Avertir le modérateur

16/10/2009

La France d’après… l’Empire

VoteRahan.gifPour un Vendredi ça ira bien alors pause…

Les n’infos sont à désespérer l’esprit le plus placide. Entre les banquiers et leurs traders qui se refont la mise à coup de redistribution de milliards de bonus après nous avoir pompés jusqu’à la moelle; le fils de Crao qui se plaint de discrimination anti-jeunisme. Songez que le pauvre redoublard en 2ème année de fac de droit part avec un lourd  handicap: il porte le nom de son père; le polytechnicien de France-Télécom qui bénéficie du soutien de Christine Lagarde pour mettre seulement un mois à comprendre que la «mode des suicides» était en fait une «spirale infernale». Encore un petit effort citoyen et tu comprendras peut-être le caractère criminogène du management des humains comme une «ressource» issu des méthodes très modernes de l’individualisation. N’est-ce pas Laurence Parisot? la piqûre de rappel de nos petits dictateurs chéris, Dadis Camara et Ali Bongo Ondimba qui témoignent de la vigueur de la françafrique; les vertus de notre programme électronucléaire illustrés par les déchets de Cadarache et Thomsk en sibérie; la cavale de Jean-Pierre Treiber qui se fait filmer par les caméras de la rousse censée être à ses trousses; nos marsouins victimes des ritals qui dit-on auraient payé les talibans pour maintenir l’ordre en Afghanistan; pour un vendredi ça ira bien….

Les folies de Sa Grandeur

Alors tout le talent de Louis de Funès nous permet l’économie d’une critique de type sociologie de comptoir à propos de notre époque radieuse et des espèces du pouvoir dans son caractère grotesque mais cruel. A se demander qui de la fiction et du réel est la caricature de l’autre. Le moins qu’on puisse dire est qu’avec Louis le doute n’est pas permis. Bon Week-end. LFDM

PS: toute ressemblance avec un personnage ou des faits réels est évidemment fortuite et serait le produit d'un esprit malveillant.

 

 

08/10/2009

Freddo fait son violon, la Feuille de Manioc du piano

Je vous prie de me croire...

Etait ce soir l’invité du jité de la séduisante Lolo (Ferrari), Freddo, le neveu de son oncle, vous savez, le recyclé Ministre de la Propagande et du blablardage de l’Empereur Sarkoléon. Plateau lacrymal, l’émotion était au rendez-vous. Nous ne sommes pas des vautours et ne souhaitons pas rajouter au pathos, ne sachant pas au surplus si oui ou non l’émotion était feinte. Dans une société d’acteurs…

Le problème est qu’il n’est toujours pas répondu au fond de la question, étant entendu qu’à la Feuille De Manioc nous tenons pour acquis et inaliénable que les gens font ce qu’ils veulent de leur corps et en particulier de leur derche.

Le problème croyons-nous est qu’en guise de revendication d’altérité d’aucuns ont entendu ériger, voire imposer, l’esthétique d’une sexualité particulière. Ce faisant, ils ont fait courir à leur cause le risque qu'encourt une norme, certes autre, certes différente, mais norme tout de même. Situation piégeuse connue des féministes qui se croient obligées et en public s’il vous plait, de péter comme un souillon et de faire des rots de maçon, pour être les égales des hommes, et les noiriologues tels nos amis du Cran qui le poing de la «fierté noire» levé, remarquez la proximité sémiotique avec la «gay pride», s’endimanchent tel tout ce qu’il y a de bon «blanc de souche» comme disent nos amis les sécateurs ethniques. Impasses improbables et cul-de-sac certains.

S’agissant du Freddo de Sarko, le problème a été qu’en guise d’explication il a opposé une sorte d’argumentaire fondé sur sa bonne foi, le recours au concept de «pureté» ayant même été osé en l’espèce. Mais en quoi l’opinion est-elle concernée par sa bonne foi? On se sait de tradition catho mais on n’est pas à confesse. Encore une fois, chacun fait ce qu’il veut de son derche et aime qui il veut comme il peut…

La question est précisément le rapprochement avec la trajectoire Polanski que Freddo a récusée. Polanski qu’il entend soutenir au motif que le premier est un artiste de talent mondialement connu. Les simples d’esprits comme nous ont vu à bon droit un lien légitime. Est-ce parce que son best seller de Saint-Germain Des Prés, "Une Mauvaise vie" traite en des termes équivoques du commerce sexuel aux antipodes que le Ministre a sauté à bras raccourcis sur la justice américaine et au secours du Romanesque de la gamine de 13 ans? La question ne lui en déplaise est légitime et une réponse devrait être attendue. Enfin dans le cadre d'un débat public. Faut-il en effet comprendre que le génie, parce que génial, a droit de viol? Caricature, mais ce n’est qu’ainsi qu’on comprend mieux: imagine-t-on le Ministre de la ville s’offusquer au point de risquer le scandale diplomatique de l’arrestation d’un keum de la Courneuve pris en flag de trafic de stupéfiants à New York, au prétexte que ce serait un banlieusard, et que le Ministre des cités doit sa solidarité aux banlieusards? Ca ne tient pas. Mesurez à quel point la défausse est ridiculissime…

Allez faire du violon ailleurs et cessez de nous prendre pour des pignoufs. On préfère le piano. Ecoutez ça. Ca c’est de l’art, c’est original, c’est gratuit, c’est la Feuille de Manioc qui rince… Bonne écoute. LFDM.

02/10/2009

Nécrologie Négrologique : Rama Yade est décédée!

Fâcheux collapsus en videorama sur BFM-TV

Hier c’était bulletin nécrologique chez les enfants de Murdoch, nos apprentis américains de BFM-TV. Ils ont dit que Ramatoulaye était décédée. Le terme nécrologie est composé du préfixe nécro, qui provient du grec ancien νεκρός necros, et signifie «mort» de chez «cadavre», et du suffixe logie, encore du vieux grec λόγος logos, «parole». Bordel de grec, kaliméra, ephcharisto… A tes souhaits toi-même. La nécrologie est une notice, à la mémoire d’une personne morte depuis peu de temps ou l’avis de décès d’une personne connue dans un journal, une revue. On dit aussi cela du bulletin qui tient le listing des pipoles décédés durant une certaine période. Parce qu’ils sont comme cela les pipoles qui  soutiennent les violeurs et les pédophiles… Non contents de vous emmerder de leur vivant, ils vous font chier après leur mort.

Deuxième terme, négrologie. Celui-ci est de forge récente et d’un alliage douteux. Difficile à attribuer. Le terme se compose de l’espagnol «negro» bien galvaudé, lui-même issu du latin niger «noir». Niger, Nigeria voyez-vous dans quel delta nous pagayons? En France on connaît parfaitement la négritude. Ces platitudes senghoriennes, prétendument poétiques mais dont le dard de fumier de Sedar théorisa sur un être essentiellement captif de l’émotion. A ce tableau issu de l’histoire naturelle de Buffon, il ne manquât que la plume au cul du nègre et le zouk pour qu’il le remue. Le civilisé, et notamment celui qui s’en alla dégurgiter les poncifs racistes les plus éculés à l’Université Cheik Anta Diop de Dakar, découvrit sur le tard une autre négritude, forcément, elle était plus revêche, celle de Césaire. Pourtant timide, accommodante, elle était déjà insupportable au goût des Maîtres, une véritable césarienne dans le corps unanime de la supériorité européiste.

A contre-pied de ces deux postures négrologiques avant l’heure, Wole Soyinka, prix nobel de littérature qui renvoya l’un et l’autre à leurs classes, c’est-à-dire à leurs maîtres qu’ils faisaient juges par le fait même de leur adresser leurs revendications identitaires. Le nègre sous hypnose, en mal de reconnaissance. Aujourd’hui il aspire à ce dont il se rêve… métis. Wole irréfutable déclara que le tigre ne négocie pas sa qualité de tigre. Il ne clame pas sa tigritude mais saute sur sa proie et la dévore. Voilà une dénégrologie qui était déjà bien manioquée pour l’époque et combien nécessaire de nos jours de désert intellectuel! Depuis on est tombés plus bas que l’Abysse Senghor. On a hérité de la clique à Patrick Lozès, et face à eux, l’Empereur pour remplacer De Gaulle… Pauvre noirs, pauvre France…

Revenons à nos vocables pour pouvoir finir sur la Ramatoulaye annoncée morte. Si si, on va y arriver vous verrez… Une clique de racistes de tous poils s’est employée à populariser le terme négrologie avançant que «La moitié du continent africain est dévastée par des guerres d'écorcheurs, l'autre vivote entre crise et corruption, tribalisme et anarchie.» Pour Stephen Smith, soutenu en cela par des penseurs ignares tels que Bruckner, philosophe jetable s’il en est, et sorte de résidu du BHL media Thinking, pour Stephen Smith donc qui était journaliste à Libération puis au journal Le Monde comme vous et moi sommes le Pape, «l'Afrique meurt d'un suicide assisté», elle serait accompagnée dans sa chute par une forme d'«autisme identitaire», façon pour elle d’évacuer ses maux. Songez selon l'abruti que l’Afrique est le seul continent au monde où 350 millions de personnes seraient collectivement atteintes d’un syndrome dépressif suicidaire. Si Stephen Smith a trouvé à vendre sa déjection, c’est que son racisme a rencontré celui inconscient de milliers d'avortons qui ont trouvé à l’acheter, pour s'en convaincre. Chacun jouit comme il peut, d'aucuns par la haine, nous à la Feuille de Manioc, on préfère se cirer le jonc si jamais on n’a rien à se mettre sous la pogne.

Nous aimerions bien tenir ce type de discours avec ce genre d’ânes. A condition que les matières premières des guerres tribales bantoues n’aient pas pour principe structurant des armes fabriquées chez nous et par nous trafiquées, qu’elles n’aient pas les ports du Havre, Bordeaux, Marseille, Nantes, Anvers, Amsterdam… pour débouchés, et leurs profits nos banques pour refuge. A condition aussi de ne pas s’empresser, à la moindre simagrée démocratique, de soutenir les truqueurs de scrutins comme récemment Ali Bongo, Paul Biya, Denis Sassou Nguesso, à condition enfin de ne pas soutenir les régimes dictatoriaux mis en place par la maffia criminelle et criminogène des réseaux francs-maçons qui siège à Paris, Tours, Lyon, Bordeaux… Alors là seulement des abrutis congénitaux au cul fétide posé à Paris pourrons envisager dire que l’Afrique est collectivement suicidaire.

On y arrive. Ce n’est pas parce que la Ramatoulaye Yadé est noire et que Sarko veut la tuer politiquement qu’il faut la déclarer morte. Certes entre négrologie et nécrologie, seul le point G fait la différence, mais ce serait faire voler le débat bien bas, au dessous de la ceinture et surtout, enterrer un peu hâtivement une tigresse qui n’a pas dit son dernier mot et rumine à n’en point douter sa vengeance. Fierté noire oblige n’est-ce pas? LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu