Avertir le modérateur

15/04/2009

Décès de l'écrivain Maurice Druon, auteur du Chant des Partisans

druon_maurice.jpgFeu Druon, tout pour dé-&-plaire à la Feuille de Manioc

Paris - Reuters 14.04.2009: «L'écrivain et ancien résistant Maurice Druon, auteur des «Rois Maudits» et du «Chant des Partisans» est décédé mardi à l'âge de 90 ans, annoncent les autorités françaises.» L’homme avait tout pour plaire et déplaire à votre Feuille de Manioc. Ministre, il était Secrétaire perpétuel d’une académie qui a couvert de lettres d’or bien d’infamies et où l’on ne compte aucun de nos amis. Véritable personnage de roman, il eût l’une des plumes les plus inspirées du siècle achevé. La langue nous aimons… Les écrivains aussi, les vrais, non les Gaston Kelman. Nousn’avons que faire des étonnantes créatures de cercles malfaisants qui voyagent au loin pour polluer le monde.

Il en est de même des intellectuels. Nous les aimons comme ils nous éprouvent, surtout lorsque nous pensons différemment. Druon en fut. A la différence des bricoleurs de pensée jetable tel Pape Ndiaye que les réflexions groupusculaires et crépusculaires à la Wieviorka tentent de promouvoir aux forceps. Intellectuel n’est décidément plus une disposition capacitaire en France liée à une production littéraire. C’est une carrière, avec ses promotions, ses DRH et ses combines. Gardez tout, ne changez rien!

Druon, rhéteur comme il était bretteur, l’homme fut résistant de cette guerre qui décolora la 2ème Division Leclerc pour voir des troupes «white only» entrer dans Paris libérée… Pas de noirs pour un triomphe national. Il est bon de se le rappeler aujourd’hui où la soumission aux abus sociaux est la règle. Au moment où des plumes que Mephisto inspire à Dakar pensent pouvoir figer l’homme noir dans la répétition de la durée, hors de l’histoire. Les noirs furent de ces partisans que la chanson de Druon célèbre. Comme il est bon enfin de s’en souvenir au moment où des abrutis croient pouvoir faire leurs gammes d’apprentis fascistes avec les signes nazis. Nous vous proposons à écouter deux interprétations du chant des partisans. La première est due à Yves Montand, la seconde aux Motivés. Singulières, toutes deux ont des résonnances ancrées dans  l'imaginaire français, ici célbrées, là déniées et même bafouées. C'est pourtant la même histoire... C’est le choix très subjectif de la Feuille de Manioc, notre manière sincère de rendre hommage à un personnage complexe. LFDM

La version de Montand

La version des Motivés

Reuters

«Né à Paris en 1918, membre de l'Académie française dont il a été secrétaire perpétuel, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont «Les Grandes familles», prix Goncourt 1948, et «Les Rois Maudits», adapté à la télévision au début des années 1970. On lui doit aussi «Le Chant des Partisans», hymne de la Résistance, écrit avec son oncle, l'écrivain Joseph Kessel. Engagé politiquement, Maurice Druon a été nommé en 1973 ministre des Affaires culturelles de Georges Pompidou, puis élu député de Paris de 1978 à 1981. Dans un communiqué, le président Nicolas Sarkozy salue en lui «une grande plume et une grande âme» ayant «mis son talent et son énergie au service de la culture française, de la langue française». Le Premier ministre, François Fillon, souligne pour sa part que toute la vie de Maurice Druon aura été faite de courage et d'engagement. «Courage dans la Résistance, fidélité au gaullisme et à la France libre, attachement aux richesses et traditions de notre culture».

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu