Avertir le modérateur

29/08/2009

Fertilité des noirs, Bongo succède à Bongo

Narmer%5B1%5D.jpgNoirs fertiles, l’usurpateur de Libreville et les imposteurs de Paris

Comment ça sans rapport? Pas si vite! Il y a un lien plus étroit qu’il n’y paraît. Lisez seulement… C’est bien connu, les noirs de France sont courageux. C’est incontestablement en vertu de ce courage qu’ils expriment leurs revendications identitaires sur Internet à travers des pseudos tous les uns plus farfelus que les autres, Kem, Kemet, Kemetic, Kam, Kamit, Kamitic, et tic tic ci, et toc toc là. A croire que c’est compulsif. On vous passe les vapeurs délirantes des Horus, Narmer, Aménophis, Toutânkhamon, Ramsesu, Piânkhy, Taharqa. Des pseudos adoptés un soir de désœuvrement, entre deux pétards de mauvaise facture ou deux verres de picrate qui rend aveugle, pour se vêtir d’une gloire dont les mêmes sont en tous points indignes. En vérité, de soi-disant militants en demande de soins psychiatriques. Leur état explique pour partie la question noire en France. Rares sont ceux qui se présentent sous leurs nom et prénom pour dire ce qu’ils exigent de la cité comme citoyens. Tous se dissimulent derrière les légendes de l’âge glorieux des noirs de l’ancienne Egypte, lorsque le noir n’était pas ce battu de l’histoire que le premier caniche vient insulter et se faire applaudir jusqu’à Dakar, lorsqu’il n’était pas encore assigné à se cacher derrière un clavier d’ordinateur pour rêver d’épopées héroïques révolues:

«Contrairement à la symbolique chrétienne, le noir (kem) n'avait pas de connotation négative dans la pensée des anciens Égyptiens. Si elle est bien la couleur de la nuit et du royaume des morts, elle est avant tout le symbole de la renaissance et de la fertilité. Le noir, couleur du limon fertile apporté par la crue annuelle du Nil, est en effet fortement lié à la symbolique de la renaissance. Le limon déposé sur les berges permettait aux cultures égyptiennes de « renaître » après une saison de sécheresse où les plantes semblaient « mourir ». Ce limon, vital pour un peuple d'agriculteurs, donnera le nom ancien de l'Égypte, kmt (kemet), « la (terre) noire ». Source Wikipedia, Symbolique des couleurs dans l’Egypte antique.

Ci-contre Narmer, un Pharaon nègre de chez négro... Eh oui, il fut un temps où «noir» n’était pas une disqualification mais une esthétique spirituelle, noble. Ces noirs-là étaient toutefois différents des aliénés qui donnent à voir leur dégoût du manioc comme spectacle. En effet, les seuls à afficher leurs patronymes en oripeau sont les aliénés de leur espèce de peau, en ce qu’ils aspirent à métisser leur noirceur : «être métis ou ne pas être, c’est la question» shakespearienne à la sauce bantoue des bords de Seine. Le métissage tout un programme, hier encore bavé chez le fatal Yves Calvi (C’est dans l’air 28.08.2009, La Cinq), un mot-valise à la mode depuis Obama, brandi à toutes les sauces par les trous-du-cul du sérail. En effet, vous apprendrez si vous voulez être branché, que la négritude est révolue depuis que la créolité est l’essence identitaire en devenir. Le hiatus est donc que des noirs se dégoûtent comme noirs et entendent le faire savoir, et que d’autres qui se réclament noirs se cachent.

Lire la suite

23/05/2009

Fin de règne à Libreville, ça sent le sapin!

Epidémie de dictaturite

Nous vous proposons un point parsemé de documents video sur le Gabon où se joue en ce moment même une  part du sort de la françafrique et pas n'importe laquelle. Ali Ben, serait lui aussi mal en point. Non il ne s’agit pas de Laden, ni d’une machine à laver, mais du rejeton de Bongo dont tous les gabonais, mauvais esprits et mauvaises langues comme on le sait, chuchotent qu’il n’est pas le chiard du Grand Maïtre de la loge maçonnique équatoriale dont le règne sans partage depuis 42 ans se termine de frasques en misères, mais qu'il serait un enfant adopté comme l'instille en sous main son "ami" Mba Obame, et comme tel, taxé de «biafrais», ainsi que d’autres diraient métèque.

En effet, contrairement aux rumeurs ivoiriennes qui veulent que Konan le Dauphin (Bédié) fut le fils naturel d’un autre alligator françafricain, l’idiot Houphouet, puissent les asticots s’en être régalés, et l’enfer qu’il redoutait l’avoir consumé, contrairement au schéma ivoirien donc, Omar Bongo aurait prédisposé un dauphin allogène pour lui succéder au trône de Libreville après sa mort. C’est du moins ce que les observateurs s’accordent à penser de celui auquel Bongo a confié les rennes du Ministère de la Défense. Né en 1959, le soi disant biafrais est Ministre de la Défense mais il tient aussi le poste stratégique de 1er Vice Président du parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. Une position de choix à la tête du courant des «rénovateurs», un clan taxé de «réactionnaire» par leurs opposants pour bricoler la succession de son vieux schnock franc-maçon de père en voie de décomposition.

Mais voilà ti pa que le faux jeton, oups pardon, le faux rejeton serait à son tour et depuis peu à l’hôpital américain de Neuilly pour, chuchotte-t-on, subir «un bilan de santé», version édulcorée et langue de pute qui signifie en Afrique plus qu’ailleurs, que le gars n’est pas bien, mais alors pas bien du tout. L’hospitalisation du prétendant au trône coïncide avec celle de son père pour qui ça sent le sapin à la clinique Quiron de Barcelone et ce, peu de temps après le départ pour les cieux de son épouse Edith Lucie. C’est l’hécatombe chez nos amis Bétékés.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu