Avertir le modérateur

09/10/2009

Affaires Polanski - Mitterrand, Finkielkraut distille sa haine

Lors de l'émission sur France Inter le Sept-Dix du vendredi 9 octobre 2009 Nicolas Demorand est revenu sur les deux affaires Polanski-Mitterand invitant pour le commentaire l'inévitable et fatal Alain Finkielkraut.

finkie2.jpg

Alain Finkielkraut, est présenté comme philosophe. Il donne effectivement des cours à l'école Polytechnique. Finkielkraut fait montre d'une vacuité intellectuelle qui peut laisser deviner la qualité d'analyse des promus de l'Ecole polytechnique, catapultés en général aux commandes de l'Etat det de nos entreprises.

La Feuille de Manioc a fait un dactylogramme de ce verbatim à faire circuler, car c’est une perle. La synthèse ignare des impostures du PAF et de la clique qui le tient, confondues dans une manifestation de leurs ignominies. Avec Finkielkraut, nous sommes en présence d’un discours qui n’a rien d’intellectuel.  Il s’agit bien plutôt d’une vocifération qui prend le contre-pied de la raison et s’inscrit entièrement dans le rapport à la haine quasi paranoïaque de l’autre, celle qui nourrit la pente philosophique de ce besogneux de la pensée française.

Tout y passe, la haine de l’Essonne, la France qui lui fait peur, ses foules lyncheuses propres au ressentiment de la démocratie, l’enfer, l’épouvante, l’étreinte sauvage des socialistes avec le Front National, la shoah, le ghetto de Cracovie, le droit de viol dû au génie, et pour finir, on ne voit pas en quoi ce chapelet d’antipathies s’achève sur le procès de la célébration de Michael Jackson, ou plutôt si! On ne voit que trop! Parce que le monde de Finkielkraut se partage par une certaine idée des hommes, ceux qui en sont, dans l’humanité accomplie et forment l’élite dans une relation d’ordre immuable, et ceux qui n’en font pas partie, ou qui sont condamnés à rester dans les marges de l’humanité. Pour ces deux races, «à chacun son élite sans doute…»

Les fantômes ont l’air d’avoir raviné le visage décati de cet homme lorsque la haine parle en lui comme en l’espèce. C’est un spectacle en soi. A la Feuille de Manioc nous n’avons toujours pas su laquelle de ses inepties consacra cet hurluberlu en intellectuel. Il nous donne ici l’exemple d’un discours vide de contenu et décousu, d’aucun intérêt si ce n’est la haine qu’il trahit, et à travers le couplet de ses injures, la névrose de l’exception d’une souffrance imposée au monde en guise de droit et qui s’étiole à force d’en mésuser. Nous reviendrons point par point sur cette interview que nous vous laissons découvrir.

Alain Finkielkraut: Depuis le déclanchement de cette affaire infernale je vis dans l’épouvante. La France est en proie à une véritable fureur de la persécution. Et il n’y a pas que la France. C’est toute la planète Internet qui est devenue comme une immense foule lyncheuse. Alors que l’enfance est sacrée soyons clairs. Je pense comme tout le monde aujourd’hui que l’enfance est sacrée, qu’on ne touche pas aux enfants. Et précisément parce que ce crime est grave, on ne doit pas accuser à tort et à travers.

Nicolas Demorand: c’est le cas?

Alain Finkielkraut:c’est bien sûr… c’est le cas. L’inhumanité commence nous devrions quand même finir par le savoir, quand au nom de l’humanité souffrance… souffrante pardon, on cesse de faire des distinctions, on fait des amalgames. L’amalgame c’est la figure féroce par excellence. L’amalgame c’est le péché intellectuel capital. Alors distinguons au lieu de parler de «soutien maladroit» à Polanski n’est pas le violeur de l’Essonne. Polanski n’est pas pédophile, sa victime, la plaignante, qui a retiré sa plainte, qui n’a jamais voulu de procès public, qui a obtenu réparation, n’était pas une fillette, une petite fille une enfant au moment des faits…

Nicolas Demorand: 13 ans…

Alain Finkielkraut: C’était une adolescente, qui posait nue, dénudée pour Vogue Homme et  Vogue Homme n’est pas un journal pédophile. C’est quand même une chose à prendre en considération. Euh cette euh… Polanski euh a toujours, il faut… il faut aussi s’en souvenir, nié le viol, il reconnaît des relations sexuelles illicites avec une mineure. Et je ne réclame pas moi, une quelconque impunité pour un artiste. Mais il faut quand même comprendre que sa qualité d’artiste depuis le début de l’histoire n’est pas pour Polanski un privilège, c’est un handicap. C’est parce qu’il est un artiste que les juges mégalomanes américains refusent de lâcher l’affaire et c’est parce qu’il est un artiste que la foule des internautes se déchaîne contre lui. Dans une société démocratique l’art est comme un outrage à l’égalité. Alors on adore voir les artistes tomber et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui.

Nicolas Demorand: Pourquoi «l’amalgame» Alain Finkielkraut d’après vous pour reprendre votre terme et bien vous comprendre?

Alain Finkielkraut: Pourquoi l’amalgame. Moi je n’en sais rien. Je… je… je pense que cette fureur de la persécution si vous voulez c’est une tentation constante aujourd’hui aggravée aussi par l’immédiateté d’Internet et sans doute parce que le sentiment de pitié pour une victime qui demande une seule chose c’est qu’on la laisse tranquille n’est en fait que l’alibi d’un immense ressentiment démocratique. Et vous savez que certains internaute vous expliquent aujourd’hui que les mêmes artistes qui veulent mettre en prison les enfants qui téléchargent illégalement, les violent, ou sont les complices des violeurs. Voilà la réalité. Pourquoi l’amalgame? C’est l’œuvre du ressentiment. Le ressentiment c’est le mauvais visage des démocraties.

Lire la suite

08/10/2009

Freddo fait son violon, la Feuille de Manioc du piano

Je vous prie de me croire...

Etait ce soir l’invité du jité de la séduisante Lolo (Ferrari), Freddo, le neveu de son oncle, vous savez, le recyclé Ministre de la Propagande et du blablardage de l’Empereur Sarkoléon. Plateau lacrymal, l’émotion était au rendez-vous. Nous ne sommes pas des vautours et ne souhaitons pas rajouter au pathos, ne sachant pas au surplus si oui ou non l’émotion était feinte. Dans une société d’acteurs…

Le problème est qu’il n’est toujours pas répondu au fond de la question, étant entendu qu’à la Feuille De Manioc nous tenons pour acquis et inaliénable que les gens font ce qu’ils veulent de leur corps et en particulier de leur derche.

Le problème croyons-nous est qu’en guise de revendication d’altérité d’aucuns ont entendu ériger, voire imposer, l’esthétique d’une sexualité particulière. Ce faisant, ils ont fait courir à leur cause le risque qu'encourt une norme, certes autre, certes différente, mais norme tout de même. Situation piégeuse connue des féministes qui se croient obligées et en public s’il vous plait, de péter comme un souillon et de faire des rots de maçon, pour être les égales des hommes, et les noiriologues tels nos amis du Cran qui le poing de la «fierté noire» levé, remarquez la proximité sémiotique avec la «gay pride», s’endimanchent tel tout ce qu’il y a de bon «blanc de souche» comme disent nos amis les sécateurs ethniques. Impasses improbables et cul-de-sac certains.

S’agissant du Freddo de Sarko, le problème a été qu’en guise d’explication il a opposé une sorte d’argumentaire fondé sur sa bonne foi, le recours au concept de «pureté» ayant même été osé en l’espèce. Mais en quoi l’opinion est-elle concernée par sa bonne foi? On se sait de tradition catho mais on n’est pas à confesse. Encore une fois, chacun fait ce qu’il veut de son derche et aime qui il veut comme il peut…

La question est précisément le rapprochement avec la trajectoire Polanski que Freddo a récusée. Polanski qu’il entend soutenir au motif que le premier est un artiste de talent mondialement connu. Les simples d’esprits comme nous ont vu à bon droit un lien légitime. Est-ce parce que son best seller de Saint-Germain Des Prés, "Une Mauvaise vie" traite en des termes équivoques du commerce sexuel aux antipodes que le Ministre a sauté à bras raccourcis sur la justice américaine et au secours du Romanesque de la gamine de 13 ans? La question ne lui en déplaise est légitime et une réponse devrait être attendue. Enfin dans le cadre d'un débat public. Faut-il en effet comprendre que le génie, parce que génial, a droit de viol? Caricature, mais ce n’est qu’ainsi qu’on comprend mieux: imagine-t-on le Ministre de la ville s’offusquer au point de risquer le scandale diplomatique de l’arrestation d’un keum de la Courneuve pris en flag de trafic de stupéfiants à New York, au prétexte que ce serait un banlieusard, et que le Ministre des cités doit sa solidarité aux banlieusards? Ca ne tient pas. Mesurez à quel point la défausse est ridiculissime…

Allez faire du violon ailleurs et cessez de nous prendre pour des pignoufs. On préfère le piano. Ecoutez ça. Ca c’est de l’art, c’est original, c’est gratuit, c’est la Feuille de Manioc qui rince… Bonne écoute. LFDM.

07/10/2009

Marine Le Pen : « le poisson pourrit toujours par la tête »

Ca sent la marée au sommet

Yves Calvi tente une couverture et se démasque. Il aurait mieux fait de fermer son claque-merde: «Je précise que j’ai lu ce livre. Le compte rendu que vous en faites est au minimum un peu rapide» ose-t-il. Flagrant délit de connivence entre médias, journalistes et classe politique. Flagrant délit de mensonge et d’omerta et sur fond de pédophilie. Après il ne faudra pas s’étonner que les populistes de tous poils raflent la mise au moment des élections.

Yves Calvi, un des agents les plus zélés de l’institution, donc de la Sarkozie, s’est fait moucher par une Marine Le Pen remontée à fond les ballons, dans un simple exercice d’intelligence textuelle, autant dire le b-a ba du journalisme. Au début il tente au moyen d’une de ces ficelles dont l’omerta journalistique germanopratine a le secret, de tempérer le contenu sulfureux des confidences de Frédéric Mitterrand sur les amours juvéniles, pour rester polis, de ce dernier. Quelle importance au fait… Ce ne sont que des enfants thaïlandais.

Le passé du neveu de son oncle, Frédéric Mitterand, demeuré du côté de la réaction comme il le revendique lui-même, sauf pour ce qui concerne les menus plaisirs qu’il a rapportés avec une précision d’horloger dans son ouvrage La mauvaise vie, un titre en soi pour décrire ses expériences thaïlandaises, Le passé du neveu Mitterand remontà la surface, tout en exhalaisons sulfureuses. Tout d’un coup, la prise de position hâtive et très engagée du Ministre de la Culture dans l’affaire Polanski est mise en perspective et gagne en intelligibilité.

La morale par l’anathème

Ce n'est pas parce que c'est une Le Pen que c'est faux. La ficelle, ou plutôt, la corde grossière ne passe plus. Sur le plateau, la  fille de son père Marine Le Pen tient sa proie. On devine bien la gêne des titulaires de la moraline par statut. Marine a beau jeu de s’indigner à partir de cette vertu dont les sectes dirigeantes excommunient son père et l’extrême droite. Pourquoi se gênerait-elle ? Pour faire la morale aux autres il faut avoir le cul propre. Ici comme chez SOS-Rolex c’est plutôt maculé que tout net. Tous ces gens ne disent la vérité du simple fait qu’ils l’énoncent, eux et pas d’autres. Ils tiennent la vérité parce qu’eux sont l’Etat, les médias, l’élite, le pouvoir économique, ils constituent l’établissement, comme dit le père de Marine. Et de ce statut, ils violent impunément et volent allègrement.

Des tréfonds de leurs impostures les prélats de la morale enjoignent au petit peuple de se commettre. Ce petit peuple soumis qui n’en fait jamais assez selon cette élite délétère. Cette populace, on connaît la rengaine, de tous les défauts, qui n’est pas assez droite et tout à la fois pas assez souple à la réforme, à la modernité, naturellement encline à tous les vices, à la fainéantise, la fourberie, au larcins, aux excès de vitesse, à la gruge.

A longueur d’année les gens de bien veillent sur nous et nous administrent leurs leçons de cette autorité qu’ils tirent de ce qu’ils violent et ceux qu’ils baisent. Là ce sont des enfants. Ecœurant. LFDM.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu