Avertir le modérateur

25/06/2009

Les tribulations de Kitenge

marianne.jpgLes noirs ne naissent pas égaux en droit

La problématique de survie du «nous et les autres» a une fois de plus fait parler d’elle après celle d’Annany, le noir de la Cramif auquel il ne suffisait pas de l’être et qui trouva utile de s’affamer. Le 26 avril dernier un français, mais un pas tout à fait en droit, même si en devoir on attend au minimum le double, donc un français mais un peu congolais tout de même, se prend à accuser un ponte d’avoir tenu des propos racistes à son encontre. Et pas n’importe lequel! Un mec qui bosse au ministère du «nous et les autres»: l’identité de la nation. Carrefour, l’enseigne dont il ne faut surtout rien dire ni écrire de crainte de devoir payer 1 million d’euro de dommages et intérêts pour atteinte à l’image, avait loué les gros bras musclés de notre français du Congo, pour être postés dans ses magasins à vérifier l’identité des émetteurs de chèques de sommes supérieures à 500 euros. Carrefour en a ras la cantine d’être chocolat de chèques en bois, tirés sur la Banque de l’Okoumé. Alors une société de vigile lui loue un nègre pour faire les gros bras.

Kitenge croyait qu'on n'était pas à Kisangani ici. Il ignorait que la règle de droit est une fumisterie de benêts, qu'elle ne vaut en démocratie à la seule condition qu’il y ait des exceptions par statut. Il s’est, dit-il, ne nous risquons à aucune poursuite et prenons les guillemets d’usage, Kitenge s’est, dit-il, engagé à contrôler un fonctionnaire de l’identité nationale qui avait fait un gros chèque. Quel fou pardi! Outré, le Sieur Gautier Béranger aurait alors, selon Kitengé, proféré des borborygmes aimables qui n’ont bien sûr été entendus par personne. Hé les nanas de chez Carrefour, si vous êtes fâchées avec le coton-tige, il faut savoir qu’au rayon parapharmacie, il y a un truc efficace contre les bouchons, c’est Audispray. A défaut il faudrait voir à y aller un peu plus avec vos partenaires parce qu’on dit qu’à force, ça rend sourd!

Lire la suite

Julien Dray: le Parrain et Notre Cause antiraciste

dray3.jpgSur la Rolex le temps a dû paraitre long

Mardi il aurait pu enchaîner en boîte, la cuisine des limiers des limiers de la Brigade financière s’est achevée tard dans la nuit, vers minuit. On ne sait si l’amateur de Rolex commence à trouver le temps long du côté des poulets où il comparait comme témoin pour la troisième journée consécutive, dans l'enquête sur des mouvements de fonds suspects révélés autour des «Parrains de SOS Racisme». L’ex-ségoliste a dit qu’il ne prendrait pas publiquement la parole avant lundi. La Feuille de Manioc ne sait si Dieudonné, son ennemi intime se poêle des déboires judiciaires, sur le terrain de la morale et de la probité, d’un des donneurs de leçon des impostures germanopratines.

Selon Médiapart, Julien Dray retrouve ce matin les policiers de la Brigade financière pour y être entendu. «Si l'enquête le nécessite, a précisé Léon-Lef Forster, l'avocat du député PS de l'Essonne. «Julien Dray a la volonté de s'exprimer au maximum. Cela fait six mois qu'il attend, il a dit que s'il fallait revenir trois jours de suite [devant les policiers, ndlr], il prendrait le temps et le ferait», a expliqué une autre avocate de M. Dray, Me Florence Gaudillière. Les policiers enquêtent sous la direction du parquet de Paris sur des mouvements de fonds suspects entre les Parrains de SOS Racisme, l'organisation étudiante Fidl et les comptes de Julien Dray. Evoquant les flux financiers dont M. Dray bénéficie, Me Gaudillière a décrit des «amitiés anciennes, de vrais amis, une tribu où chacun est chez l'un chez l'autre et n'hésite pas à se prêter de l'argent». Trois personnes du proche entourage de l'élu socialiste, dont un ancien président de l'Unef, se trouvaient depuis mardi matin toujours en garde à vue, susceptible de durer 48 heures. Médiapart conférence de 9heures 24 06 2009

Le Togo la grosse ficelle de mon père

Ces gardes à vue de 37 heures interviennent après celle pour les mêmes faits de Dominique Sopo, Monsieur «en l’occurrence», il n’a que celui-là à la bouche. La Feuille de Manioc imaginait récemment une défense de sapeur pour l’idiominique. A croire que notre caricature n’était pas si éloignée du réel. Les manioqueurs ont-ils remarqué le violon de Dominique appris par cœur sur le «Togo le pays de mon père»? Il l’a répété mot pour mot en boucle sur les plateaux de télvision et de radio où ses amis lui ont largement ouvert le champ pour se défendre. A Public Sénat chez El Kabbach et chez Denisot sur Canal+ notamment. C’est drôle combien les intégrés «issus de l’immigration», généralement de l’engeance de barons africains corrompus par les réseaux françafricains, sélectionnés pour leur capacité à désintégrer leurs «communautés d’origine», pour peu que cette chose-là existe réellement et autrement que par le fait médiatico-politicien et sécuritaire, c’est drôle combien ces intégrés disions-nous, ne se souviennent de leurs ascendance que dans les moments de péril. Sur le ton outré, l’idiominique n’a pas hésité critiquer sa mise en garde à vue invoquant qu’elle était inutile parce qu’il n’avait pas eu l’intention de se réfugier au Togo. Il aurait applaudi celle de Dieudonné pour les mêmes raisons. Et pourquoi n’a-t-il pas fait, à cette occasion, référence à Israël qu’il vénère tant? A cela, c’est une manie, l’idiominique répliquerait «c’est de l’antisémitisme». C’est en tout cas la première fois qu’on voit «en l’occurrence» faire référence au pays de son père. LFDM.

23/06/2009

Fonds suspects - Julien Dray entendu à la Brigade financière

51010_drayune.jpg

Anti-racisme Rolex

Suite de la saga de l'humanisme qui a réussi sa vie. Pendant qu’à Versailles Naboléon nous sert ses couplets délavés sur la discrimination positive, l’anti-racisme Rolex du Parti Socialiste des années Mitterrand s’invite à nouveau dans la chronique judiciaire. A force de creuser les juges finiront bien, à défaut le pétrole comme avait dit l’autre, par trouver l’heure ce qui pourrait tout aussi les conduire en Suisse où se recycle souvent l’argent gagné en marge de l’honnêteté.

Selon le site du très réactionnaire magazine Le Point.fr, «le député socialiste de l'Essonne Julien Dray est arrivé mardi à 08 h 45 dans les locaux de la Brigade financière à Paris pour y être entendu dans l'enquête sur des mouvements de fonds suspects sur ses propres comptes. Cette audition était prévue depuis plusieurs semaines. Il est entendu comme témoin et ne pourra pas être placé en garde à vue. Toute mesure privative ou restrictive de liberté aurait nécessité la levée de son immunité parlementaire.

D'après le site nouvelobs.com, seront également entendus mardi Nathalie Fortis, chargée de relations presse du député de l'Essonne et de SOS Racisme, et Thomas Persuy, directeur administratif et financier de l'association. Les policiers enquêtent sur les liens éventuels entre l'organisation lycéenne et le député de l'Essonne, visé par une enquête préliminaire du parquet de Paris depuis fin 2008.

Les enquêteurs s'interrogent notamment sur de présumés mouvements de fonds entre les associations Les Parrains de SOS Racisme et la Fidl d'un côté, et Julien Dray de l'autre. Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, et trois cadres de l'association ont été placés pendant 42 heures en garde à vue voici quelques jours dans le cadre de cette affaire." Source Le Point.fr.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu