Avertir le modérateur

06/02/2009

Racisme en France, la complicité des média et des politiques

marianne.jpgFlatter la clientèle des communautaristes noiristes

De moindre affluence malgré plusieurs initiatives tendant à récupérer l’effet OBAMA, le dîner du annuel du CRAN (05.02.2009) a encore réuni des personnalités et mobilisé des media dont la participation ne s’explique toujours pas. Ce raout annuel pourrait être la pâle copie de celui du CRIF. Il en manifeste les misères; la même exploitation politicienne, lobbyiste et antirépublicaine, ici la rente raciale, là la rente et confessionnelle et raciale; le même marchandage communautariste, exacerber les tensions réelles issues de la négrophobie et de l’antisémitisme, mais uniquement à l’effet de truster ces problèmes au profit de leurs lobbies et clans. Car en effet, si la manne financière de la lutte contre le racisme est très importante, l’influence politique de sa clientèle pourrait le devenir. Partant de la mutation sociologique de la France, l’objet pour ceux-ci est de travailler à disperser la communauté nationale à travers des guichets minoritaires; juifs, arabo-musulmans; noirs; homosexuels; transsexuels; handicapés… Comme groupes dominants, les blancs, catholiques ou protestants, sont naturellement exclus de cette coalition de minorités.

Le funeste calcul de cette coalition des spécificités est qu’elle prépare une «compétition victimaire» à terme fatale dans une société morcelée. L’amalgame des minorités sous le thème de la «diversité» ouvre alors sur la possibilité de dissoudre des problématiques qui ne pourraient être également retenues et examinées, à peine de falsifier les réalités dans les mélanges sciemment opérés par le biais de la «diversité»: c’est le cas des conséquences de l’esclavage tirées par la République à travers la loi TAUBIRA. Elles ne peuvent être confondues à l’agenda politique de ce concept-valise, étant précisé que les dispositions réprimant les discriminations n’opèrent en aucun cas de distinctions dans leur régime de sanctions. Tel est tout à la fois le vice originel du CRAN et sa fonction de nuisance. Il se sert de la question noire pour servir celle d’une autre communauté qui le finance. Et l'opacité de ce financement devrait préoccuper les pouvoirs publics, sinon comment expliquerait-on que le souci d’Eric WOERTH pour le financement de Désirs d’Avenir ne soit pas identique en l’espèce? (Cf. Lien)

A trop tirer sur la corde, elle finira par rompre. Les effets de la crise sont devant nous. Et de mémoire de Front National, nul n’ignore qui profite des suffrages de la misère sociale. On constatera à cette épreuve que la digue UMP est de sable et qu’elle ne tiendra pas ses effluents d’extrême droite. Que le très Petit Nicolas était un piètre prestidigitateur. Les hommes politiques et les Mephisto qui jouent avec le feu mesureront à cette occasion de quels bois ils auront chauffé l'antiracisme d'apparat et son miroir, le racisme réel. Média et journalistes joueront alors les ingénus, forcément, ils n’y auront été pour rien. LF2M

23/01/2009

Tjenbé Rèd droit de réponse

tjenbe_red.jpgLa Feuille de Manioc a reçu une réaction de l’association Tjenbé Rèd relative à un article publié ici même. Nous la reproduisons intégralement à la demande de son auteur, conformément à la loi. Droit de réponse auquel nous aurions volontiers souscrit nonobstant cette obligation par respect du débat contradictoire.

Chères Amies, Chers Amis,

Le 21 janvier, notre association publiait un communiqué de presse n°TR09INT03, intitulé «Investiture de Barack Obama : Tjenbé Rèd regrette une occasion manquée». Dans une réaction publiée le lendemain sous le titre, subtil, «Tjenbé Rèd, Obama n’a pas parlé du cul ni des partouzes !», vous tenez plusieurs propos relevant d’un registre que nous vous laissons. Vous tenez également les propos suivants, auxquels nous souhaitons en revanche réagir.

1°) Vous écrivez ainsi :

«Tjenbé Rèd, [...] un groupe adoubé par Patrick Karam, dont les membres dirigeants sont aussi les personnalités influentes du CRAN, notamment David Auerbarch Chiffrin et Louis-Georges Tin d’An Nou Allé.»

Ce propos est inexact à plusieurs titres. D’abord, Monsieur Patrick Karam, Délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer, a certes manifesté son attention à nos revendications à plusieurs reprises ; pour autant, il n’a jamais hésité à exercer un regard critique sur ces revendications; son attitude à notre égard nous semble donc éloignée du registre de l’adoubement que vous employez sur le ton de l’ironie et nous semble plus proche, tout simplement, du comportement normal d’un serviteur de l’État nommé pour résoudre les difficultés rencontrées par certaines et certains de nos compatriotes.

Lire la suite

09/01/2009

La diversité, amalgame les discriminations

sosracisme.jpgSouris pointée le 03.01.2009 sur le site seronet.info, «les discriminations au boulot seraient mal traitées».

Ah bon? Eh bien on est contents de l’apprendre, mais encore? Miam miam. L’internaute rapporte donc que «la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) a rendu publique, une étude portant sur ce que certaines grandes entreprises françaises mettent en œuvre contre les discriminations.» Il précise selon le rapport que les entreprises peuvent mieux faire «dans le domaine des discriminations liées à l'état de santé où il ne se passe pas grand-chose. […] La Halde constate que de façon générale les entreprises [tiennent ?] souvent comptent du handicap, mais délaissent nettement l'état de santé ou l'orientation sexuelle. Pour la Halde, l'explication tient dans le fait que les accords d'entreprise ne sont pas légalement tenus de traiter de ces deux domaines.»

Sur ce, Sonia réplique : «Informations illisibles» Et vlan! Tu commences bien ma belle… « […] D'une, je ne comprends strictement rien au message de ce communiqué. Erreur dans la retranscription, ou nouvelle grille de lecture? C'est quoi ce mélange entre la santé les orientations sexuelles, les entreprises ne sont pas légalement tenus à quoi exactement? Je sens que j'aurais mieux fait de me taire!» Ah bon tu crois Sonia?

Inversion des priorités

L’amalgame permet l’inversion des priorités et le mélange des comportements prohibés avec les enjeux de société. Et le bavardage sur la diversité permet cette mascarade. Si tu veux on peut t’envoyer le noir-représentatif, Patrick LOZES pour t’expliquer, il est toujours dispo pour un laïus sur la diversité. Sinon on peut aussi te recommander Dominique SOPO qui t’expliquera que la loi de 2001 contre les discrimination sert en priorité à poursuivre les fous qui foncent avec des voitures bélier sur les synagogues et tentent d’importer le conflit israélo-palestinien en France. TU n’as toujours rien compris ? Nous aussi. Sauf que les lois contre la discrimination, la HALDE, tout ça ne sert à rien, c’est un écran de fumée et une formidable gabegie. Alors pour les noirs, les malades et les handicapés… Alors bon vent Sonia et courage ! Aller à la source.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu