Avertir le modérateur

09/01/2010

Seguin, la République à fleur de peau

07599244-2d70-11de-9658-77c0b6fbc8c8.jpg

L’icône d’Epinal.

Même pas adieu. Salut les cons et à jamais! La silhouette bonhomme et ombrageuse du père Seguin s’en est allée par un matin de glace. Avec elle, les philippiques et les colères homériques d’un énarque atypique, amoureux avisé de football. Plus une feuille sur les arbres trop désolés pour s’incliner. Comme si l’ingratitude qui entoura l’engagement républicain de la pupille de la Nation avait écrit la fin d’un personnage rabelaisien à la morale austère. Philippe Seguin était la synthèse de ces aspects apparemment contradictoires.

Mort, le tout Paris accourt. La IIIème République finissante ne sachant plus quoi proposer au peuple, avait fait des cérémonies d’enterrement des grands hommes, un art consommé pour maquiller ses turpitudes et réhausser son image ternie. L’Empire décadent épouse à merveille ce cache sexe de communion communicationnelle. Le tout Paris accourt. L’icône d’Epinal va occuper la place d’un portrait en noir et blanc sur les murs de la République, les faussaires feignent la mine compassée. Ils doivent cependant se réjouir en sourdine, eux qui pourront s’offrir des douches dispendieuses et des sondages lobotomisants, aux frais du contribuable sans craindre le râleur à la fois soucieux et sourcilleux des deniers publics. Au bal des hypocrites, l’hommage est unanime et le tout Paris vante celui que l’établissement a pourtant honni. Il fallait neutraliser cet homme qui n’était déjà pas du sérail et dont les accents jacobins auraient empêché leurs comptes de tourner en rond. Ouf! Des vacances en perspective pour les chèvres de la République putassière, rivées à l’affût d’une vertu à négocier après nous avoir broutés.

A lui seul, Seguin condense la méprise chiraquienne. A propos de son fidèle compagnon, le Chi a reconnu lui devoir beaucoup. Lucidité tardive qui eût évité au Roi-fainéant, dixit l’Empire, l’embardée de la dissolution à la hussarde que lui inspira le Villepin. Contre Ballamou alors flanqué d’un roquet déjà agité, lequel nous expliquait que la messe était jouée dès le premier tour, le Chi se fit élire sur la fracture sociale que Seguin mît en musique électorale. Seguin comptait encore Fillon, Karoutchi et Guaino dans son attelage, avant que ceux-ci ne virent bling bling. Elu, le Chi rendit aussitôt le pouvoir aux girondins. Juppé lui fut préféré. La bourgeoisie en France c’est la clinique du désastre: les méfaits du cancer financier anglo-saxon assorti aux tares de l’esprit de rente, bien français. Le destin politique de Philippe Seguin résume la République cocue.

Lire la suite

02/12/2009

Afghanistan, Obama va-t-en-guerre! Or il est noir…

OBAMA_Barack_2005.jpgUn monde de bêtes civilisées.

A l’image de son chien Bo, Barack Hussein Obama avait dû montrer patte blanche à l’entrée des cercles et des sectes pour faire sa propre entrée à la Maison éponyme. C’est sur ces tons de zèbre qu’on finira notre libelle du jour. Mais d’abord, convenons qu’on a beau être le Président de la première puissance du monde en passe de péricliter, on n’en est pas moins une créature de puissants réseaux qui manoeuvrent en sous-œuvre et décident à l’avance du résultat d’une élection démocratique.

Pour l’observateur, l’intérêt n’est donc pas dans la fallace du scrutin où les farcis qui insèrent le bulletin dans la fente sont précisément ceux qui se font introduire dans la raie. Pour l’observateur avisé, tout est dans l’écart marginal qu’un homme d’Etat est à même de commettre par rapport au programme qui le détermine et qui l’a fait Roi, enfin… Président. Les naïfs devront donc s’y résoudre, Pinocchio comme l’Abbé Pierre auraient renforcé les troupes américaines en Afghanistan.

Rappelons avant de nous faire insulter, que nous fûmes de ceux qui célébrèrent la grand’messe mondiale de repentance vis-à-vis des excès de notre civilisation à travers l’élection d’un mulâtre à la tête de l’hyperpuissance de l’Empire. Nous avions cependant prévenu ici même, sur la gueule de bois des lendemains qui déchanteraient fatalement, suite cette séance d’exorcisme frelaté en mondovision. «Aimons-nous les uns les autres…», c’est pour les gogos du dimanche.

Nous ne sommes donc pas étonnés que la créature accomplisse le projet dont il est l’instrument, ce qui n’ôte cependant rien au caractère irréversible du changement qui a eu lieu, ne serait-ce qu’en termes de relations d’ordre au niveau le plus important de cette affaire, le symbolique. Comme quoi on peut être un avocat intelligent, coopté par les francs-maçons, en plus d’être un beau métis d’élégance gracile qu’une pondération de ton renforce, gentil, avoir un sourire à mettre la stomatologie en faillite, on peut être tout cela à la fois le succès auprès des femmes n’étant pas en reste, on n’en reste pas moins l’instrument d’un Empire pour être la Première de ses marionnettes.

Lire la suite

24/11/2009

AFM vs Sidaction: le Bâton de Berger merdeux

Sainte mère l’Eglise! Pierre au pilori…

Paraîtrait que le Téléthon capte la générosité des françoises et des françois. Zéro sur le bâton de Bergé et qu’on les lui coupe (les burnes) pendant que nous y sommes. Castré il n’aura plus l’usage de son bâton… D’autant que Saint-Laurent est parti alors à quoi bon garder cet inutile attribut? Pour le lynchage, «autrefois, il y avait le pilori déplore le blogueur qui s’y connaît pour y avoir trempé (son métier bien sûr, pas sa nouille). Aujourd'hui, il y a la télé, la radio, le Net.» De mémoire de votre Feuille de Manioc, certes par ouï dire, mais tout de même, on peut en effet relever des déconvenues piloresques qui ne manquent pas de pittoresque. Et ce n’est pas parce que les faits sont prescrits qu’il ne faut pas rendre justice à toutes les victimes du pilori et de la lynche. Titi (Henry) et Pierre (Bergé) ne sont pas seuls. La France n’est pas seule!

Donc, bref retour en arrière pour rafraîchir notre singleton de neurone. Tenez cet anglois de la perfide Albion: Daniel Defoe, célèbre anti-conformiste s’il en fut. Un équivalent de nos agités altermondialistes contemporains. Le 31 juillet 1703, l’auteur du célèbre Robinson Crusoë a bien failli se faire occire comme l’illustre crucifié en s'attirant les foudres de la bien-pensance de l’époque. Si si! C’est une permanence historique! De tous temps il y eut des titulaires de la vérité-vraie, l’officielle. Ces endoctrineurs ont ceci de remarquable qu’ils copulent avec le pouvoir, de gauche de droite, du clergé ou de la finance, c’est indifférent, pour peu que ce soit salace et qu’ils en jouissent pour leur part. De nos jours, les préposés de la putassière excommunicatrice sont les journalistes. Et pour cause, ils se lamentent du Net où le cocu de base, hier encore proie facile de leur propagande, et qui en a marre de se faire enfiler, à l’endroit et à l’envers, prend désormais la liberté de raboter ses cornes sans intermédiaire. Eh le plaisir perso ça existe bordel! Benêt reprend sa parole et dit ce qu’il pense de la partouze institutionnelle maçonnique, opus déiste, et tout le toutim. Le pouvoir n’aime la démocratie qu’au bâillon. Sinon c’est baïonnette.

Les journalistes indépendants aussi… Vous savez, ces experts qui propageaient doctement sur les réseaux Pravda que la guerre en Irak était nécessaire et que le post-fasciste Tony Blair était quasiment le seul homme d’Etat en Europe. Où notre Guevara à nous, le Chi Jacques aujourd’hui à la retraite tantôt avec Bernadette, tantôt devant le TGI de Paris, celui qui dans les rues de Jérusalem affronta seul le Mossad contre tous et à mains nues d’un  «what do you want!» cocardier, même le Chi disions-nous passa aux yeux des faiseurs d’opinion de guerre pour une couille-molle. Le tendron t’emmerde. Rendez-vous compte! L’Occidental, mâle c’est-à-dire couillu, responsable et civilisé ne pouvait être que ce sauveur de Blair seul à même de comprendre l’idiot congénital et alcoolique qu’est Bush-fils, et de mener la guerre, pardon la croisade, contre les autres fous de Dieu de l’Islam radical. Sauf qu’ils n’étaient évidemment pas en Irak mais en Afghanistan, mais Twin Towers obligent, nous étions priés de larmoyer de concert le 11 septembre. Allez vous gratter. A la Feuille de Manioc on ne pleurniche pas sous interrupteur on/off…

On a un peu vite oublié ce travail de propagande médiatique. Comme on oubliera vite le sort fait à Bigard alors qu’aucun journaliste n’explique, sauf par des anathèmes d’antisémitisme, la présence de Thermite dans les décombres de Ground zero. Mais le cocu est là aussi prié de se convaincre que sous ces ruines en flammes et arrosées d’eau, de neige carbonique et de poussière, on a retrouvé un passeport dont l’inscription de l’état-civil avait échappé aux flammes. La preuve sous nos yeux ébaubis de l’identité d’un des terroristes qui pilotaient l’un des avions. Prends ça dans le fion. Voila le travail des journaleux. Au moins les anglois eux ont un système démocratique qui fonctionneà peu près normalement à la différence du nôtre. Tony le fâcheux social-démocrate, le modèle du serial fucker du FMI que les sondages et son officine Terra Nova nous prédisposent en présidentiable, celui que même un chien raisonnable ne devrait blairer mais qui est envié par toute la gauche caviardisée de gouvernement, va donc devoir s’expliquer sur le million de morts irakiens. Et il finira en résidu dans les poubelles de l’histoire. Par contre, aucun de nos journaleux embedded qui soutinrent la guerre avec ferveur ne s’en expliquera. Nous sommes en Frônce, pays de droit divin, et du doigt de l’homme…

Vous voyez où nous a mené la pendaison par les couilles du Bâton de Bergé, pour avoir osé dire que le Téléthon capte la générosité des françoises et des françois? A la propagande et l’omerta médiatique. Ô crime! Revenons-y au bâton de Bergé qui se fait lyncher. A l’époque c’était l'Eglise qui cassait les couilles. Pour ses pamphlets en faveur de la liberté de conscience, Daniel Defoe fut condamné par la chambre des Communes à trois expositions au pilori, puis à l'emprisonnement à Newgate. Pierre Bergé n’a pas encore orienté son bâton de berger vers la case prison, mais s’il continue il finira comme des cloués célèbres à commencer par Jésus Christ qui inaugura une longue liste de martyrs, Juda, Louis XVI, Dieudonné, Jean Sarkozy, Roman Polanski, et récemment, Thierry Henry…

«C'est très chouette la France d'aujourd'hui poursuit notre chroniqueur du début, quand on se sent pauvre, faible, abandonné, déclassé, France d'en bas, sans-grade, et que l'on est ni ministre, ni milliardaire, ni footballeur, ni people, ni cinéaste, ni France d'en haut, il existe pour se défouler un nouveau sport national: le lynché de la semaine Si vous souhaitez le lire intégralement, lien

C’est tout de même drôle ce pays. Dès que quelqu’un dit quelque chose qui ne cadre pas avec l’ordre établi, c’est haro sur l’objectif. L’instinct grégaire. Dites-nous: on peut encore discuter ou pas en Gaule? A la Feuille de Manioc, nous n’avons pas d’opinion sur la polémique ouverte par le bâton de Bergé et contrairement à d’autres, on sait fermer notre claque-merde lorsqu’on n'a rien à dire. Par contre on a vu le Blanco d’Evry monter au créneau avec ses anathèmes habituels. Certes sa ville où il n’y a pas assez de blancos, sous-entendu où il y a trop de bougnoules et de négros abrite les installations de l’Association Française de lutte contre les Myopathies (AFM). Mais tout de même, c’est à chaque fois comme ça. Dès que c’est popu et que ça pue, le blanco d’Evry s’y met, qu’importe qu’il sache ou non de Kelman il retourne, l’ex-patron de Gaston-Manioc avant de le fourguer au reître Besson se mêle de tout ce qui peut lui attirer la sympathie du benêt qui vote comme un benêt. Valls c’est le Sarko de gauche en plus médiocre avec un complexe de Narcisse à gondoler les miroirs. Mais il n’est décidément pas seul.

Sur les téléscripteurs de l’Agence France Frousse (ce n’est pas de nous mais de Laurent Joffrin du journal Libération), de l’AFP donc, c’est l’affolement: le pitbull de l’UMP qui commençait à se lasser du lynchage de Thierry Henry en a profité pour assurer le SAV (Service Après Vente), pas celui d’Omar et Fred d’Anal+ de porno le samedi soir, mais celui de son décimétrique maître. Lefebvre suit à la lettre la dogmatique du Château sous forme de consigne qu’il décline en bon zélateur: 1° taper sur Ségolène, 2° taper sur madame Royal, 3° taper sur la Présidente de la Région Poitou-Charentes…, un sacerdoce à soi seul: «Je demande à Ségolène Royal, a grommelé Frédéric Lefebvre sur les téléscripteur de l’AFP (22.11.2009), qui nous a habitués au «coup média permanent», de dire ce qu'elle pense des déclarations pour le moins surprenantes d'un de ses proches, M. Pierre Bergé». Ok! Ca c’est fait. Cristal de cons à droite toute! Le pitbull gigote encore. Sauf qu'il n'est pas vain de lui préciser que le père Bergé est fondé à poser la question de l'affectation de la générosité nationale dès lors que lui, richissime, y va généreusement de sa poche, là où les amis politiques de Frédéric De Pitbull détroussent les pauvres. Et nous au Manioc qui fustigeons d'habitude le Bergé, nous sommes fondés, depuis notre mauvais caractère, à lui reconnaître cette autorité morale sur les mécanismes du don en France.

Bon là on est fatigués et vous aussi. On vous fait l’économie de la tombée à bras raccourcis sur Pierre Bergé. Le bâton c’est lui qui l’a pris sur le carafon. Cela étant, si nous n’avons rien à dire sur la polémique entre la part d’audience à réserver au Sidaction, à l’AMF, aux Enfants de Don Quichotte et tout le toutim on observe cependant deux choses que la Feuille De Manioc vous livre en exclusivité.

A toujours taper sur la pasionaria du chèque contraception la critique manque le sens caché de sa proximité avec Pierre Bergé que le lynchage hebdo-médiatique a permis de révéler en filigrane. Tous deux dirigent en douce une maison close grande comme la France! Le doute n’est désormais plus permis sur la profondeur de son mouvement politique «Désirs d’avenir». Avec le bâton de Berger dont on vous rappelle qu’il s’agit d’un sauciflard de cochons comme on les aime, les deux faisaient la paire et complétaient une correspondance matricielle. Un bâton et un kit du Poitou pour baisouiller en toute sécurité, il ne restait plus qu’à trouver les subventions pour la fourniture des Durex. C’était cela le lien caché entre Ségo et Pierre. Maintenant que tout part en sucette…

La deuxième exclusivité, cette fois blague à part, c’est le problème dont il n’est pas fait état dans ce débat. Tout le monde se flatte de la générosité des français qu’on estime à environ 3 milliards d’euro. Pierre Bergé lui-même n’a pas mis en doute la probité de l’AMF mais seulement la disproportion qui vaut à ses yeux captation. Mais d’une part on souligne peu que se sont majoritairement les pauvres françoises et françois que ce pouvoir détrousse qui constituent le gros des donateurs. Les riches étant ce qu’il sont devenus, et c’est logique, parce qu’ils sont égoïstes et radins.

Mais au total que l’argent de l’AMF soit bien géré, peu importe et c’est  bien le moindre. Où va l’argent des découvertes?  Car il s'agit quasiment d'argent public. Or au bout de la chaîne il y a des brevets, des protocoles, des médicaments et des labos.  Il s'agit de recherche financée sur fonds publics. Cet aspect de la question échappe au débat, celui des retombées financières du génie génétique revendu en bout de chaîne par des labos privés. Qu'en est-il? Comment s’effectuent les transferts de propriété intellectuelle et les droits d’exploitation des brevets? Que la Feuille de Manioc sache, l’Etat n’est pas propriétaire de laboratoire pharmaceutiques. Une des questions légitimes est donc de savoir à quelles conditions les labos privés exploitent les brevets issus des découvertes financées par le téléthon. A-t-on seulement le droit de poser la question ou finira-t-on en raison de cette outrecuidance, comme Juda, Dieudonné, Galilée, Bigard, Bergé…? Salut et continuez à ouï-dire… LFDM

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu