Avertir le modérateur

10/02/2010

Identité de ta mère, hongrois qu’il est français mais on croit à tort.

Fins de race…

Qui n’est pas bâtard lève le doigt. Voici une forêt de majeurs brandis avec vanité dans un élan unanime, tels des doigts d’honneur à la souillure du sang national. Nous sommes dans les cercles dirigeants de la Gaule d’en haut… C’est qu’on ne doute de rien du côté de ceux qui nous gouvernent, au sommet de l’Empire, à la tête des entreprises, dans les Loges, au MEDEF, dans les médias… Ne pas s’étonner que de telles souches pures ânonnent «qu’un sang impuuuur abreuve nos sillons» et se cooptent entre consanguins.

Paraîtrait donc qu’une bande d’abrutis a décidé de veiller à rapiécer notre identité dépiautée. C’est pourtant simple la vie et l’on devrait l’enseigner à ces âmes pures de l’ENA, sciences-po et HEC qui se croient missionnées au milieu des Navis pour sauver ces malheureux de leur propre perte. Lorsqu’une mère, admettons qu’elle s’appelle Gertrude, accouche d’un gros petit garçon, il n’y a vraiment que quelques névrosés du cul au microcosme parisien pour penser qu’icelle songe à ce moment précis avoir mis au monde un petit françois à l’identité nationale 100% pure souche.

911577-1078343.jpg?v=1265708486

Nous croyons savoir à la Feuille de Manioc qu’en général Gertrude se préoccupe de lui donner un prénom, Hilarion, quelle idée!, et forme des vœux simples pour son petit bout de chou, qu’il grandisse dans l’amour des siens et ait une vie heureuse et digne. Las, et nous sommes les premiers anticléricaux à le déplorer, tout de suite après la péridurale, Gertrude pense fatalement baptême, chiffons, nounou. Et qui croyez-vous qu’elle choisit pour parrain (God father disent les Brittons) de son rejeton? Bibi… Une tuile pour des athées tels que nous. Mais voyez-vous, jusque-là pas de drapeau tricolore ni de cocorico qui vaille.

Ce genre de tintamarre cocardier ne peut arriver qu’un peu plus tard et encore c’est rare, lorsque le Protais de père débarque, géniteur officiel d’Hilarion, officiel car qui sait, nous disions bien tous des bâtards… Mais reprenons, alerté par sms en cours de jeu, débarque donc à la maternité de Jouy, un Protais surexcité d’être le papa d’Hilarion, nanti de son attirail de supporter du Quinze de Brive-la-gaillarde et précédé de coups de klaxons avinés.

Lire la suite

09/09/2009

De Langlade, poussé à la Glandade

paul-girot-de-langlade-3573893hffzm_105.jpg

Officier à la réserve

Mis à la retraite d’office. On apprenait ce matin que notre Girot était appelé à faire valoir ses droits à la glandouille. Il va pouvoir se les gratouiller en ruminant sa défense et sa vengeance. Mais bordel quelle secte en veut à Paul Girot? Lorsqu’on songe que le crime de ce mec sans épaisseur est d’avoir dit, à propos de la répartition ethnique chez les bagagistes et les tripatouilleurs de corps d’Orly, qu’il y avait trop de noirs à son goût ce dont il s’en déduisait qu’on se croirait en Afrique… Vise un peu, Orly-Sur-Sanaga. Ouaip, ça a de la gueule.

Quoi qu’on dise, les boulots de merde dans les aéroports, ce sont encore les noirs et les arabes qui le font à Orly comme à Roissy, alors de là à faire passer un constat ethnologique et statistique en injure raciste, faut pas pousser non plus! Même si chacun sait que les propos de Girot furent bien au-dessous de ce qu’il pensa. Il aurait donc échappé à la peine de mort!

C’est quand même comique un gouvernement qui simule la lutte contre les discriminations, et des associations qui n’ont de représentatif que la couleur noire, oh pardon, on dit mélanique, et surtout nique, des noirs disions-nous associés en malfaiteurs qui n’ont que la mélanine de leur peau dont ils font un marchandise à prostituer, c’est quand même comique de tous les voir vociférer derrière Paul Girot De Langlade. Le doigt dans l’œil et dans le cul avec.

Pignoufs

Prenez-nous pour des pignoufs, vous aurriez tort de vous en priver. Nous en sommes. Nanard (Tapie) avait une formule expéditive pour réduire ce genre de charivari à ses impostures. Casser le thermomètre ne permet pas de faire baisser la fièvre disait Tapie, même si ça permet de masquer la température. Eh bien, si ça vous parle ou si ça vous chante, si du fond de vos vanités vous n’avez que cela à faire, trucidez donc ce Langlade et qu’on en parle plus!

Quel que soit ce qu’il a dit et ce qu’il a fait, cette fois-ci et toutes les autres précédemment, Paul Girot de Langlade est un prétexte pour se faire une virginité. Si l’élite de ce pays le pense, que l’on restaure la guillotine et qu’on rétablisse la peine de mort, s’il faut ce malheureux en victime expiatoire du racisme institutionnel. Le racisme, la norme des milieux qui nous dirigent, dans les partis politiques, au sein des entreprises, dans les syndicats. Paul Girot de Langlade n’est pas responsable de l’apartheid social, dixit un commissaire du gouvernement, et racial dans lequel est maintenu la France, il n’est pas responsable du racisme qui sévit dans le management des grandes entreprises. Quant aux syndicats ils sont, comme les associations noires, trop affairés à aller à la mangeoire. Quand est-ce qu’on parle des charrettes de licenciements, des bonus des patrons, du bouclier fiscal et tout le toutim? Branleurs… LFDM

29/08/2009

Banque: demandez plus, demandez la police

Zéro immigration, demandez plus à votre banque

«Si j'avais participé à la fiesta des blogueurs à la Comète du Kremlin-Bicêtre, ce soir, je me demande si, demain matin, je n'aurais pas été vomir mon admiration fermentée à la gueule de cette vigilante personne, travaillant dans une banque qui aurait pourtant intérêt à se faire oublier, tant elle traîne une casserole honteuse.» C’est du Jean-lou, et pour du vomi, c’est franchement dégueulé. Prend-ça dans ta tronche de délateur tête de con et fin d’espèce!

On apprend via l’indignation d’un internaute branché sur Rue89 que les «interpellations déloyales» pratiquées à la suite d'un piège ne sont plus l'apanage de l'administration mais gagnent les entreprises privées. A l'instar de cette agence de la LCL (ex-Crédit Lyonnais) à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui le 7 août a convoqué Mamadou, Malien de 33 ans en situation irrégulière et client sans histoires depuis huit ans. A l'occasion d'une demande de renouvellement de carte bleue, le guichetier a soudainement pensé qu'il serait bon de prévenir la police qu'un doute existait sur la validité de ses papiers de Mamadou -dont on taira le nom à sa demande.» Des faux, papiers qui expédient fissa Mamadou le malien en Centre de rétention administrative, Cra, et on est prié de ne pas bégayer l’acronyme car Cra-cra risquerait fort d’hérisser le poil du Hortefeux. Songez que:

«En septembre 2008, dans le XIIIe arrondissement, une femme en situation irrégulière a voulu faire renouveller sa carte bleue. On la lui a délivrée puis on s'est rendu compte, au jugé sans doute, que les papiers n'étaient pas valables. L'agence a décidé de bloquer la carte, de sorte qu'elle soit obligée de prendre un rendez-vous pour la faire débloquer. Quand elle est venue, la police l'attendait.» Rue 89

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu