Avertir le modérateur

07/05/2009

Putain 2 ans! Happy Birthday suite...

1191189905.2.jpgEt une lampée! Une autre!

On n’en a pas fini avec l’éphéméride du Château. Vous en avez voulu, vous allez en bouffer… Le blog phosphorescent, «24 heures Philo» coordonné par François Noudelmann et Eric Aeschimann a une ambition, rapporter les « regards de philosophes français et étrangers sur l'actualité». Repéré de ce côté-là un texte que nous recommandons à votre lecture, «Sarkozy et la Princesse de Clèves: (2) le salon national». C’est propre, bonnard. A lire absolument, juste après le visionnage du Happy Birthday de Stéphane Guillon.

Sarkozy et la Princesse de Clèves: (2) le salon national Extrait

«Pour quelle raison Sarkozy s’en prend-il ce jour-là à la Princesse de Clèves? Sans doute et d’abord parce qu’elle lui est venue à l’esprit: l’adolescent suit ses caprices et ses idées; son instinct lui sert de viatique. La Princesse est un marqueur comme un autre –chronologiquement, le premier d’entre eux– d’une France des humanités et de l’analyse suspensive qu’en surhomme d’action il rejette.

Les Mythologies de Roland Barthes signalaient, voilà plus d’un demi-siècle, le mécanisme à la base (et au sommet) de cette haine de la culture réfléchie: la tautologie. Barthes réfléchissait sur cette phrase petite-bourgeoise: «Racine, c’est Racine.» Sous-entendu  seuls les coupeurs de cheveux en quatre ont quelque chose de plus à en dire que ça. Le patrimoine ne se pense pas; l’intériorité, voilà l’ennemie: on a vu qu’elle déterminait une qualité révolutionnaire de la Princesse de Clèves. La bêtise est un court-circuit. Elle n’est pas le fort de l’auteur.

Cinquante ans après les Mythologies, les descendants des poujadistes d’antan continuent avec bonheur de les justifier. On les trouve partout, dans toutes les classes sociales et dans tous les âges. Ils ont inventé, pour dénoncer la même chose que Poujade, ce mot  «intello». Mais Sarkozy ne leur dit plus: «Racine, c’est Racine.» Il dit: «Quel est l’imbécile qui a mis Racine au programme d’un concours ?» S’il haïssait l’idée de ses commentaires, le petit-bourgeois des années cinquante était au moins tenu en respect par l’idée de Racine: il est toujours bon que les idiots apprennent à se tenir à carreaux face aux œuvres qui les dépassent. Désormais, comme en classe de ZEP avec un un mauvais prof, Racine lui-même est rejeté. Le ministre refait avec la Princesse le coup de la «racaille». Il se comporte comme les adolescents qu’il dénonce (et dont il n’espère rien d’autre, en toute «sincérité», que misère, business et vulgarité): ce n’est plus le degré zéro de l’écriture dont parlait Barthes, mais celui de la citoyenneté.
» Lire le texte intégral

Putain 2 ans! Happy Birthday Mister President

undoigtsarko.jpgSouriez vous êtes filmés !

Pour ses ans deux passés au Château, nous souhaitons un bon anniversaire républicain à notre bien aimé Président.  Il va falloir s'habituer à ce type de flagornerie, le "Plus grand", le "Plus éclairé", le "Père de la Nation", la France change, les réformes passent...

Hey ! Les Keumettes et les Keums, faut pas jouer les vierges effarouchées. On rappelle à tous ceux qui sont allés mettre un bulletin dans l’urne façon loucedé, que s’il n’a recueilli qu’un cinquième des suffrages au premier tour de la présidentielle, n’en déplaise aux sondeurs qui, le doigt en permanence où il ne faut pas, tentent de nous enfler cependant que le pouvoir nous enfume par en haut, l’Empereur a été conduit au Château moyennant un score quasi plébiscitaire 53%,  sur une des plus grosses participations de ces 30 dernières années. Alors pouet pouet camembert. On a voté, maintenant, soit on se bat et bien, soit on ferme sa gueule et on va bosser… Enfin si on a du boulot…

A la Feuille de Manioc on a entendu dire récemment de la part d’un institut de doigté à troufions, TNS pour ne pas le nommer, que 65% de nos concitoyens étaient mécontents de l’action de l’Empereur. Bigre! Le pouvoir répond que l’heure n’est pas au bilan, au cas où vous auriez oublié que Napoléon a été plébiscité pour faire des réformes pendant 5 ans. Analyse; vous n’avez encore rien vu, le meilleur est à venir. Avec la crise en sus… Mhhhh ! Ca va être bon! Bien fait pour l’opinion qu’on a enfilée. Parce qu’une élection présidentielle ce n’est pas un vote de la Star-ac; «si vous aimez toto, tapez «1», si vous votez pour tata, tapez «2». Non dans la vraie vie, il y a de vrais bulletins de salaires, lorsqu’on en a, sinon du vrai chômage bien réel, de vrais problèmes de pouvoir d’achat, lorsqu’on peut prétendre acheter, de vrais problèmes de santé lorsqu’on est pas déjà mort d’avoir bossé toute sa vie le pif dans l’amiante, du sang contaminé, du chikungunya, de la grippe porcine dont le virus est humain, et d’autres conneries du même genre dont les media-pravda nous rebattent les oreilles pour congédier notre intelligence. Et nous consentons à ces vacances… Alors pouet pouet camembert.


Tas de grincheux

Donc, bien fait pour l’opinion qui o-pine sur TF1, la boîte à faire du cerveau disponible, et surtout UMP-compatible pendant qu’on l’enfile. Car il faut bien qu’on nous explique d’où vient le contingent des déçus du sarkozysme. C’est quoi cet abcès dans l’opinion? Tous ces gens qui ont confondu le moment du vote pour exprimer leurs petits ressentiments contre l’autre? Leur voisin, ce fonctionnaire, privilégié avec la sécurité de l’emploi; le cheminot de la SNCF, ce profiteur qui empêche les français qui travaillent d’aller produire de la richesse pour la Nation; ces infirmières, les grincheuses de l’hôpital qui coûte trop cher, car c’est bien connu, soigner les citoyens c’est une charge en comptabilité, ce n’est surtout pas un investissement…; l’école irréformable qui alourdit les charges des entreprises, car là aussi c’est bien connu, dépenser pour l’école c’est comme pour la sécurité sociale, c’est une charge et non un investissement humain, or il suffirait que les chiffres changent de colonne; l’immigré clandestin, ce polygame-musulman avec ses trois femmes et ses 32 enfants qui touche 30.000 euro par mois d’allocations sans rien foutre, qui bénéficie de la CMU! Heureusement qu’on a eu Hortefeux, maintenant il y a le reître Besson, il fait la même chose, mais doucement… C’était ça les réformes non? Et toutes ces charges encore insupportables qui pèsent encore trop lourd sur les entreprises de Medef, sur le revenu et le patrimoine des français les plus riches, obligés de passer des journées entières à jongler avec les comptes et les flux financiers entre les îles Caïman et Monaco pour échapper aux limiers communistes du fisc, alors qu’il se verraient mieux à faire un parcours de golf ou trinquer au Fouquet’s; Ces banquiers qu’on aide pas assez, ces stock-options qu’on assassine… Hein? Tous ces pauvres français à plaindre…

Pour une fois qu’on a un Président honnête, qui fait ce qu’il a dit avant la campagne, et dit ce qu’il nous a fait après l’avoir fait, faut pas charrier non plus! Nous devrions tous être heureux! LFDM.

 

03/05/2009

Finkielkraut: "Internet est une poubelle"

finkie.jpgMephisto Finkie sur @si

Le Fatal Finkie est de plus en plus décati. Sa lugubre pensée de piètre prof de philo, il n’a jamais été philosophe, s’en ressent, ses aigreurs ont le burin aux rides et le pli flasque des vieilles peaux que l’âge naufrage. Finkielkraut a l’âge de ses idées, ses haines celui des trains qui l’ont laissé à quai. Finkie ne pige rien à Internet, alors comme son acolyte en ressentiments, le Val fourré de fadaises, Philippe futur boss de radio publique, il taxe le réseau mondial de poubelle et d’asile à images volées, une zone de non-droit… L’autre n’y voyait qu’une convergence de «tarés, de maniaques, de fanatiques, de mégalomanes, de paranoïaques, de nazis, et de délateurs».

Remarquez, tout ce qui n’est pas conforme à ce que cette clique pense penche forcément du côté nazi. Le monde est simple selon leurs anathèmes, clivé entre nazis et anti-nazis, nulle place pour autre chose. Et cet interdit de penser fonctionne comme mécanique de censure et d’autocensure… Mais on s’égare. Tout s’amoche chez le Finkie. Les idées qu’il n’avait déjà pas et maintenant les haines qu’il ne parvient plus à soutenir. C’est triste un adversaire qui succombe… Laissons parler le maître de céans, Daniel Schneiderman le patron d'@si son interviouveur, puis savourons cet  extrait d’arrêt sur image. LFDM

«Exaspérant, et irremplaçable Alain Finkielkraut! Exaspérant, ce culot qui l'autorise à disserter de tout et du reste, en revendiquant parfois une parfaite méconnaissance des sujets. Internet, par exemple: l'a-t-on assez entendu, dans cent émissions, condamner l'anarchie de la Toile. Oui, mais Finkielkraut n'a pas d'ordinateur chez lui, et il nous le confesse dès les premières minutes de l'émission. L'ardeur de ses prédications n'en sera pourtant pas entamée. Irremplaçable, aussi, Finkielkraut, par sa rage à vitupérer la modernité, tout en resituant les convulsions de cette modernité dans la longue durée philosophique, et littéraire. Ce n'est pas seulement parce qu'il a égratigné notre site, que j'ai souhaité l'inviter à débattre. C'est parce qu'il l'a fait en ouvrant de nouvelles pistes de réflexion. De son côté, pour discuter pièces en main, il a regardé notre nouvelle émission, Ligne jaune. Le résultat? Sans doute l'émission la plus chahutée que nous ayions tournée depuis longtemps. Prévoyez du temps, le débat est long (une heure trente). Mais cette élasticité, qui permet d'aller au fond des sujets, est aussi un charme d'Internet.» D. Schneiderman @si

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu