Avertir le modérateur

10/02/2010

Identité de ta mère, hongrois qu’il est français mais on croit à tort.

Fins de race…

Qui n’est pas bâtard lève le doigt. Voici une forêt de majeurs brandis avec vanité dans un élan unanime, tels des doigts d’honneur à la souillure du sang national. Nous sommes dans les cercles dirigeants de la Gaule d’en haut… C’est qu’on ne doute de rien du côté de ceux qui nous gouvernent, au sommet de l’Empire, à la tête des entreprises, dans les Loges, au MEDEF, dans les médias… Ne pas s’étonner que de telles souches pures ânonnent «qu’un sang impuuuur abreuve nos sillons» et se cooptent entre consanguins.

Paraîtrait donc qu’une bande d’abrutis a décidé de veiller à rapiécer notre identité dépiautée. C’est pourtant simple la vie et l’on devrait l’enseigner à ces âmes pures de l’ENA, sciences-po et HEC qui se croient missionnées au milieu des Navis pour sauver ces malheureux de leur propre perte. Lorsqu’une mère, admettons qu’elle s’appelle Gertrude, accouche d’un gros petit garçon, il n’y a vraiment que quelques névrosés du cul au microcosme parisien pour penser qu’icelle songe à ce moment précis avoir mis au monde un petit françois à l’identité nationale 100% pure souche.

911577-1078343.jpg?v=1265708486

Nous croyons savoir à la Feuille de Manioc qu’en général Gertrude se préoccupe de lui donner un prénom, Hilarion, quelle idée!, et forme des vœux simples pour son petit bout de chou, qu’il grandisse dans l’amour des siens et ait une vie heureuse et digne. Las, et nous sommes les premiers anticléricaux à le déplorer, tout de suite après la péridurale, Gertrude pense fatalement baptême, chiffons, nounou. Et qui croyez-vous qu’elle choisit pour parrain (God father disent les Brittons) de son rejeton? Bibi… Une tuile pour des athées tels que nous. Mais voyez-vous, jusque-là pas de drapeau tricolore ni de cocorico qui vaille.

Ce genre de tintamarre cocardier ne peut arriver qu’un peu plus tard et encore c’est rare, lorsque le Protais de père débarque, géniteur officiel d’Hilarion, officiel car qui sait, nous disions bien tous des bâtards… Mais reprenons, alerté par sms en cours de jeu, débarque donc à la maternité de Jouy, un Protais surexcité d’être le papa d’Hilarion, nanti de son attirail de supporter du Quinze de Brive-la-gaillarde et précédé de coups de klaxons avinés.


S’il vient alors à cet olibrius ordinaire de couvrir d’un drapeau tricolore les petits petons satinés d’Hilarion, si si ça peut arriver, c’est seulement pour lui chuchoter d’une voix rocailleuse mais qu’il est le seul à croire douce: «t’es pas une drôlesse toi. Tu feras un bon demi de mêlée mon ti’ couillu!». Phallocrate certes, mais toujours pas d’identité nationale qui vaille et encore moins de Ministère de l’immigration des nègres et des bougnats. C’est seulement après, bien après que ce genre de frontière intervient et que des purs jus d’andouilles de Guéméné érigent des murs entre les êtres.

Ok on vous l’accorde, ils sont nombreux parmi les abrutis précités qui croient avoir accompli leur devoir patriotique, en tenant la «race» contre l’invasion sarrasine. Remarquez, s’ils sont nombreux la somme des abrutis reste extrêmement minoritaire. Allez à la louche, 5 pour cent de la population dirigeants du CAC 40 compris? Et alors il y a de la place pour nous autres, pour s’aimer, copuler et se reproduire entre bâtards. Et corniauds nous nous flattons d’en être vu le tissu de conneries qu’on a entendues ces derniers temps gicler de notre Gaule érectile.

Tenez par exemple: les téléscripteurs des agences Pravda-presse nous rapportent que le Petit Nicolas a affirmé croire «à l'identité française, à l'exception culturelle française». Sérieux. Les esprits brillants de la Ripoublique ne nous ont pas fait tout ce barouf pour nous péter une telle banalité! Chacun de nous ici à la Feuille de Manioc croit au caractère exceptionnel de notre mère, puis de nos frères et sœurs et tout ça. Certes il y a quelques voisins qui font chier mais dans l’ensemble, nos territoires c’est le pied… Ce n’est pas pour autant qu’on ira claironner ces vanités dans les Mairies le soir alors qu’il y a le Docteur House à la télé et qu’il faut honorer la douce!

Splendeur d'un enterrement de première classe.

Va falloir que l’élite autoproclamée, en vérité des couards et des fourbes cooptés dans le marais des sectes maçonniques, finisse par comprendre que le popu-cocu françois est certes benêt, mais qu’il est encore le meilleur expert de ses propres goûts. Il sait pertinemment que clacos et maroilles qui poquent ne se décrètent pas de même l’identité française ne se décide pas entre la poire et le fromage.

Etre françois se vit, tout simplement. Et ceci sans qu’il soit besoin que le reître Besson vienne expliquer aux enfants de ce pays ce qu’être ou ne pas être bien gaulé. Ceci sans qu’un hongrois débarqué hier sur les bords de Seine, pourquoi un hongrois d’ailleurs on aurait pu dire un grec, mais gardons le hongrois pour l’exemple, sans qu’un hongrois fraîchement débarqué disions-nous, se trouve légitime parce qu’apparemment blanc, à administrer des leçons d’indenté françoise à un nègre de Gwada. Ca ne se voit peut-être pas, mais le guadeloupéen est français par les litres de sang d’esclaves, certes impur, certes du sang de souillon, mais du sang tout de même, celui versé de père en fils et de mère en arrières petit-fils jusqu’aux émeutiers de Clichy-Sous-Bois. Alors en effet, fermez-là!

Juché sur ses talons, son Altesse Impériale a déclaré «dans l'identité nationale française, il y a une conception très précise des droits et des devoirs». C’est le genre de bavarderies bavées à l’encre de son Méphisto élyséen à propos desquelles il serait intéressant de mettre du contenu. Vous allez être servis: «C'est très important que nous en parlions, que nous y réfléchissions, que nous en tirions des conclusions, notamment sur ce que nous voulons enseigner à nos enfants». Nous sommes dirigés citoyens. Le chef sait où on va…

«Bon débarras!» D’une sentence sans appel, Mélenchon, le très colère Maître des parties rangées à gauche (le PG), la nouvelle machine à taper sur les Bobos de la rue Solferino dont il est l’illustre transfuge, d’un scrogneugneu (sacré nom de Dieu) le Mélenchon a évacué la question de l’identité nationale. Il a bien fait.

Le patron des blagounettes à la sauce hollandaise a lui ironisé: «le débat sur l'identité nationale aura donc accouché d'une commission. C'était la formule que Clemenceau utilisait pour moquer, sous le IIIème République, les gouvernements qui ne savaient plus que faire de leurs mauvais projets", écrit le député de Corrèze sur son blogLien le nouvel Obs.

Vraiment à chier cette idée commission. Sur le thème, on préfèrera suivre le gros Gérard en buvant comme du petit lait sa truculente parole Depardivine: «ils peuvent me prendre (leur identité nationale), je m’en fous. Ce débat ne m’intéresse pas. J’en ai rien à foutre d’être français ou pas. Je suis un citoyen du monde. Je ne m’intéresse pas aux questions politiques. Je n’ai jamais voté. Je ne suis que le spectateur de mon époque.» Lire Depardieu.

Le gâchis. Tout ce tam-tam cocardier pour planter des drapeaux tricolores dans les écoles et dire à nos chère petites têtes, les blondes bouclées et noires crépues, qu'il faudra voir à entonner allonz'enfants... Nous v'la bien. L’Empereur et sa cour devraient s’inspirer de Lao Tseu: «L'homme n'est pas fait pour construire des murs mais pour construire des pontsLFDM.

Commentaires

Je ne connais qu'un seul "Hilarion": c'est le grandissime voisin de Achille Talon (cerveau choc) "Hilarion Lefuneste"!...

Écrit par : alix | 10/02/2010

Nous voilà donc démanioqués par un lecteur érudit qui, passant sur nos feuilles, a pointé Lefuneste Hilarion. Le navrant voisin de l’un de nos anti-héros préférés, Achille, fils de son père Alambic Dieubonné Corydon éthylique et buveur devant Bacchus, et de sa mère Mémé Talon soucieuse de son fils comme toutes les bonnes femmes de Gaule et de Navarre. L’Achille est réputé être «généreux, mesquin, pacifiste, agressif, progressiste, bourgeois, désintéressé, jaloux, intrépide et quelque peu capon. En somme, brave et honnête comme vous et moi...». Le talon d’achille de cet illustre personnage? Une femme comme d'hab... La belle Marquise Virgule de Guillemets. Démasqués donc! LFDM...

Écrit par : Saka-Saka | 11/02/2010

"Le talon d’achille de cet illustre personnage? Une femme comme d'hab... " comme tous les hommes, il répondent aux appels de la siréne ...

Écrit par : abuzz | 29/05/2011

Dieu seul sait combien cette truculente pépite d'ironie a due réveiller de pouffades dignes des plus fines éditions talonesques. Sachez que depuis le regretté Greg, rare se font les parutions de si délicates arlequinades. Au nom de l'humour merci !

Écrit par : lucasao | 19/11/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu