Avertir le modérateur

08/12/2009

Perversions politiques

h_9_ill_786584_charette.jpg Actu: les dessous cachés de la perversitas.

Avant qu’elle ne devienne l’apanage des Pères de l’Eglise catholique romaine et universelle, preuve qu’on a besoin de le répéter à ceux que la masturbation a rendus sourds, le grec katholikos signifiant déjà «universel»,  la perversitas soit la perversion, voulait dire mettre sens dessus-dessous ou détourner de son usage initial. Soit. Par-delà l’acception morale des ecclésiastes et des psy, de quelles perversions à travers l’actu chaudasse mais aussi un peu avariée sommes-nous les témoins? Car nul doute que nous vivons une époque formidable.

Hervé De Charette claque la porte de l'UMP.

Tenez! A moins qu’il ne s’agisse d’un effet d’optique dû aux officines de sondages, une agitation semble s’être emparée des baronnies franc-maçonnes des bords de la Loire habituellement très au parfum de ce qui se trame et s’ourdit en fiel et en douce dans le fion du peuple en Gaule érectile. L’opinion qui opine annoncerait des élections régionales ric-rac, l’occasion de rebattre les cartes à droite et charogner à gauche l’œil rivé sur pactole de nozimpôts, car à écouter les nouvelles de ce matin, on dirait que la Charrette de transfusion des reîtres UMP a bel et bien commencé.

Hervé de Charrette député de la majorité pestilentielle, ex-UDF du Maine-et-Loire, a décidé de quitter le parti de la godille et prendre le risque d’une mandale au prochain scrutin en lorgnant du côté de la sandale molle du Nouveau Centre. Le NC qui rêve de se rappeler au bons vieux temps de l’UDF est le machin de notre Morin sinistre de la guerre et éleveur de chevaux de courses à temps partiel. Un Morin dont les potins mondains germanopratins nous apprennent qu’il a déclaré la guerre judiciaire s’il vous plait, à Bayrou du Béarn pour faire main basse sur le nom de l’UDF. Pourquoi vouloir récupérer la marque déposée de l’UDF? Parce que le marquage des neo cons (NC) dans la majorité UMP ne suffit plus? Morts de rire.

Charrette troque donc une sandale contre une godille deux attirails aussi inutiles à l’esprit public l’un que l’autre. Vous direz, pour marcher sur le sable de la Loire des tongs suffisent bien… Voila donc que notre ex-associé de l’UMP qui a reçu une subvention de 3 millions d’euros entre 2002 et 2007 se sentirait soudain à l’étroit dans les parties présidentielles. Hum! Il en a mis du temps l’ex-ministre des affaires étrangères pour ressentir l’exiguïté pestilentielle. Charrette tirerait une croix sur le pactole des subventions et prendrait risque de mettre la Convention démocrate qu’il dirige sur la paille? N’y aurait-il pas sous roche, une anguille un peu perverse à l’approche des régionales?

Car la version de Charrette n’est pas tout à fait la celle que donne Dominique Paillé justement, blablateur adjoint du parti de la godille, qui s’y connaît en perversion de l’engagement politique: «ce départ n'est pas une surprise et c'est la confirmation de ce qui se tramait depuis quelques semaines». Qu’ouïs-je? Qu’esgourdé-je? Il se tramerait des complots ourdis et méchamment conspirés par des fielleux et des fourbes dans le dos du bon, de l’honnête du probe Sarkoléon? Et une autre louche, une! Selon le même Paillé spécialiste de formation de santé publique, «la Convention Démocrate était un machin «médicalement assisté». Coma donc. Si l’anesthésiste le dit, c’est qu’il sait de quoi il parle…  En tout cas il balance sur le bon usage des 3 millions de nozimpôts: «Charette n'en faisait rien, et cette dotation a été considérablement réduite» en 2008. C’est donc une affaire de cassette et pas seulement de casse-couilles! En tous cas Paillé passé du PSU à l’UMP en passant par l’UDF et le Parti Radical, ex-pote pour la vie de François du Béarn, le temps d’une promesse de sermenteur n’est pas le mieux placé pour donner des leçons de fidélité à Hervé de Charrette. Camembert donc. Oui mais perversion quand même…

Lire la suite

02/12/2009

Afghanistan, Obama va-t-en-guerre! Or il est noir…

OBAMA_Barack_2005.jpgUn monde de bêtes civilisées.

A l’image de son chien Bo, Barack Hussein Obama avait dû montrer patte blanche à l’entrée des cercles et des sectes pour faire sa propre entrée à la Maison éponyme. C’est sur ces tons de zèbre qu’on finira notre libelle du jour. Mais d’abord, convenons qu’on a beau être le Président de la première puissance du monde en passe de péricliter, on n’en est pas moins une créature de puissants réseaux qui manoeuvrent en sous-œuvre et décident à l’avance du résultat d’une élection démocratique.

Pour l’observateur, l’intérêt n’est donc pas dans la fallace du scrutin où les farcis qui insèrent le bulletin dans la fente sont précisément ceux qui se font introduire dans la raie. Pour l’observateur avisé, tout est dans l’écart marginal qu’un homme d’Etat est à même de commettre par rapport au programme qui le détermine et qui l’a fait Roi, enfin… Président. Les naïfs devront donc s’y résoudre, Pinocchio comme l’Abbé Pierre auraient renforcé les troupes américaines en Afghanistan.

Rappelons avant de nous faire insulter, que nous fûmes de ceux qui célébrèrent la grand’messe mondiale de repentance vis-à-vis des excès de notre civilisation à travers l’élection d’un mulâtre à la tête de l’hyperpuissance de l’Empire. Nous avions cependant prévenu ici même, sur la gueule de bois des lendemains qui déchanteraient fatalement, suite cette séance d’exorcisme frelaté en mondovision. «Aimons-nous les uns les autres…», c’est pour les gogos du dimanche.

Nous ne sommes donc pas étonnés que la créature accomplisse le projet dont il est l’instrument, ce qui n’ôte cependant rien au caractère irréversible du changement qui a eu lieu, ne serait-ce qu’en termes de relations d’ordre au niveau le plus important de cette affaire, le symbolique. Comme quoi on peut être un avocat intelligent, coopté par les francs-maçons, en plus d’être un beau métis d’élégance gracile qu’une pondération de ton renforce, gentil, avoir un sourire à mettre la stomatologie en faillite, on peut être tout cela à la fois le succès auprès des femmes n’étant pas en reste, on n’en reste pas moins l’instrument d’un Empire pour être la Première de ses marionnettes.

Lire la suite

01/12/2009

Ca pète entre le Guillon et le reître Besson

Ce qui donne de l’ivoirien à la françoise: «Ca gaze, ma gazelle?»

Réponse de Françoise: «fait la vaisselle Dosso! Sinon c’est retour au bled». Mais c’est quoi donc le statut d’une actu en Frônce bordel! Faut-il pour faire la une des journaux Pravda, uniquement une gesticulation du caméléon Sarkoléon ou une discrimination bien conspirée de derrière les fagots, c’est-à-dire un bidonnage sans conséquence si ce n’est faire mousser le losers Lozès et le démanioquémane Kelman? Ah certes il y a le vol de portefeuille à la tire si on est auvergnat et qu’on s’appelle Ahmed, et le dépiautage de scooter si vos parents vous ont prénommé Souleymane. Mais tout cela est un tantinet risqué pour seulement passer à la télé car au bout, par temps d’élections, c’est le gnouf assuré et en comparution immédiate.

eric_besson.jpgDeux fois: c’est quoi le statut d’une actu en Frônce? Sérieux, on a du mal à suivre. Voila un truc qui passe sous silence mais qui aurait du faire phosphorer nos cerveaux d’experts d’Yves Calvi au soliloqueur Christophe Barbier. Songez que Stéphane, l’aiguillon qui sévit à coup de bourre-pifs dans le PAF est une fois de plus allé de son ironie acidulée, cette fois-ci sur les «mariages gris» et pour l’exemple, pas n’importe lequel. Le Stèfe a évoqué la situation personnelle du sinistre de la clôture entre les «Nous c’est nous» et les «Eux c’est eux», Eric Besson lequel menacerait de porter plainte contre France Inter. Il se chuchote dans les colonnes du JDD qu’il est en négo avec le pote de son pote Philippe Val pour la plainte. Du motif et de la base légale de celle-ci on ne sait encore rien. Gageons cependant que ce sera soit injure soit diffamation publique envers un particulier. La diffamation c’est l’omnibus des prétoires donné aux nantis pour emmerder les saltimbanques, les petits et les démunis.

Mais au fait! La pointe d’humour ne manque pas de piquant lorsque le Guillon évoque les amours étrangères de sa victime. Une aiguille dans l’fion et une!

«Depuis dimanche, nous dit l’aiguille, c'est la toute nouvelle idée d'Eric Besson afin de lutter contre l'immigration clandestine, s'attaquer aux mariages gris. Le mariage gris, qu'est-ce que c'est? C'est quand un vilain sans papier abuse de la naïveté d'une gentille petite Française en la séduisant, puis en l'épousant uniquement pour obtenir des papiers. Et une fois qu'il les a, il la jette comme un Kleenex. Le mariage gris, il faut faire gaffe! Ca peut arriver à n'importe qui!»

Soucieux de petites culottes

Dans une rare unanimité, la Presse-Prvada qui pète dans ces cas-là en douce sur le rouge-fétide des coussins parisiens, semble ne pas vouloir traiter de la question. Or il ne s’agit pas de vie privée mais bien d’un fait politique majeur en plein débat sur l’identité nationale. Paraîtrait selon l’acide Guillon qu’«En 2004, sur 88.123 mariages mixtes, 395 ont été annulés pour caractère frauduleux». Si ce n’est pas un sujet politique, mais que font les politiques? TV Mag est l’un des rares à avoir relayé le fait et encore, il n’y a pas d’analyse, le télégramme est de rigueur. Suivons:

«Victime d'une chronique très acide de Stéphane Guillon la semaine dernière, Eric Besson n'a pas tardé à réagir. Le ministre de l'Immigration et de l'Identité songerait à porter plainte contre l'humoriste. Selon Le Journal du Dimanche, il se serait entretenu avec Philippe Val, le directeur de France Inter à ce sujet. Affaire à suivre donc...» Lien.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu