Avertir le modérateur

21/10/2009

Croc de boucher de Château-Rungis

croc_de_boucher_Villepin.jpgBleu ou saignant?

Du côté du landerneau politique parisien on est loin de Guermantes. Les formules transpirent la testostérone, le croc en jambes est à la mode, ça sent la sueur des vestiaires. Sanglant. Face au boucher à la mode, Al Capone ferait figure de personnage de Teletoon. Le Louchebem a remplacé le style amphigourique et grésillant des vieux transistors façon IIIè République. Il faut éliminer. Pas de quartier, et le Château fait dans le roboratif.

Larousse, aux Petits Roberts, forcément, nous définit l’épuration comme «l’action d'éliminer d'une administration, d'une entreprise, d'un parti politique les personnes jugées indésirables» Le dictionnaire commun d’en rappeler le sens de «la fin de la Seconde Guerre mondiale, action de répression, soit légale (tribunaux), soit sommaire (exécutions) contre des fonctionnaires, écrivains, artistes, etc...» Purée! C’est donc de cela dont Clearstream est ourdi?

Les nerfs enfoncés dans les capitons rouges lie-de-vin de Château-Rungis, le Petit Timonier actionne hargneusement ses hale-crocs. Il faut à la gibecière de la Marche de l’Empereur accrocher du gros. Question d’aura. Affaire de prestige. Silhouette aérienne, la proie n’en a pas l’air, mais c’est un gros poisson. Du lourd qui aurait de la gueule, une fois pendu au tableau de chasse des ambitions décimétriques, histoire aussi de redorer un quinquennat qui s’encalmine. Le tout avec un zeste de charter du reître Besson vigile de notre clôture, un brin de démagogie avec un retour non à Gandrange mais à la Maire de Gandrange, l’élixir devrait suffire à re-cliver les farcis entre gauche et droite. Gauche-droite ! Gauche-droite ! La Marche de l’Empereur.

Pêche au gros donc. A l’extrémité de la gaffe grossière, le fameux croc de boucher. Notre pays du Doigt de l’Homme en Gaule érectile, se flattait naguère de raffinement. Le monde nous enviait notre style, notre esprit courtois, on faisait dans la charcuterie fine. Désormais il faut être boucher pour péter et roter à la Cour. Que voulez-vous? C’est l’époque qui veut ça… Songez que le Cameroun nous exporte ses cailleras à l’identité nationale. Les tripiers, boyaudiers, et dépeceurs de l’UMP sont de sortie. Même l’amertume de Mister Bean semble être reléguée au devoir du fond de gorge pour l’honneur à talonnettes du Château, Yves Jégo prend part au festin anthropophagique. Votre Villepin bleu? Non, saignant pour moi s'il vous plait. C’est drôle combien de naines ambitions peuvent fasciner tant de personnages.

Lire la suite

25/04/2009

Contrat Nouvelle Embauche pour Villepin en 2012?

Un Mousquetaire en moustiquaire

C'est la saison des moustiques et ça pique de toutes parts et pas qu'avec des outils... Décidément, Dominique la Classe fait parler de lui. Avouez qu’avec le Chi au Château et Villepin à Matignon, la Gaule exécutive avait tout de même de la gueule. Avec ses élégances de Chevalier tout droit sorti d’un conte de Dumas, et son propos toujours un peu, trop, flamboyant pour le poète en perpétuel devenir qu’il ne cesse d’être, l'ancien Premier ministre refait surface et fait savoir à qui veut l'entendre à travers les médias, qu’il lorgne au-delà de septembre. Ce n’est pas tout… Il y a le côté potin mondain. C'est du lourd. Dans le confessionnal de Canal+, il a confessé, non une histoire de fesses, on ne dit guère ça chez les Galouzeau, mais une petite romance avec la Madone poil à gratter de Naboléon, laquelle va finir à genou comme dit l’autre à force de s’excuser chaque fois que l’Empereur abusera de son langage. C’est une nouvelle coutume du Château et il faudra s’y habituer. La confesseuse: «le film de Canal sur l’ENA suggère que vous avez-vous eu une petite amourette avec Ségolène (Royal)». Enchaînement tout de go en lasso de D’Artagnan: «c’est vrai, ben, elle le mérite, … elle était belle et le reste». Woualoooou! Déjà remarquez le «elle le mérite».  Le Mousquetaire ne se prend pas pour un gueu. Galouzeau est à deux doigts, restons polis, de dire à Ségo qu'il lui a fait une fleur.

Après l’automne, le printemps à l’horizon

Après les slips, les strings et chacun chez soi comme dit Galouzeau, retour aux choses sérieuses. Avant le printemps villepineur, il y aura l’hiver judiciaire et il faudra songer à se rhabiller. Alors le Chevalier pique! Le retour de la Gaule dans les structures du commandement intégré de Otan? Canossa! D’Artagnan cisèle au fleuret: «c’est véritablement la France qui passe sous les fourches caudines d’un autre pays». Dominique Galouzeau ne manque pas une occasion de faire des croche-pattes à Nicolas Sarkozy et monte régulièrement en puissance. Pourquoi? Il pense au mois de septembre et son procès pour «complicité de dénonciation calomnieuse» dans l’affaire Clearstream. Huis clos assuré pour ce duel à distance entre un ex-premier ministre et un président en exercice. On va se poêler! Les accréditations se vendront très cher. La justice, si l’on veut…, l’instruction l’accuse d'avoir utilisé de faux listings dans le but de déstabiliser Nicolas Sarkozy. Lui, forcément, pense dur comme l’acier de ses lames que le dossier est vide, qu’il est innocent et saura facilement le démontrer. Une tribune en perspective pour revenir en force. Avant 2012? LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu