Avertir le modérateur

18/08/2009

Les cocus du farsi

57318_reissune.jpg

Comment dit-on farceur en farsi?

L’histoire de la ravissante Clothilde Reiss finira bien. Les barbus la libéreront. Ils ont un code de l’honneur. La vérité elle finira en eau de boudin farsi. Et vous connaissez désormais bien notre devise selon laquelle il n’existe que deux catégories d’individus: les farceurs et les farcis. Tenez, farfouillant le ouaibe tout à notre activité préférée, regarder sous le jupon des filles, on a rapporté plus de jeune filles espionnes que de jupons. Rendez-vous compte! Des drôlesses barbouzes, ce doit être encore un truc des mi putes mi soumises. Mais genre, jusqu’où ira le féminin dans le masculin? Loin…

A propos de la belle Clothilde Reiss, l’Agence Française du Riz en charge de nos affaires étrangères, a déclaré à l’ImMonde du soir que «toutes ces accusations sont dénuées de fondement et ne tiennent pas, ce sont des allégations fallacieuses.» Bigre! Si Nanard le dit… «Mais comment qualifier ses aveux» ose faussement ingénu, un autre torche-cul germanopratin «Ces «aveux» ont été probablement sollicités! Et pourquoi tout de suite mettre en doute la sollicitude de cette jeune fille? Parce que rétorque le compagnon de Christine Okrent, «c’est un procédé classique que nous connaissons bien: elle n’était pas seule, il y avait d’autres accusés dans cette salle et la séance était télévisée! Elle n’a pas écrit de rapport, mais une note très brève, à caractère personnel, où elle décrit ce qui se passait, à l’intention du directeur de l’Ifri (l’Institut français de recherches iraniennes), qui est un institut comme nous en avons vingt-sept autres à travers le monde. On ne peut l’accuser de rien du tout.» Le Parisien.

Lire la suite

14/08/2009

M. De Langlade victime expiatoire d'un antiracisme de galerie?

0601_Institutions_Symboles_Republique_Marianne02.jpgLe monde entier est notre invité


Le malheureux Paul Girot de Langlade en prend pour sa casquette de préfet. Monsieur apprend à ses dépends que le slogan d’Aéroports de Paris, «le monde entier est notre invité», n’est pas vain et découvre ébaubi, qu’il y a trop de Molloud pour porter les bagages, et trop de Bwana pour nettoyer les vitres et les sols. De sorte que s’il n’y avait pas la Police de l’Air et des Frontières, on se croirait en Afrique à Orly. On ne nous soupçonnera pas de mansuétude vis-à-vis de Paul Girot De Langlade, nous relations ici même les borborygmes républicains de ce préfet. Lire. Cependant il conviendrait de penser à froid cette actualité chaude. Qu'y a-t-il d'exceptionnel dans ses propos?

Comme d’habitude, les vertueux d’après-guerre les mêmes qui furent collabos la veille, viennent au festin anthropophagique dire qui son humanisme de fraternité, qui son antiracisme de galerie. Ils sont foule pour le supplice, Paul Girot de Langlade doit expier la faute raciste tel l’agneau de dieu donné en sacrifice pour enlever ce péché du monde… miam miam.

Seuls les gogos croiront aux rodomontades de cette moraline de circonstance. Paraîtrait que Brice Hortefeux l’a «immédiatement» suspendu de sa fonction de coordinateur local pour la Réunion des Etats généraux de l’outre-mer. Pincez-vous, c’est un rêve… On n’en demandait pas tant! Pourquoi donc Brice l’a-t-il seulement nommé? De Langlade avait un passif qui ne souffrait d’aucune ambiguïté. A ce demander ce qui dans les propos qu’il a tenus étonne nos vierges effarouchées. Qu’a donc fait ce grand commis de l’Etat qu’il n’avait fait auparavant et que par exemple les huiles du Ministère de l’intérieur ignoraient au moment de le nommer à la coordination des états généraux de l’outre-mer?

Paul Girot de Langlade a déjà dit pire: «Il y a trop de gens du voyage sur l’Indre et Loire» avait-il déclaré dans la Nouvelle République: «On a été trop laxiste pendant trop longtemps (…) Il faut arrêter de se voiler la face. Chacun sait que quand ils arrivent quelque part, il y a de la délinquance» Les faits étaient constitués mais la plainte avait été mal formulée. Ce Monsieur doit donc sa relaxe à un vice de forme, au seul fait que les avocats compétents comme mon œil, qui bossent avec les officines antiracistes avaient mal fait, ou trop bien fait leurs basses œuvres. Car il ne faut qu’aucune action exemplaire ne prospère sur ce thème. Et sur ce point, tout le monde est joyeusement complice.

Lire la suite

12/08/2009

Métis diversifiés? Non merci!

A la une! Nous étalons habituellement notre culture comme du beurre, à l’image de ceux qui en ont peu. Et alors? D’autres font bien étalage et de leur beurre et de leurs crèmes précieuses en se la faisant offrir par d’autres. Lorsque l’occasion, rare, s’y prête, nous exhibons aussi les amis qui nous veulent du bien. Certes nous en comptons peu. Plus nombreux sont en effet nos ennemis, les mêmes qui se soucient de leur peau et des aspérités de leurs nombrils, tout à l’affût de la crème antirides qui opérera le miracle: récurer la connerie qui ne leur ravine pas seulement le derme mais d’abord le cerveau, ce dont ils méritent le coup de pied au derche. C’est pourquoi, à la une aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous donner à lire Zoglo, un vieux manioqueur qui nous veut du bien.

«Cher Minkoda BA NKOZI! je vous envoie ce lien et attire par là même votre attention sur le blog "Modernes persaneries" (si vous ne le connaissiez déjà vous qui adorez traîner vos guêtres sur le "oueb"!) qui n'est pas mal fichu du tout surtout si on considère qu'il dézingue plus souvent qu'à son tour votre bien-aimé ci-devant président du Cran! Et le plus cocasse dans tout ça (car finalement toutes ces postures du Cran c'est bien pour de rire n'est-ce pas?) c'est qu'ils sont tous deux hébergés par le Nouvelobs.com! Je ne sais pas bien celui qui est le plus lu des deux mais j'imagine lequel pourrait avoir votre préférence! Je ne sais pas bien non plus quels buts vous poursuivez les uns et les autres, mais vos blogs sont comme qui dirait jumeaux en ce qui concerne votre ami commun! Alors, le doute n'est pas permis, vous aimerez la série de posts qu'il lui consacre. Je lui ai, comme du reste je le fais avec vous, signalé l'adresse de votre blog (pub gratuite soit dit en passant) car je m'en voudrais que des amis comme vous et lui ne se connaissent pas et ignorent par le fait même l'existence les uns des autres! Je suis comme ça moi, j'aime que mes idoles se connaissent et se tirent la bourre!
Cordialement cher Minkoda.»
Lien vers Modernes persaneries

Nous avons jeté un œil furtif sur le blog en question. Il mérite à plus d’un titre qu’on s’y attarde. Zoglo en sera remercié, et nous prendrons le temps d’aller y traîner nos guêtres voir si de côté-là du monde, quelque semblable en guenilles veille. Nous invitons nos amis manioqueurs à s’y égarer. La curiosité est un sacerdoce.

Cela étant, quel but poursuivons-nous s’interroge Zoglo? En tous cas certainement pas celui de penser la race noire. «Vous êtes, nous assenait Gennybeauté en défense de Lozès, des illustres penseurs de la race noire mais hélas vous ne vous manifestez jamais.» Nous? Illustres! c’est trop nous prêter. Mais alors penseurs de la race, et noire de surcroît! Faut pas charrier non plus… Où Gennybeauté est-elle allée chercher cela? La fumette ça va 5 minutes. La rage du propos a égaré notre contradicteur. Quel but poursuivons-nous? Aucun, c’est le propre de l’errance. Tel vagabond n’a de but qui sait cependant se méfier des dangers sur les chemins. Nous laissons à ceux qui croient qu’ils savent, le soin de poursuivre le but idéal, mais nous considérons que la race n’existe pas, sauf pour les malades mentaux. Ils sont nombreux depuis le bon-à-rien de Comte Arthur de Gobineau, (1816 – 1882) diplomate de son état comme notre pays sait en produire, et écrivain raté en définitive, une vraie fin de race à lui tout seul comme en témoigne son concept racial d’aryens qui névrosa l’Europe entière et Hitler en premier, au milieu du 20ème siècle, dans une jouissance eschatologique.

Tout simplement, nous ne pensons pas la race, mais nous nous préoccupons des racistes qui s’ignorent. Ils sont plus  nombreux à gauche qu’à droite. Plus nombreux dans les ONG et les associations à but d’humanitairerie pour jouir de sa propre misère sociale que dans l’armée et la police. Car l’épouvantail Le Pen et du Front National aussi, ça va 5 minutes. L’illustre borgne et sa clique n’ont jamais été au pouvoir depuis Laval et ne peuvent, sauf à trop leur prêter pour de sombres impostures, être tenus pour responsables de l’état actuel de la France, de la ségrégation de notre tissu urbain érigé en apartheid dont la ville de Neuilly est l’exemple, et puisque c’est le Commissaire Sabeg qui l’ose, de nos entreprises qui se décolorent et se sexisent à mesure que l’on remonte leurs chaînes hiérarchiques, ce qui ne les empêchent pas, bien au contraire, de recycler leur infâme hypocrisie en s’achetant des labels de merde au titre de leur engagement pour la diversité, ils n’ont plus que ce mot-valise à la bouche; de nos partis politiques, machistes comme ils sont racistes, de nos media qui donnent à l’idéologie de la race sa consistance, à travers de faux débats, de nos syndicats et associations dont certains vont jusqu’à donner dans de faux procès, et puis les vrais-faux noirs serviles qui réclament, mais pour eux-mêmes d’abord et pour leur engeance, d’être noirs et d’être primés pour cela: «discrimination positive». Dans ton cul. Nous, nous répondons, le droit positif d’abord. Le bavardage des incitations on verra plus tard, si vous voulez bien faire une pause d’âneries.

La race n’existe pas, seul le racisme existe et à cet égard l’expérience montre que les remèdes sont des agents aussi toxiques que le syndrome qu’ils prétendent combattre. On ne lutte pas contre le racisme en s’achetant des montres (Rolex), et en mélangeant les genres afin de distraire l’opinion, comme organiser des pétitions sur le problème des femmes au Soudan (Sos-racisme), en usant de la misère noire, à double titre, pour se construire une carrière politique (le Cran) pour ne citer que ces deux-là, les autres dans ce fonds de commerce étant de la même veine. On combat le racisme en soignant le raciste, ce malade d’idéologie, fusse par la contrainte. Sans rire… La camisole de force est à ce titre un moyen éprouvé et nous avons des lois en Gaule pour nous dresser, c’est le cas de le dire, contre de telles infamies. On combat le racisme par la sanction pénale et financière du délit raciste. On sait où trouver les coupables. Ils sont plutôt à la tête des entreprises, des partis et du gouvernement. Tout le reste est bavardage, la France d’après, la France métissée, ce nouveau fantasme, cette idéologie raciste en soi en ce qu’elle est la négation du non métis, c’est-à-dire la haine tout à la fois des noirs des blancs, des jaunes, des rouges, des verts et des pervers, la France métissé ne s’obtiendra pas par une injonction faite aux garçons et aux filles de ce pays de baiser anti-discriminotoirement, parce qu'en plus, ce mode de jouir ne vaut que lorsqu'il se clame sur la scène paradisisaque des obscénités modernes, à la télé...

Même l’idée éculée de Nation ne se décrète pas, comme le disait déjà un célèbre nationaliste dont on se réclame à l’UMP, en fustigeant l’Europe intégrée du Volapük et de l’espéranto. Pour le reste, nous poursuivons la vie nue, pleine et entière, ici et maintenant, nulle part ailleurs pour nous distraire. Et de sa prosécution, la vie nous poursuit à son tour qui nous rapproche du terme des choses. En dehors de cela nous n’avons aucun but, nous laissons ce soin à d’autres. LFDM

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu