Avertir le modérateur

31/10/2009

Charlie, ou le retour des Tontons flingueurs

Charles-Pasqua_pics_390.jpg

Qui me cherche me trouve, le Parrain correctionne

Tonton Charlie est de sortie et ça branle dans le landerneau. On aurait payé, lâche-t-il, 900.000 francs pour la libération de nos pilotes en Bosnie. C’est chiche ne trouvez-vous pas? La Frônce d’en Gaule serait-elle pingre? A la Feuille De Manioc on avait cru que barbouze et agent double rapportait davantage. Certes on a filé une médaille du mérite à Arcadi Gaydamak, un personnage peu fréquentable, ex du KGB, et ex de nos propres services, réfugié depuis dans un sanctuaire: Israël. Là-bas il est à l’abri, nul et surtout pas la justice française n’ira chercher ce fugitif. On n’est pas au Hamas ici… Non mais! Et puis à quel niais fera-t-on croire que cet espion, s’il en est, d’Arkadi récemment parti à l’assaut de la mairie de Jérusalem à la tête d’une boutique d’ultra droite, propriétaire du Betar, club de football de Jérusalem soutenu par des fachos comme notre Bétar à nous, se soit contenté de 900.000 francs et d’un colifichet? Prenez-nous pour des pignoufs!

En ce moment, Charlie souffle le chaud et le froid et il faut le lire entre les lignes. C’est bizarre il y a des gens comme ça qui vous fichent la trouille au moment même où ils vous rassurent: «est-ce que vous pensez sérieusement qu’à mon âge je vais devenir une balance? Ce n’est pas ma vocation. Je raisonne simplement en flic.» Et à ce moment précis il y en a forcément à Paris qui ont les veines en mode congélation.  Surtout que dans le même texte, le matamore avait pris soin de préciser: «Je suis un animal de combat. On m’a cherché, on va me trouver.» Brrr!

Y connaît pas Raoul !

Allons pour notre digression habituelle. Tripots cladestins, distillerie du «qui-rend-aveugle», maisons closes. Les scènes et les personnages des Tontons Flingueurs évoquent fichtrement notre actualité. Si si! Les habitudes du petit milieu d’«affaires» parisien tenu d’une main de fer par un gangster qui dort avec ses flingues, Louis le Mexicain pourraient inspirer, non sans acuité, une anthropologie du paysage politique actuel de notre Gaule érectile, avec dans le rôle de racailles absolues, car dans ce film même les bons en sont, les frères Volfoni, Raoul (Bertrand Blier) et Paul (Jean Lefebvre). Au milieu de ces aigrefins, Max le Menteur qui s’était acheté une respectabilité en vendant les motoculteurs à Montauban sous le nom de Fernand Naudin (lino Ventura) passe pour un enfant de cœur. Tous pourris! Et la palme revient à Maître Folace (Francis Blanche), Notaire véreux chargé de régler la succession de Louis le Mexicain dotée de Patricia, une jeune et belle insouciante éprise d’Antoine (Claude Rich) féru de musique concrète dont héritera Tonton Fernand auquel le premier lègue le soin de gérer ses «affaires». Puis il y a les porte flingues Théo, Tomate...

Coïncidence, la version «haute-dèfe» de l’œuvre de Lautner vient de sortir. A se procurer pour archive en guise de legs pour vos futurs petits enfants. Et en attendant l’engeance, à voir absolument pour se tordre de rire en ce ouikend! Ce machin est un héritage en soi. Les répliques sont ciselées par l’inévitable Michel Audiard. A vous de faire les rapports avec la réalité. Les figures sont tellement riches qu’elles offrent toutes les possibilités. Ne trouvez-vous pas? La prochaine fois nous vous ferons goûter à la scène du dispersement dans Paris façon puzzle.  En attendant, bon week-end! LFDM.

Raoul Volfoni: "Mais y connaît pas Raoul ce mec. Il va avoir un réveil pénible. Je voulais être diplomate à cause de vous tous éviter que le sang coule mais maintenant c’est fini ! Je vais le travailler en férocité. Le faire marcher à coup de lattes. A ma pogne je veux l’voir ! Et je vous promets qu’il demandera pardon ! Et au garde-à-vous!"

Toc toc toc… Tonton Fernand frappe à la porte, Raoul se précipite pour ouvrir…
Paf! Un bourre-pif!
Musique… Tin tindinding tinting, tindinding tinting…

Fernand Naudin: "J’avais oublié. Les 10% d’amende, pour le retard…"

Musique… Tin tindinding tinting, tindinding tinting…

28/10/2009

Rémi Gaillard: méfions-nous des petits chauves

Sale temps et cauchemars en Sarkozie

Le monde est un cirque et les gens sérieux qui nous gouvernent, des bouffons. Méditez donc que «c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui.» N’est-il pas Casimir?  Halowween approche et la France joue à se faire peur. Songez qu’entre deux pastagas,  Charlie refait parler de lui et menace de tout balancer. Des cacahuètes bien sûr! N’empêche que ça se corse de partout en Sarkozie ne trouvez-vous pas? Celui qui faisait peur à la Gaule entière en est à faire du chantage à ses anciens potes façon «arrêtez-moi sinon je fais tout sauter!». Eux contemplent le Parrain décati en se bidonnant. Pas tous… Certains rient jaune. Frégates de Taïwan, attentats de Karachi, et patati et patata… Et si le vieux balançait tout dans un accès d’Alzheimer? Bonne idée! On mettra ça sur le compte d'Alzheimer et du vieux délire…  Qui le croira? T'as vu comment ça s'est terminé dans l'affaire Boulin? Le cou dans l'eau. Une balle dans la tête, mais après avoir reçu un coup dans la nuque. Dixit le vieux Charbonnel, gaulliste s'il en est. Bizarre ne trouvez-vous pas? Tiens! en parlant de coup d'épée... Hier était-ce dans l'eau?

Charlie en sursis et Galouzeau De Coûte-Que-Vaille

Galouzeau a défourré son épée. Allez lire un de ses fans... Un espoir est né hier à droite. Ici on l’appellera Galouzeau De Coûte-Que-Vaille. Ca lui va bien avec ses airs de D’Artagnan. On y reviendra. Ils étaient plus d’un millier hier à la Maison de l'Amérique Latine où la gauche a ses habitudes, pour dire qu’ils préfèrent cette droite-là à la décimétrique bling bling. Finies les tergiversations au fleuret. Hier c’était du sabre. Cependant que Charlie est au seuil de la taule. Lui qui aura passé son temps à sacquer son monde et à «terroriser les terroristes»! Au bûcher! Qui l’eût cru? Personne! Même pas la viande d’un croc de boucher. Décidément, nous vivons une époque formidable. Rome n’est plus dans Rome et la Gaule se barre en couilles-molles. Tout est sens dessus dessous et il n’y a pas que chez nous que ça part en sucette. Les valeurs se perdent même chez nos cousins ibériques. Le Réal de Benzema s’est pris 4 – 0 hier face au modeste club de 3ème division Alcorcon.

La gaillardise des vrais clowns

C'est pour cela qu'au total nous misons sur des valeurs sûres. Votre Feuille de Manioc préfère les vrais clowns aux faux derches. Accroché la tête en bas à un arrêt de bus, dans un ascenseur, un tramway ou dans un parking, Un montpelliérain Gaillard piège les passants. Rémi est un curieux personnage drolatique, hardi et plein d’esprit, qui sévit depuis quelques temps sur le ouaibe à coup de gags bien ficelés. Cette fois en costume de chauve-souris, il s’en prend même à des policiers.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu