Avertir le modérateur

18/02/2009

Stéphane Guillon: Suites du libre-échangisme au FMI

guillon.jpgVideo à voir, un grand moment de radio sur France Inter.

La scène, DSK est l’invité de la matinale, de France Inter mais avant il y a l’incorrigible Stéphane Guillon qui sévit. En présence de DSK, l’humoriste dresse alors un portrait au vitriol d’un niveau rarement atteint sur le même plateau. Voir la video. En célèbre marque de Sarcelles-Sur-FMI, DSK écoute impassible la charge caustique de l’humoriste mais montre ensuite son peu de goût pour l’humour: «J’ai assez peu apprécié les commentaires de votre humoriste. Les responsables politiques ou d’actions publiques comme moi ont le droit ou même le devoir d’être critiqués par les humoristes. Mais l’humour, c’est pas drôle quand c’est principalement de la méchanceté…» Méchanceté? Grattons un peu…

kahnpiroska.jpgLibre-échangisme sur fond de crise de suce-primes
Souvenez-vous, l’affaire avait fait grand bruit dans le landerneau germanopratin à l’automne dernier. Après les arias du libre échange au PS, notre DSK national, propulsé DSK international au FMI, était accusé de s’adonner au libre-échangisme avec sa collaboratrice, ce qui avait mis la Gaule dans de beaux draps. Embarrassé d’avoir embrassé, puis d’avoir mis le feu à la vertu de Piroska Nagy qui n’est pas cousine de notre Nicolas, il avoua un «incident privé». A voir ci-contre la tête de l’incident, au Manioc on comprend qu’il ait voulu prendre le risque d’un tel sinistre même sans police d’assurance. Icelle était responsable du Département Afrique des pyromanes du FMI, ces banquiers qui n’ont pas vu venir l’escroquerie mondiale des sub-primes, mais ont mis le berceau de l’humanité à feu et à sang à coups d’ajustements structurels. Autant dire un régime minceur au bifidus très actif façon sahel.

Lire la suite

17/02/2009

ONU: les USA participent aux préparatifs de la Conférence sur le racisme.

ONU-logo.jpg«C'est une bonne chose. C'est un premier pas vers la participation des Etats-Unis à la conférence»

Julie de Rivero Directrice de Human Rigth Watch à Genève

Genève - Nous l'annoncions dès hier, les States de Hussein Obama participent aux travaux préparatoires de Durban II. Faut-il craindre qu'ils prennent part à la cuisine pour pimenter la sauce? Ce n'est pas l'intérêt de la nouvelle administration Obama. Les States n'ont peut-être pas changé de politique au fond, mais ils se soucient de couleur et d'habillage, ce qui n'est pas rien. C'est la clique de Philippe Val avec Caroline Fourest aux avant-postes qui va faire la tronche de chez tronché. Manioquez donc déjà que la presse française, Pravda dans sa très large indépendance, n'a pas fait état de cet événement d'une insigne portée politique. Que voulez-vous? A chaque gamelle ses priorités et à chaque troufion son coup de pied au cul. On risque aussi de retrouver des mines déconfites chez d'autres lobbies qui tentaient de soumettre Durban à leurs agendas. La débâcle des militants du pays du doigt de l'homme... Au Manioc on se poêle!

Selon Romandie.com, «Les États-Unis ont pris part lundi à Genève aux préparatifs d'une conférence de l'ONU sur le racisme qu'ils avaient boudés jusqu'à présent, a constaté l'AFP. […] Les Etats-Unis et Israël avaient claqué la porte en protestant contre le ton anti-israélien de la réunion. […] En cours d'élaboration depuis plusieurs mois, le projet de texte qui doit être adopté lors de la Conférence de Genève fait l'objet d'intenses négociations, notamment entre pays islamiques et Européens très opposés sur des thèmes comme la diffamation des religions, un concept récusé par les Occidentaux. […] Julie de Rivero, directrice du bureau de Human Rights Watch à Genève, s'est réjouie de la participation des États-Unis aux discussions préparatoires. […] Le Canada et Israël ont déjà annoncé qu'ils ne participeraient pas à la Conférence.» Source.

16/02/2009

Discrimination, fallait pas laisser faire. Bravo SOS racisme!

SFR au pilori

Au Manioc, nous savons ce qu’honnêteté veut dire. Saluons donc les bonnes initiatives en matière de cohésion sociale lorsqu’elles s’imposent, c’est le cas des rares condamnations, plus encore pénales en matière de discriminations, trop rares pour que les citoyens boudent leur plaisir.

Chapeau bas Messieurs ! Lundi 16.02.2009, l’association SOS racisme a obtenu la condamnation d’un grand opérateur de services téléphoniques, Cegetel-SFR qui écope du bonnet d’âne du management anté-moyennâgeux moyennant des défausses à deux centimes d’euro. Si vous ne savez pas discriminer les gars, prenez au moins soin de sophistiquer vos alibis! Au prétexte de «l’urgence» de devoir trouver un candidat d’origine française de peur que le Ministère de la défense oppose le secret défense si le candidat était d’origine étrangère, ces gougnafiés auraient laissé faire une annonce discriminante durant 16 mois! Tu parles d’une urgence… Avec des arguments pareils on devrait être condamné non pour le délit mais pour le maquillage grossier, la crétinerie. Et dire que ça sait tout, que c’est pénétré de certitudes et que c’est émoulu des grandes écoles…

Le 1er septembre 1999, nos pieds nickelés du copulons entre soi avaient jugé de bon ton de faire paraître une offre d’emploi sur l'intranet du groupe, fondée sur un assortiment de compétences abâtardies «être impérativement Français et de préférence de parents français, nés en France».
Précaution qui soit dit en passant n’émancipait pas de voir débarquer un candidat d’une lointaine engeance laotienne ou un arrière petit fils de tirailleur sénégalais, tous deux de parents français. D’ailleurs notre cher candidat SARKO devenu Président, n’est-il pas français fils de parents français, peu importe qu’il aient été naturalisés? Nul n’ignore cependant qu’en pareil cas, l’annonce codifie davantage la couleur de peau conforme à la francité plutôt que la patrilinéarité. Passons.

Question grisbi par contre, la sanction ne va pas chercher loin pour une atteinte à nos principes constitutionnels «liberté, égalité, fraternité». Le Tribunal de Nanterre a été plutôt clément, jugez-en: 20.000 euros d'amende, dont 10.000 avec sursis. Et nos potes d’un très bref instant, ils redeviendront nos ennemis intimes aussitôt après ce billet, jusqu’à ce qu’ils ne fassent que leur boulot, toucheront 6000 euro en compensation des frais de procédure. On ne paye pas un bon avocat avec ça à Paname… Ceci pose la question de l’opportunité de poursuivre devant une juridiction pénale plutôt que civile. On s’interroge sur la stratégie judiciaire de SOS racisme d’autant plus que la procédure civile n’exclut pas l’action devant la chambre correctionnelle. Au civil on peut prétendre faire exploser la banque même si les juges se montreront frileux alors qu’au pénal les zeuros sont plafonnés. En plus la charge de la preuve est aménagée au civil en faveur de la victime ce qui n’est pas le cas au pénal. Or les magistrats et les parquets en particulier montrent toute leur indisposition à poursuivre suivant cette qualification encore taboue en France. Preuve, la plainte de SOS racisme a été deux fois classée sans suite, et ils ont dû citer directement les responsables de SFR. Sans procureur pour aller fouiller les culottes salaces des patrons du CACA 40 on ne peut escompter de condamnation à fréquences susceptibles de dissuader cette caste des temps modernes.

Avant de reprendre nos accents critiques vis-à-vis de l’association co-dirigée par Samuel Thomas et Dominique Sopo, toutes nos félicitations en regrettant juste qu’à force de laisser faire, cet épisode figure plutôt SOS rarissime que SOS racisme. LFDM

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu