Avertir le modérateur

30/08/2009

Gabon: L’abjection des démocraties occidentales

Ce soir le rejeton de son père sera président

La Franc-maçonnerie est à la fête. On fera mine de protester par-ci et on fera les étonnés par-là. Les chancelleries occidentales se fendront de communiqués diplomatiquement réprobateurs sur les conditions de l’élection du chiard de son père. Elles qui suggèrent l’insurrection lorsque ça les arrange comme en Iran, s’empresseront d’appeler le peuple à la raison, au calme et à la stabilité. Condition pour faire grandir la démocratie et le développement. Ce soir nous les entendrons tous, diplomates, ministres, journalistes rendre compte d'un résultat issu de la fraude avec une fatalité coupable. Et nous observerons cela avec la même indifférence coupable qui fait de chacun de nous un criminel par procuration. Ce genre de commentaire ignoble qui puise dans l’hypocrisie la plus achevée, contribue pour notre part au crime de génocide que constitue la confiscation du pouvoir politique au Gabon comme dans tous les pays du pré-carré français.

En sourdine, les chancelleries et les intérêts obscurs sont déjà à la manœuvre, en train de proposer des Mercedes, des voyages, des chambres d’hôtels pour les futures partouzes de la clique qui, au pouvoir depuis les parodies d’indépendance à la française, saigne ce pays riche comme peu de pays d’Afrique le sont, mais où la misère le dispute au délitement de l’esprit public.

La malédiction du Gabon est d’être un Emirat qui transpire d'innombrables richesses tels le pétrole, l'uranium, le manganèse, le fer, le bois ou encore le diamant. Le calvaire de ce petit Etat d’Afrique équatoriale tient à l’élite criminelle, corrompue et sectaire qui se mantient au pouvoir grâce à nous: Rose-Croix, Franc-maçonnerie, rituels salaces, la classe politique gabonaise a été choisie par nos réseaux pour sa capacité à abjurer toute dignité, à révoquer tout esprit public et à faire de l’abaissement et de l’exposition publique de la licence, l’horizon de tout espoir politique.

Nous attendrons de voir qui parmi les démocrates dénonceront les entreprises françaises qui exploitent le Gabon en contrepartie de la corruption à travers laquelle le pouvoir est maintenu en place. Quel journaliste dénoncera, quelle association, quel  intellectuel vomira sur les alliances formées sur les bords de Seine et qui contribuent à maintenir cette dictature en place. C’est facile d’aboyer sur le Darfour, losque nos entreprises veulent être à la place des chinois pour tuer à leur place et au moyen de l’exploitation pétrolière des pauvres darfouri. Pauvre Afrique écartelée de misère par ses richesses. Pendant ce temps, les africains prient. Priez donc! Allez à l'église, à la Mosquée, Dieu s’occupe de vos affaires sur terre. Si le Dieu des juïfs, des chrétiens ou des musulmans était noir, il y a longtemps que le berceau de l'humanité le saurait. Mais priez, vos enfants iront pisser sur vos tombes de trop avoir prié pour eux au lieu de vous battre pour votre pays. LFDM

Noirs avec modération

l-egypte-ancienne-247550.jpg

Nous avons reçu deux messages

Ces messages appelaient une réponse du modérateur et nous avons tenu à y répondre à la une

Un message de Pascal Gilbert: il nous demande s’il peut reprendre notre post à propos des noirs de France et du rejeton de Bongo sur un de ses sites «bien entendu en citant toutes les sources». Prenez donc cher Pascal! Le plaisir est le nôtre. Il faut d’ailleurs vous avouer une chose qui n’entamera pas votre honnêteté intellectuelle. Peu nous importe que vous nous citiez si un tel oubli advenait, nous ne vous en tiendrions pas rigueur. Nous estimons à La Feuille de Manioc que les idées, bonnes ou mauvaises, sûres ou égarées appartiennent à l’esprit souverain de cette raison que d’aucuns croient posséder. Nous-mêmes ici avons dû bien emprunter, voire même piquer à la barbare, toutes nos idées fielleuses à des gens bien disposés et généreux qui nous ont laissés faire. C’est ainsi seulement que nous, damnés de la terre, viendrons à bout des faussaires qui cornaquent nos libertés. Prenez donc et faites circuler. Nous vous en remercions par avance.

Nous avons reçu un autre message de Fary à propos du même Post:

«Avant toute chose, je voudrais souligner que j'ai aimé l'indépendance de ton qui ressort de l'article. Seulement... je pense que la longue digression sur les "kémits" et autres "noirs frustrés refaisant le monde virtuellement" est un peu trop sévère (et c'est un mot gentil). Car ces jeunes que vous prenez pour cible sont également mus par l'envie de voir leur communauté s'en sortir comme les cingalais et les chinois mais ont surtout, je crois, envie de remettre les choses dans le bon ordre, celui de la vérité historique. Je trouve que pour quelqu'un de critique qui écrit des articles, vous excluez cette forme d'affirmation (qui doit bien évidemment être suivie d'initiatives concrètes, et il y en a, encore faut-il que vous preniez la peine de vous en soucier...).»

Cher ami, il faut vous répondre sur ce point car nous regretterions d’être mal compris. Nous pensions déjà acquis nos égards pour toutes les démarches sincères, qu’elles s’enracinent dans le cours de la Lozère ou du Niari. Ce que nous fustigeons c’est d’abord l’hypocrisie des aliénés et ensuite la défausse des vaincus. Nous respectons ce qui est sincère y compris en cas de désaccord sur le fond. Il n’était donc pas de vindicte dans notre esprit s’agissant de tout jeune africain ou descendant d’africain, et pour quoi d’ailleurs se limiter à ceux-là, pour tout jeune européen, chinois ou américain, qui décide sincèrement, de retracer cette histoire universelle, d’en épouser les espèces au point de se surnommer Ramesu ou Narmer. Pour tout vous dire, qu’un Yoruba décide de se faire appeler Narmer est moins crétin à nos yeux, que le prénom de baptême qui le désigne par Stefen. C’est dans l’acte du baptême que le Yoruba s’aliène initialement sa culture et du fonds de compétences dont dépend sa liberté. Et c’est comme Yoruba aliéné qu’il se livre en proie au sacrifice de l’universel donné sous les espèces de la religion, des valeurs et des normes socioéconomiques qui le dominent. C’est ce malade qui croit ensuite pouvoir faire l’impasse du Yoruba pour fouiller Narmer, comme pour fuir la tâche immédiatement pratique et urgente qui l’attend et lui incombe. Etre d’abord Yoruba, pleinement, fièrement, totalement et comme tel s’ouvrir ensuite au monde et à son passé! C’est une fuite!

Lire la suite

09/08/2009

Black and proud, pipolisation de ta race (Suite…)

lozes_casimir_cran.jpgTarte dans ta feuille

Suite à un billet sur Casimir, le looser du Cran, nous avons reçu une tarte pipolesque en pleines feuilles. Nous aurions pu en perdre quelques unes qui eussent fané si le coup avait porté. Raté. La tarte en question a la légèreté du pipolisme, la vacuité du pipeau. Mais fidèles à nos usages, il fallait y faire honneur autrement que dans le catimini des réactions du blog, à la une! Attention ça part très vite en sucette. Un porte-parole de www.gennybeaute.com nous écrit ceci:

«Les noirs selon vous doivent fuir la pipolisation et rester aux fonds des calles? vous êtes des illustres penseurs de la race noire mais hélas vous ne vous manifestez jamais. sortez de vos trous pour agir. nous sur gennybeaute, nous continuerons à donner laparole à nos hommes pour qu'ilnous devoile leurs secrets de style et lifestyle. des mièvreries malheureusement vous en reveriez!» NB. L’orthographe n’est pas de la Feuille de Manioc.

Rafraîchissons les mémoires des manioqueurs. Souvenez-vous, sur le site d’apprentis-pipoles, nous avions pris Lozès en flag. Notre noiriologue expert et aspirant en métissiologie, imaginait faire sa star en douce sur le site mièvre de gennybeaute.com, si si, nous maintenons! Mièvre au moins cela. La Feuille De Manioc a cependant trouvé intéressant de sortir de la confidentialité cette facette du Lozès. L’homme providentiel mérite d’être connu qui portera le destin des «Noirs de France», une race en devenir, aux nues de la «République Positiviste». N’est-ce pas pour cela qu’il est allé étaler ses manières personnelles et vestimentaires sur le ouaibe? Plus qu’un caprice ou un écart de vantardise, il faut voir dans cet acte politique de premier ordre, un acte fondateur du héraut de la France métissée qui fera date. Une manière de dire le «Noir de France», à mettre en relation avec le concept de «discrimination positive» validé par Wieviorka, conseiller scientifique tout en nuances du Cran. Pauvre France…

Lozès, le Pipole qui veut entrer dans l’histoire

Précisons que le concept politique de «République Positiviste» n’a rien à voir avec le positivisme de Hegel. Au contraire! Pour Georg Wilhelm Friedrich Hegel dont on bourre encore le mou des enfants dans les écoles et qui écrivait déjà les discours de l’Empereur Sarkozy avant Henri Guaino, et même bien avant Dakar (1770-1831), l’Afrique proprement dite, donc le pays des noirs, est «un continent où nous voyons l’homme dans un état de barbarie et de sauvagerie qui l’empêche encore de faire partie intégrante de la civilisation. L’Afrique aussi loin que remonte l’histoire reste fermée, sans lien avec le reste du monde; c’est le pays de l’or, replié sur lui-même, le pays de l’enfance qui, au-delà du jour de l’histoire consciente, est enveloppé dans la couleur noire de la nuit.» Qu’est-ce qui a changé depuis ces idées? L’allemand de nos bréviaires philosophiques a couché ces idioties à l’encre au début du 19ème siècle, c’est-à-dire hier. Alors pourquoi s’étonner que l’Empereur proclame à Dakar que l’homme africain n’est pas rentré dans l’histoire?

Au contraire, la discrimination positive du Lozès d’En France métissée lutte contre cette relégation à la sauvagerie. Voulant se faire intégrer il est donc d’abord allé se faire voir sur www.gennybeaute.com. Or le positivisme de Lozès n’a de noir que le vernis, une couche sans épaisseur, pelliculaire, clinquante, fragile. C’est pour cela qu’il pense à bon droit devoir surexposer le Noir de France par un acte positif. Cependant la tâche est difficile sous les feux de la rampe. Le noir absorbe la lumière, il ne la reflète que très peu. Et puis il y a tous ces racistes qui empêchent Lozès de tourner en rond, qui aiment bien les belles noires mais ont peur du grand noir… Pour saisir cette histoire de trous noirs qu’on aime et dont on a peur, il faut revenir un instant sur une fable connue de 2 milliards de moutons (ils disent avoir un berger mais ont son bâton ailleurs), pour savoir pourquoi les noirs sont toujours les farcis de la chose.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu