Avertir le modérateur

12/08/2009

Métis diversifiés? Non merci!

A la une! Nous étalons habituellement notre culture comme du beurre, à l’image de ceux qui en ont peu. Et alors? D’autres font bien étalage et de leur beurre et de leurs crèmes précieuses en se la faisant offrir par d’autres. Lorsque l’occasion, rare, s’y prête, nous exhibons aussi les amis qui nous veulent du bien. Certes nous en comptons peu. Plus nombreux sont en effet nos ennemis, les mêmes qui se soucient de leur peau et des aspérités de leurs nombrils, tout à l’affût de la crème antirides qui opérera le miracle: récurer la connerie qui ne leur ravine pas seulement le derme mais d’abord le cerveau, ce dont ils méritent le coup de pied au derche. C’est pourquoi, à la une aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous donner à lire Zoglo, un vieux manioqueur qui nous veut du bien.

«Cher Minkoda BA NKOZI! je vous envoie ce lien et attire par là même votre attention sur le blog "Modernes persaneries" (si vous ne le connaissiez déjà vous qui adorez traîner vos guêtres sur le "oueb"!) qui n'est pas mal fichu du tout surtout si on considère qu'il dézingue plus souvent qu'à son tour votre bien-aimé ci-devant président du Cran! Et le plus cocasse dans tout ça (car finalement toutes ces postures du Cran c'est bien pour de rire n'est-ce pas?) c'est qu'ils sont tous deux hébergés par le Nouvelobs.com! Je ne sais pas bien celui qui est le plus lu des deux mais j'imagine lequel pourrait avoir votre préférence! Je ne sais pas bien non plus quels buts vous poursuivez les uns et les autres, mais vos blogs sont comme qui dirait jumeaux en ce qui concerne votre ami commun! Alors, le doute n'est pas permis, vous aimerez la série de posts qu'il lui consacre. Je lui ai, comme du reste je le fais avec vous, signalé l'adresse de votre blog (pub gratuite soit dit en passant) car je m'en voudrais que des amis comme vous et lui ne se connaissent pas et ignorent par le fait même l'existence les uns des autres! Je suis comme ça moi, j'aime que mes idoles se connaissent et se tirent la bourre!
Cordialement cher Minkoda.»
Lien vers Modernes persaneries

Nous avons jeté un œil furtif sur le blog en question. Il mérite à plus d’un titre qu’on s’y attarde. Zoglo en sera remercié, et nous prendrons le temps d’aller y traîner nos guêtres voir si de côté-là du monde, quelque semblable en guenilles veille. Nous invitons nos amis manioqueurs à s’y égarer. La curiosité est un sacerdoce.

Cela étant, quel but poursuivons-nous s’interroge Zoglo? En tous cas certainement pas celui de penser la race noire. «Vous êtes, nous assenait Gennybeauté en défense de Lozès, des illustres penseurs de la race noire mais hélas vous ne vous manifestez jamais.» Nous? Illustres! c’est trop nous prêter. Mais alors penseurs de la race, et noire de surcroît! Faut pas charrier non plus… Où Gennybeauté est-elle allée chercher cela? La fumette ça va 5 minutes. La rage du propos a égaré notre contradicteur. Quel but poursuivons-nous? Aucun, c’est le propre de l’errance. Tel vagabond n’a de but qui sait cependant se méfier des dangers sur les chemins. Nous laissons à ceux qui croient qu’ils savent, le soin de poursuivre le but idéal, mais nous considérons que la race n’existe pas, sauf pour les malades mentaux. Ils sont nombreux depuis le bon-à-rien de Comte Arthur de Gobineau, (1816 – 1882) diplomate de son état comme notre pays sait en produire, et écrivain raté en définitive, une vraie fin de race à lui tout seul comme en témoigne son concept racial d’aryens qui névrosa l’Europe entière et Hitler en premier, au milieu du 20ème siècle, dans une jouissance eschatologique.

Tout simplement, nous ne pensons pas la race, mais nous nous préoccupons des racistes qui s’ignorent. Ils sont plus  nombreux à gauche qu’à droite. Plus nombreux dans les ONG et les associations à but d’humanitairerie pour jouir de sa propre misère sociale que dans l’armée et la police. Car l’épouvantail Le Pen et du Front National aussi, ça va 5 minutes. L’illustre borgne et sa clique n’ont jamais été au pouvoir depuis Laval et ne peuvent, sauf à trop leur prêter pour de sombres impostures, être tenus pour responsables de l’état actuel de la France, de la ségrégation de notre tissu urbain érigé en apartheid dont la ville de Neuilly est l’exemple, et puisque c’est le Commissaire Sabeg qui l’ose, de nos entreprises qui se décolorent et se sexisent à mesure que l’on remonte leurs chaînes hiérarchiques, ce qui ne les empêchent pas, bien au contraire, de recycler leur infâme hypocrisie en s’achetant des labels de merde au titre de leur engagement pour la diversité, ils n’ont plus que ce mot-valise à la bouche; de nos partis politiques, machistes comme ils sont racistes, de nos media qui donnent à l’idéologie de la race sa consistance, à travers de faux débats, de nos syndicats et associations dont certains vont jusqu’à donner dans de faux procès, et puis les vrais-faux noirs serviles qui réclament, mais pour eux-mêmes d’abord et pour leur engeance, d’être noirs et d’être primés pour cela: «discrimination positive». Dans ton cul. Nous, nous répondons, le droit positif d’abord. Le bavardage des incitations on verra plus tard, si vous voulez bien faire une pause d’âneries.

La race n’existe pas, seul le racisme existe et à cet égard l’expérience montre que les remèdes sont des agents aussi toxiques que le syndrome qu’ils prétendent combattre. On ne lutte pas contre le racisme en s’achetant des montres (Rolex), et en mélangeant les genres afin de distraire l’opinion, comme organiser des pétitions sur le problème des femmes au Soudan (Sos-racisme), en usant de la misère noire, à double titre, pour se construire une carrière politique (le Cran) pour ne citer que ces deux-là, les autres dans ce fonds de commerce étant de la même veine. On combat le racisme en soignant le raciste, ce malade d’idéologie, fusse par la contrainte. Sans rire… La camisole de force est à ce titre un moyen éprouvé et nous avons des lois en Gaule pour nous dresser, c’est le cas de le dire, contre de telles infamies. On combat le racisme par la sanction pénale et financière du délit raciste. On sait où trouver les coupables. Ils sont plutôt à la tête des entreprises, des partis et du gouvernement. Tout le reste est bavardage, la France d’après, la France métissée, ce nouveau fantasme, cette idéologie raciste en soi en ce qu’elle est la négation du non métis, c’est-à-dire la haine tout à la fois des noirs des blancs, des jaunes, des rouges, des verts et des pervers, la France métissé ne s’obtiendra pas par une injonction faite aux garçons et aux filles de ce pays de baiser anti-discriminotoirement, parce qu'en plus, ce mode de jouir ne vaut que lorsqu'il se clame sur la scène paradisisaque des obscénités modernes, à la télé...

Même l’idée éculée de Nation ne se décrète pas, comme le disait déjà un célèbre nationaliste dont on se réclame à l’UMP, en fustigeant l’Europe intégrée du Volapük et de l’espéranto. Pour le reste, nous poursuivons la vie nue, pleine et entière, ici et maintenant, nulle part ailleurs pour nous distraire. Et de sa prosécution, la vie nous poursuit à son tour qui nous rapproche du terme des choses. En dehors de cela nous n’avons aucun but, nous laissons ce soin à d’autres. LFDM

15/04/2009

Décès de l'écrivain Maurice Druon, auteur du Chant des Partisans

druon_maurice.jpgFeu Druon, tout pour dé-&-plaire à la Feuille de Manioc

Paris - Reuters 14.04.2009: «L'écrivain et ancien résistant Maurice Druon, auteur des «Rois Maudits» et du «Chant des Partisans» est décédé mardi à l'âge de 90 ans, annoncent les autorités françaises.» L’homme avait tout pour plaire et déplaire à votre Feuille de Manioc. Ministre, il était Secrétaire perpétuel d’une académie qui a couvert de lettres d’or bien d’infamies et où l’on ne compte aucun de nos amis. Véritable personnage de roman, il eût l’une des plumes les plus inspirées du siècle achevé. La langue nous aimons… Les écrivains aussi, les vrais, non les Gaston Kelman. Nousn’avons que faire des étonnantes créatures de cercles malfaisants qui voyagent au loin pour polluer le monde.

Il en est de même des intellectuels. Nous les aimons comme ils nous éprouvent, surtout lorsque nous pensons différemment. Druon en fut. A la différence des bricoleurs de pensée jetable tel Pape Ndiaye que les réflexions groupusculaires et crépusculaires à la Wieviorka tentent de promouvoir aux forceps. Intellectuel n’est décidément plus une disposition capacitaire en France liée à une production littéraire. C’est une carrière, avec ses promotions, ses DRH et ses combines. Gardez tout, ne changez rien!

Druon, rhéteur comme il était bretteur, l’homme fut résistant de cette guerre qui décolora la 2ème Division Leclerc pour voir des troupes «white only» entrer dans Paris libérée… Pas de noirs pour un triomphe national. Il est bon de se le rappeler aujourd’hui où la soumission aux abus sociaux est la règle. Au moment où des plumes que Mephisto inspire à Dakar pensent pouvoir figer l’homme noir dans la répétition de la durée, hors de l’histoire. Les noirs furent de ces partisans que la chanson de Druon célèbre. Comme il est bon enfin de s’en souvenir au moment où des abrutis croient pouvoir faire leurs gammes d’apprentis fascistes avec les signes nazis. Nous vous proposons à écouter deux interprétations du chant des partisans. La première est due à Yves Montand, la seconde aux Motivés. Singulières, toutes deux ont des résonnances ancrées dans  l'imaginaire français, ici célbrées, là déniées et même bafouées. C'est pourtant la même histoire... C’est le choix très subjectif de la Feuille de Manioc, notre manière sincère de rendre hommage à un personnage complexe. LFDM

La version de Montand

La version des Motivés

Reuters

«Né à Paris en 1918, membre de l'Académie française dont il a été secrétaire perpétuel, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont «Les Grandes familles», prix Goncourt 1948, et «Les Rois Maudits», adapté à la télévision au début des années 1970. On lui doit aussi «Le Chant des Partisans», hymne de la Résistance, écrit avec son oncle, l'écrivain Joseph Kessel. Engagé politiquement, Maurice Druon a été nommé en 1973 ministre des Affaires culturelles de Georges Pompidou, puis élu député de Paris de 1978 à 1981. Dans un communiqué, le président Nicolas Sarkozy salue en lui «une grande plume et une grande âme» ayant «mis son talent et son énergie au service de la culture française, de la langue française». Le Premier ministre, François Fillon, souligne pour sa part que toute la vie de Maurice Druon aura été faite de courage et d'engagement. «Courage dans la Résistance, fidélité au gaullisme et à la France libre, attachement aux richesses et traditions de notre culture».

Lire la suite

11/04/2009

On a décoloré l'armée à la Libération de Paris!

Gi's_noir_enfant_blanc.jpgLibération de Paris, déjà la diversité chez les troufions

Un document de la BBC revient sur le sort fait aux nègres de la coloniale au moment de la libération de Paris. Il apparaît que la 2ème Division Leclerc a été blanchie sur ordre du Haut commandement Allié; que pour la priver de ses soldats trop noirs pour la photo, trop noirs pour des héros, trop noirs pour le triomphe de la Nation, on leur a substitué des espagnols.

Selon votre Feuille de Manioc, le premier intérêt de ce document est qu’il repère dans notre histoire récente, les manifestations identiques aux discriminations racistes spontanées, qui se perpétuent aujourd’hui cependant qu’on prétend les combattre, et que le personnel politique et médiatique se paye le luxe d’une morale de chiens: «la diversité». Si le ridicule n’a jamais tué pourquoi y renoncer… En relevant d’abord que le racisme subsiste dans la guerre, à ce moment de fraternité nue où, face à la mort on aurait pu penser de telles catégories congédiées. Le deuxième intérêt de ce document se situe dans le rapprochement qu’il autorise avec l’ordinaire de nos formations politiques, de nos entreprises, de nos syndicats, de nos media. En dépit de la violence raciale de leurs expériences, l’histoire se dit volontiers Outre-manche et Outre-atlantique, ce qu’on cache à tout prix, en diversifiant les maquillages humanistes et humanitaires en France. Là est le rapprochement avec l’actualité.

elkabach2.jpgIl y a une différence évidente entre les anglo-saxons et les latins, dans les manières d’affronter notre passé boueux. Les premiers, plus décomplexés sont conduits à aborder les questions délicates de l’esclavage, de l’indigénat, de la colonisation voire de la guerre avec beaucoup plus de lucidité que les seconds, plus enclins à falsifier l’histoire pour se donner le beau rôle. On se demande dans quel intérêt. L’accueil national fait à la déjection d’Olivier Petré-Grenouilleau, en témoigne: Prix d’Histoire du Sénat assorti d’une promotion Pravda par les orthopédistes de la pensée que sont Jean-Pierre Elkabbach et d’Alain Finkielkraut. Qui ne se souvient de la saillie de cet abruti achevé que ses idiots homologues tiennent pour philosophe: «Les victimes antillaises de l’esclavage qui vivent aujourd’hui de l’assistance de la Métropole, mais passons...». Il tient toujours sa bave sur une radio publique. C’est à ce type de mansuétude qu’on mesure la responsabilité des Media-Pravda dans le racisme en France.

finkie.jpgOr l’Histoire des Traites Négrières de la grenouille mal lèchée est une réécriture de la réalité, percluse d’inexactitudes et de contradictions et en mauvais français de surcroît. Le vomi d'un historien de province sans épaisseur, sujet de psychanalyse s’il en est qui, d’une encre de haine satisfait à son insu une libido altérée au lieu de se taper une négresse. Or cette issue ferait du bien à tout le monde et à ses frustrations en premier. A défaut d'une belle négresse dont ses dénis ont les violeurs en héritage, un oléagineux ou du simple savon peuvent y palier. S'agissant des chiures de Grenouilleau qui embaument ceux qui l'ont soutenu, les Manioqueurs se réfèreront pour s'en faire une raison, au verdict d'un intellectuel, un vrai. Un esprit d’une toute autre ampleur que ces ânes, inaccessible à la médiocrité qui fait du journaliste Pravda-Paris ce qu'il est, ce pourquoi il est posté-là, voué à ânonner des bêtises. Louis Sala Molins qui s'exprime ci-dessous sur l'entreprise de falsification de l'histoire sait de quoi il parle. Il a montré en quoi le Code Noir régla la part française de la traite, la déportation et l’esclavage atlantiques, adossant sur le juridique l’infamie de l’Etat. Internet permet désormais de contourner les agences TASS-aèfepé et la censure de la Pravda germanopratine.

Barack Hussein Obama aux States contre Ramatoulaye Yadé en Frônce!

Revenons donc à nos connards. La permanence de la falsification d’un côté et la réhabilitation de l’histoire de l’autre expliquent certainement les deux manières d’envisager le présent et l’avenir. En grande Bretagne ou aux Etats-Unis, on ne bavarde pas tous les jours et surtout pour ne rien dire ni faire, sur la diversité. Là-bas, on aborde les questions racistes, dans les media, à l’école, à l’université. Ca fait plus de 20 ans qu’un noir tient la vedette du journal télévisé de la BBC sans qu’on nous bassine sur le noir de Bouygues, parvenu-là davantage par le biais du Club Averroès que par le mérite. Un réseau d'influence auquel il doit sa place comme noir, choisi d'entre les noirs pour incarner la diversité, ce qui revient à une diversion insidieuse, et même à prostituer une liberté. La première victime c'est lui car qu'importe alors son talent pourtant immense et réel. Chez nos potes anglo-saxons, il n’y a pas de ministères stupides du métissage à marche forcée, ni de Comité pour l’hybridation de l’espèce. Il n’y a que chez nous en France, que les têtes à claques de francs-maçons, de rosicruciens et d’Opus Dei, issues de l’ENA, de l’IEP, HEC et QQQ, qui nous dirigent et se bouffent le mou dans une compétition sectaire, qui exercent une mainmise obscure sur les partis politiques, les media et les entreprises, il n’y a que chez nous en France qu’on entend et voit autant de conneries dans ce genre. Après on fera semblant de s’étonner du phénomène Le Pen ou sur l’ascension de De Villiers, produits objectifs de ces merdeux. Attendez, bientôt on va faire un décret pour qu’il pleuve métis.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu