Avertir le modérateur

05/06/2009

A propos de la complaisance pédophile

Polémique entre François Bayrou Daniel Cohn Bendit

Ca se passait chez Chabot, la journaliste qui découvre l’eau tiède à 37° depuis 30 ans… Quand est-ce qu’on dégage cette incompétente? Xavier Bertrand, s'est dit «écoeuré» jeudi soir par les propos de François Bayrou. Il a «dépassé les bornes» a-t-il ajouté. Hervé Morin qui comme son ex-pote du centre aime les chevaux, mais pour les faire courir et gagner du pognon, parle d’un «homme qui a perdu tous ses repères». Jean-Luc Mélenchon grincheux comme de coutume, mais on aime bien ses colères, vouait «au diable» Arlette Chabot, la thuriféraire de tous les pouvoirs, qui elle-même criait à Philippe De Villier: «on vous entend. Pas la peine de crier, vous êtes à la télévision», cependant que le Vicomte du Puy Du Fou, traitait Xavier Bertrand, le maçon insincère selon Francois Fillon, de «menteur» à propos de la Turquie. Ouf! C’est un débat de la classe politique française à propos de l’avenir de notre continent… Heureusement qu’on a pu arroser ce pathétique de vin rosé à la fin que Bruxelles veut couper à l’eau pour nous éviter la couperose. Besancenot a alors suggéré de «faire boire à tout le monde un petit verre, pour détendre l'atmosphère.», après cela les mauvaises langues traiteront le leader du NPA de facteur de trouble…

Résumé de la soirée: il faut, au moins, tuer Bayrou! Etrange cette polémique qui a buzzé au point d’effacer le drame de l’Airbus d’Air France échoué en mer atlantique et tempérer la venue du messie noir américain (Obama) chez Sarko qui joue des coudes contre la Souveraine britannique à très basse altitude, pour avoir sa photo seul avec son «ami Barack». Là le réactionnaire oublie volontiers que son pote est nègre, enfin au moins un peu, et s’appelle Hussein, un prénom de barbares. Oublié aussi que le même Ben Hussein prône l’intégration des vilains Ottomans dans le Saint Empire chrétien d’Occident. Oui mais que ne ferait pas l’Empereur pour une photo avec son «ami Barack»!

Lire la suite

13/05/2009

Eva Joly, les paradis fiscaux comme l'esclavage

eva_joly.jpgLu sur Marie Claire du mois de Juin, une interview de l'ex-juge.

La justicière du mois

Eva Joly, l’ex-juge de l’affaire Elf, est candidate aux élections européennes (Europe Ecologie en Ile-de-France) et vient de signer «Des Héros Ordinaires» aux Editions les Arênes

Pourquoi avez-vous été la première femme à lutter contre la corruption en France?

Je n’ai fait qu’appliquer l’égalité devant la loi. Chez moi, en Norvège, c’est un dogme. Alors qu’en France politiques et chefs d’entreprises étaient persuadés qu’ils n’iraient jamais en prison.

Quel est le pays le plus corrompu de la planète?

Selon l’index «Transparency International», le Bangladesh. Le procureur général vient d’y donner sa démission car c’est impossible d’enquêter sur les proches du pouvoir. Seuls les pays du Nord (Scandinavie, Pays-Bas, Belgique) et les Etats-Unis ont une justice indépendante.

Quelle est la corruption la plus ignoble ?

Celle qui s’attaque aux ressources naturelles en corrompant les gardes forestiers. La Tanzanie a perdu 40 % de sa forêt vierge en dix ans. La surpêche est tout aussi scandaleuse.

Pourquoi comparer le combat contre les paradis fiscaux à la lutte contre l’esclavage ?
Quand les multinationales aident les dirigeants des pays africains ou autres à cacher leurs butins, c’est le même aveuglement, la même violation des droits de l’homme: l’idée que nos propres intérêts justifient tout.

Que faudrait-il pour changer la planète?

Rendre les paradis fiscaux totalement transparents. Les impôts qui n’y sont pas payés atteignent 255 milliards de dollars, or le programme de l’Onu pour combattre la faim dans le monde est de 195 milliards de dollars.

Que ferez-vous si vous êtes élue au Parlement européen?
Je m’en servirai comme d’une tribune.

11/05/2009

Bayrou chez Ruquier

41L941dkijL._SL500_AA240_.jpg Le député des Pyrénées, opposant Atlantique

Fichtre le Nulleau l’Eric aurait bien lu Maieuuuuuh? On se frotte les yeux… L’ennemi intime de Lalanne a offert une compréhension cathodique au pire ennemi de Sarko, le très catholique François. Et c’est plutôt la Ghislaine qui s’est pris les pieds dans le tapis. Elle nous avait habitués à un peu plus de consistance. C’est vrai que lorsque les journalistes-pravda affrontent la contradiction ils trahissent leur médiocrité. Mais au total l’échange est à voir en ouvrant bien les esgourdes.

Un vrai caillou dans les bottes de l’Empereur c’ga-là… Il a beau trébucher sur les mots, il n’en démord pas pour autant. Et voila qu’il s’enracine dans le paysage politique comme une alternative «droite-compatible» à l’agité du Château. Si la rose socialiste purgée de ses prostituées allées à la soupe sarkozienne se fane et que le facteur de trouble Besancenot la rétame dans ses marges, alors François va faire mal! Fidèle à sa ligne, l’édile qui murmure à l’oreille des chevaux de Navarre, peut s’avérer dangereux. Il est de ces itinéraires politiques ancrés sur un terroir, un pays, une région, une pensée, même souvent resucée et autrement resalivée du genre: «la France vient du fond des âges. Elle vit. Les siècles l’appellent», c’est tout de même une pensée. Elle s’articule sur une littérature où elle prend corps. A divers degrés ce fut vrai de De Gaulle, Pompidou, Mitterrand et de Chirac (sauf en ce qui concerne la littérature. Le Chi préfère la bière et le sumo à la plume). Ce fut moins vrai de Giscard, figure d’une aristocratie empruntée. Sarkozy est l’anomalie de ce tableau, l’exception qui trouble la France de Bayrou et il le dit avec brio.

Suivons Mediapart: «Ce livre, c'est de la dynamite. C'est aussi un éclair, un éclair de lucidité et un acte de résistance.Bien au delà d'un pamphlet antisarkozyste à visée électorale comme certains se plaisent à le dire, c'est un livre de fond. Il n'est pas que dans la dénonciation mais également dans la proposition. Comme le dit son titre évocateur, François Bayrou dénonce  les multiples "abus de pouvoir" mettant bas les piliers de la démocratie, mais pas seulement celà. Il s'attaque aussi au démantèlement progressif, volontaire, recherché, des fondements de notre république, de l'égalité des chances, des services publics, du contrat social. La rupture annoncée de Nicolas Sarkozy, c'est bien celle-là. François Bayrou s'attaque comme jamais auparavant aux puissances financières qui dominent la planète dans la mondialisation, incarnées par une oligarchie qui s'apparente à la nouvelle aristocratie d'aujourd'hui.» Source Mediapart.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu