Avertir le modérateur

23/05/2009

Tarnac : maintenant, ça suffit!

Ultragauche - Julien, le coupable idéal

Voici trop longtemps que Julien Coupat est en prison. Il était temps que les politiques se réveillent. Le toujours très acerbe lorsqu’il s’y met, Mamère accompagné de Voynet et Duflot ont signé pour les Verts une tribune publiée le 21 mai 2009 qui mérite d’être relayée tant ce qui est en cause relève de l’Etat de droit et de la tentation d’instrumentaliser la sécurité à des fins de basse politique. Que l’affaire de l’ultra-gauche et le maintien en dépit d’un dossier que tous s’accordent à dire vide, n’ait pas suscité plus d’indignation que cela dans la tradition des intellectuels Français, est en soi le signe d’une décrépitude de l’esprit critique et du désintérêt pour les libertés publiques. On est surpris par la défausse des intellectuels qui se surpassent comme jamais.

Enfin intellectuels si l’on veut, BHL étant au mieux une marque qui flambe mal, Finkielkraut la haine en suc, Glucksman un mauvais clown, puisque tels sont ceux que le système médiatique a promu comme penseurs de notre temps. Jean Daniel et les suppôts de sa génération n’étant plus que l’ombre de leurs défaites critiques et hypocrites. Fini le temps de Sartre, Foucault, Bourdieu… Ecoutez au passage dans la vidéo ci-dessous, ce que ce dernier a dit du philosophe de pacotille BHL, ce petit excursus ne nuit pas.

Pour revenir à Coupat, les voix commencent enfin à s’élever, des universitaires ouvrent le champ, et MAM semble moins la ramener sur le ton de ses certitudes. Un universitaire Antonin Grégoire publiait le 11 mai dernier une tribune sur le risque d’une politisation du renseignement.

«Comment la menace terroriste a été créée de toutes pièces pour répondre aux impératifs politiques d'Alliot-Marie et des ex-RG. Le but d'un service de renseignement est de détecter et d'avertir des menaces que le politique n'a ni le temps ni l'expertise de percevoir. Problème : si le politique est en pleine parano sur l'ultragauche et qu'on lui vend de l'islamiste, il n'en tient pas compte, réduit les budgets, et, le jour où se produit l'attentat qu'on lui avait prédit et qu'il n'a pas voulu entendre, il vire tout le monde pour donner un exemple en pâture à l'opinion publique. Ce phénomène s'appelle la politisation du renseignement. Il y a deux écoles :
Ecole Kennan. Le renseignement doit être totalement séparé du politique. Les services choisissent eux-mêmes ce qui doit être surveillé et sont donc plus performant mais le politique les écoutera beaucoup moins.
Ecole Gates. Assumer à fond la politisation du renseignement : beaucoup plus de confiance, mais les services sont obligés de donner parfois corps aux paranos des politiques. C'est le cas de l'affaire Coupat.
La ministre de l'Intérieur a fait une analyse toute seule ! Sa finesse politique lui a montré que le PCF perdait des électeurs et elle en a donc déduit que l'extrême-gauche allait mathématiquement se renforcer. Analyse auto-confirmée en voyant les manifestations anti-CPE au 20 heures de TF1. La ministre évoque alors une « radicalisation ressentie » ça ne s'invente pas
. Texte intégral sur Rue89, «l'ultragauche et la politisation du renseignement»

Avant hier, c’était donc au tour des consorts Mamères de donner du ton : «Tarnac : maintenant, ça suffit!». Ca vaut la peine et le détour. Ca vaut d’être relayé.

«Décidément, la justice antiterroriste ne plaisante pas avec le ridicule, elle le défie : depuis lundi, cinq nouvelles garde à vue ont eu lieu dans l'affaire Tarnac. Une manière d'épaissir un peu plus le dossier, toujours vide de quoi que ce soit pouvant se rapporter au complot terroriste dénoncé par la ministre de l'Intérieur, qui sonnait tambours et trompettes en novembre dernier.

Sans doute déçue depuis d'une affaire qui tend chaque jour à faire pschiiit, Mme Alliot-Marie s'est faite plus discrète, pariant sur la vieille leçon selon laquelle ses excès de langage s'oublieraient en parlant d'autre chose.

Lire la suite

17/01/2009

Yldune LEVY est libre!

yldune_afp.jpgYldune Levy est libre !

La présumée terroriste est libre, préjugée coupable par la folie sensationnaliste en roue libre d’un système politico médiatique. Yldune, un bout de terre en mer oui, un brin de vent sur le sable des dunes oui encore, mais rien-là à fiche la trouille. Certes, dira-t-on, l’habit ne fait pas le moine, ni le prénom la perruque, mais tout de même, faudrait peut être aussi voir à reconnaître, de temps en temps, le moine par l'habit. Au Manioc on avait supposé les hommes de pouvoir avec un peu plus de couilles. Mais un tel acharnement sur ce corps grâcile, avez-vous vu à gauche la tête de l'ennemie publique numéro 1, avant Oussama BEN LADEN et DIEUDONNE? Si touts les terroristes ressemblaient à Yldune, le monde serait sûrement un peu moins môche que celui de ses geôliers.

Dans quel intérêt livrer à la pâture des charognards de la presse, ces pourvoyeurs de haine en nombre, en quantité et au détail un petit bout de bonne femme avec si peu de preuve à charge que la 14è section elle-même demande sa libération? Et si au bout du compte ils étaient innocents? On aura broyé des vies. Pourquoi ce gâchis?

«Maintenant, j'ai envie de rentrer chez moi avec mes parents et j'espère que Julien sortira très vite», a déclaré la jeune femme, une petite brune aux yeux noirs coiffée d'un bonnet de laine blanc.» Qu’on lui foute donc la paix !

En attendant la libération de son compagnon COUPAT, "la TéléLibre vous propose un reportage réalisé il y a deux jours au siège de la Ligue des Droits de l'Homme, à Paris. Ce mercredi 14 janvier se tenait une réunion à l'initiative du président de la LDH, Jean-Pierre Dubois. Étaient également présents les parents des deux prévenus, ainsi qu'un des avocats Irène Terrel, et des personnalités politiques dont les députés de Corrèze François Hollande et Bernadette Bourzai. Ce soir là, on apprenait la libération possible d'Yldune Levy, mais le parquet avait fait appel... Deux jour plus tard la jeune fille est sortie de prison après plus de deux mois sous les verrous". Visionner

 

06/01/2009

SNCF : examen mardi de la demande de libération d'Yldune

europe1.jpgYldune bientôt libre?

Lu sur le site d'Europe1, « la demande de libération d'Yldune Lévy, compagne de Julien Coupat mise en examen dans l'enquête sur les dégradations contre des lignes ferroviaires à grande vitesse, doit être examinée mardi par la cour d'appel de Paris. Le sort d'Yldune Lévy est entre les mains de la cour d’appel de Paris. Cette dernière décidera mardi si la compagne de Julien Coupat, peut ou non être remise en liberté. L’examen de la demande de remise en liberté devrait débuter aux alentours de 14h00. Une première demande de remise en liberté présentée par son avocat avait été rejetée par un juge des libertés et de la détention (JLD) au motif que la jeune femme n'a pas encore été interrogée par le juge d'instruction chargé de l'enquête. Cette audition est prévue pour jeudi prochain. La suite sur Europe1

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu