Avertir le modérateur

10/01/2010

Seguin, lettre ouverte et indignée aux hypocrites

h-20-1222816-1216915766.jpg

L'écorchure d'un pupille de la Nation

Kelly-Eric Guillon est «Sous-Pupille de la Nation de 4éme Catégorie de 39/45», si besoin était de démontrer que la souffrance a ses sous-fifres. A la veille du festin anthropophagique de demain (lundi 11.01.2010) nous relayons modestement son indignation.

La Feuille de Manioc n'aime pas pérorer des choses de la guerre. Les «Pupilles de la Nation» sont le produit de cette expérience. Mais lorsque la lie saumâtre de l’héritage que vantent ceux prompts à prôner qu’«un sang impur abreuve nos sillons», se conjugue à l’ingratitude envers les autres ou leurs fils, toujours les mêmes damnés, les mêmes condamnés, que les égarements infâmes des premiers ont amputés ou meurtris, alors il faut y faire écho aux cris des orphelins et dire aux ordures: votre honneur poque et vos jours sont comptés. La République fera ses comptes.

Ce sont encore les mêmes qui, de leurs culs fétides de bassesses et de lâchetés font la leçon de morale aux enfants de ce pays. Comme quoi la figure du «prêtre-pédophile» n’est pas propre à la déliquescence du Clergé, étant un idéaltype du gouvernement des hommes qui nous est familier. Le texte de Kelly-Rice Guillon est publié à cette adresse
: lien.

2656_400.jpgPolitiques, Parlementaires, Gouvernants,

Médias et autres...élus!

Tels des charognards, vous vous jetez sur la dépouille à peine froide de celui que vous reconnaissez à grands renforts médiatiques et dont vous utilisez médiocrement mais prioritairement la qualité de «Pupille de la Nation» ou comme vous dites si bien «d’enfant de la République».

Vous vous souvenez brutalement de ce qu’est un «Pupille de la Nation»

A l’occasion de la mort de l’un d’entre eux, qui lui a «réussi», vous sous souvenez comme par miracle, que la guerre de 39/45 a généré de nombreux enfants, les premières victimes du sacrifice de leur parent, devenus par le sens de l’Histoire, «Pupilles de la Nation», enfant posthume ou non d’un ou d’une «Mort(e) pour la France».

Vous vous souvenez pour un seul, mais vous oubliez les quelques 120 000  qui font partie de l’héritage de 39/45 qui vous a été laissé en 1970 et qui vous demandait de veiller sur eux, comme cela avait été fait jusqu’alors.

Ils étaient et sont les enfants de mes «Morts pour la France de 39/45», compagnons directs ou indirects de De Gaulle.

Vous avez reconnus la souffrance des enfants de «Morts de Pétain» (décrets de 2000 et 2004) et vous avez classé les autres dans 13 catégories afin de mieux les ignorer et surtout ignorer et dénier leur souffrance.

Leurs parents sont ceux qui ont eu le courage de suivre un certain «Appel» et qui au sein des FFI, FT – Franc Tireurs et autres réseaux ou des FFL ont entrepris d’aider à libérer et restaurer la France qui vous a été laissée et qui n’est plus «La» France, telle qu’elle été redevenue, parce que vous vous en  êtes montrés indignes, dilapidant sans vergogne tout ce que nous avions mis tant d’années à reconstruire.

Pour beaucoup, qui osez vous réclamez de mon héritage vous avez donc obligation de sortir ces «Pupilles de la Nation» de l’oubli dans lequel vous les avez mis ou laissé mettre sans réagir, en 2000 et 2004.

Lire la suite

09/01/2010

Seguin, la République à fleur de peau

07599244-2d70-11de-9658-77c0b6fbc8c8.jpg

L’icône d’Epinal.

Même pas adieu. Salut les cons et à jamais! La silhouette bonhomme et ombrageuse du père Seguin s’en est allée par un matin de glace. Avec elle, les philippiques et les colères homériques d’un énarque atypique, amoureux avisé de football. Plus une feuille sur les arbres trop désolés pour s’incliner. Comme si l’ingratitude qui entoura l’engagement républicain de la pupille de la Nation avait écrit la fin d’un personnage rabelaisien à la morale austère. Philippe Seguin était la synthèse de ces aspects apparemment contradictoires.

Mort, le tout Paris accourt. La IIIème République finissante ne sachant plus quoi proposer au peuple, avait fait des cérémonies d’enterrement des grands hommes, un art consommé pour maquiller ses turpitudes et réhausser son image ternie. L’Empire décadent épouse à merveille ce cache sexe de communion communicationnelle. Le tout Paris accourt. L’icône d’Epinal va occuper la place d’un portrait en noir et blanc sur les murs de la République, les faussaires feignent la mine compassée. Ils doivent cependant se réjouir en sourdine, eux qui pourront s’offrir des douches dispendieuses et des sondages lobotomisants, aux frais du contribuable sans craindre le râleur à la fois soucieux et sourcilleux des deniers publics. Au bal des hypocrites, l’hommage est unanime et le tout Paris vante celui que l’établissement a pourtant honni. Il fallait neutraliser cet homme qui n’était déjà pas du sérail et dont les accents jacobins auraient empêché leurs comptes de tourner en rond. Ouf! Des vacances en perspective pour les chèvres de la République putassière, rivées à l’affût d’une vertu à négocier après nous avoir broutés.

A lui seul, Seguin condense la méprise chiraquienne. A propos de son fidèle compagnon, le Chi a reconnu lui devoir beaucoup. Lucidité tardive qui eût évité au Roi-fainéant, dixit l’Empire, l’embardée de la dissolution à la hussarde que lui inspira le Villepin. Contre Ballamou alors flanqué d’un roquet déjà agité, lequel nous expliquait que la messe était jouée dès le premier tour, le Chi se fit élire sur la fracture sociale que Seguin mît en musique électorale. Seguin comptait encore Fillon, Karoutchi et Guaino dans son attelage, avant que ceux-ci ne virent bling bling. Elu, le Chi rendit aussitôt le pouvoir aux girondins. Juppé lui fut préféré. La bourgeoisie en France c’est la clinique du désastre: les méfaits du cancer financier anglo-saxon assorti aux tares de l’esprit de rente, bien français. Le destin politique de Philippe Seguin résume la République cocue.

Lire la suite

08/12/2009

Perversions politiques

h_9_ill_786584_charette.jpg Actu: les dessous cachés de la perversitas.

Avant qu’elle ne devienne l’apanage des Pères de l’Eglise catholique romaine et universelle, preuve qu’on a besoin de le répéter à ceux que la masturbation a rendus sourds, le grec katholikos signifiant déjà «universel»,  la perversitas soit la perversion, voulait dire mettre sens dessus-dessous ou détourner de son usage initial. Soit. Par-delà l’acception morale des ecclésiastes et des psy, de quelles perversions à travers l’actu chaudasse mais aussi un peu avariée sommes-nous les témoins? Car nul doute que nous vivons une époque formidable.

Hervé De Charette claque la porte de l'UMP.

Tenez! A moins qu’il ne s’agisse d’un effet d’optique dû aux officines de sondages, une agitation semble s’être emparée des baronnies franc-maçonnes des bords de la Loire habituellement très au parfum de ce qui se trame et s’ourdit en fiel et en douce dans le fion du peuple en Gaule érectile. L’opinion qui opine annoncerait des élections régionales ric-rac, l’occasion de rebattre les cartes à droite et charogner à gauche l’œil rivé sur pactole de nozimpôts, car à écouter les nouvelles de ce matin, on dirait que la Charrette de transfusion des reîtres UMP a bel et bien commencé.

Hervé de Charrette député de la majorité pestilentielle, ex-UDF du Maine-et-Loire, a décidé de quitter le parti de la godille et prendre le risque d’une mandale au prochain scrutin en lorgnant du côté de la sandale molle du Nouveau Centre. Le NC qui rêve de se rappeler au bons vieux temps de l’UDF est le machin de notre Morin sinistre de la guerre et éleveur de chevaux de courses à temps partiel. Un Morin dont les potins mondains germanopratins nous apprennent qu’il a déclaré la guerre judiciaire s’il vous plait, à Bayrou du Béarn pour faire main basse sur le nom de l’UDF. Pourquoi vouloir récupérer la marque déposée de l’UDF? Parce que le marquage des neo cons (NC) dans la majorité UMP ne suffit plus? Morts de rire.

Charrette troque donc une sandale contre une godille deux attirails aussi inutiles à l’esprit public l’un que l’autre. Vous direz, pour marcher sur le sable de la Loire des tongs suffisent bien… Voila donc que notre ex-associé de l’UMP qui a reçu une subvention de 3 millions d’euros entre 2002 et 2007 se sentirait soudain à l’étroit dans les parties présidentielles. Hum! Il en a mis du temps l’ex-ministre des affaires étrangères pour ressentir l’exiguïté pestilentielle. Charrette tirerait une croix sur le pactole des subventions et prendrait risque de mettre la Convention démocrate qu’il dirige sur la paille? N’y aurait-il pas sous roche, une anguille un peu perverse à l’approche des régionales?

Car la version de Charrette n’est pas tout à fait la celle que donne Dominique Paillé justement, blablateur adjoint du parti de la godille, qui s’y connaît en perversion de l’engagement politique: «ce départ n'est pas une surprise et c'est la confirmation de ce qui se tramait depuis quelques semaines». Qu’ouïs-je? Qu’esgourdé-je? Il se tramerait des complots ourdis et méchamment conspirés par des fielleux et des fourbes dans le dos du bon, de l’honnête du probe Sarkoléon? Et une autre louche, une! Selon le même Paillé spécialiste de formation de santé publique, «la Convention Démocrate était un machin «médicalement assisté». Coma donc. Si l’anesthésiste le dit, c’est qu’il sait de quoi il parle…  En tout cas il balance sur le bon usage des 3 millions de nozimpôts: «Charette n'en faisait rien, et cette dotation a été considérablement réduite» en 2008. C’est donc une affaire de cassette et pas seulement de casse-couilles! En tous cas Paillé passé du PSU à l’UMP en passant par l’UDF et le Parti Radical, ex-pote pour la vie de François du Béarn, le temps d’une promesse de sermenteur n’est pas le mieux placé pour donner des leçons de fidélité à Hervé de Charrette. Camembert donc. Oui mais perversion quand même…

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu