Avertir le modérateur

09/02/2009

La discrimination positive divise

besson.jpg

"Toi aller te faire carrer avec ton comptage ethnique"

Lu pour vous ce billet de Cécilia GABIZON du Figaro (05.02.2009) journal néo-cons (pour néo-conservateurs, on est polis ici) «la discrimination positive divise le gouvernement» Il permet de lire entre les luttes d’influences et les avantages pris par les groupes, les loges et les sectes. En crypté brumeux ça donne ceci: «Bannir les discriminations fait consensus. Mais la réflexion sur les moyens d'y parvenir marque la fracture politique entre les tenants de l'égalité et les chantres de la diversité.» Mais [le comptage ethnique] ne fait pas l'unanimité au sein même du gouvernement. Traditionnellement, la France s'oppose à cette lecture raciale de la citoyenneté.[...] Depuis, le chef de l'État a écarté ce comptage racial… mais nommé Yazid SABEG, connu pour en être un fervent partisan. À contre-courant des autres personnalités chargées du dossier.» Idem GABIZON.

En décodé, le clan du comptage ethnique s’oppose à un autre, celui du statut quo, tous deux au nom de la diversité ou de l’égalité, peu importe, tous deux la revendiquent républicaine, mais surtout à coups d’arguments attrape-couillons. Le premier veut monnayer la mélanine et l’arabo-islamisme en politique comme dans les entreprises. Le second rassemble sous toutes sortes de prétextes, la laïcité, la méritocratie et d’autres balivernes de ce genre. Bref des rentiers du racisme qui se voient débordés par des nouveaux venus. La nouveauté est que tous frappent au guichet de l’Empereur, là où gauche et droite opéraient les clivages traditionnels. Seule la République ressort orpheline de ce festin anthropophagique et malheureusement, ils sont nombreux à se faire prendre…

Lire la suite

21/01/2009

BESSON et l'identité nationale: «J'assume, sans états d'âme»

besson.jpgLa marche du traitre...

«L'identité nationale, ce n'est pas le nationalisme […] Dire qu'on ne peut pas associer immigration et identité nationale, c'est une tartufferie.» «Fermeté et humanité seront mes deux guides». Holà! On se calme... Personne n'a encore prononcé le gros mot de national socialisme. Ce n'est pourtant pas l'envie qui manque au PS. Aux yeux de ses anciens camarades, l’ex-socialiste avait touché le fond en rejoignant le gouvernement de Nicolas SARKORZY qu’il connaît de longue date. Avec cette formule à trouer le cul de tout homme de gauche, «J'assume, sans états d'âme», Eric BESSON, ancien compagnon de route de Ségolène ROYAL prospecte toujours, mais le pétrole désormais. Selon Samuel POTIER (Le Figaro.fr 20.01.2009), le nouveau Ministre du nous c’est nous, et les autres c’est les autres, «assure qu'en intégrant samedi prochain la direction du parti présidentiel, il va «au bout» de ses choix, qu’il n’a « pas de «problème» avec le concept d'identité nationale». Axel PONIATOWSKI, un des gardiens du temple UMP,  a estimé pour sa part lundi au Talk Orange-Le Figaro, «qu'Eric Besson restait «un homme de gauche». Ca c'est un signe de bienvenue! Ta race la gauche...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu