Avertir le modérateur

08/04/2009

Sur les abricots turcs, Obama répond à Sarkozy

Le dialogue se poursuit sur l'entrée du pays dans l'UE

Capté fissa sur Slate.fr, 8.04.2009, l'Obam’s crochète le Sarko dont la tête de turc est précisément le turc, et qui voulait faire au noir de la Maison blanche un passement de jambes à propos de l’entrée d’Istanbul dans l’UE.

«La réponse du berger à la bergère... Interrogé mardi à Istanbul sur la réponse de Nicolas Sarkozy à l'éventualité de l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne suggérée par le président américain, Barack Obama a reconnu que «les Etats-Unis ne sont pas membres de l'Union européenne, donc ce n'est pas à nous de prendre la décision, mais ça ne m'empêche pas d'avoir une opinion». «J'ai remarqué que les Européens ont des tas d'avis sur la politique américaine depuis longtemps et ils n'ont pas hésité à les exprimer. C'est ce que les amis font», a pousuivi le président américain. «Si la Turquie peut faire partie de l'OTAN et envoyer ses troupes pour protéger et soutenir ses alliés, je ne vois pas pourquoi les Turcs ne seraient pas autorisés à vendre des abricots en Europe ou avoir plus de liberté de voyager». Source Slate.fr

jpg_obama.jpgLe Bosphore selon Sarkoléon de Funès

Rappelons en passant l’argument rédhibitoire aux yeux de notre Sarkoléon sur l’incompatibilité turque à l’Europe. Il l’a souvent martelé comme à chaque fois qu’il est sûr de son fait, avec ses manières de Louis de Funès. Tout ça n’à bien-sûr rien à voir avec le fait que la population turque soit à majorité musulmane. Bien sûr que non! Vous n’y pensez pas! C’est juste très objectif, moins de 10 pour cent de ce vaste territoire serait situé en Europe, le reste relevant des étendues d’Asie mineure…

S’agissant des frontières orientales de l’Europe, on n’attend pas du mauvais avocat que fut Nicolas Sarkozy qu’il nous éclaire sur leur tracé, tout cela étant éminemment politique comme géographie. Mais à supposer que la géographie soit la propriété de l’européen-compatible. Nicolas 1er est bien obligé de conclure à partir de ses propres arguties nocturnes, à deux sesterces de Guaino, que nos régions ultrapériphériques ne faisant pas partie de l’Europe ne peuvent être françaises. C'est Domota qui va être content: la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, Saint-Pierre et Miquelon, la Nouvelle Calédonie, tout ça indépendants… Non? Aurions-nous mal compris? Mais c’est tout Nicolas. Tu veux une bouteille? LFDM

Eric Revel et le Contre-Discours de Dakar

03dd3320-22dd-11de-967b-3479ebb9b69c.jpg

C’est au nombre d’ennemis qu’on compte les nécessiteux

La sortie de Ségolène à Dakar est cyranesque. La Madone a tapé dan le mille. Nous ne nous trompons guère à la Feuille de Manioc lorsque nous qualifions les media hexagonaux d’outils de propagande à la façon Pravda. La différence essentielle avec la Pravda de l’ère soviétique est que les journalistes étaient sous la contrainte. Or les nôtres s’autocensurent pour complaire au Château. C’est lamentable. L’exemple nous est donné par ce couard d’Eric Revel qui dirige LCI, et qui a cru pouvoir s’en prendre à Ségolène Royal en réaction au «Contre-discours de Dakar». Retenez bien le concept de la Feuille de Manioc, de contre-discours de Dakar, car il fera date et s’imposera dans les consciences.

Couilles-molles

Suivons l’idiot de la réaction qui a les couilles à ce point atrophiées qu’il a retiré son audace de son blog peu après sa publication: «Je suis outré par votre démagogie et votre populisme. Vos déclarations au Sénégal, pays de votre naissance, revenant sur les propos de Nicolas Sarkozy qui avait dit que «l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire», sont dangereuses.» Au-delà de la vocifération, où est l’argument? Où est la critique? Lorsqu’on imagine que l’ignare qui tient la plume n’est rien d’autre que le patron de LCI, on a de la peine pour la hauteur intellectuelle de l’ensemble de cette chaîne. Même Si Eric Revel doit son siège à des qualités en tous points étrangères au mérite, on peut supposer que comme dirigeant, il n’est pas des plus cruches de ce robinet à propagande de Bouygues qu’est LCI.

Lire la suite

06/04/2009

LKP ou Le Klaqueur de Porte

elie_domota--JACKY%20NAEGELEN.jpgLes états-généraux ne peuvent être dictés au peuple guadeloupéen

Prend-ça dans ta tronche. C’est pour l’heure, le doigt de l’Homme de Domota à Karam et au gouvernement. Sous la houlette de son emblématique leader, le LKP refuserait de participer aux états-généraux de l’outre-mer. Pour nous zôtres métros, il va falloir se mettre au K’éol. Nous avions déjà appris à seriner «la Gwadloup nè pas ta yo», notre expression s’enrichi désormais à «yo ja désidé biten a yo», pour «tout est déjà décidé». Avec Sarko, c’est tout le temps «partageons mon avis…» Mais le Domota est bien malin qui ne se laisse prendre…

«Le collectif LKP (Lyannaj kont pwofitasyon), qui a mené le conflit «contre la vie chère» pendant 44 jours en Guadeloupe, refuse de participer aux états-généraux de l’outre-mer, convoqués par Nicolas Sarkozy. Son dirigeant, l’emblématique Elie Domota, estime que «tout est déjà décidé». La séance n’est pas encore ouverte, mais déjà, la porte claque. Dans un communiqué, le LKP annonce qu’il ne se rendra pas aux états-généraux de l’outre-mer, convoqués par le président de la République en pleine crise en Guadeloupe et en Martinique. Une politique de la chaise vide qui fait planer le doute sur la tenue des états-généraux dans dix jours, puisque le LKP représente tous les syndicats (sauf la CGC) de l’île. Cette décision du LKP ne constitue pas une surprise. Les principaux syndicats de l’île, tous membres du comité, dont l’UGTG, avaient annoncé la semaine dernière qu’elles ne participeraient pas. Dans son texte, le charismatique patron du LKP, Elie Domota, accuse le gouvernement d’avoir tout ficelé : «LKP refuse d’être la caution sociale, économique, politique et culturelle de Monsieur Sarkozy et de ses relais en Guadeloupe. Yo ja désidé biten a yo» (tout est déjà décidé). «Pon (aucun) états-généraux ne peut être dicté au peuple guadeloupéen», martèle le texte.

En cause le périmètre du lâcher de pognon
«A l’origine de ce mouvement d’humeur, l’intention prêtée au gouvernement de s’en tenir à une extension limitée de l’accord salarial ayant permis de mettre un terme au conflit de 44 jours en Guadeloupe. Alors que l’Assemblée nationale entame l’examen du projet de loi pour le «développement économique de l’outre-mer», le secrétaire d’Etat, Yves Jégo a appelé à une extension à toutes les entreprises de l’accord Binot qui prévoit une augmentation de 200 euros des bas salaires, «en prenant modèle sur ce qui s’est passé en Martinique». Il a regretté que le LKP ait selon lui choisi la voie de «la marginalisation». Les dix jours à venir risquent en tout cas d’être ceux de la tractation.» Source France Info / Grégoire Lecalot, avec agences.

C'est que le Domota est du genre indigeste, les colons n'ont donc pas fini d'en entendre parler.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu