Avertir le modérateur

02/07/2009

Levallois-Perret, les satrapes ont balkanisé l’opposition

Dis-moi qui tu fréquentes…

«Allez, donne-nous des renseignements sur tes frais de bouffe, c'est ça qui nous intéresse… » Lundi soir, au conseil municipal de Levallois (Hauts-de-Seine), l'assistance ne s'y trompe pas. Un rapport de la cour régionale des comptes vient d'épingler la gestion de la ville par Patrick Balkany, député-maire et intime de Nicolas Sarkozy. Et tout le monde attend que le sujet soit abordé.»

Les époux Balkany ont encore donné à voir leur conception de la démocratie locale voire de la démocratie tout court. Est-ce la même école? A croire qu’ils ont le pouvoir personnel en partage avec l’Empereur. Le résultat est sans commentaire. Votre Feuille de Manioc est pistache. Nous vous invitons à visionner le document ci-dessous et à aller lire l’article de Rue 89 dont l’extrait figure ci-dessous. La République va vraiment mal… LFDM.

Extrait de l’article de Rue89

Balkany: «Salut Rue89, vous êtes toujours les meilleurs!»
Par Julien Martin, Rue89, 30.06.2009

Festival de provocations lors du conseil municipal de Levallois, après un rapport « accablant » de la cour régionale des comptes.

«A l'issue de ces péripéties, arrive l'examen du fameux rapport de la cour régionale des comptes. A minuit donc. La gauche pense son heure venue. Thierry David, leader d'une opposition pour qui il est plus que difficile d'exister, prend la parole et commence à souligner dans ce rapport qu'il juge «accablant» les griefs adressés à l'équipe municipale de Levallois.
«Tu lis trop vite, si tu lis mal, je le fais moi-même»

Dans ce rapport de 46 pages, que Rue89 reproduit, la cour pointe essentiellement des «anomalies» dans le contrôle des frais, ainsi qu'un «problème de sincérité du niveau d'endettement», qui était «resté stable jusqu'en 2003» avant d'être «significativement alourdi à partir de 2004».

Mais il n'aura pas le temps d'achever sa démonstration. Les époux Balkany, qui règnent en maîtres sur le conseil lorsqu'ils ne s'invectivent pas entre eux, exultent. Monsieur lui coupe le micro à distance et exige qu'il lise aussi les réponses adressées par Madame à la cour, que Rue89 reproduit également dans le même document. L'élu socialiste poursuit.

Qu'à cela ne tienne, Patrick Balkany entreprend de lire les réponses précitées. Vingt-trois pages dactylographiées ! A la lecture des premières lignes, l'assistance comme les membres de l'opposition ou de la majorité attendent qu'il s'essouffle, mais le député-maire sent qu'il tient là le coup d'éclat capable de faire durer la séquence.

Une séquence qui durera près de deux heures. Face à la lassitude, il s'absente parfois et passe la main à son épouse, non sans la sermonner au bout de quelques secondes («Tu lis trop vite, si tu lis mal, je le fais moi-même») ni de jouer avec les nerfs de l'opposition :

«Je vais laisser Madame Balkany continuer un peu, le temps de me rafraîchir. Nous sommes au milieu de la page 14 et nous nous arrêterons au milieu de la page 23 du texte que vous écoutez, j'en suis sûr, avec plaisir.» La suite sur Rue 89

Michel Rocard, fossile, abscons et abstrus…

4882348.jpgMauvais suceurs

Les Echos ont conservé leur humour malgré les cyclones Madoff et Stanford qui ont égratigné le capitalisme de faux monnayeurs qu’ils promeuvent à longueur d’année. On connaissait l’expression «mauvais coucheur». A une autre, très voisine au niveau des pratiques, il faudra se faire: «mauvais suceur» pour mauvaise langue… Eh oui… La Feuille de Manioc fait ce qu’elle peut lorsqu’il fait beau à l’ombre, et qu’on songe déjà à noyer les horreurs des fumistes qui nous dirigent dans un pastaga bien dosé entre deux parties de pétanque à la Treille.

Concept abscons ? Lorsque c’est abstrus c’est aussi con

Les Echos sont en effet les mauvais suceurs du jour. On peut y lire cette tendresse à la gériatrie:

«qui mieux que lui pouvait présider une réunion d'experts sur la taxation des énergies fossiles? A bientôt soixante-dix-neuf ans, Michel Rocard est une énergie renouvelable à lui tout seul. A deux reprises, l'ancien animateur du courant de la deuxième gauche a failli être débranché. Une fois par François Mitterrand qui mit fin à ses fonctions politiques en 1991. Une autre par une hémorragie qui interrompit momentanément ses fonctions cérébrales. C'était il y a deux ans pile à Calcutta, là où l'on accueille encore toute la misère du monde. Avoir survécu à l'un et à l'autre, cela renforce un animal politique. Et puis, il fallait bien cette mécanique intellectuelle apte à manier le concept plutôt que le concret pour saisir dans sa complexité le dossier déjà abscons de la fiscalité écologique. Au moins la droite montre-t-elle une fois encore qu'elle sait recycler les bons produits de la gauche. Et Rocard, c'est bon pour la planète. Cet été, le nouvel ambassadeur de France chargé de dégager un accord international sur la sauvegarde de l'Arctique et de l'Antarctique embarquera sur le paquebot «Le Diamant» pour conférer devant des pingouins en croisière au large du Groenland. Lui qui a coutume de prendre tout son temps pour négocier se doit cette fois de ne pas attendre la fonte des glace» Les Echos.

Girouette décatie

Abscons, ou abstrus, peu importe, c’est à la moisson qu’on voit l’art de l’agriculteur, à la gibecière celui du chasseur, à la proie au bout de la ligne celui du pêcheur. L’Empereur est à la dérive… à gauche. Il parle même au Nouvel Obs. Heureusement pour lui que la gauche ne vaut pas mieux par ses divisions et sa corruption morale. Prétendre une prise à gauche avec une sous-marque Mitterrandienne, «appelez-moi Freddo», se définit lui-même «dans la réaction», ce que Zemmour rabat, à juste titre, dans le réactionnaire, prétendre une prise à gauche disions-nous sur cette base approximative et sur l’ex-socialiste toujours parpaillot, toujours complexé par sa hauteur de vue très relative (autour de 1,58 mètre et myope de surcroît), l’abscons et l’abstrus ne se confondant pas avec l’intelligence, c’est finalement se contenter de peu et c’est surtout trahir qu’on a faim.

De là à prétendre que Rocard est un «bon produits de la gauche», il faut avoir les yeux pleins de merde de droite comme Les Echos pour le croire. Non, à gauche il y a des valeurs sûres et peut-être trop d’ailleurs ce qui donne lieu à une compétition d’ego, là où à droite c’est le désert intellectuel. Visez le porte-parole de l’UMP, Fréderic Lefebvre. A lui tout seul, une calamité pour le langage! On dirait un représentant en électroménager portatif sur les marchés du jeudi en province. A gauche cependant on peut citer pêle-mêle, Jean-Luc Mélenchon, Henry Emmanuelli, Jean-Pierre Chevènement de l’armada les «pas Vittel», des pinces sans rire qui ne sont certes plus des perdreaux de l’année mais qui ont une densité culturelle et analytique reconnue. Mais aussi les Daltons à commencer par Arnaud Montebourg qui n’a pas qu’une belle gueule d’avocat des libertés publiques et a démontré son brio et sa rigueur morale, Vincent Peillon, philosophe, homme de pensée, qui sait subsumer l’essentiel à travers le divers et même le brouillon, Benoît Hamon, Monsieur «euh…, euh… euh…» (3 par phrase) qui ne rigole pas avec les principes et a démontré sur le tabou du racisme qu’il pouvait aller très loin dans la remise en cause de la fumisterie nationale, Laurent Fabius, dit «Fafa», normalien, véritable logiciel d’analyse et de synthèse, serpent à deux têtes en politique… La liste pourrait être très longue. Même le Serial fucker du FMI n’a pas d’alter ego à droite et c’est pour cela que le plus averti de ce camp-là, Sarko, c’est dire, vient à gauche faire son marché. Alors Rocard un bon produit de la gauche? Il faudra revenir. Un résidu des réseaux qui n’a d’influence que dans cette mesure-là et qui n’a survécu politiquement qu’en raison de cela, certes. Mais un raté un politique c’est certain.

Desiderata de la Chine

Pour le reste, s’agissant de nos considérations pour la sauvegarde de l’Arctique et  l’Antarctique, il faudra prier pour que les chinois qui seront les maîtres du monde soient d’accord avec ce nouveau doigt de l’homme vert, pas l’homme, le doigt. Pas sûr qu’ils se rangent à nos élucubrations après que nos vertus libérales aient jouit des ressources de la  planète et après l’avoir recouverte de nos déjections. Nous serons alors des nains politiques, parce que des nains économiques et militaires. Il va nous falloir apprendre deux choses inconnues de nos coutumes, à péter plus bas que notre cul et à avoir la quéquette moins prétentieuse que la Gaule de nos fantasmes. Ca nous changera, et ça fera du bien à Gaia, la terre, à la vie… LFDM.

Illustration ci-haut, source Les Echos.

23/06/2009

Le Congrès à Versailles, un non événement à 500.000 euro

Vous avez dit «ségrégation» et «République bananière»?

La Gaule est dure mais il y a des jours où la vérité semble invincible: «C’est pas sérieux, c’est pas démocratique, là on tombe vraiment dans des pratiques de République bannière.» Ah bon tu crois? Ca c’est la dernière moscovicidose du Strauss-kahnien Pierre, Député PS du Doubs qui se sent doucement pousser des ailes de présidentiable, -il a un plan media d’enfer depuis une semaine- à propos de l’intervention devant le Congrès de Nicolas Sarkozy. Citation dans les bulles de buzz.

Autre saillie ornée venue du sommet de la Gaule. Qui a dit qu’en France on se complait dans une égalité formelle en contradiction avec les faits? Pincez-vous, c’est Sarkoleon… L’égalité serait donc victime de l’«égalitarisme», et la discrimination serait la norme dans notre cher et vieux pays. Mais où sont donc les responsables? La faute à personne et à pas de chance comme dirait notre potesse de la Courneuve, c’est pour cela qu’on a imaginé un Commissariat à l’égalité des chances. Sarko nous fait son couplet sur les discriminations, le niais du Cran, Patrick Lozès, va pouvoir pavoiser de ses humeurs de stomatologies dont il a seul le secret à force de rire bêtement. Bien sûr, l’Empereur va régler tout ça fissa… Chiche!

Du balai Rachida! Ouste!

Ainsi va la Gaule à la veille d’un grand chambardement ministériel qui s’avérera un pet de none. A force de talonnettes, le petit ambitieux est devenu Roi ou Empereur peu importe, et la Cour des carpettes de gauche s’est pressée à Versailles. La droite? On la savait couchée et prostituée. Pendant 45 minutes de bla bla rayé sur un autre bla bla, l’Empereur cathodique a enfilé les perles en même temps que le benêt popu et cocu qui vote contre ses intérêts. Nous sommes encore trop nombreux à ne mériter que Sarkoléon et c’est bien fait. Encore! Au Congrès tout y est passé dans un fourre-tout sans relief, Henri Guaino écrit de plus en plus mal. Une bouillabaisse mélangeant le «progrès», le «secteur public», la «révolution écologique», la «révolution numérique» entre les immanquables récusées de l’intégration à la sauce «burqua» qui nous servent de ciment identitaire. A se demander si le buzz parlementaire n’avait pas été agendé quelques jours auparavant en prévision d’une allocution qui, sans cela, n’aurait même pas eu l’immigré musulman pour se faire remarquer.

Zéro! Plat! Nul! Bas… A part nous expliquer bien sûr que l'Etat va emprunter des sous, donc des impôts, pour financer le libéralisme de ses copains. Sarkoléon a bien tenté de s’accrocher à Jules Ferry, et même au Conseil National de la Résistance alors qu’il restera le faillitaire le plus efficace des valeurs gaullistes, il est demeuré insipide sur le fond comme sur la forme. Le couplet sur la laïcité, sur les discriminations et sur l’outre-mer où il risque fort d’être accueilli en héros, n’y changeront rien. Pas de quoi s’attarder sur ce non-événement à 500.000 euro, alors passons à autre chose.

La fin est proche

Bonne nouvelle, cette semaine on aura fini de se taper la morgue parvenue de Rachida qui pourra aller poser en belle soirée et les doigts sertis à Bruxelles. Du balai! On verra si le mammouth qui conteste la réalité du changement climatique aura fait les frais de la percée écologique. Ce sera au moins ça de gagné, un socialiste, ou plutôt un jospineur qui n’aura tout perdu à faire la pute.

«La fin de l'attente est proche. Les ministres seront bientôt fixés sur le sort que leur réserve le chef de l'Etat lors du remaniement qui devrait être rendu public dans les heures qui viennent. La nouvelle équipe sera annoncée au plus tard avant le Conseil des ministres mercredi à 10h. Alors que depuis plusieurs jours les hypothèses les plus variées ont couru,  parmi lesquelles une recomposition complète de l'équipe gouvernementale, l'idée dominante désormais est celle d'un remaniement "a minima", à la satisfaction du Premier ministre François Fillon. Selon un haut responsable de la majorité, Nicolas Sarkozy se sent renforcé par le succès de l'UMP aux européennes et ne voit dès lors pas l'intérêt de procéder à un chamboulement à mi-mandat.» A lire sur LCI.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu