Avertir le modérateur

21/05/2009

Bongo la fin? Des larmes à crocodile

bongo_pr.jpgDeuil en perspective au bantoustan équatorial

Au moment où François Fillon flanqué du Ministre du «Nous et les autres», l’inénarrable Eric Besson et bien sûr, et d’un ramassis du Medef toujours présents où règne la convoitise et où ça pue le pétrole, était en tournée en Afrique, on apprenait que l’homologue gabonais de Biya qui règne encore à Yaoundé était très mal en point et peut-être en train de crever. La charogne… Pourvu que l’on boive…

Le Sherpa de Sarko était au Cameroun hier, puis au Nigeria, certainement pour évaluer comment faire entrer dans l’histoire le sol et le sous-sol des sous-hommes qui eux «ne sont pas entrés dans l’histoire». Rappelons en passant que selon une étude de la Banque Mondiale, la péninsule de Bakassi dans le Golfe de Guinée que le Nigeria disputait au Cameroun regorgerait 10% des réserves mondiales de pétrole connues à ce jour. Ceci expliquant peut-être la guerre à laquelle se sont livrés les deux pays, avec l’encouragement bien compris de leurs tutelles qui convoitent leurs ressources. C’est bien connu, on pille mieux un pays en guerre, la preuve, l’ex-Zaïre, sinon un pays tenu par un dictateur abruti, mû par le ressentiment, la preuve le Gabon et le Cameroun. Fillon serait allé signer des accords de défense renouvelés.

En quoi la défense camerounaise concernerait la France? Question posée à Sarko qui aime à s’interroger en public. En raison de ce que son sous-sol nous appartient de droit. Pour le reste que les nègres soient contents ou pas, ça nous est égal, c’est une histoire de doigt dans le cul et de francs-maçons noirs avides de breloques et d’apparats pour servir ces mêmes intérêts. Eh oui! Face à nos intérêts stratégiques, nos intellectuels qui régurgitent leurs discours en phonétique sur les droits s’agissant de la Chine, de Cuba ou de l’Iran se font éloquemment silencieux sur l’Afrique. Etonnant non? C’est que nous sommes chez les frères et sœurs! Il faut y aller mollo! Alors pas de trémolos… On n’entend plus la Ramatoulaye Yadé sur le thème «l’Afrique terrain de jeu de la France» post coloniale et prémaffieuse sinon maffieuse tout court. La diva de l’humanisme de facade ne ramène pas son «paillasson» droit-de-lhommiste, elle le réserve à Kadhafi. D’ailleurs Paul Biya qui a récemment fait tirer sur des manifestants pacifiques, il est question d’une centaine de morts, sera reçu en pompe en juillet à Paris. Prenez-nous pour des cons, vous avez raison nous en sommes.

Cela dit, la France risque bientôt de perdre un de ses meilleurs commis en basses besognes, et il n’est pas dit que Biya ne suive pas dans la foulée. La stabilité de la sous région est en question et l’ami de Sarko, Bolloré qui a multiplié les prises de participation, peut se faire du souci. L’état-civil de l’ancien séminariste de Mvomeka (Paul Biya) n’inspire pas confiance tout comme sa santé par ailleurs. Il a beau avoir une hygiène de vie plus austère qu’Omar, bientôt toute la science maçonnique et rosicrucienne n’y pourra plus rien, et il ira rejoindre les fils indignes de l’Afrique vendus à l’étranger et le peuple camerounais ira pisser sur sa tombe. La clique des généraux qui tient véritablement la place de Yaoundé ont aussi l’âge des concussions maçonniques des années 60. Dans ces conditions toutes les prévisions ne valent que pour ceux qui y croient…

Lire la suite

13/04/2009

Yade: «Moi je ne suis pas née à Dakar par hasard»

ramabackchich.jpgRamatoulaye Yadé, le melon et la vertu

Ramatoulaye Yadé a pris le melon depuis qu'on lui a fait croire qu'elle est l'une des personnalités préférées des français... Elle aura tôt fait de voir à quoi tient ce genre de sonde météorite. «Il faut laisser l’Afrique et les africains en dehors du jeu politique français et ne pas instrumentaliser les africains.» On croit rêver! Elle se fout de la gueule de qui? Ou peut-être s’adresse-t-elle insidieusement à sa majorité et à son chef qui ne se souviennent des nègres et des arabes que pour concevoir leur politique d’identité nationale. A défaut que Madame Ramatoulaye Yadé, vienne nous expliquer, ici, à la Feuille de Manioc, comment se stipulerait le ministère de Besson sans les nègres et les bougnoules. Il n’existerait tout simplement pas, ce qui démontre qu’il ne se justifie que par la pemanence du noir et de l’arabe dans le clivage du débat électoral et la formation de clientèles politiciennes. Quand à l’Afrique comme terrain de jeu de la France, c’est une chose qui peut être directement discutée avec  Vincent Bolloré par exemple, n’est-ce pas Madame Yadé?

«Moi je ne suis pas née à Dakar par hasard, c'est ça la différence»: abjection à votre honneur!

Ramatoulaye Yadé veut défendre l'Afrique de toute instrumentalisation? A quoi sert donc Madame Ramatoulaye Yadé et que figure-t-elle comme sous-ministre des droits de l’homme? Déjà, rattachée au Ministère des affaires étrangères, son poste induit que la question ne se peut qu'être posée en dehors de l’hexagone, une farce! A quoi sert-elle si ce n’est être une caution mélanique et donc instrumentale d’une ouverture de l’UMP et du gouvernement sur l’africanité? N'est-ce pas elle qui évoquait sa propre instrumentalisation en disant ne pas être là uniquement pour nuancer les photos? Source. D’ailleurs, depuis qu’elle officie comme telle qu’a t-elle fait en ce sens? Son premier voyage à l’ONU c’était pour… défendre les droits des homosexuels, accompagnée de Louis-Georges Tin d’An Nou Allé et en même temps Secrétaire Général du Cran. Comme on se retrouve… Elle s’est aussi impliquée dans le processus de Durban II. Et ce n’était pas pour évoquer la question du racisme dérivant de l’esclavage et de la colonisation dont a pâtit l’Afrique, mais bien pour «se battre» avait-elle dit, contre une condamnation du sionisme, elle qui avait imaginé traduire le prénom de Barack Obama en hébreu, qui se dirait Barouck. Farouk ou Mabrouck on s’en tape, ça fait une belle jambe aux africains et aux français. A qui fera-t-elle croire, malgré sa couleur de peau, qu'elle est payée pour se préoccuper de l'Afrique et du sort des africains?

Lire la suite

05/04/2009

Du rififi chez les "noirs de France" autoproclamés

Les Cran, canal historique et canal inattendu...

Lucien Pambou, ex-Craneur (il est co-fondateur du Cran dont il a dû démissionner) allume son ex-pote Patrick Lozès, pantin des «statistiques sur la diversité». Il est toujours bon de suivre les propos issus du sérail, qu’importe que le ressentiment les conduisent, une vérité y est toujours sous-jacente. «Ancien secrétaire général et co-fondateur du Cran, je suis parti de cette organisation à la suite d’une différence stratégique avec Patrick Lozes qui, pour des raisons politiques, stratégiques et intellectuelles, ne voulait pas de débat contradictoire. Faible orateur et piètre organisateur, il ne supportait pas d’autres formes d’intelligence.» C’est quoi ta marque de chichon parce qu’il faut que tu en changes… C’est déjà trop prêter à Lozès que de parler de stratégie. En dehors de répéter compulsivement les fariboles que ses parrains lui inculquent la nuit, et qu’il récite approximativement le jour dans une syntaxe empruntée, il ne saurait énoncer, même pour le répéter, un programme. Avec lui c’est leitmotiv de baudet à toute heure «diversité, diversité, diversité» comme d’autres pétaient «l’Europe, l’Europe, l’Europe»…

Laissons Pambou poursuivre: «Mon départ du Cran correspond avec celui de beaucoup d’autres.» Ah bon? Nous aimerions savoir. Combien étiez-vous? Quand êtes-vous partis? Pourquoi d’abord êtes-vous entrés dans ce truc de noiristes frustrés? Qu’y avait-il à manger ou à vendre? Vos frères? «La condition des Noirs de France» semble répondre Pambou pour se justifier, qui y voit «la ligne de fracture» avec le noirologue du Cran. Attention on va se poêler grave: «Après avoir posé correctement le diagnostic sur les discriminations, le Cran a été incapable de mettre en place des solutions visant à responsabiliser les Noirs de France.» Quel diagnostic? Pambou, diplômé de Sciences-Po ne peut sans mauvaise foi ou méprise parler d’une position correcte du diagnostic sur les discriminations en France. C’est essentiellement parce que ce diagnostic exige une rigueur morale sans concession qu’il fait défaut et pour longtemps encore, et que les solutions ne sont que des défausses, des grimaces faites au bon sens, à l’intelligence et même au droit.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu