Avertir le modérateur

03/04/2009

Delanoë le vertueux à temps partiel

delanoe.jpgBertrand Delanoë ou les droits fondamentaux intermittents

Il a donc fallu tout ce temps à l’édile de la capitale pour se rendre compte des dérives concernant les libertés fondamentales en France. Bertrand Delanoë a probablement un circuit neuronal plus sinueux que le béotien du coin, immédiatement convaincu des manières expéditives de l’Empereur. Hypocrisie mise à part, Sarkozy n’ajoute que la brutalité à ce dont tous les pouvoirs, sous la 5ème République au moins, ont copieusement abusé. Avec la caution explicite et même zélée des journalistes. On relèvera déjà que sur d’autres thèmes et s’agissant d’autres victimes, l’éternel compétiteur des Ji-Oh a la vertu négligente. Encore, il s’agit ici de journalistes, preuve qu’en France toutes les victimes et toutes les causes ne se valent pas… Lorsque les amis de Bertrand sont poursuivis ou suspectés, la présomption d’innocence est de rigueur. S’agissant de la Chine par exemple on a connu le Bertrand de dent plus dure, toutes quenottes rageuses. Certes il est encore constipé du bourre-pif que lui ont mis les chinois, ce dont son ressentiment jouit à inviter le Dalaï Lama. En outre, se dire troublé ne suffit pas. Il conviendrait, dans cette affaire comme dans toutes les espèces analogues, de condamner avec la plus grande vigueur, cette pékinisation délétère du pouvoir. A cet égard, les journalistes Pravda qui trient entre les causes dans une autocensure abjecte n’ont que ce qu’ils méritent. A la Feuille de Manioc on ne pleurera pas leur sort. Si nous avons relevé ce fait ici même récemment, c’était dans une posture d’observateur ethnologue des mœurs corrompues du caniveau et du marigot bantoustanais. Que tous aillent donc se faire bouillir et le Bertrand avec, ce looser, battu à Pékin, battu au PS et ami de Jospin, trois critères rédhibitoires. D’autres causes bien plus graves méritent l’indignation de ces faiseurs d’opinion que sont les journalistes. C’est corrompus, révérencieux qu’ils les ignorent. Alors rions de cet éclat dionysiaque. LFDM

«Dans quelle autre grande démocratie serait-il même imaginable qu'un journaliste soit entendu par la police pour la présentation d'une information de cette nature?», demande le maire de Paris, au sujet de la diffusion sur Internet de propos tenus hors-antenne par Nicolas Sarkozy. «Bertrand Delanoë a affirmé jeudi 2 avril se sentir «troublé» par la convocation de quatre journalistes par la police, dans l'affaire de la diffusion, sur Internet, de propos tenus hors antenne par Nicolas Sarkozy. «Comment ne pas être troublé par l'engagement d'une telle action pénale contre la diffusion de propos tenus hors antenne le 30 juin dernier, par le chef de l'Etat, dans un lieu public, en l'occurrence le siège de France 3?», demande le maire PS de Paris. «Dans quelle autre grande démocratie serait-il même imaginable qu'un journaliste soit entendu par la police pour la présentation d'une information de cette nature?», ajoute-t-il dans un communiqué.
Judiciarisation progressive des relations pouvoir-medias
Pour le maire de Paris, «chaque citoyen attaché à la qualité de notre vie démocratique ne peut que se sentir concerné et vigilant face à cette judiciarisation progressive des relations entre le pouvoir politique et les medias». France 3 a porté plainte pour "vol, recel et contrefaçon" à la suite de la diffusion sur internet, en particulier sur Rue89, d'une vidéo montrant Nicolas Sarkozy hors antenne, visiblement irrité, avant qu'il intervienne dans le "19/20".

Les quatre journalistes qui ont été entendus mercredi par la police ont dénoncé à leur sortie des mesures d' «intimidation» à leur encontre. Augustin Scalbert de Rue89, Joseph Tual et Karine Azzopardi de France 3, avaient d'abord été entendus dans la matinée par les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Puis ce fut le tour de Pierre Haski, directeur de Rue89, dans l'après-midi. Après ces auditions, il appartient au parquet de Paris de donner ou non une suite aux poursuites engagées.» Source France Soir

04/02/2009

Delanoë mime la lutte contre les discriminations

delanoe.jpgLa Mairie de Paris pratique les (2) doigts de l'homme

Mépris des principes républicains et fountance de gueule en règle. La Feuille de Manioc apprend que «La mairie de Paris va former 800 cadres à la lutte contre les discriminations au travail». On est ravis de lire ça sur le site Miroir Social. Bertrand DELANOE, Anne HIDLAGO et leurs équipes n’auraient donc rien de plus consistant à branler? N’importe quoi! Si vous voulez des idées concrètes pour avancer sur ce thème, consultez la Feuille de Manioc. Nos experts anti-connerie se feront le plaisir de vous répondre gratis. Blaireaux va !

«* Le communiqué de la ville. Le programme de formation de 800 cadres de la Mairie de Paris à la prévention, la détection et au traitement des discriminations a été lancé le 3 février. La formation d'une journée aura concerné toutes les personnes concernées d'ici trois ans. La mise en application d'un des engagements de la charte pour l'égalité dans l'emploi présentée par la municipalité en mai 2008. Une étude sera lancée avant l'été pour «connaître la réalité des discriminations au travail» à partir de l'analyse des recrutements, des affectations et des écarts de rémunération.» Source

Encore une étude à la con. On parie? L’énième analyse d’un délit pénal. Quand est-ce que ces grimaces suffiront? Et combien ça va coûter au contribuable de convier les patriciens de la discrimination ordinaire pour leur bavarder 8 heures des «bonnes pratiques», en fait des balivernes vides d’impératif, le tout sur un gueuleton arrosé d’un pinard tout sauf piquette? Et tout cela pour qu’à la fin, il ressortent encore plus sectaires qu’ils ne l’étaient, convaincus d’être naturellement à leur place? Et qui va payer? Y aura-t-il un appel d’offre? Gageons que ce seront les experts habituels qui siègent dans les Comissions Théophile et les Observatoires Hippolyte, qui remporteront les marchés via des sociétés bidons apprtenant à leurs épouses, leurs parents et basées en Suisse. Ainsi se maquille la magouille pour faire branchouille. On sait comment ça se termine, sur l'achat de montres, les prêts d'honneurs aux potes jamais remboursés, les présidents d'associations qui se barrent avec bagnole et pognon et les discriminés qui sont aussi des contribuables qui l'ont dans le baba! LF2M

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu