Avertir le modérateur

11/04/2009

On a décoloré l'armée à la Libération de Paris!

Gi's_noir_enfant_blanc.jpgLibération de Paris, déjà la diversité chez les troufions

Un document de la BBC revient sur le sort fait aux nègres de la coloniale au moment de la libération de Paris. Il apparaît que la 2ème Division Leclerc a été blanchie sur ordre du Haut commandement Allié; que pour la priver de ses soldats trop noirs pour la photo, trop noirs pour des héros, trop noirs pour le triomphe de la Nation, on leur a substitué des espagnols.

Selon votre Feuille de Manioc, le premier intérêt de ce document est qu’il repère dans notre histoire récente, les manifestations identiques aux discriminations racistes spontanées, qui se perpétuent aujourd’hui cependant qu’on prétend les combattre, et que le personnel politique et médiatique se paye le luxe d’une morale de chiens: «la diversité». Si le ridicule n’a jamais tué pourquoi y renoncer… En relevant d’abord que le racisme subsiste dans la guerre, à ce moment de fraternité nue où, face à la mort on aurait pu penser de telles catégories congédiées. Le deuxième intérêt de ce document se situe dans le rapprochement qu’il autorise avec l’ordinaire de nos formations politiques, de nos entreprises, de nos syndicats, de nos media. En dépit de la violence raciale de leurs expériences, l’histoire se dit volontiers Outre-manche et Outre-atlantique, ce qu’on cache à tout prix, en diversifiant les maquillages humanistes et humanitaires en France. Là est le rapprochement avec l’actualité.

elkabach2.jpgIl y a une différence évidente entre les anglo-saxons et les latins, dans les manières d’affronter notre passé boueux. Les premiers, plus décomplexés sont conduits à aborder les questions délicates de l’esclavage, de l’indigénat, de la colonisation voire de la guerre avec beaucoup plus de lucidité que les seconds, plus enclins à falsifier l’histoire pour se donner le beau rôle. On se demande dans quel intérêt. L’accueil national fait à la déjection d’Olivier Petré-Grenouilleau, en témoigne: Prix d’Histoire du Sénat assorti d’une promotion Pravda par les orthopédistes de la pensée que sont Jean-Pierre Elkabbach et d’Alain Finkielkraut. Qui ne se souvient de la saillie de cet abruti achevé que ses idiots homologues tiennent pour philosophe: «Les victimes antillaises de l’esclavage qui vivent aujourd’hui de l’assistance de la Métropole, mais passons...». Il tient toujours sa bave sur une radio publique. C’est à ce type de mansuétude qu’on mesure la responsabilité des Media-Pravda dans le racisme en France.

finkie.jpgOr l’Histoire des Traites Négrières de la grenouille mal lèchée est une réécriture de la réalité, percluse d’inexactitudes et de contradictions et en mauvais français de surcroît. Le vomi d'un historien de province sans épaisseur, sujet de psychanalyse s’il en est qui, d’une encre de haine satisfait à son insu une libido altérée au lieu de se taper une négresse. Or cette issue ferait du bien à tout le monde et à ses frustrations en premier. A défaut d'une belle négresse dont ses dénis ont les violeurs en héritage, un oléagineux ou du simple savon peuvent y palier. S'agissant des chiures de Grenouilleau qui embaument ceux qui l'ont soutenu, les Manioqueurs se réfèreront pour s'en faire une raison, au verdict d'un intellectuel, un vrai. Un esprit d’une toute autre ampleur que ces ânes, inaccessible à la médiocrité qui fait du journaliste Pravda-Paris ce qu'il est, ce pourquoi il est posté-là, voué à ânonner des bêtises. Louis Sala Molins qui s'exprime ci-dessous sur l'entreprise de falsification de l'histoire sait de quoi il parle. Il a montré en quoi le Code Noir régla la part française de la traite, la déportation et l’esclavage atlantiques, adossant sur le juridique l’infamie de l’Etat. Internet permet désormais de contourner les agences TASS-aèfepé et la censure de la Pravda germanopratine.

Barack Hussein Obama aux States contre Ramatoulaye Yadé en Frônce!

Revenons donc à nos connards. La permanence de la falsification d’un côté et la réhabilitation de l’histoire de l’autre expliquent certainement les deux manières d’envisager le présent et l’avenir. En grande Bretagne ou aux Etats-Unis, on ne bavarde pas tous les jours et surtout pour ne rien dire ni faire, sur la diversité. Là-bas, on aborde les questions racistes, dans les media, à l’école, à l’université. Ca fait plus de 20 ans qu’un noir tient la vedette du journal télévisé de la BBC sans qu’on nous bassine sur le noir de Bouygues, parvenu-là davantage par le biais du Club Averroès que par le mérite. Un réseau d'influence auquel il doit sa place comme noir, choisi d'entre les noirs pour incarner la diversité, ce qui revient à une diversion insidieuse, et même à prostituer une liberté. La première victime c'est lui car qu'importe alors son talent pourtant immense et réel. Chez nos potes anglo-saxons, il n’y a pas de ministères stupides du métissage à marche forcée, ni de Comité pour l’hybridation de l’espèce. Il n’y a que chez nous en France, que les têtes à claques de francs-maçons, de rosicruciens et d’Opus Dei, issues de l’ENA, de l’IEP, HEC et QQQ, qui nous dirigent et se bouffent le mou dans une compétition sectaire, qui exercent une mainmise obscure sur les partis politiques, les media et les entreprises, il n’y a que chez nous en France qu’on entend et voit autant de conneries dans ce genre. Après on fera semblant de s’étonner du phénomène Le Pen ou sur l’ascension de De Villiers, produits objectifs de ces merdeux. Attendez, bientôt on va faire un décret pour qu’il pleuve métis.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu