Avertir le modérateur

01/02/2010

La saillie pas très Frêche de Georges

blog+-freche-gros.jpgFrançoises, François, dégaulez, il est l’heure de pleurer…

On s’insurge sur commande. Question dure: qui décide de l’agenda des émotions en Gaule érectile? Georges Frêche a tenu ses amabilités fabiusiennes le 22 décembre 2009. Alors pourquoi les belles âmes décillent-elles aujourd’hui? Pourquoi la Martine et ses pontes du Péesse de Solférino ont mis tout ce temps pour sortir le martinet et l’épine de la Rose contre le tonitruant et défraîchi languedocien? Tout ce temps pour réagir alors que le propos serait si odieux? Pas très orthodoxe tout ça. Comme Dupond, nous dirions même qu’il y a genre, une anguille sous roche. Entendez, ça cache quelque chose de pas net, une perfidie ourdie en sous-œuvre, bref, l'affaire n'est pas claire. 

Comment font les autres? Sommes-nous les seuls à avoir des expressions antisémites? Nos cousins germains ont recours à la droiture «ziemlich unorthodox» qui veut dire «pas très orthodoxe». C’est au moins du racisme russe ou grec alors… La perfide Albion y va de sa cuiller et dit la chose un peu louche, «a bit fishy». Désargentés et néanmoins pieux, les argentins veillent comme Frêche sur la norme catholique «no muy católico» presque comme nos copains espagnols «no es muy católico». Papistes va! Les lusos de Rio disent «pouco ortodoxo» (peu orthodoxe) Espagne. Chez nos amis les maffieux on dit «poco ortodossa»ce qui n’oblige pas à traduire. Par contre le plus étrange de l’affaire nous vient des States comme d’hab. Eh bien allez donc savoir pourquoi eux disent «not kosher» (pas casher). Alors les américains, anticatholiques parce qu’ils diraient «pas casher»?

De son temps, Emile Zola n’avait pas été taxé d’antisémitisme. Il y était pourtant allé à l'assommoir: «et il y avait encore, pour les filles restées sages comme Nana, un mauvais air à l'atelier, l'odeur de bastringue et de nuits peu catholiques, apportée par les ouvrières coureuses (…) ». Voici cet autre vieil usage fort à propos que nous tenons de François Marie Arouet: «faites tant de miracles qu'il vous plaira, pourvu que je vive libre et heureux. Je crains toujours ce prêtre papiste qui est ici; il cabale sûrement contre notre liberté, et il y a là anguille sous roche.» Cabale? Voltaire, poursuivait ses impertinentes «Questions sur les miracles» entre deux investissements sur les navires d’esclaves. Il fit faillite. Passons, ce n’est pas le sujet…

Beauf, et récidiviste impénitent

Cela étant dit, à La Feuille De Manioc on espère qu’il n’y aura pas d’illuminé de la mosquée, du presbytère ou de la synagogue pour se sentir visé dans sa religion et venir nous casser les roupettes car ça va gicler. Y en a marre. Si on ne peut plus rien dire et qu’il faut désormais donner le mode d’emploi des expressions françoises qui ont droit de clergé, à peine de se faire taxer d’antisémitisme, où va-t-on?

Quant à venir nous faire gober un Frêche antisémite, il faut vraiment nous prendre pour des gogos. Georges Frêche a une de ces réputations singulières qui ne s’opère qu’en référence à un seul pays au monde: Israël. Preuve? Jamais il ne sera dit de Chevènement qu’il est un ami du monde arabe ou de l’Irak. Or c’en est un. De même qu’il ne viendra à aucun moine-copiste germanopratin (NDRL « journaliste des bords de Seine ») d’accoler à Jean-Pierre Raffarin qu’il est un ami de la Chine, alors que c’en est un, que Jean-François Probst est un ami de l’Afrique etc. Des amis de… il y en a partout, presque tous les hommes politiques en sont, et de cela les façonneurs d’opinion n’éprouvent pas le besoin de le préciser. Seuls les amis d’Israël se spécifient car c’est là un gage de moralité, un sauf conduit.


Frêche est réputé être un de ces notoires amis d’Isarël. Aux malins qui veulent être plus philosémites que les propriétaires, Richard Prasquier, président du Crif décerne en ces termes un diplôme à Frêche, ce qui devrait faire taire toute entourloupe à propos de cette anguille: «Je sais que Frêche n’est pas un antisémite, mais je crains que cette phrase ne réveille des stéréotypes antisémites. Frêche, c’est Frêche!» Lien. Georgie lui-même s’est ouvert les colonnes de l’ImMonde du soir pour se fendre d’une missive publique à Fafa et se dédouaner de sa beaufitude poisseuse: «Tu connais depuis longtemps mon amitié pour Israël. L'action que j'ai conduite en faveur de la communauté juive en porte le témoignage». Gras Georgie certes, mais antisémite, si oui ce serait inconscient. C’est possible. Mais on est sur le terrain politique et non sur celui de la psychanalyse.

L’indignation sélective du PS

Georges Frêche, intellectuel s’il en est, est aussi un politicien du sérail, qui s’est construit une clientèle d’obligés en Septimanie, baronnie dont il rêva d’être roi. Ceux qui l’accusent d’antisémitisme savent le fond dérisoire d’un tel abus. C’est curieux On les a peu vus à l’occasion d’autres saillies toutes aussi truculentes et bien plus suspectes que cette expression somme toute françoise. Heureusement qu’il ne s’était pas adressé à Balladur, originaire de Smyrne, lorsqu’il avait parlé «grand Mamamouchi aux talons compensés». L’amabilité était dirigée contre Naboléon. La rue Solférino n’avait alors pas trouvé racisme à dire. On a fait un tam-tam sur ses propos orduriers vis-à-vis de félons locaux, allés paître sur les prairies UMP. A l’effet de l’habiller pour l’hiver languedocien, la presse parisienne avait honteusement tronqué son propos ci-dessous:

«Vous êtes vraiment d’une incurie incroyable. Vous ne connaissez pas l’histoire. Ah, vous êtes allés avec les gaullistes… Vous faites partie des harkis qui ont vocation à être cocus toute leur vie… Faut-il vous rappeler que 80 000 harkis se sont fait égorger comme des porcs parce que l'armée française les a laissés ? Moi qui vous ai donné votre boulot de pompier, gardez-le et fermez votre gueule! Je vous ai trouvé un toit et je suis bien remercié. Arrêtez-vous ! Arrêtez-vous! Allez avec les gaullistes ! Allez avec les gaullistes à Palavas. Vous y serez très bien ! Ils ont massacré les vôtres en Algérie et vous allez leur lécher les bottes ! Mais vous n’avez rien du tout ! Vous êtes des sous-hommes ! Rien du tout ! Il faut que quelqu’un vous le dise ! Vous êtes sans honneur. Vous n’êtes pas capables de défendre les vôtres ! Voilà, voilà… Allez, dégagez!»

Le propos déjà rance ne visait évidemment pas la communauté harki dans son ensemble et le sulfureux baron a été relaxé pour cela par une décision de Cour d’appel. Ce qui ne change rien au fait que leur côté ordurier suffisait à les condamner avec la même vigueur. La sortie sur les noirs en équipe de France est du même tonneau encore que là, Frêche avait poussé au plus loin l’ambiguïté. Si le Parti Socialiste devait s’insurger, ce fut à ce moment-là ce qui n’aurait pas pour autant fondé sa moraline de circonstance. Car le propos de Frêche était à double entrée, et aurait pu être entendu comme stigmatisant les « petits blancs » infoutus de jouer au football.

La morale a des airs de gauche

Depuis la débâcle des grands récits et la défaite du socialisme de gouvernement, morale et politique ont toujours été les ressorts alternatifs de l’offre politique de gauche. C’est avec cela que le parti de la Rose enfile le bas peuple cependant qu’il donne des gages aux forces de l’argent sous prétexte de se préparer à gouverner. Etre crédible aujourd’hui en termes de capacité à gouverner, c’est pour le candidat à la présidentielle ou pour le parti majoritaire, être susceptible d’opérer des coupes sombres dans les transferts sociaux sans brusquer la racaille.

La morale est la contrepartie, ou plutôt la fausse monnaie, de l’abandon du Parti Socialiste du terrain du progrès social et de la défense des droits face à la casse libérale et financière. La morale donne des airs de gauche. La droite, elle au moins, se réclame franchement de l’ordre et ne craint pas de sortir la trique pour pourfendre le sang impur du délinquant, forcément noir ou arabo-musulman, forcément français «d’origine…». Pour ce qui est de l’antisémitisme, des apprentis sorciers jouent à faire peur avec ce thème qu’ils utilisent comme arme de destruction civique. La traque à l’antisémitisme est devenue un outil politique galvaudé qui ne sert pas nécessairement la cause qu’elle suppose. Gare! Continuez à nous sommer quand pleurer et quand rire. Au bout de la grimace, vous serez surpris de vous rappeler cette réalité théâtrale, que rires et sanglots sont des genres de comédie. LFDM.

Commentaires

depuis qu'il n'est plus là on dirait qu'on assiste à une série de règlements de comptes à Montpellier : tant de gens on vécu sous les lambris dorés de "sa" république et tant d'autres les ont jalousés... ça swingue fort à Montpellier en ce moment ! les vivants ont toujours raison

Écrit par : référencement montpellier | 30/08/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu