Avertir le modérateur

12/04/2009

Julien Dray: Les surprises des comptes de SOS Racisme

c-092-touche-pote12308522772-276x300.jpgLes associations droit-de-lhommistes, fossoyeurs de la morale

Lu sur le site de l’Observatoire des subventions aux associations (10.04.2009). Où l’on reparle de «chèques de donateurs de SOS-Racisme falsifiés, rapports litigieux, reconnaissance de dette… Dans l’affaire qui vise Julien Dray, les enquêteurs vont de découverte en découverte.» C’est du propre... Pour une nébuleuse qui se prévaut d’agir sur la base de la morale. Incontestablement, Eric Zemmour a raison à propos de SOS Racisme et de toutes ces associations qui gravitent autour du Parti Socialiste, articulées sur les réseaux d'influence, et n'ont d'autre objet que de constituer une clientèle électorale en instrumentalisant les peurs et en détournant les valeurs. C'est tout simplement abominable.

Quiconque aurait détourné l’argent issu de dons destinés à un orphelinat aurait été voué illico à la vindicte de la moraline parisienne écumée avec rage de bave médiatique. Peu importe la légalité ou pas du siphonage, des flux financiers entre les deux structures de «SOS racisme» et sa jumelle «les Parrains de SOS racisme». Ce que dira la justice est indifférend au fond de la morale en cause. Dans cette dernière structure qui porte bien son nom, Les Parrains, on ne dit pas mieux la maffia, on trouve décidément de tout; des anciens présidents consommateurs ou dealers de crack c’est selon, des abuseurs de biens sociaux qui partent avec des automobiles payées par l’association...

Rien pourtant qui empêche ce petit monde de malfrats répugnants de s’oser à la morale y compris sur le plan internationale Ces deux structures d’abrutis n’en n’ont même pas commencé avec le racisme qu’en France, elles sont parvenues à l'exploit d'exaspérer les préjugés à partir de leurs vanités, qu’elles croient pouvoir organiser des conférences sur les droits des femmes en Afrique, s’occuper de la question palestinienne, ou encore de celle du Darfour. On se demande par exemple à partir de quel lieu et sur la base de quelle légitimité, le Soporifique Idiominique, coopté par les réseaux s’intéresse à la question du Darfour. On se souvient qu’il s’était fait soigner l’intelligence hémiplégique par Ronny Brauman contre lequel l’accusation d’antisémitisme n’opère pas, le seul mot que compulse Sopo tel un baudet, on se demande à quelles fins. Voir la video

«Chèques de donateurs de SOS-Racisme falsifiés, rapports litigieux, reconnaissance de dette… Dans l’affaire qui vise Julien Dray, les enquêteurs vont de découverte en découverte.

Les sommes destinées à SOS-Racisme étaient manifestement redirigées vers une structure distincte (”Les parrains de SOS-Racisme”), à l’insu des donateurs. Les enquêteurs ont d’ailleurs récolté de très nombreux autres chèques maquillés de la sorte. Une façon de contourner le contrôle de la Cour des comptes sur SOS-Racisme, destinataire de fonds publics? À SOS-Racisme, on affirme par ailleurs que des passerelles ont de tout temps existé entre l’association mère et celle des Parrains, notamment pour assurer le paiement des factures dans le laps de temps s’écoulant entre le moment où les subventions publiques sont votées et celui où elles sont versées : où l’on voit où conduit la politique de subventions publiques aux associations… «Bien des associations fonctionnent ainsi», estime Jacky Benazerah, avocat de l’association : de tels propos ne sont pas faits pour nous rassurer… » Lire la suite sur le site de  l’Observatoire des subventions aux associations

10/03/2009

Les "Y'a bon" Awards seront remis le 17 mars

banania.jpgLorsque c'est facile ça banane sec

A lire un article d’Aude Lancelin, sur le nouvelobs.fr, 10.03.2009. Le jour où l’on comprendra que les Zemmour et Finkielkrault sont des cibles faciles et par le fait, moins toxiques que ceux qui simulent le combat contre eux, on aura franchi un grand pas dans la question identitaire et communautaire en France. L’engagement de personnalités qui composent le jury cette année comme le philosophe Vincent Cespedes ou l’ancien footballeur Lilian Thuram est au-dessus de tout soupçon. D’autres personnalités qui composent le jury le sont moins et le fait d’être afrodescendant ou d’origine arabo-musulmane, pour faire court, et poncif, ne prédispose pas naturellement contre de toute ambiguïté en la matière.

C’est que l’affaire est complexe. Nous soutenons au Manioc qu’il y a des racistes qui ne sont pas des obstacles contre les discriminations. Par contre, il est avéré que plusieurs pseudo militants contre le racisme vivent de la discrimination et se recrutent même au sein des groupes concernés. Sur cette question, pour qu’il y ait des farceurs et des farcis, il faut des complices au sein des farcis. Et toutes les salives du Zemmour écumant de rage sur les immigrés ne rendent pas compte de l’inutilité de la Halde et de sa gabegie, des carences des syndicats, de l’incurie de Sos Racisme, du Mrap, de la Licra, de la Ldh, de l’ambivalence des noiristes du Cran promus par des communautaristes qui oeuvrent contre la République.

Bananez qui vous voudrez, Zemmour autant de fois que vous voudrez, abattez-le si ça vous chante ou ça vous parle, le problème restera entier. La fièvre ne tombe pas en cassant le thermomètre. Mais si vous tenez à lire l’article d’Aude Lancelin, extraits :

«Créés par l’association "les Indivisibles", cette cérémonie est destinée à remettre une série de prix récompensant les hommes politiques, journalistes, ou autres "penseurs" médiatiques ayant le plus contribué à la banalisation de préjugés xénophobes. Eric Zemmour fait figure de favori dans un certain nombre de catégories. […] Fondée en janvier 2007, l’association "les Indivisibles" a fait le choix d’utiliser l’humour pour lutter contre les discriminations dont font l’objet certains Français en raison de leur couleur de peau ou de leur religion. On se souvient que sa jeune fondatrice, Rokhaya Diallo, avait connu une vive altercation sur la question des races avec le journaliste Eric Zemmour lors de l’émission "Paris-Berlin" diffusée par ARTE le 13 novembre 2008 et largement répercutée depuis sur le web. Hasard ou pas, le même Eric Zemmour est un des noms les plus fréquemment cités en off dans de nombreuses catégories. Il serait même en pôle position pour le plus prestigieux d’entre eux : le "Prix pour l’ensemble de son œuvre", destiné à saluer la persévérance dans la provocation douteuse.» Source intégrale.

02/03/2009

L'Alsacien, langue discriminatoire?

legrinche_intact.jpgLa Halde sévit là où on ne l'attend pas...

On trouve de ces choses sur le houaibe, à se plier de rire et se trouer le fion. Hi hi hi ! Un blog qui s’affiche droit comme un i, « la droite strasbourgeoise », bourgeoise ça va de soi, décomplexée forcément, se paye la tête des haldeurs qui n’en manquent pas une pour se ridiculiser. Comme s’il fallait à son président, compenser des années d’inutilité par des âneries ou des machines à faire pédaler le vide. «Quand on est con, on est con» chantait Brassens n’est-il pas? Poêlade en règle d'un mec irrité...

«Dans un article récent des DNA (14 Février), on a pu lire que la Halde pensait que : « Demander l'usage d'une langue régionale dans une annonce d'emploi s'inscrit dans les dispositions sur la discrimination indirecte ». L’article est sans doute passé inaperçu, mais ses implications pourraient faire bouillir les consciences régionales.

On chercherait à cantonner, chez nous, l’Alsacien à la sphère privée, comme une « religion » et donc à l’étouffer que l’on ne ferait pas mieux. Ailleurs, ce sera le Breton, le Basque, le Corse ou le Catalan.
La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE) précise sa pensée : «Demander à un candidat de parler une langue régionale exclut de fait toute personne n'ayant pas d'attaches avec la région».

Mais qu’en est-il donc des emplois où l’on demande la maîtrise de l’anglais a des personnes n’ayant appris que l’allemand et n’ayant jamais mis les pieds en Angleterre ? En fait, la Halde joue ici pleinement son rôle de « police du politiquement correct ». Maitriser l’Anglais, le Turc ou une autre langue exotique peut être un atout professionnel. La connaissance et l’exigence de l’Alsacien serait-elle un marqueur discriminant pour ne pas dire «racisant».

Le couplet est connu. La diversité ne vaut, dans une République qui a mit le supposé «anti-racisme» en étendard, que pour les autres. La machine à culpabiliser est toujours en marche. L’ethnomasochisme aussi. Ce type de lutte «indirecte» contre les langues régionales, n'est pas sans faire penser «aux heures sombres» de la République.
Dormez cependant, braves gens, Big Brother pense pour vous et l'article de la Halde n'a toujours pas éveillé l'Alsace...» Source.

«Quand on est con, on est con» chantait Brassens n’est-il pas? LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu