Avertir le modérateur

11/04/2009

Hees «L'avenir... ça va prendre du temps»

photo_0302_459_306_28232.jpgEt la Feuille de Manioc répond: "le temps qui dure est long..."

En tout cas, vu avec autant de profondeur, il n'est pas prêt de finir... L’arrivée du commis de Sarkozy à la tête de Radio France a donné lieu à des titres de dix lieues: «Qui Hees ? » ; «Hees bien raisonnable?» A la Feuille de Manioc on pense qu’en l’espèce «les jeux de mollets pour jambettes» sont trop faciles pour s’y perdre. La chose est grave. Hees oukazé à la tête de Radio France par l’Empereur, et Val dans ses talons à la tête de France Inter. Caroline Fourest et toute la clique vont avoir leurs entrées dans la maison ronde qui ne leur était déjà pas fermée. Un certain réseau s’installe durablement à la tête du pays et les journalistes font mine de n’y voir qu’une simple opération de débauchage à gauche rondement menée par Sarkozy. Cet intérêt politique d’apparence masque l’emprise grandissante d’un pôle d’influence qui ne dit pas son nom et transcende le clivage gauche droite.

On pourrait être choqué, on devrait être choqué par la scène de la nomination par le Château du nouveau patron de Radio France. Une décision digne d’un épisode du Praesidium du Soviet Suprême sous Leonid Bréjnev. Comme le Nouvel Obs qui n’opère aucune distance critique par rapport au sujet qu’il ne traite pas mais rapporte tel un porte parole, la plupart des media-Pravda semblent tétanisés, comme encore sonnés par leur prostitution incestueuse avec ce pouvoir qu’ils ont porté aux nues sur fond de médiocrité, la leur. En effet toute critique de ce pouvoir serait d’abord et logiquement une autoanalyse de leur propre exercice, affligeant… Même dans une de ces contrées exotiques que nous aimons à tenir pour bananières, la presse aurait hurlé. Vainement certes, mais tout de même hurlé. Même chez Bongo la presse hurle. A Paris elle entérine le fait du prince et fait les nœuds des paquets cadeaux présidentiels, destinés soit disant à déstabiliser la gauche.

L’eau est tiède à 37°

Réaction du PS à la nomination de Hees à Radio France «Il y a un côté un peu surréaliste dans tout ça. Pour une raison ou pour une autre, Nicolas Sarkozy ne voulait plus de Jean-Paul Cluzel (l'actuel président de Radio France ndlr). M. Hees est sans doute quelqu'un de tout à fait estimable mais on n'a pas compris lors de son audition devant le CSA qu'il avait un projet alternatif», a ajouté M. Mathus. Source. La tiédeur est confondante. Il se passe quelque chose en France comme si le délétère jusqu’ici pas assez insupportable pour que chaque égoïsme s’en émeuve se transformait peu à peu en un tout mortifère : policiers violents, rien de nouveau ; avocats véreux, ils sont légions à êtres francs-maçons et à arnaquer leur clients sous l’œil complaisant des barreaux. C’est une bonne milice à faible coût pour le pouvoir; chefs d’entreprise faillitaires; journalistes de révérence… Bref, la gangrène de la concussion semble atteindre une grande partie des corps intermédiaires. L’éthique même de façade tient souvent lieu de pouls d’une société contenue sinon tenue. La nôtre ne semble plus s’émouvoir de ne plus faire semblant d’en avoir. Pourvu que ce ne soit pas le signe avant-coureur d’une situation insurrectionnelle. En tous cas indémontable, Stéphane Guillon pour qui sonne peut-être le glas en a remis une couche sans faire dans son froc, alors même que Henri Guaino, l’auteur du discours de Dakar corrigé par Ségolène Royal était invité de France Inter. Visionnez sa chronique avant notre petite revue de presse. LFDM

Lire la suite

01/04/2009

Halde, la mauvaise farce Schweitzer

h-20-1072474.jpgFoutance de gueule raciste
Comment l’opinion, la presse et les victimes du sang contaminé des années 80 accueilleraient-elles la nomination de Louis Schweitzer à la tête de l’Etablissement Français du Sang? La Feuille de Manioc rappelle que ce dernier a été lié, de par ses fonctions à tout le moins, au scandale du sang contaminé et aux écoutes de l’Elysée. Lien 1 - Lien 2. Le rapprochement n’emprunte donc pas à la caricature et n’a rien d’une provocation si ce n’est qu’il révèle la morgue du pouvoir envers les victimes de discrimination. La nomination de M. Schweitzer à la tête de la Halde sous Jacques Chirac est l’expression outrancière d’une confiscation du principal instrument de lutte contre les discriminations en France. Ayant dirigé une entreprise, Renault, déjà condamnée pour discrimination, et siégeant au conseil d’administration de plusieurs autres dont la notoriété en la matière n’atteste d’aucune vertu, le personnage est en effet mal placé et mal préparé pour défendre des valeurs d’égalité de cet ordre du simple fait de ses états de service. Dans aucun autre domaine de la vie publique on aurait pu imaginer une telle grimace. Au reste, le résultat est conforme à ce qui fut originellement saboté. Nul besoin de démontrer la vanité de ce machin, le bilan de la Halde est encore ce qui plaide le mieux contre elle. Passons donc sur les millions d’euro d’argent public dépensés chaque année en pure perte, y compris en temps de crise, dans la lutte supposée contre les discriminations alors que quotidiennement traités de racistes, on bassine les français d’un sujet rebattu à des fins électorales et clientélistes. C’est d’autant plus honteux qu’on joue sur des peurs au détriment des valeurs fondamentales de la République. Toutefois le jour viendra où, bonne fille, cette dernière réclamera des comptes.

Lire la suite

06/02/2009

Villepin entendu par la justice sur l'éventuel compte japonais de Chirac

sarkozy_show_TV_05_fevvrier.jpg

Décryptage de la propagande médiatique élyséenne I - Ici des enquêtes, là «juste un livre!»

Nous vivons dans une belle démocratie où les journalistes sont payés pour servir la soupe au pouvoir et aux puissants. Le 5 février 2009, avait lieu le SARKOSHOW. Le Monde selon K s’est invité lors du show télévisé. Question: à qui faisait allusion Nicolas SARKOZY en prenant la défense de M. KOUCHNER et en évoquant énigmatiquement pour ce faire, des procédures de «justice» et des enquêtes de «police»? Fallait-il voir en filigrane de la «couverture» présidentielle à son ami l'autre Nanard, une manifestation supplémentaire de ces amabilités à l’attention de son fainéant de prédécesseur et de ses potes? En tout cas le PQ du soir rapporte que VILLEPIN qui n’a, à l’Elysée comme on chacun sait, que des amis qui lui veulent du bien, était entendu par la justice.

«L’affaire  Révélée par L'Express sur son site Internet, l'audition de M. DE VILLEPIN s'est déroulée jeudi matin au pôle financier du palais de justice de Paris pendant un peu plus d'une heure, selon une source proche du dossier. L'ex-premier ministre a été interrogé par le juge de Papeete Jean-François REDONNET qui enquête sur la disparition, le 15 décembre 1997, du journaliste Jean-Pascal COURAUD, dit JPK. Le journaliste avait enquêté sur des malversations financières à Tahiti, à l'époque où la Polynésie française était présidée par Gaston FLOSSE, un proche de Jacques Chirac. Dans le cadre de son enquête, le juge aurait été amené à s'intéresser à des transferts de fonds vers un compte dans une banque japonaise qu'aurait détenu Jacques Chirac. Compte que l'ancien président dément «catégoriquement» avoir jamais possédé.» Source LeMonde.fr avec AFP ( 06.02.09)

Parmi les conseillers du soir à l’Elysée, il y en a un qui partage la même haine recuite que SARKO pour CHIRAC, c’est le Mephisto MINC. Cette éminence grise devrait pourtant se souvenir , entre deux plagiats et à défaut de se faire une culture de guignol sur Canal+, qu’à chaque fois qu’on poignarde l’ancien chef de l’Etat, dans les sondages il culmine et pour les autres, c’est la sonde au cul. Quoique, suivant notre règle fondamentale (cf. lien), au pays du doigt de l’homme on peut et on a le droit d’aimer ça.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu