Avertir le modérateur

16/07/2009

Bizarre, le chantage de Nortel ne sent pas le gaz

643123.jpgDeux poids deux mesures

Forcément puisque les bouteilles de gaz étaient vides, c’était pour rire! Des ouvriers de New Fabris à Châtellerault ont menacé de faire sauter leur outil de travail qui a fait la fortune des actionnaires de l’industrie automobile, lesquels veulent désormais les virer pour s’enrichir davantage, forcément, crise oblige, les voitures se vendent moins. Forcément, en mettant les seniors métallos au chômage, ont peut compter sur un redressement des ventes de voitures plus encore avec l’arrêt de la prime à la casse. Pour une fois que des torche-merde (les ouvriers dans le jargon capitaliste) inspirent des cadres bien pensants… Ceux de Nortel à Châteaufort leur ont emboîté le pas de New Fabris.

Dites, on n’a dû mal écouter, mais les grands mots que gouvernement, majorité UMP et observateurs Pravda de la politique tenaient en bave continue sur le crachoir ne se sont pas fait entendre à l’image des rodomontades de rigueur pour la grève en Guadeloupe: «l’ordre républicain doit régner partout sur le territoire» par ci, «on ne répare pas une injustice par du racisme» par là, «la grève est un droit constitutionnel, mais personne n’a le droit d’empêcher les français qui souhaitent travailler de le faire…», fini tout ça! Là comme d’hab, «ce n’est pas la même chose, ne mélangez pas tout». Et puis avec Domota et le LKP, la République faisait face à une forme sourde de terrorisme.


Ici, la République a donc dépêché son Speedy Gonzalès de service. L’ex motard et self-ministre-man devenu Ministre du sinistre industriel a enfourché… sa Citroën gouvernementale pour se rendre fissa au chevet des chefaillons de Nortel qui menancaient de tout faire sauter. Forcément! Il s’agit de tenir compte de la détresse de ces malheureux cadres et de leur gagne-pain, parce que eux savent voter. Qu’on se rassure, la Feuille de Manioc ne critique pas l’attitude des ouvriers qui croient devoir adapter leur défense en renouvelant le rapport de force. Le capital et les patrons n’ont pas le monopole de la violence et n’irons pas en taule à la place de ceux qui se feront choper. Et d’ailleurs n’était-ce pas pour du beurre? Les bonbonnes de gaz étaient vides alors ça ne compte pas.


Puisqu’on vous dit que c’était pour rire! Rebelle au rire. C’est bien cela qu’on reproche à Elie Domota, son côté pince sans rire. Pourquoi donc avoir viré Mister Bean (Yves Jégo selon Sarko) dont la seule présence déridait les tables rondes des Etats généraux? Décidément à la Feuille de Manioc on ne comprend rien à l’humour de l’Empereur. Si quelqu’un a le mode d’emploi, nous sommes preneurs. LFDM

12/07/2009

Obama au Ghana, un nègre à Paris

2009-07-11T183724Z_01_APAE56A1FQE00_RTROPTP_3_OFRWR-OBAMA-GHANA-ESCLAVAGE-20090711.JPGChronique d’un nègre à Paris

La Feuille de Manioc aurait pu vous recommander un billet intempestif d’Alain Korkos repéré sur le site arrêt-sur-image de Daniel Schneiderman, @si pour les intimes. Une survivance de l’émission éponyme débarquée du service public pour excès d’indépendance. C’est dire si on tolère la liberté d’expression sachant le regard plutôt modéré de l’intéressé. Malheureusement l’accès à ce texte est payant. Heureusement, l’abonnement à ce site est accessible, 30 euro par an. Une broutille si on considère les conneries des networks corrompus par les sectes et les intérêts financiers. Il est y dit d’«Alain Korkos qu’il a animé pendant plusieurs années le blog «La boîte à images». Sa manie irrépressible: explorer les résonances, dans le fonds imaginaire que partagent beaucoup d'entre nous, des images d'aujourd'hui. Rythme de la chronique: chaque samedi.» Avec ses grands écarts la Feuille de Manioc relève qu’Alain se penche sur un nègre à Paris, cependant qu’Obama élève l’Afrique à son avenir, l’œil rivé sur les berges de l’histoire de la Traite Atlantique. Qu’en pense la bien-pensance maçonnique et anthropophage?

Nous nous étonnons à chaque fois de voir des noirs dans les syndicats. C’est drôle ce que la naïveté peut faire. Nous avions ici même prévenu qu’une fois les élections prud’homales passées, la CGT se torcherait le fion avec ses sans-papiers de galerie. Les voici qui se font bastonner par la milice de l’internationale des travailleurs. Morts de rire et bien fait pour leur gueule. Nous ne les pleurerons pas. Nous ne cessons de le dire ici tant aux esclaves nègres du Cran sous hypnose rêvant de la compassion de leurs maîtres, qu’aux imposteurs du doigt de l’homme d’en face. La lecture lacrymale de l’histoire nègre est une tare franco-française sinon européo-centrique, dont la conserve tient à la prédation permanence du sol et du sous-sol africain par les sectes. Cependant, on ne niera pas longtemps 1,5 milliards d’humains. Ce sera, très bientôt la population du continent noir, et les chinois dont la puissance peut déjà s’appuyer sur un marché intérieur de cet ordre se sont fait une raison de l’histoire, bonne celle-là, tout comme les américains qui leur emboîtent le pas. Vivement qu’on se fasse jeter du continent tant notre relation, ou plutôt la prégnance de nos sectes et de nos intérêts financiers, maçonniques, et religieux, est à la cause de l’ensemble de ses problèmes structurels.

La Raison hégélienne égarée dans l’histoire de Dakar

Il faut que quelqu’un confisque ses livres à Henri Guaino, le Méphisto de Sarko qui mal écrit ses discours dont le moins notoire n’est pas celui de Dakar. Souvenez-vous, «quelqu’un» était allé leur dire à Dakar, quelqu’un qu’une plume hâtive et sommaire, certes vénéneuse mais surtout stupide inspira. Dire aux sénégalais, qui se sont tout de même laissés dire on se demande pourquoi, que les africains ne sont pas suffisamment entrés dans l’histoire. C’est alors qu’une fois le ressentiment refroidi, «Bécassine» pour les uns «Choupette» pour les autres, y alla, une défaite présidentielle plus tard, de son refrain dire ses excuses: «Pardon pour ces mots qui vous ont blessés…» Les autres ont pissé de haine, Jack Lang en tête.

Lire la suite

02/07/2009

Le monde en 2040 : les nouveaux défis

chen%20yilong.jpg

Habituons-nous, en 2040 nous serons tous des troufions

Et nos nègres et nos bougnoules iront se faire farcir par d’autres… Merde alors! On a dit Fogel et pas Fogiel tête de nœud! Répète après moi: Fogel! Celui-là est différent. Il est américain et intelligent. Mais surtout, il n’est ni journaliste ni animateur sur Radio-Pravda-Paris et TV-Pravda-Paris. Non, Robert Dobelyou (W.) Fogel, est prof à la Booth School of Business de l'université de Chicago. Une taule sérieuse. Pendant qu’on se cire le jonc sous les Feuilles de Manioc, Bob phosphore des projections économétriques à ses heures perdues au National Bureau of Economic Research dont il est membre. Rassure-toi, il n’a rien d’un marxiste à la sauce de Colonel Fabien. Ce monsieur est seulement Nobel d'économie.

Et vous savez ce que notre Mollah de la science économique a osé prétendre? Qu’en 2040, ceux qui nous dirigent qui étaient déjà des putes seront à la tête d’Etats Lilliputs. Ce Ben Laden de l’économie qui dit appuyer ses études sur celles de la CIA, brrrr!, ne prévoit rien moins que des chiffres cataclysmiques à se prendre en pleine poire. Si le marché européen sera 60% plus grand que celui qu’on connaît actuellement –chouette alors!–, le marché américain lui sera 300 % plus grand –mince alors! On aurait encore raté le virage? Ce n’est pas tout, le marché indien sera 1.400 %  supérieur –merde alors! Et, and, The winner is… Le marché chinois tronche de cake : 2.400 % stratosphérique –Purée de nous autres!

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu