais Bourbon parée d’un voile islamique. L’intolérable provocation de Myriam faite à Marianne ne pouvait rester sans réponse, même si pour les deux femmes, la différence tient à la déclinaison du même prénom. Alors tollé dans les rangs des pieds-plats de la majorité. Il faut policer, réglementer, décréter, légiférer. L’exercice politique selon l’UMP, c’est une loi par actualité…

Plus récemment encore, Jeudi 26 exactement, la Nation à l’unisson du monde célébrait la journée de la femme battue, car c’est ainsi que ce jour de deuil devrait s’appeler. C’est drôle le nombre important de mâles léchés à l’envers ou bercés trop près du mur qui sévissent dans notre Gaule érectile. Leur production? 156 foufounes définitivement mises hors du marché parce que retirées de la vie sous les coups d’Attila domestiques abrutis. Certains pensent que le chiffre est sous estimé. Du côté de la virilité, on est fier de sa quéquette avec ça! Ca roule les mécaniques et ça fait la leçon du civilisé à la terre entière.

Que fait le gouvernement pour répondre aux femmes que les Attila domestiques ne font pas semblant de bastonner? Il fait semblant de gouverner au moyen de ce qu’il sait faire de mieux: des annonces. Certes le spot du gouvernement contre les violences présenté ci-haut est plus utile que les annonces politiciennes. Le Fillon et la Morano annoncent donc des mesures et même, pincez-vous le nez tant ça poque, disent vouloir ériger la femme battue en grande cause nationale. Le Point Pravda rapporte qu’un «nouveau spot pour le numéro d'appel 3919 "Violences conjugales Info" sera diffusé à la télévision à partir de mercredi, a-t-on indiqué dans l'entourage de Nadine Morano.» Benêt a-t-il mal ouï ou bien c’est le cérumen qui lui a ciré les oreilles? Du Congrès de Versailles jusqu’à la Chapelle-en-Vercors, on avait cru avec lui que c’était la Burqa le problème des femmes en France. Et voila que la réalité de la baston nous réveille de gueule de bois en gueules de cons. Farfouillons donc dans ce trou noir pour voir…

En grattant on découvre un papier d’Ignacio Ramonet du Monde Diplomatique qui relatait que «la violence des "mâles" est la première cause d’invalidité et de mortalité avant les accidents de la route ou le cancer...» des femmes. Fichtre! Et plus ça change, plus c’est la même chose. En grattant un peu plus on apprend qu’en 1999, le droit de savoir, une émission de la boîte à cons (TF1 dixit les guignols précités) déclarait qu’au moins 2000.000 de femmes avaient été victimes de violences conjugales en France et que 400 mouraient sous les coups de leur conjoint chaque année, soit plus d'une femme par jour.

Nous voilà donc tels qu’en nous-mêmes, civilisés et entrés dans l’histoire par la barbarie. Ca c’est fait, et c’est pour le moine copiste du Château qui pompe déraisonnablement Hegel. Pour un tableau synoptique des horreurs masculines conjuguées au féminin, vous pouvez, y compris si vous êtes un de ces ours, surtout si vous en êtes un, vous rendre sur le site Sos Femmes, ou encore Population Data. Sinon, il y a d’autres lieux citoyens qui relatent la connerie masculine. Il suffit dans Google de taper [machos + connards + hommes], ça l’fait aussi…

Sociologie du bâton et de la bite en Gaule érectile.

Revenons à la célébration macabre de jeudi offerte par des Tarzans domestiques qui ont de curieuses manières d’aimer leurs conjointes réduites en épouses de tous les coups, pas ceux à jouir, ceux qu’elles reçoivent dans la tronche. «Au total, 675.000 femmes ont été victimes de violences lors des deux dernières années, soit de leur compagnon soit d'un autre membre de la famille. 156 femmes sont mortes en 2008 sous les coups de leur compagnon.» Source Le Point Pravda. Paraîtrait aussi que taper sa femme coûte à la collectivité 2 milliards d’euro. Or, en temps de crise même le plus machos des idiots pourrait s’en inquiéter:

«Le coût global pour les vingt premiers téléphones (la mesure phare du gouvernement NDLR) est d’environ 120600 euros. «Très loin de ce que coûtent aujourd’hui les violences faites aux femmes, environ 2 milliards d’euros, non pour les aides aux victimes, mais à cause des arrêts de travail et des congés maladie », détaille Ernestine Ronai, responsable de l’observatoire.» Source L'humanité Pravda.

«Prends ça grognasse, t’es qu’une conne!» Ca c’est pour la tendresse… Eh oui! «J’aime donc je bastonne» est la version cartésienne de notre identité masculine, donc de la moitié de notre identité nationale. Les hommes forment la moitié de la France. Pour la part de la Feuille de Manioc, nous observons que la sociologie de la baston en Gaule fait voler en éclat la propagande de l’idéologie dominante, et que le non-dit qui entoure l’origine ethnique et les catégories sociales de ce massacre encouragé s’il n’est admis, en dit long sur la glose à propos de l’identité nationale. On n’en démord pas car il ne faut pas prendre des vessies pour des couillons.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu