Avertir le modérateur

18/04/2009

Obama et Chavez, poignée de main de détente!

h_9_ill_1182265_b6bc_984706.jpgAmériques - Les accents d’Obama au sommet des Amériques sont prometteurs.

Après les gestes d’ouverture en direction de Cuba, le voilà serrant la main à Chavez. Historique ! Et si l’Amérique était vraiment entrain de changer? Et si nous devrions en croire nos yeux? Pas d’angélisme. A la Feuille de Manioc nous avons salué l’avènement Obama comme il se devait, historique en ce qu’il était sans précédent, exceptionnel en ce qu’il fut un modèle de rigueur politique et de mobilisation citoyenne. Un cas d’école pour nos andouilles d’IEP et de l’ENA qui démontre que si le cynisme est la règle politique, le sordide et le ridicule n’en sont pas les conditions nécessaires.

A la Feuille de Manioc nous n’avons pas versé dans les dithyrambes obamaniaques suspectes. Elles émanaient pour nombre d’entre elles de racistes reconvertis en négrophiles invétérés, le temps d’un enfumage en mondovision. L’injonction au métissage, du Cran et de ses sponsors tapis dans l'ombre du noir de France cet OVNI, le métissage, masque de mode actuellement en France relève du même genre de fumisterie tendant à nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le métissage en guise de dépassement de nos turpitudes historiques qui firent des nègres des sous-hommes, ce dont en notre imaginaire ils ne sont encore extraits, étant perçus comme des lieux au mieux d’exploits sportifs, de mélodies mélaniques cadencées tel que l’illustre imbécile de Senghor, ce nègre sous hypnose en fixa les termes racistes «l’émotion nègre et de la raison hélène», ce que même Le Pen ivre ne pouvait oser, ce qui en fit certainement un parvenu, «académicien noir».  Ou peut-être se fit-il comme cela honorer pour avoir mis Cheick Anta Diop en prison pour le compte de ses maîtres. Au pire, en dépit du côté lacrymal de l’obamania, les noirs restent bons à la servitude y compris volontaire, raffiné par un système de discrimination incontestable. Passons.

Nous sommes donc bine fondés à apprécier la lente mutation des Etats-Unis qui semblent ouvrir, sous la houlette de leur jeune Président, une nouvelle ère des relations internationales, même si, ne nous méprenons guère, noir ou pas, il s’agit d’une puissance impériale et de son Commandant en Chef.

Soure l'ImMonde.fr 18.04.2009

«Une photo et une «petite phrase» rendent assez bien compte de l'ambiance constructive qui régnait vendredi 17 avril, lors de l'ouverture du 5e Sommet des Amériques à Port-of-Spain (Trinité-et-Tobago), où se retrouvent pendant trois jours tous les pays du continent à l'exception de Cuba. La photo, aussi chaleureuse qu'imprévue, montre le président américain, Barack Obama, en train de serrer la main de son homologue vénézuélien, Hugo Chavez, champion de la gauche radicale latino-américaine et surtout féroce contempteur des Etats-Unis. Les deux hommes, très souriants, semblent détendus. Leur brève rencontre a eu lieu dans la salle du sommet avant la séance inaugurale Selon une source de la présidence vénézuélienne, qui a diffusé le cliché, M. Chavez a déclaré en espagnol à M.Obama: «Avec cette main, j'ai salué Bush il y a huit ans. Je veux être ton ami.» A son tour, le président américain l'a remercié, en anglais, en le tenant par l'épaule. M.Chavez a commenté plus tard l'événement : «Nous nous sommes serré la main comme des gentlemen. Le président Obama est un homme intelligent, à la différence du précédent." La «petite phrase», prononcée par Barack Obama lors de son discours, était moins surprenante : «Les Etats-Unis recherchent un nouveau départ avec Cuba.» Sachant qu'il était évidemment attendu sur ce sujet, jugé crucial par ses pairs unanimement favorables à la fin de l'embargo américain contre le régime castriste, le président américain a précisé sa pensée.»

A voir aussi, sur le même thème, ce sujet de France 24, la Pravda de propagande particulièrement destinée à l’Afrique et au tiers-monde où nous perdons pied…

16/03/2009

Claude, l'Evin rosé passe au bleu de la réaction

evin.jpgChichon suite: le blues des éléphants roses du PS.

Achetez le Canard ! Lu sur le volatile. L’Empereur fait montre d’une débauche de compétences redoutables dans son programme de débauchages pour clairsemer les rangs socialistes. Après Monsieur K, on ne dit plus Kouchner depuis ses onéreux conseils humanitaires dont la couverture sanitaire gabonaise se souvient encore; après la morale prétentieuse du Bockel, pilorisé illico chez les poilus sur ordre tropical d’Omar Bongo, l'inconscient voulait moraliser la françafrique, vous pensez; après l’Eric Besson qui, cravate rouge, d’humaniste en reître, s’est découvert une passion identitaire, il finira maurrassien; après le Djjjack, eh oui! On dit Djjack comme on claque, des doigts en Jazz après donc que Djjack Lang eût été commis, missi dominici à la Havane auprès de Castro dont les scanners ne révèlent plus le cerveau, dans un but «exploratoire» dit-on au Château, ce dont la Feuille de Manioc, mauvaise langue forcément dès qu’il s’agit de léchouiller le tabac, pense que c’est le cigare qui fut exploratoire plutôt que les castrés du régime; après, après… Le Canard enchaîné, dans sa livraison du 11.03.2009 nous annonce la dernière prise sarkozienne: Claude Evin, ex-ministre d’un ex-premier ministre fossilisé par l’échec permanent, Michel Rocard. Comme si la clique des parpaillots du PS, Jospin n’étant pas en reste, avaient décidé de casser les ovaires de Ségolène en permettant à Sarko de manger à gauche…

«Une belle prise

Le prochain bénéficiaire de l’ouverture sarkozyenne devrait être l’ancien ministre de la Santé du gouvernement Rocard entre 1988 et 1991, Claude Evin. Député PS de Loire-Atlantique, il avait raccroché l’écharpe tricolore en 2007 pour devenir président de la Fédération hospitalière de France. L’Elysée lui a déjà promis la direction de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, que la loi Bachelot sur l’hôpital, actuellement en débat au Parlement, entend mettre en place au 1er janvier 2010. Ces ARS sont supposées faire «sauter les cloisons» entre la médecine de ville, l’hôpital, le secteur médico-social (personnes âgées et handicapées) et les services de l’assurance-maladie. Ces derniers mois, Evin s’était fait remarquer en étant particulièrement discret sur le projet de loi Bachelot, pourtant très critiqué par l’opposition socialiste. La ministre de la Santé devrait le remercier en le nommant, par décret, sitôt sa loi adoptée, «préfigurateur» de l’agence, en attendant sa nomination définitive au ir janvier 2010 en Conseil des ministres. Histoire de mettre du (Bache)lot dans son (E)vin...» Source le Canrd enchaîné 11.03.2009

20090311CE_Belle_prise.jpg

A la Feuille de Manioc on est troués de rire devant «le jeu de mollets pour jambettes» du canard qui nous a habitué à plus raffiné. S’agissant d’Evin dérosé comme une péripatéticienne déniaise le puceau à l'alcool et au blues, dire que ça prétend avoir des convictions, on a de la peine pour la politique. Au fait c’est pas lui qui fait la police de l’alcool et du tabac? On se poêle. LFDM

26/02/2009

Jack chez Castro: Sarko castre un peu plus les gaucho…

lang.jpgDjjack à la Havane pour explorer au cigare

Capté sur le Figaro (26.02.2009) Selon un haut responsable français, le célèbre et intègre Djjack est à Cuba pour le compte de Sarkozy avec la permission de Martine Aubry qui lui a donné son accord … Mais bien sûr! Il voit Castro aujourd'hui «et sa mission "est un dialogue exploratoire pour faire bouger des lignes", a dit ce responsable sous le couvert de l'anonymat, en indiquant que le parlementaire socialiste était "porteur d'une lettre" du chef de l'Etat français.» Et Djjack a touché combien pour faire le facteur? Prenez-nous pour des truffes, vous avez raison nous en sommes… A qui fera-t-on croire qu’il n’y avait pas un branquignole "talentueux" à droite qui aurait pu conduire cette mission? La vérité est que Sarko habille la vacuité de son projet politique par le débauchage à gauche, et que les éléphants roses, après avoir énormément trompé leur électorat, vont à la mangeoire avant que le cimetière ne fasse ses comptes…

Sensibleries de gauche et de droite

Les positions sont habituellement tranchées; à droite, siège l’ordre établi qui s’enracine au fond des âges, même lorsqu’il apparaît sous les espèces de «la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs». Avec la droite, à la fin, c’est toujours la conservation des privilèges, qui gagne, les droits et les aisances liés à la naissance, au capital donné par avance, les force de la réaction; à gauche, on  vous aime le cœur gros comme ça, bien sûr. C'est déjà vrai du point de vue anatomique. Mais aussi géographique, le portefeuille n’est jamais bien loin. Les liasses et la carte Gold? Oh rien! Juste de quoi offrir un canon aux potes du vieux rade du coin, envieux de savoir où et à combien, entre deux voyages contre la faim en Afrique et un week-end à Marrakech, l’humaniste qui a réuissi (Seguela) a dégoté sa rare Rolex. A part cela la gauche? C’est bien sûr le progrès, le mouvement, la redistribution, les grand principes humanistes, l’altruisme…

Mon cul! Fable pour gogos. C’est la façade de ce partage qui vole en éclat avec la crise, et que le débauchage Sarkozien sur son flanc gauche contribue à précipiter. S’il n’y a plus l’épaisseur d’une feuille de cigarette entre la gauche et la droite (Zemmour), que la première privatise les services publics où la seconde nomme des coureurs de jupons socialos à la tête de la finance internationale, is'il n'y donc plus de différence, il ne reste plus, à la mascarade démocratique, que les questions dites "sociétales" pour faire office de clivage. Autant dire les qescroqiueries  résiduelles laissées au politique lorsqu’il a renoncé à faire de la politique, pour justifier qu'il accompagne le démantèlement de l'Etat par marché global en atténuant ses violences à la marge. Pour contrebalancer la loi TEPA, le métissage, la parentalité, le RSA, et le mercure à 28 degrés pourquoi pas… C'est pas que nous sommes contre le métissage, nous sommes nous-mêmes de joyeux corniauds. C'est juste le mensonge humaniste qui nous troue le cul. Mais profond! C’est un peu de ces doubles discours pour clientèles et gogos qu’il s’agit sur ce montage vidéo. Cela étant, on trouve de tout sur la toile. Il s'y trouve des gens bizarres qui se posent des questions bizarres. Ne trouvez-vous pas? LFDM.

L'immigration une chance pour qui? Source.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu