Avertir le modérateur

10/04/2009

Choquants, les stocks et les flux de l'immigration?

article_population.jpg

Au fond, qu'y a-t-il de choquant à virer 5000 nègres ou bougnoules?

Il y a une problématique impensée sous cette spontanéité récurrente à défendre les droits des migrants ici, qui par définition n'en n'ont pas. C'est comme lutter contre les tempêtes. Dès lors qu'on en vire 1, 5, 10, 100, 1000, aucun seuil n'est moins acceptable, pas plus 5000 que 10000. Alors pourquoi insister? La lutte contre cette politique de la population fortifie et même légitime des mesures qui seraient vaines si tout le monde encourageait Eric Besson à expulser non pas 5000 mais 100.000 immigrés. Il aurait l'air con du jour au lendemain.

Des organisations dont on ne mettra pas en cause la sincérité et la volonté dénoncent: «Dans la loi de Finances 2009, apparaît un objectif chiffré d’interpellation «d’aidants», c’est à dire de personnes ayant apporté une aide, quelle qu’elle soit, à un homme ou une femme en situation irrégulière… Pour 2010, cet objectif est de 5 500. Aujourd’hui, en France, il est devenu criminel d’accueillir, d’accompagner, ou seulement d’aider une personne en situation irrégulière…» Qu’y a-t-il d’étonnant ou de choquant là-dedans? Pourquoi se surprendre que les oiseaux migrent, que les criquets s’attaquent aux récoltes, qu’il pleut, et que l’homme est hautement civilisé à la condition de n'être pas «le bon sauvage» de Rousseau mais le vrai barbare de ses abjectes techniques, et que barbare comme civilisé, il s’agit le la même condition? Ca c'est pour Guaino de Dakar qui se prend pour un intellectuel.

Ce débat a besoin de rigueur ce dont ne manquent en général les organisations signataires Gisti, Cimade, Emmaüs… à l’exception des nuisibles de SOS Machin. Elles ne sont cependant pas à l’abri de méprises intellectuelles. Rectifions pour commencer, une inexactitude juridique à moins qu’il ne s’agisse d’une dramatisation volontaire qui n’entame cependant en rien le caractère scélérat du dispositif qu’elles dénoncent. Il s’agit en l’occurrence d’un délit et non d’un crime. Il n’est donc pas «criminel» mais bien «délictueux» d’aider une personne en situation irrégulière. Mais là n’est pas notre problème. Selon la Feuille de Manioc, au risque encore une fois de jouer les grincheux, le débat est bel et bien ailleurs, dans nos inconséquences positives.

Nous sommes nos poubelles et les résidus de Ceuta disent notre civilisation

Pardon pour la gadoue pestilentielle mais il est bon de rappeler ce qu’un comique nous avait enseigné: «ce n’est pas lorsqu’on s’est chié dessus qu’on serre les fesses.» La leçon semble passée inaperçue. Il est temps de congédier nos hypocrisies morales. On va faire dur. En quoi ce qui est dénoncé ici est intolérable, «les stocks humains», indésirables et relégués pour seulement valoriser, de cette fausse monnaie ségrégative, d’autres stocks qui iront se flatter d’avoir été intégrés? Va te faire intégrer… Il s'agit de répondre par le fait et le sens. En quoi au fond cette ségrégation politique diffère des procédés et des routines que nous appliquons quotidiennement dans nos entreprises et nos administrations, nous secrétaires, agents, managers, cadres dirigeants, chefs d’entreprises, avec zèle sinon enthousiasme? Des agissements pour lesquels nous sommes fiers d’êtres évalués et ravis d’évoluer professionnellement, ce dont nous obtenons des avantages, en termes de valorisation sociale par la promotion, le pouvoir d’achat, puis la jouissance à travers ce que nous consommons et dont l’éclat signale ce que nous sommes devenus, dans nos vies réussie de Rolex? On connaît la réponse éculée: «ce n'est pas la même chose...» Si, si! C'est exactement la même chose.

Il est normal que des stocks humains figurent dans une loi de finance

Valeurs et déchets, produits et pertes, telle est l’industrie de notre civilisation, de notre développement. Qu’y a-t-il là d’étrange ou d’étranger à ce que nous sommes intrinsèquement? Vierges effarouchées d’un jour… N’est-ce pas exactement pour cela que nous pleurons lorsque nous sommes recalés ou sanctionnés, à l'école, au boulot? L’objectif de ségrégation humaine n’est pas une verrue de notre loi de finance. Il est au cœur de la comptabilité nationale qui se conclut en fin d'exercice de points de PIB. L’homme est une ressource comme le bois, le blé, surtout le blé pour ceux qui en gagnent, le cochon, surtout le porc qui pullule dans les hautes sphères de la pensée réformatrice. Avec ou sans cravate, franc-maçon ou rosicrucien, peu importe, tous des porcs qui s'en mettent plein les fouilles à stocker et déstocker l'humain. Alors ne pas pleurer au moment des soldes, dès lors que le nègre a toujours été dans notre imaginaire, le degré zéro de notre humanité. Il s’agit tout simplement dans une valorisation, promotion, élection… ou d’un déstockage, sanction, relégation, enfermement, d’une opération de gestion de «ressources humaines», syntagme qui opère efficacement dans nos entreprises, et qui résume l’objet de notre société et de son développement.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu