Avertir le modérateur

05/11/2009

Lévi Strauss, les fous et l'identité de l'autre

philosophes_guignols.jpg

Barré à l’époque où ça poque à donfe

Dans un dernier soupir, Levi Strauss a dû se dire: «C’est décidément irrespirable, je me barre de ce monde de barrés!» Certes le sage n’était pas un mec des téci et le verlan n’était pas tout à fait son genre. Dans cette matière que forment nos banlieues, Claude Levi Straus aurait cependant trouvé autre chose à dire et à savoir que le mépris de la pensée barbare qui n’envisage une partie de nos concitoyens que pour les sommer d’aimer jusqu’à cet objet qu’elle se montre inapte à définir. «Qu’est-ce que l’identité nationale?» A la question posée clandestinement aux enfants des nègres et des bougnoules de ce pays, mais brandie comme une urgence d’utilité publique, d’aucuns entendent qu’elle ouvre sur une autre question: «qu’est-ce que être français?» Pour cette grande pièce de théâtre en live, des félons officiels ouvrent même des sites Internet truqués à la gloire de l’Empire, avec les zimpôts des farcis.

Nul doute que le vieil homme qui s’est éteint aurait été sensible aux différences qui s’élaborent en sourdine dans nos banlieues. Mais de sagesse, notre empire à talonnettes n’en n’a point. Un pouvoir à notre image, à l’image de l’état de la pensée critique en France. C’est l’époque qui veut ça. Songez que la Gaule Erectile était connue dans le monde entier pour la bandaison de ses idées, ses crampes de neurones à la Sorbonne. Tout fout le camp. Levi Strauss est comme le dernier des Mohicans. L’intellectuel, une espèce disparue en France. Du pays d’Emile Durkheim, de Marcel Mauss, d’André Gide, d’André Malraux, de Gaston Bachelard,  de Jacques Derrida, de Jean Hippolyte, de Maurice Merleau-Ponty, de Jean-Paul Sartre, de Georges Bataille, de Louis Althusser, de Gilles Deleuze, de Michel Foucault, de Félix Guattari, de Jacques Lacan, d’André Leroy-Gourhan, il ne reste que les ruines de pipoles balladant l'échancrure de leur chemises blanches sur les plateaux de télévision. La subversion intellectuelle c'est cela: déboutonné jusqu'à quel bouton? Ecoutons un peu Cloclo ça va nous faire du bien...

Aujourd’hui la Sorbonne est passée dans les média. On ne pense plus, on panse. Les filousophes rappellent fichtrement les fameux « idiots utiles » à l’idéologie marxiste-léniniste. La pensée critique à la télévision ce sont ces guignols livrés aux puissances de l’argent, pratiquant une nouvelle forme de fascisme. Le pouvoir est partout, disait Foucault, on connaissait le fascisme casqué, botté des militaires, là un microfascisme s’est substitué aux totalitarismes d’antan. A Gilles Deleuzes auquel on demandait le bien qu’il pensait des nouveaux filousophes, l’intellectuel eut cette réponse :

« Rien. Je crois que leur pensée est nulle. Je vois deux raisons possibles à cette nullité. D'abord ils procèdent par gros concepts, aussi gros que des dents creuses, LA loi, LE pouvoir, LE maître, LE monde, LA rébellion, LA foi, etc. […] Ils ont une nouveauté réelle, ils ont introduit en France le marketing littéraire ou philosophique, au lieu de faire une école. Le marketing a ses principes particuliers : Primo, il faut qu'on parle d'un livre et qu'on en fasse parler, plus que le livre lui-même ne parle ou n'a à dire […] C'est pour cela que le travail auquel se donnent les nouveaux philosophes est moins au niveau des livres qu'ils font que des articles à obtenir, des journaux et émissions à occuper, des interviews à placer, d'un dossier à faire, d'un numéro de Playboy. Il y a là toute une activité qui, à cette échelle et à ce degré d'organisation, semblait exclue de la philosophie, ou exclure la philosophie. […] Sollers avait été le dernier en France à faire encore une école (philosophique NDLR) vieille manière, avec papisme, excommunications, tribunaux. Je suppose que, quand il a compris cette nouvelle entreprise, il s'est dit qu'ils avaient raison, qu'il fallait faire alliance, et que ce serait trop bête de manquer ça.» Revue Minuit n°24, mai 1977

Claude Lévi-Strauss s'épargne désormais les cons. Salut l’esprit…

Une dernière chose...

En passant avant de vous quitter, on a trouvé ce truc sur le crétin de Philippe Val qui ne manque pas d’intérêt:


«Aucun téléspectateur n’aura été épargné par cette révélation : Philippe Val est désormais un «philosophe». Depuis la sortie de son Traité de savoir-survivre par temps obscurs (Grasset), dans lequel le protégé de BHL réchauffe au micro-ondes ses barquettes de Spinoza à 0 % (« L’amour nous éloigne-t-il de la guerre?» «Les singes sont-ils fascistes?» «Comment être un homme des Lumières aujourd’hui?»), le golfeur analphabète Sylvain Bourmeau l’accable dans Les Inrockuptibles de questions embarrassantes (« Il y a dans votre livre des propos extrêmement intelligents», 9.1.07) et les animateurs de salons télévisés se l’arrachent. Le 22 janvier, Val trône à la «matinale» de Canal Plus, puis pontifie chez Yves Calvi sur France 2 au sujet de la mort de l’abbé Pierre en compagnie de Bernard Kouchner et Christine Boutin. « Alors vous, le directeur de Charlie Hebdo...» caquette Calvi, qui escompte une saillie anticléricale mais ne récolte qu’une dissertation sur l’urgence de ressusciter la Constitution européenne pour loger les sans-abri. C’est tout ce qui reste du vernis d’impertinence associé à la «marque» Charlie Hebdo. Source, Poursuivre.

04/11/2009

Rama, tôlé dans la majorité

Rama_Yade_Fillon.jpg

La Gaule ratatinée.

Jean de Neuilly Sa Mère, tests ADN, expulsions de réfugiés afghans, niches fiscales des sportifs… Tout pour faire caguer l’Empereur! Selon le théorème de Chirac, les merdes volent toujours en escadrille. L’Empire devrait y faire gaffe. Même le «2 de tension» Jean-Marc Ayrault s’exerce à la fronde. Egrenant la longue liste des farces sarkoziennes lors de la séance des questions au gouvernement cet après-midi, le chef du groupe socialiste à l’Assemblée a raillé le «Président du pouvoir d’achat», le népotisme de l’Empire, les «amitiés avec la famille Bongo». Cet homme du sérail peut-il jurer que personne au Parti socialiste ne mange en Françafrique? Mon œil et mon cul avec…

En tous cas, rien ne va plus en Sarkozie depuis les propos de Brice Hortefeux sur les auvergnats basanés… Depuis c’est la scoumoune, tout se barre en sucette. Et ça continue. Cette semaine on a eu droit à l’offensive des factieux. Raffarin qui n'entend se faire sermonner par personne, la personne étant Sarkoléon en personne; Guaino qui taxe les ministres d’immaturité; le Premier d’entre eux, autoproclamé «inénervable» qui lui répond aussitôt en enjoignant aux conseillers de fermer leur claque-merde; Baroin sorti de sa tannière pour s’interroger à haute voix chez Bourdin-Réac sur le point de savoir si Guaino gère le cerveau de Sarkozy; le même Baroin qui jure comme Balladur avant lui, ne pas penser à la présidentielle d’après 2012; mais Lorsque que Bourdin-Réac se fait insistant évoquant 2016, Harry Potter le corrige aussitôt: «2017!»… Preuve qu’il y pense.

Tout cela a des conséquences en termes d’opinion. Selon l’Ifop, à paraître dans l’hebdomadaire à potins Paris-Match-Pravda, il resterait 39% d’irréductibles François encore gaulés pour approuver les «réformes» de l’Empereur. Source Le Nouvel Obs. Il s’agirait aussi du plus mauvais score de Son Altesse dans ce baromètre depuis son arrivée au Château. Sarkoléon qui n'était jamais descendu en dessous de 41% dans ces enquêtes-ci se prend le manche du râteau dans la tronche avec 60% d’enfilés qui en ont marre de se faire farcir en plus d’être priés de fournir le budget vaseline. Patience, c’est pour bientôt, la Gaule finira ratatinée en petite quéquette. Qu’il vire la Ramatoulaye Yadé et ce sera le gadin.

Jetage refusé. Immunité visible oblige…

C’est ki ki commande? Passée du doigt de l’homme au corps de l’homme (sports), toute une promotion, la sous-ministre de l’affichage noiriologique a bien compris le parti qu’elle pouvait tirer de sa popularité. Elle s’époumone de mauvaise grâce pour se faire virer. A contre-pied de sa majorité façon Yoann Gourcuff, ajoutant la cacophonie au désordre gouvernemental, Ramatoulaye dit tout haut le mal absolu qu’elle pense de la décision de sa patronne de taxer les avantages fiscaux réservés à ses beaux protégés tout en muscles. Lien. Fillon tance alors la diva-diverse. Teigneux comme l’annoncent ses sourcils broussailleux, l’inénervable de Matignon était pourtant à deux doigts, s’il vous plait… de la foutre, laissez-nous finir! à la porte: «la secrétaire d'État chargée des Sports a manqué à la solidarité gouvernementale. Je le lui ai dit. Il faut en tirer les conséquences.» Source Le Point-Pravda.

Lire la suite

03/11/2009

CV anonyme, le marronnier de la discrimination

marechal_petain.jpgIdentité nationale, la valse à deux temps

Vous commencez à vous y faire, on y a régulièrement droit. La discrimination de salon en double voire en triple enfilade, via les prébendiers du racisme et de la misère sociales dans notre pays, SOS racisme, la Halde, le CRAN et tout le toutim. Voila qu’en plein débat sur «la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs», autrement dit, en plein bavardage sur l’identité de la France selon du Général De Gaulle, allez donc traduire de telles envolées peguysiennes en mesures politiques au terme de causeries dans les Préfectures, en plein débat disions-nous sur ce songe une fois et demi millénaire, revoilou que notre «diversité» nationale refait parler d’elle.

L’Empire aurait-il pressenti le désastre annoncé d’une embardée trop à droite-moustache pour estimer devoir corriger le tir? Ou est-ce simplement un rétropédalage tactique et je t’embrouille? Comme chacun sait, et quoi qu’il en dise, la France de Sarkoléon est un guichet où les communautaristes passent à la caisse. «Diversité». Vous avez le droit de tousser en prononçant ce gros mot censé rendre intelligible, c’est-à-dire consommable, «l’égalité de chances» entre citoyens de notre Ripoublique. Mais n’est-ce pas là un fiasco de l’Empire qui se rappelle à notre bon souvenir, pour qui daigne se souvenir?

Souvenez-vous donc! Procédant comme son maître, il allait tout casser. Et charité bien ordonnée, il commença par casser du sucre sur sa co-originaire du Gouvernement, Fadela Amara, sur le ton, c’est carrément du grand n’importe quoi ton plan banlieues. Suivez si vous croyez que nous exagérons:

«Le constat, les diagnostics et les intentions sont là. Mais il n’y a pas de ‘Plan banlieue’. Soyons, vigilants, il s’agit du dixième ‘plan’ pour les banlieues. Il ne suffit pas de parler d’espoir et de le faire naître, il faut ensuite savoir comment on atteint ses objectifs. 100.000 jeunes en contrat d’autonomie…Les perspectives d’emploi sont-elles réelles?» Source Mediapart.

On dirait qu’il a piqué les paroles à Arnaud Montebourg. Paraîtrait qu’en privé le Yazid est encore moins poli sur l’utilité de sa collègue. D’ailleurs, dans la même interviouve, il la sèche carrément:

«Le secrétariat d’Etat à la politique de la ville n’a plus lieu d’être. Il faut une grande politique publique d’accompagnement, gérée au niveau national, et cette question doit être traitée par tous les ministères.»

Tâclée in ze bab! Si ce n’est pas de l’amour ça c’est de la vache. Toujours est-il qu’à coups d’annonces tonitruantes, le Commissaire aux affaires des «Autres», devait tout casser. Il frappait fort et étonnait même plus d’un en déclarant

«que la France allait "tout droit à l'apartheid", vers "une guerre civile sociale […] On est en train de créer une guerre civile sociale dans ce pays, qui est en train de devenir peut-être une guerre communautaire demain». Source Tempsréel, le nouvel Obs.

Bigre! A la Feuille de Manioc on connaissait le Bantoustan afroparisien, mais de là à oser l’apartheid comme chez Pieter Botha, faudrait tout de même voir à ne pas exagérer Yazid… M’enfin si cet homme du sérail le dit, c’est qu’il sait de quoi il parle!

Or pour toute égalité des chances Yazid et son pote Bebear d’AXA, nous proposent quoi? Le CV anonyme… C’est tordant! Du foutage de gueule en large et en travers. C’est cela le doigt de l’homme. Tout ce foin sur l’apartheid pour finir sur le CV anonyme? Ces gens sont instruits et grassement rémunérés pour le dire! Dire qu’à La Feuille De Manioc nous aurions pu proposer la même chose au gouvernement pour 1000 fois moins cher. En supplément, nous aurions même pu leur prédire que leur truc serait un fiasco. Hé les gars, conseil gratis, en cas de besoin, on accepte les chèques. Comme quoi, la Gaule Erectile est ce beau pays du Doigt de l’Homme, où des gens sont payés à faire des dissertations en alignant des truismes comme on enfile les perles et les derches, histoire de ne pas jeter La Palisse aux oubliettes… Sur la souffrance des autres. Tant qu’il y aura des fifres pour faire des moulinets sur la lutte contre l’apartheid social au moyen de l’anonymisation de CV, il y aura des sous-fifres tels que les mendiants du CRAN, qui trépignent dans l’antichambre de la misère intellectuelle et morale du pays pour se voir consacrer sous-fifre par un système décadent. On a les honneurs qu’on peut…

Et ce n’est pas grâce aux journalistes que le contribuable y verra plus clair. Il faut voir avec quelle révérence Laetitia Van Eeckhout, la télégraphiste du journal Le Monde, assure le service après vente de ce gadget:

«Le CV anonyme va-t-il enfin prendre son envol? Le commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, Yazid Sabeg, accompagné du ministre du travail, Xavier Darcos, du ministre de l'immigration, Eric Besson, et du secrétaire d'Etat à l'emploi, Laurent Wauquiez, devait donner, mardi 3 novembre, le coup d'envoi de son expérimentation, voulue par le président de la République. «L'idée du CV anonyme a été lancée par Claude Bébéar, alors président du conseil de surveillance de l'assureur Axa et fondateur de l'Institut Montaigne, dans un rapport de 2004 intitulé "Des entreprises aux couleurs de la France". Pour favoriser la diversité des recrutements et lutter contre la discrimination à l'embauche, M. Bébéar suggérait le traitement anonyme des curriculum vitae. Des CV épurés du nom, de l'âge et de l'adresse des candidats, et ne faisant mention que de leur formation et de leur parcours professionnel, afin de leur permettre de franchir la barrière du premier entretien.» Source Le Monde.

Laetitia Van Eeckhout, oublie de préciser ce mélange de genres qui veut que Louis Schweitzer préside à la fois la Halde et le Conseil de surveillance du journal où elle tient une plume servile. Ca expliquerait ses inepties en la matière. Le temps est proche où La Feuille De Manioc vous éclairera de manière édifiante sur les réseaux et les influences qui rendent compte des postures claniques voire sectaires sur le terrain de la discrimination. Des intérêts en tous point étranger à ceux de la Nation et encore moins à celui des victimes. Remarquez, l’histoire a ses secrets qui jouent des tours. Songez que l’un des premiers à célébrer «l’égalité des chances» fut Pétain:

«Le régime nouveau, déclarait Pétain, sera une hiérarchie sociale. Il ne reposera plus sur l’idée fausse de l’égalité naturelle des hommes, mais sur l’idée nécessaire de l’égalité des «chances» données à tous les Français de prouver leur aptitude à «servir». Seuls le travail et le talent deviendront le fondement de la hiérarchie française.» Phillippe Pétain, Message au peuple français, 11 octobre 1940, cité par Patrick Savidan, Repenser l’égalité des chances, Grasset, 2007.

Au moment où l’Empire se remémore le lyrisme de «La terre qui ne ment pas», nous serions curieux de savoir qui de nos diversificoteurs et noiriologues renieraient Pétain dans le texte que le chef paraphrase. LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu