Avertir le modérateur

23/06/2009

Le Congrès à Versailles, un non événement à 500.000 euro

Vous avez dit «ségrégation» et «République bananière»?

La Gaule est dure mais il y a des jours où la vérité semble invincible: «C’est pas sérieux, c’est pas démocratique, là on tombe vraiment dans des pratiques de République bannière.» Ah bon tu crois? Ca c’est la dernière moscovicidose du Strauss-kahnien Pierre, Député PS du Doubs qui se sent doucement pousser des ailes de présidentiable, -il a un plan media d’enfer depuis une semaine- à propos de l’intervention devant le Congrès de Nicolas Sarkozy. Citation dans les bulles de buzz.

Autre saillie ornée venue du sommet de la Gaule. Qui a dit qu’en France on se complait dans une égalité formelle en contradiction avec les faits? Pincez-vous, c’est Sarkoleon… L’égalité serait donc victime de l’«égalitarisme», et la discrimination serait la norme dans notre cher et vieux pays. Mais où sont donc les responsables? La faute à personne et à pas de chance comme dirait notre potesse de la Courneuve, c’est pour cela qu’on a imaginé un Commissariat à l’égalité des chances. Sarko nous fait son couplet sur les discriminations, le niais du Cran, Patrick Lozès, va pouvoir pavoiser de ses humeurs de stomatologies dont il a seul le secret à force de rire bêtement. Bien sûr, l’Empereur va régler tout ça fissa… Chiche!

Du balai Rachida! Ouste!

Ainsi va la Gaule à la veille d’un grand chambardement ministériel qui s’avérera un pet de none. A force de talonnettes, le petit ambitieux est devenu Roi ou Empereur peu importe, et la Cour des carpettes de gauche s’est pressée à Versailles. La droite? On la savait couchée et prostituée. Pendant 45 minutes de bla bla rayé sur un autre bla bla, l’Empereur cathodique a enfilé les perles en même temps que le benêt popu et cocu qui vote contre ses intérêts. Nous sommes encore trop nombreux à ne mériter que Sarkoléon et c’est bien fait. Encore! Au Congrès tout y est passé dans un fourre-tout sans relief, Henri Guaino écrit de plus en plus mal. Une bouillabaisse mélangeant le «progrès», le «secteur public», la «révolution écologique», la «révolution numérique» entre les immanquables récusées de l’intégration à la sauce «burqua» qui nous servent de ciment identitaire. A se demander si le buzz parlementaire n’avait pas été agendé quelques jours auparavant en prévision d’une allocution qui, sans cela, n’aurait même pas eu l’immigré musulman pour se faire remarquer.

Zéro! Plat! Nul! Bas… A part nous expliquer bien sûr que l'Etat va emprunter des sous, donc des impôts, pour financer le libéralisme de ses copains. Sarkoléon a bien tenté de s’accrocher à Jules Ferry, et même au Conseil National de la Résistance alors qu’il restera le faillitaire le plus efficace des valeurs gaullistes, il est demeuré insipide sur le fond comme sur la forme. Le couplet sur la laïcité, sur les discriminations et sur l’outre-mer où il risque fort d’être accueilli en héros, n’y changeront rien. Pas de quoi s’attarder sur ce non-événement à 500.000 euro, alors passons à autre chose.

La fin est proche

Bonne nouvelle, cette semaine on aura fini de se taper la morgue parvenue de Rachida qui pourra aller poser en belle soirée et les doigts sertis à Bruxelles. Du balai! On verra si le mammouth qui conteste la réalité du changement climatique aura fait les frais de la percée écologique. Ce sera au moins ça de gagné, un socialiste, ou plutôt un jospineur qui n’aura tout perdu à faire la pute.

«La fin de l'attente est proche. Les ministres seront bientôt fixés sur le sort que leur réserve le chef de l'Etat lors du remaniement qui devrait être rendu public dans les heures qui viennent. La nouvelle équipe sera annoncée au plus tard avant le Conseil des ministres mercredi à 10h. Alors que depuis plusieurs jours les hypothèses les plus variées ont couru,  parmi lesquelles une recomposition complète de l'équipe gouvernementale, l'idée dominante désormais est celle d'un remaniement "a minima", à la satisfaction du Premier ministre François Fillon. Selon un haut responsable de la majorité, Nicolas Sarkozy se sent renforcé par le succès de l'UMP aux européennes et ne voit dès lors pas l'intérêt de procéder à un chamboulement à mi-mandat.» A lire sur LCI.

 

16/06/2009

Obsèques de Bongo, la françafrique n'est pas à la fête

e9b032f_0.jpgLe nain et le basset

Bongo est mort. Et alors? Crève charogne! Nous on s’en bat les roupinettes. C’est la France qui semble davantage pleurer l’autre nabot que les gabonais eux-mêmes, eux pourtant joyeusement arrosés par la machine à corrompre d’Ondimba.

«Une quarantaine de conseillers «Afrique» officiels de Nicolas Sarkozy et de son prédecesseur Jacques Chirac mais aussi des conseillers officieux, comme Robert Bourgi, le fils spirituel de Jacques Foccart, considéré comme le monsieur «Françafrique» de de Gaulle à Chirac en passant par Giscard avaient fait le déplacement. Parmi les nombreuses personnalités françaises se trouvaient également Loïk le Floch Prigent, ex-dirigeant d'Elf condamné dans l'affaire du même nom, Patrick Balkany, maire UMP de Levallois-Perret ou les anciens ministres Michel Roussin, Jean-Louis Debré, Jacques Godfrain.» Source 20 minutes.

Ainsi donc la France aime l’Afrique. Ses richesses, ses trésors c’est sûr. Les africains c’est à voir… Mais qui seulement en doutait? Hortefeux hier, le reître Besson aujourd’hui, demain le très bas Valls d’Evry dit «Everblanc», de cette pâte en tube dont on blanchissait les Converses naguère. Le dernier fâcheux-PS sécuritariste en date, croit dur comme le doigt de l’homme à l’aide duquel on enfile le trou du cul du nègre sous hypnose, qu’un destin présidentiel en Gaule ne se construit que sur l’expression désinhibée de la négrophobie. Au nom de quoi le Valls aurait-il tort? L’obnubilé d’Evry qui n’a d’yeux que pour l’Elysée s’est convaincu le carafon qu’un bon manuel à fabriquer un président se forge dans la stigmatisation des autres pour cimenter l’identité nationale morcelée. La dalle d’Argenteuil qui résonne encore des cailleras à karcheriser sert de modèle. Ce fut le piedestal avant l’étrier. Il fallait au moins ça à Naboléon. Depuis le peuple a entonné la marche l’Empereur et Valls en rêve…

C’est étrange combien nos amis les africains rappellent à s’y méprendre «nos amis les bêtes». On les aime comme des domestiques. La mort du crapaud Omar Bongo nous en offre l’éclat. La France aime tant l’Afrique que le microcosme parisien n’a pu s’empêcher d’aller défiler à Libreville devant le catafalque du fâcheux Bongo. Que la carne infestée d’Omar Bongo échappe aux charognards de la forêt du Congo, et que de cette infâme pitance macérée dans la corruption et le sang des siens on préserve les vils corbeaux, les lâches hyènes et autres chacals mal famées, voilà qui n'est que justice et devrait plaire aux asticots. Franc-maçon ou pas, à la fin seule la pourriture gagne.

Pourquoi aller à Libreville et en nombre? En mémoire de l’ami de la France? Mon œil et mon cul avec. On se souvient que le suppôt Senghor a crevé dans notre indifférence. L’académicien avait pourtant passé sa vie entière à acérer le fil d’une plume servile afin que notre raison Héllène n’envisage l’homme noir qu’à travers le rythme. Une sorte d’être anhistorique qui ne sait rien faire de son cul à part zouker et baiser ou plutôt se faire baiser. Kassav Manioc! Senghor c’était Hegel déjà avarié. Naboléon inspiré par le pseudo intellectuel de l’Elysée n’a fait qu’exhumer les resucées de la raison dans l’histoire. Et pourtant Senghor est mort dans l’anonymat qui va bien aux traîtres à leur nation.

«La France n'a «aucun candidat» pour la succession de Bongo». Que des intérêts...


Si l’homme noir n’est pas assez rentré dans l’histoire alors que va-t-on chercher dans le pli du Mayombé et dans deux Airbus? Rien. A peine un peu de notre pétrole, notre manganèse, notre uranium, notre bois. Et là part ces broutilles la France n'aurait «aucun candidat» pour la succession de Bongo? Foutage de gueule. Le sale porc est peut-être crevé depuis des semaines et c’est sur les bords de Seine qu’ont été décidées et réglées les dates et les modalités de l’annonce et de la restitution de la charogne, après avoir probablement réglé sa succession. Prenez-nous pour des nazes...

Lire la suite

05/06/2009

A propos de la complaisance pédophile

Polémique entre François Bayrou Daniel Cohn Bendit

Ca se passait chez Chabot, la journaliste qui découvre l’eau tiède à 37° depuis 30 ans… Quand est-ce qu’on dégage cette incompétente? Xavier Bertrand, s'est dit «écoeuré» jeudi soir par les propos de François Bayrou. Il a «dépassé les bornes» a-t-il ajouté. Hervé Morin qui comme son ex-pote du centre aime les chevaux, mais pour les faire courir et gagner du pognon, parle d’un «homme qui a perdu tous ses repères». Jean-Luc Mélenchon grincheux comme de coutume, mais on aime bien ses colères, vouait «au diable» Arlette Chabot, la thuriféraire de tous les pouvoirs, qui elle-même criait à Philippe De Villier: «on vous entend. Pas la peine de crier, vous êtes à la télévision», cependant que le Vicomte du Puy Du Fou, traitait Xavier Bertrand, le maçon insincère selon Francois Fillon, de «menteur» à propos de la Turquie. Ouf! C’est un débat de la classe politique française à propos de l’avenir de notre continent… Heureusement qu’on a pu arroser ce pathétique de vin rosé à la fin que Bruxelles veut couper à l’eau pour nous éviter la couperose. Besancenot a alors suggéré de «faire boire à tout le monde un petit verre, pour détendre l'atmosphère.», après cela les mauvaises langues traiteront le leader du NPA de facteur de trouble…

Résumé de la soirée: il faut, au moins, tuer Bayrou! Etrange cette polémique qui a buzzé au point d’effacer le drame de l’Airbus d’Air France échoué en mer atlantique et tempérer la venue du messie noir américain (Obama) chez Sarko qui joue des coudes contre la Souveraine britannique à très basse altitude, pour avoir sa photo seul avec son «ami Barack». Là le réactionnaire oublie volontiers que son pote est nègre, enfin au moins un peu, et s’appelle Hussein, un prénom de barbares. Oublié aussi que le même Ben Hussein prône l’intégration des vilains Ottomans dans le Saint Empire chrétien d’Occident. Oui mais que ne ferait pas l’Empereur pour une photo avec son «ami Barack»!

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu