Avertir le modérateur

25/05/2009

SOS Sauvons les riches au Bristol

Aucune initiative n'est à exclure par ces temps de courante financière...

Celle-ci est à noter. La Feuille de Manioc a l’honneur de vous adresser ce petit bristol d’un collectif d’illuminés en plein dans le sujet du baba à financiers. On a bien dit bana à financiers et non baba financier. Ce serait trop beau, trop humain… A voir, à suivre sur leur site. Ca secoue, ça réveille de la torpeur du farci et ça se passe de commentaires. Lorsque c’est drolatiquement tordantuesque, et fantastiquement marrantesque, il convient, non, il importe, non, on se doit de relayer. Exemple :

«Après George W. Bush attaqué à coup de chaussures, le collectif Sauvons les riches a lancé la saison des AG du Cac 40 avec le nouveau sport à la mode : le lancer de pantoufles sur pantouflard sans scrupule ! Jeudi après-midi, le collectif Sauvons les riches s’est invité à l’Assemblée générale d’une banque exemplaire, Natixis, dont le cours en bourse s’est effondré de 95 %, et qui n’a dû son salut qu’à la recapitalisation de plus de 5 milliards d’euros par le contribuable français.

Fidèle à l’adage « Socialisation des pertes / privatisation des profits », la banque ne connaît aucune contrainte : l’Etat n’a pas son mot à dire à cette AG, et les pratiques salariales y sont toujours aussi indécentes. Alors que 1 300 emplois sont supprimés, un sympathique banquier répondant au nom de Jean-Pascal Beaufret, a reçu 1,3 millions d’euros pour neuf petits mois de travail, dont 500 000 euros de Golden Hello et 300 000 de Golden Goddbye pour le préjudice subi suite à son éviction pour incompétence ! Figurez-vous que Jean-Pascal Beaufret est un brillant énarque de gauche, puisqu’il fut directeur général des impôts à la grande époque où DSK défiscalisait les stock-options à Bercy. Avant d’aller faire fortune dans le privé… Autant dire que la maison a une tradition ininterrompue d’accueil de pantouflage, perpétuée aujourd’hui par François Pérol, artisan depuis l’Elysée du rapprochement entre les Caisses d’Epargne et les Banques populaires avant de prendre lui-même la tête de l’ensemble (dont Natixis est une filiale), en ramassant 500 000 euros annuels au passage. On n’est jamais mieux servi que par soi-même (et les contribuables…)

Remarquez bien que comme d'hab, c'est un trouduc de pauvre smicard comme vous et moi qui rudoie les manifestants sympathiques au lieu de les inviter aussi sympathiquement à quitter les lieux. Et ça bastonne sec y compris une journaliste. Bienvenue à icelle. chez les Coups de pied au cul Vous pouvez poursuivre sur le site de ces Robins des villes d'un genre mentalement hygiénique, et faites suivre autour de vous. Il faut que ça buzze à donfe: Lien: sauvonslesriches.fr. Il y a d'autres vidéos loufoques à voir, notamment celle avec le Dauphin de l'Empereur, Jean du 92. Tordante! LFDM.

28/02/2009

Le courriel d'Olivier Fouquet à la commission de déontologie

Le meilleur pour le pétrole des banques

Lefigaro.fr 26/02/2009. Olivier Fouquet, dont le nom ne préjuge pas de quelque participation au célèbre restaurant gastronomique où l’Empereur à marqué le début de son mandat, officie comme président de la commission de déontologie. Déontologie et gastronomie, deux vertus impératives par ces temps de crise. Fouquet a envoyé mercredi aux autres membres pour clarifier la situation sur l'affaire Pérol, une petite roquette dans le jardin du locataire du Château.

«J'attends avec impatience le retour d'Agnès Zobel et de Marie Picard pour les envoyer au front: je les surveillerai de l'arrière, bien à l'abri » Espèce de déontogue courageux va...

«Chers Amis,
M. Guéant a demandé vendredi soir 20 février des informations sur le caractère obligatoire ou facultatif de la saisine de la commission et sur la jurisprudence de celle-ci. En l'absence de Mme Zobel, qui répond en principe aux questions des administrations sous le contrôle du rapporteur général, également absent, j'ai dû expliquer la distinction faite par la loi entre les saisines obligatoire et facultative et rechercher la jurisprudence sur les cabinets ministériels avec l'aide de Magali Comte.
Tout ceci était difficile à comprendre pour mon interlocuteur qui m'a fait alors parvenir une lettre de M. Pérol expliquant qu'il n'entrait pas dans les hypothèses de saisine obligatoire.
J'ai donc rédigé un brève missive qui d'une part expliquait la distinction faite par la loi entre les saisines obligatoire et facultative et qui rappelait la jurisprudence sur les cabinets ministériels. J'ai conclu en indiquant que si M. Pérol s'était comporté comme se comportent habituellement les membres des cabinets minstériels, la jurisprudence de la commission lui serait applicable. Je n'ai pas préjugé du cas personnel de M. Pérol que je ne connaissais pas.
Le mardi à Rome, le Président de la République a annoncé que la commission avait été saisie et qu'elle avait donné un avis favorable. J'ai dû démentir et j'ai donné pour instruction à Magali Comte de démentir. Il en est résulté une confusion médiatique totale que je n'ai pu éteindre compte tenu de la réseve que je devais conserver. De guerre lasse, j'ai demandé mercredi matin à M. Guéant de rendre publique la lettre que je lui avais adressée en réponse à sa demande d'information.
Vous trouverez ci-joint la lettre.
J'attends avec impatience le retour d'Agnès Zobel et de Marie Picard pour les envoyer au front: je les surveillerai de l'arrière, bien à l'abri.
Olivier Fouquet. » Source.

Sarko a expédié cette affaire-là d'un je nomme les meilleurs, façon de dire je fais ce que je veux... Après tout, on l'a élu pour ça non? Alors maintenant on ferme son claque-merde te on va bosser plus pour mourir vite. Et si on est encore la en 2012 on sera peut-être un peu moins cons... LFDM

 

26/10/2008

Faux jetons

"IN ZE BAB AGAIN" COUSIN ! Un génie financier nous explique le mécanisme de la création de la fausse monnaie fourguée sous forme de dette aux gogos du capitalisme. Non seulement il faut qu'ils s'endettent mais il faut qu'ils y rajoutent leur sueur de gogos sinon ça ne le fait pas. Face à cela, VALLS d'Evry ami de BAUER, Manuel de son prénom et homme d'Etat du parti socialiste, s'est fixé une ambition étatique et régalienne: sauver les banques de la banqueroute. C'est tellement de gauche sonempressement à réparer les dafaillances spéculatives des riches qu'à côté, notre Nicolas passe pour un communiste. Ceux qui trouveront la feuille de manioc un peu légère sur ce coup-là n’ont qu’à aller se frotter à une analyse pointue de la forge à fausse monnaie que constitue le dollar. Se documenter. Si on n'a rien d'autre à foutre...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu