Avertir le modérateur

07/04/2009

Lellouche vs Mélenchon à flots mouchés

Dialogue de parlementaires: «Pauvre type!». «CIA toi-même!»…

Lellouche vs Mélenchon on a été à la limite du pugilat. L’altercation «républicaine» a eu lieu sur le plateau de France 5 au cours de l’émission Riposte animée par le philharmoniste Serge Moati (05.04.2009). A quand le débat politique du «viens-là que je te file un bourre-pif à ta putain de ta race»? Un peu de patience, nous n’en sommes plus très loin. Attendons les élections nationales pour voir les mêmes journalistes et pantins politiques faire la leçon aux djeun’s de la dalle d’Argenteuil. Orelsan oblige, il est de bon ton de faire dans le rap et même le très râpeux. Il faut avouer que ces derniers temps, la verve du Château, on a bien écrit «v», n’incite pas trop aux circonlocutions amphigouriques façon IIIème République. L’Empereur en personne n’étant pas ingrat d’envolées poissonnières bégayées, du genre «descend si t’es un mec».  Mais n’est-ce pas très gaulois tout ça? On se croirait chez Uderzo, Ordralfabétix s’écharpant avec Cétautomatix.

L’Otaniste de l’UMP: «On serait au XIXe siècle, je vous provoquerais en duel et je vous flinguerais! Et ce serait mérité!» Lellouche, dont les menaces semblent guidées par son nom, a donc déclaré vouloir occire Mélenchon en duel. On parie combien que ce genre de gueulard ne fait son museau sur un plateau de télévision uniquement parce qu’il se sait protégé par ses potes atlantistes? S’il est si fort tel qu’il le prétend, qu’il vienne donc brailler à minuit à la rue de la Goutte d’Or à Barbès, avec ses outils et un témoin pour seule compagnie. Sinon on aimerait le voir faire l’homme sans aide sur un ring. On verra alors si les duels surannés qu’il invoque l’inspireront toujours autant. A la Feuille de Manioc on parie sur Mélenchon. Il a la gauche hargneuse et doit donc savoir mettre une droite, il est donc forcément vicieux. Dès l’entame la Feuille de Manioc parie qu’il lui chopera les roupinettes. ¼ de tour plus tard, l’autre aura sa langue collée au cerveau… Rigolo va! Un couillu par procuration. Mais le monde en est plein!

Lire la suite

05/04/2009

Evry : «Journées de l’éthique»

valls.jpgLait d’beu ou quand la « planète pauvre se rebiffe»
Blog à lire, à vagabonder… «Lait d'beu», en solognot, veut dire «rin que des menteries», ce qui peut s'appliquer à beaucoup choses dans notre pauvre monde devenu complètement «ouf»... Voila qui, en exergue d’un blog, a tout pour plaire à votre Feuille de Manioc. Lait d'beu s’appelle-t-il,  nez-d' beu l’aurions-nous affectueusement surnommé. Chez lui, même l’ambiguïté est savoureuse : «être une personne, écrit-il c'est, tout en recherchant des appartenances, se tenir dans un certain écart par rapport aux groupes». A méditer du côté des diversitologues noiristes aidés de leurs arithméticiens ethniques. Voilà notre pote d’une errance qui tombe des nues sur Valls, le maire d'Evry, où Kelman, un noir qui n'aime pas le manioc des noirs et le fait savoir officie, lorsqu'il tombe disions-nous sur Valls fricotant avec Besson.

«Evry : «Journées de l’éthique» sur fond de Valls hésitation et… «pas de deux» vers Eric Besson ?
Telles sont les pensées peu amènes qui me sont venues en découvrant ce matin le titre d’un article de Libération L’invitation de Valls à Besson suscite débat et manifestation. Je n’en suis pas plus surprise que cela, depuis quelques temps circulent des rumeurs selon lesquelles Emmanuel Valls ne serait pas loin de rejoindre Eric Besson… L’avenir nous dira si elles sont fondées ou non.
» Source

Il a tort de s’étonner car Alain Bauer, l'ami de Sarko, explique infiniment plus de choses à propos des liens entre les deux bonhommes que les principes qui guident l’analyse de Lait d’beu. Et les manipulateurs de Libé le savent mais feignent de l’ignorer.

«La soirée promet d’être chaude. Lundi, Manuel Valls, député-maire (PS) d’Evry (Essonne), invite Eric Besson, le ministre de l’Immigration, à participer à un débat intitulé : «L’immigration, facteur d’unité nationale ?» Cette rencontre est organisée dans le cadre des «Rendez-vous de l’éthique», une manifestation qui en est à sa sixième édition. La présence du «controversé» ministre, comme Valls le qualifie sur son blog, sème l’émoi à Evry. Pas très charitable, le député-maire qualifie de «cris d’orfraie» les protestations des opposants à la venue d’Eric Besson. Et d’ajouter : «Chaque personnalité charrie avec elle son lot de censeurs…» Source

On ne manquera surtout pas de lire la caustique réaction du Vieux singe dont le blog analyse les nouvelles grimaces. Le titre du billet est prometteur: «Eric Besson, expert en éthique politique chez Manuel Valls à Évry.» Du Manioc en tubercules! On achète!

«La ville d’Évry, dont Manuel Valls est le maire, organise des “Rendez-vous de l’éthique” du 6 au 10 avril 2009. L’idée n’est pas mauvaise. Il s’agit de “penser autrement”, ce qui peut avoir deux sens:
- penser autre chose que la majorité des gens

- penser d’une autre façon (question alors de méthode).

Un des thèmes de débat est  «Cohésion sociale et diversité: l’immigration, facteur d’unité nationale?» Intéressant, et effectivement à contre-courant des idées reçues. La suite montre malheureusement une certaine confusion intellectuelle:» Source.

C’est normal le concept de «diversité» est un piège à cons où les gogos vont s’engluer, ce dont la confusion est la glu et la synthèse… Lecture recommandée.

Pour l'éclairage de nos lecteur, à savoir que Valls était la version sécuritaire de gauche de l’amicale «Infini» (on appellera ça comme ça). Ces officines ont toujours deux fers au feu de sorte de pouvoir se retrouver sous tous les pouvoirs. «Infini» regroupe des compagnons (on les appellera comme ça aussi) qui pensent les projets de société à travers le binôme sociétal «surveiller et punir». Pas étonnant qu'il plaise à Sarko. La question est de savoir si Valls qui rêve d’un destin de Ministre de l’Intérieur a fait son deuil d’une possible victoire de Ségolène Royal à la présidentielle. C’est vrai que de voir le reître Besson y arriver (presque, il n’est que Ministre du Nous et les Autres…) peut exacerber son ambition. S’avisant qu’il a fait le mauvais choix en misant sur la Madone, préparerait-il déjà l’opinion à une glissade vers la réaction à la Kouchner, Lang, Rocard et consorts? Lait d'beu est marrant mais de là à penser que Wieviorka est estimable, il ne faut tout de même pas exagérer. Pour notre part, à la Feuille de Manioc, c’est carrément le titre de cette affaire qui nous fait rire «Evry: «Journées de l’éthique». Valls, Besson et l'éthique il y a contradiction dans les termes... LFDM

Karam, le Figaro, l'Outre-mer et la propagande

karam.jpgC'est que Karam et Sarko fichent la trouille!

C'est à quel moment qu'on rigole? Selon Karam, rapporté par un commis de propagande officiant au figaro, «Elie Domota a peur des états-généraux». Il faudrait déjà que quelqu’un lui fasse peur… Où sont les bonhommes? Potier parle d’interview musclée, il est le seul à voir des muscles sous la guimauve.

Dans une adresse figaro-télévisée, Patrick Karam interpelle «indirectement» Elie Domota en lui imputant sa posture supposée politicienne. Karam, le produit de la combinaison aux marges de l’UMP, réprouvant des manoeuvres politiciennes, on croit rêver. C’est l’hôpital qui se fout de la charité. Doit-on lui rappeler qu’Elie qui signifie en hébreux «l’élu», n’est pas seulement bien prénommé, qu’il est issu du suffrage syndical cependant que lui, Patrick Karam, nommé Délégué interministériel n’a aucune légitimité en dehors de la cooptation? Domota tire sa légitimité d’un mouvement syndical puis populaire, et partant éminemment démocratique, qui a eu raison de la morgue du pouvoir dont les rémanences postcoloniales ne sont plus à démontrer. Domota a agit en toute transparence, selon le mandat impératif du peuple guadeloupéen qui l’a soutenu. Il faut être journaliste de révérence, avoir les yeux ceints de merde et du yaourt à la place du cerveau pour ne pas voir dans cette figure tout le contraire de la chienlit germanopratine du «je te tiens par la barbichette et tu me retiens par un doigt au cul».

Il reste que l’adresse figaro-télévisée de Patrick Karam devant un poster géant d’Aimé Césaire ne suffit pas à tromper quant à l’imposture iconographique. Elle ferait rire si elle n’était ridicule. C’est plutôt cette instrumentalisation de l’image du poète qui est politicienne. Ou encore, Domota signant la fin de la grève au terme d’un accord léonin, pour, quelques années de basse corruption plus tard, se loger à l’arrière plan d’un cénacle de maçons pervers, ce serait cela la «posture politicienne». L’orgueil, l’indépendance, la rudesse et la clairvoyance de Domota ne vous plaisent pas? On comprend que la réaction a du mal à s’y faire. Mais il faudra vous y habituer, Domota figure le renouveau guadeloupéen ce que la clique à Huygues Despointes et du Medef local seraient bien inspirés de comprendre, et fissa. Le logiciel social a changé à Pointe-à-Pitre, qu’il ne s’agit plus de jouer au con. Les pitres vous saluent bien.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu