Avertir le modérateur

28/11/2009

Burka: 156 femmes meurent chaque année en France

Journée de la femme battue

Récemment, le 12 novembre, une «‘tite counnasse» de Garges-lès-Gonesse pour paraphraser Bin Laden des Guignols, est entrée au Palais Bourbon parée d’un voile islamique. L’intolérable provocation de Myriam faite à Marianne ne pouvait rester sans réponse, même si pour les deux femmes, la différence tient à la déclinaison du même prénom. Alors tollé dans les rangs des pieds-plats de la majorité. Il faut policer, réglementer, décréter, légiférer. L’exercice politique selon l’UMP, c’est une loi par actualité…

Plus récemment encore, Jeudi 26 exactement, la Nation à l’unisson du monde célébrait la journée de la femme battue, car c’est ainsi que ce jour de deuil devrait s’appeler. C’est drôle le nombre important de mâles léchés à l’envers ou bercés trop près du mur qui sévissent dans notre Gaule érectile. Leur production? 156 foufounes définitivement mises hors du marché parce que retirées de la vie sous les coups d’Attila domestiques abrutis. Certains pensent que le chiffre est sous estimé. Du côté de la virilité, on est fier de sa quéquette avec ça! Ca roule les mécaniques et ça fait la leçon du civilisé à la terre entière.

Que fait le gouvernement pour répondre aux femmes que les Attila domestiques ne font pas semblant de bastonner? Il fait semblant de gouverner au moyen de ce qu’il sait faire de mieux: des annonces. Certes le spot du gouvernement contre les violences présenté ci-haut est plus utile que les annonces politiciennes. Le Fillon et la Morano annoncent donc des mesures et même, pincez-vous le nez tant ça poque, disent vouloir ériger la femme battue en grande cause nationale. Le Point Pravda rapporte qu’un «nouveau spot pour le numéro d'appel 3919 "Violences conjugales Info" sera diffusé à la télévision à partir de mercredi, a-t-on indiqué dans l'entourage de Nadine Morano.» Benêt a-t-il mal ouï ou bien c’est le cérumen qui lui a ciré les oreilles? Du Congrès de Versailles jusqu’à la Chapelle-en-Vercors, on avait cru avec lui que c’était la Burqa le problème des femmes en France. Et voila que la réalité de la baston nous réveille de gueule de bois en gueules de cons. Farfouillons donc dans ce trou noir pour voir…

En grattant on découvre un papier d’Ignacio Ramonet du Monde Diplomatique qui relatait que «la violence des "mâles" est la première cause d’invalidité et de mortalité avant les accidents de la route ou le cancer...» des femmes. Fichtre! Et plus ça change, plus c’est la même chose. En grattant un peu plus on apprend qu’en 1999, le droit de savoir, une émission de la boîte à cons (TF1 dixit les guignols précités) déclarait qu’au moins 2000.000 de femmes avaient été victimes de violences conjugales en France et que 400 mouraient sous les coups de leur conjoint chaque année, soit plus d'une femme par jour.

Nous voilà donc tels qu’en nous-mêmes, civilisés et entrés dans l’histoire par la barbarie. Ca c’est fait, et c’est pour le moine copiste du Château qui pompe déraisonnablement Hegel. Pour un tableau synoptique des horreurs masculines conjuguées au féminin, vous pouvez, y compris si vous êtes un de ces ours, surtout si vous en êtes un, vous rendre sur le site Sos Femmes, ou encore Population Data. Sinon, il y a d’autres lieux citoyens qui relatent la connerie masculine. Il suffit dans Google de taper [machos + connards + hommes], ça l’fait aussi…

Sociologie du bâton et de la bite en Gaule érectile.

Revenons à la célébration macabre de jeudi offerte par des Tarzans domestiques qui ont de curieuses manières d’aimer leurs conjointes réduites en épouses de tous les coups, pas ceux à jouir, ceux qu’elles reçoivent dans la tronche. «Au total, 675.000 femmes ont été victimes de violences lors des deux dernières années, soit de leur compagnon soit d'un autre membre de la famille. 156 femmes sont mortes en 2008 sous les coups de leur compagnon.» Source Le Point Pravda. Paraîtrait aussi que taper sa femme coûte à la collectivité 2 milliards d’euro. Or, en temps de crise même le plus machos des idiots pourrait s’en inquiéter:

«Le coût global pour les vingt premiers téléphones (la mesure phare du gouvernement NDLR) est d’environ 120600 euros. «Très loin de ce que coûtent aujourd’hui les violences faites aux femmes, environ 2 milliards d’euros, non pour les aides aux victimes, mais à cause des arrêts de travail et des congés maladie », détaille Ernestine Ronai, responsable de l’observatoire.» Source L'humanité Pravda.

«Prends ça grognasse, t’es qu’une conne!» Ca c’est pour la tendresse… Eh oui! «J’aime donc je bastonne» est la version cartésienne de notre identité masculine, donc de la moitié de notre identité nationale. Les hommes forment la moitié de la France. Pour la part de la Feuille de Manioc, nous observons que la sociologie de la baston en Gaule fait voler en éclat la propagande de l’idéologie dominante, et que le non-dit qui entoure l’origine ethnique et les catégories sociales de ce massacre encouragé s’il n’est admis, en dit long sur la glose à propos de l’identité nationale. On n’en démord pas car il ne faut pas prendre des vessies pour des couillons.

Lire la suite

25/11/2009

Pandémie, les corréziens prennent les auvergnats en grippe

descoings_arbib.jpg
Chirac, l’impénitent corrézien.

Anyss Arbib dit avoir été traité «comme un ennemi dans sa propre République». D’abord on dit Ripoublique. Pigé Monsieur Arbib? Commençons donc par les présentations. Anyss Arbib est le jeune homme ci-dessus qui pose à côté d'un comique Belge qui se fait passer pour le directeur de Sciences-Po Paris, sous le nom d'emprunt de Richard Descoings. En vérité il s'agit de François Damiens voir photos ci-contre, connu pour ses caméras chachées. Bon ça c'est fait.

francois_damiens.jpgDans sa livraison d’hier 24/11,  le torche-cul quotidien Libération, caviardisé gauche-bobo, a certainement voulu faire sensation en plein débat sur le «Même» (le Gaulois) et «l’Autre» (l’arabe). Et ces Bobos-ci de rapporter les bobos-là dus aux gnons que le futur Préfet issu de l’immigration mais encore étudiant de Sciences Po a reçus, suite aux «violences policières dont il a été témoin et victime à Paris après le match Egypte-Algérie, questionnant ainsi la notion d’«identité nationale». Anyss Arbib «et son ami poursuit Libé se sont fait copieusement asperger de gaz lacrymogène par un CRS, geste accompagné d’insultes xénophobes: «Dégage, sale Arabe!». Lien. Où est le problème? De son côté et dans le même temps, c'est Jacques Chirac qui s’inquiète quant à lui de savoir si Lormont est une bourgade de l'Aurès ou de l’Atlas, visez l'Algérie et le Maroc. Et l’inquiétude fait le buzz. Le Chi xénophobe ? Un poco ma non troppo… Examinons l’embrouille.

Le problème avec les bougnoules c’est qu’on a beau leur expliquer, on n’arrive pas à leur faire comprendre voyez-vous? Cette manie qu’ils ont à confondre Barbès et les Champs Elysées, c’est navrant! Ce n’est pourtant pas faute de leur avoir fait savoir que pour les youyous, il y a déjà le quartier de la Goutte d’Or dans le 18ème arrondissement de Paris, configuré pour ce genre de réjouissances. On ne va pas non plus leur accorder la plus belle avenue du monde pour y faire la nouba et la danse du ventre à chaque fois qu’un match opposera des bougnoules aux biquots! Non mais… Et puis, est-on seulement sûr du témoignage de ce jeune Anyss? Au fait, vous êtes au moins sûrs de l’orthographe et de la prononciation! Parce que Anyss ça fait Zarbi or il s’appelle aussi Arbib. On ne veut pas d’impair de ce côté-là. Certes, Anyss est beau, il a l’air posé mais ne feint-il pas? Tout est possible avec ces gens-là. Si Anyss est étudiant en quatrième année à Sciences-Po Paris, a contrario il habite Bondy, une ville de cailleras, et c’est bien connu, l’arabe est fourbe… Stop!

Ce qui nous étonne à la Feuille de Manioc, c’est la Une de Libé en pleine page sur cette affaire. Qu’est-ce que cela démontre? Où est l’actu? Des tendres effusions de ce genre se comptent par dizaines au quotidien. Pourquoi maintenant? On se poêle comme on peut dans ce torche-cul de gauche. N’allez surtout pas accuser cette Pravda-là de ne pas faire du Sarkozy à l’envers. Joffrin ne mange pas de ce pain-là. Mais bien sûr…

Revenons à nos moutons noirs et beurs, c’est beaucoup plus drôle. Attendez voir. Récemment nous vous révélions ce qui se chuchote dans les milieux proches de la Rousse en bleu marine, Taser au ceinturon et lacrymo à l’écusson. Nous vous révélions que les keufs ne disent plus «biquot» lorsqu’ils serrent un jeune d’origine maghrébine ou arabe. Ils disent qu’ils ont chopé un «auvergnat» depuis les arias de Hortefeux qui ont gondolé les Puys de Dôme. Drolatique! Et ne croyez pas que c’est pour se fiche des beurs. Nos joyeux drilles se payent ainsi la tête de leur Sinistre de l’Intérieur qui semble faire davantage rire que peur. Fini le temps des cow-boys à la Pasqua et Sarko. Le premier flic de la Gaule érectile fait rire… Nous voilà propres. Mais à ce titre particulier, la marque des auvergnats a du mouron à se faire. Sur le Beur et la margarine, les voilà débordés par les corréziens et pas n’importe lesquels, le Chi mène la troupe. «Natif de Corrèze» toi-même! On voit d’ici les 71% de boucliers levés en guise de prescription de popularité. Va suer ailleurs, touche pas à mon Chi! Diront-ils…

Lire la suite

12/11/2009

François Cluzet sur Salah Hamouri, un auvergnat en Israël

arton515.jpgC’est l’histoire d’un auvergnat…

Ainsi parlait Coluche. Nous vivons une époque formidable. Comme si la machine à bourre-pifs avait décidé de fiche des coups de latte partout où le con sommeille. Qui attendait Cluzet? Personne. Surtout pas les mines convenues de Jean-François Copé et Laurent Delahousse. Cluzet? Il est gentil. Prends ça dans ta tronche de connard. Et un!

Kézako? C’est l’histoire d’un auvergnat que tout le gotha germanopratin et bien pensant ignore à l’image de Laurent Delahousse de France Télévicon. Ces gens qui passent le plus clair de leur temps à donner au bas peuple des leçons de maintien et d’identité nationale. Au fait… Une ‘tite précision qui vaut son pesant de cacahuètes. Paraîtrait depuis les célèbres confidences militantes de Hortefeux, que les keufs de France et de Navarre ne disent plus qu’ils ont pécho un biquot. Désormais, lorsqu’ils mettent les bracelets à un bougnoule, il est couru de dire qu’ils ont serré un auvergnat. Tordant. C’est aussi cela l’identité nationale à côté du Maroilles qui poque et du clacos qui schnouffe. Une sémantique fluctuante et apprenez que si on dit bled, flouze ou kleb, c’est bien à cause des bougnoules qu’on a colonisés!

En attendant Charlie qui veut nous rafraîchir la mémoire tout à l’heure, revenons donc au Salam Machin Aleikum dont François Cluzet fait état et que personne ne semble connaître. En plus de s’y intéresser, on ne va tout de même pas s’emmerder à savoir comment il s’appelle non? Si? Comment dites-vous couscous en français? Salah Hamouri? Et vous prétendez qu’il croupit dans les geôles de cette belle démocratie tant vantée par la propagande médiatique? Allons voir…

Geôles démocratiques

Israël, une démocratie qui commet des crimes de masse, qui pratique l’épuration ethnique, la ségrégation entre citoyens arabes et juifs, la colonisation des terres, qui assoiffe les populations pour arroser ses pelouses, qui emprisonne et torture ceux qui ne pensent pas à l’unisson du projet raciste au cœur même de son existence, car on ne le répètera jamais assez, seuls les couards et les compromis ont peur de le dire, l’idée même d’un Etat juif est fondamentalement «raciste», au même titre qu’un Etat islamiste ou christianiste. Le terme «raciste» étant, on l’aura compris, pris ici dans son acception extensive mélangeant indistinctement les cons de la planète et à cet égard, innombrables sont les nécessiteux. C’est-à-dire ceux qui se coalisent pour la haine névrotique de l’autre, touchés par un syndrome susceptible de les posséder sous la forme d’une croyance en une élection divine, à l’idée d’appartenir à quelque race supérieure.  A-t-on jamais fait attention au fait que Dieu ne s'adressait qu'aux personnes qui avaient marché sous le soleil de l'Orient, sans boire 40 jours et plus dans le désert? C'est le cas de Moïse, Saint Paul, Jésus, Mahomet... Aujourd'hui un personnage de ce genre irait tout droit à Sainte Anne. Mais passons... Tout cela par la faute d’un Dieu imaginaire, unijambiste, obscurantiste, masochiste, abruti par son célibat, colérique par son isolat, et jaloux de la jouissance Dionysiaque des bonnes choses de la terre, à commencer par l’homme et la femme en finissant par la bonne chère et le bon vin. Pauvres de Dieu…

Revenons à Salah Hamouri qui croupit donc démocratiquement dans les geôles d’Eretz Israël. Rappelons pour commencer qu'il a un visage, voir photo en haut à gauche de cet article. Le premier moyen de tuer qualqu'un c'est d'annéantir sa représentation. Si si! Il est françois comme François Cluzet auteur de l'insupportable transgression et comme toutes les belles françoises de notre Gaule érectile. Certes son père n’est pas tout à fait des nôtres. C’est un philistin des bords du Jourdain chez les charabias. Mais sa mère par contre elle, est bien de chez nous et même qu’à cause de cela, l’Empereur avait juré promis qu’il irait, sabre aux dents, chercher tous les François prisonniers de l’Arche de Zoé! Malheureusement Israël n’est pas le Tchad et Bibi Netannyahou n’est pas Idriss Deby. Alors entre dix préoccupations sur le sort du soldat Gilat Shalit parti lui combattre sous les armes d’une armée de colonisation, l’Empereur a enfin daigné faire un geste. Pensez-vous… Les Bougnats ne pèsent pas lourd dans le jeu électoral français.

A propos d’identité française justement, l’alerte indignation de François Cluzet nous rassure cependant quant à nous-mêmes: «vous vous ne savez même pas qui c’est [Salah Hamouri] Jean-François Copé non plus… ». Sur l’interpellation, Copé qui n’est pas la moitié d’un naïf a compris l’audace de François Cluzet. Pantois, il observe la transgression. Il ne peut rien dire. Cloué. Sous son minois BCBG, Laurent Delahousse est interloqué. Il tombe des nues: «eh bien je vous garantis qu’on va essayer de… d’aller un peu plus loin et en tous cas de s’y s’intéresser et le faire savoir». Chiche! Journaliste avec ça. Pourtant même les trous de fion que nous sommes en avaient parlé ici sur votre Feuille de Manioc. Et pour cause, Stéphane Hessel, c’est autre chose que le politicard de pacotille de Jean-François Copé, avait hurlé de sa voix frêle et dissidente mais sage. L’identité française, c’est aussi les sages qui ne laissent pas la liberté orpheline. LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu