Avertir le modérateur

13/10/2009

En Bongabonie comme en Sarkozie, c’est au nom du père

Le règne des Pères celui des Chiards

Oubliés Cleartsream, Polanski, Mitterrand, Finkielkraut… Aujourd’hui l’actualité est affaire de chiards, les projecteurs sont braqués sur les rejetons de Princes, au Gabon et en France. Deux successions réglées depuis les Palais. Deux pays dont le personnel politique semble partager le même sens de l’héritage, de la carrière et du succès politiques. Il fallait voir la sortie du chœur de l’UMP sur les media  pour voler au secours de Jean Sarkozy: «Elu»! Assorti à un tacle au PS via Martine Aubry, en référence à son père, Jacques Delors, les sicaires du parti godillot n’avaient que ce mot à la bouche. On aurait dit une de ces récitations savamment apprises et ânonnées par les niais du PDG (Parti Démocratique Gabonais). Décidément Paris ressemble de plus en plus à s’y méprendre à Libreville. Bien fait!

La question actuellement à la mode à Libreville et sur les bords de Seine est: «de qui es-tu le rejeton»? Affaire de couilles comme d’habitude en politique. Chirac ne disait-il pas l’essentiel en politique est d’en avoir ou pas? En tous cas, on peut constater que la question de la transmission du pouvoir se pose en termes identiques tant à l’Epad de la Défense que dans notre pré-carré françafricain chaque fois qu’un de nos dictateurs crève. Faut-il y voir une communauté testiculaire? Ce doit être cela le secret de la francophonie. Au fond, l’actualité donne raison aux postures de La Feuille De Manioc et nul ne nous reprochera un propos de circonstance.

Rappelons notre adage fondamental: «il n’existe que deux catégories d’individus: les farceurs qui ont travaillé très dur pour naître du bon côté du sort et se reproduire entre farceurs; les farcis qui en ont plein le derche des farceurs et cherchent à bourrer le mou d’autres farcis pour accéder à leur tour au rang de farceurs. C’est une règle sociale, pour dominer, le pouvoir recrute toujours au sein des farcis. […] Bienvenue au Bantoustan parisien, ses misérables, son tapin, sa rapine. Si tu veux un poste de porte maroquin au Bantoustan afroparisien et que tu as un frangin à vendre, rejoins vite le fan club de Minkoda Ba Nkozy sur…»

Egalité des chances la fin des études à Bac+2

Sarkoléon a salué aujourd’hui la naissance des lycées en 1802, un «geste fondateur de notre éducation nationale» qui «signifiait très concrètement la fin des privilèges de la naissance». Il se fout de nous ou il fait exprès? «Cela voulait dire, a poursuivi l’Empereur, désormais, ce qui compte en France pour réussir, ce n'est plus d'être bien né, c'est d'avoir travaillé dur et d'avoir fait la preuve par ses études de sa valeur». Encore un doigt? Non merci ça ira… On rappelle au passage que Jean est un double redoublard. Le cancre avait déjà redoublé sa 1ère année de droit, il a planté la seconde. Avec un petit effort il obtiendra son DEUG avec mention pitié. Selon nos informations le père n’avait d’ailleurs pas été fichu de se voir décerner le diplôme de Sciences-po qui est pourtant en option à la sortie, l’essentiel étant d’y accéder et non d’en sortir… Le mérite semble être une affaire de famille chez les Sarkozy.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu