Avertir le modérateur

28/11/2009

Burka: 156 femmes meurent chaque année en France

Journée de la femme battue

Récemment, le 12 novembre, une «‘tite counnasse» de Garges-lès-Gonesse pour paraphraser Bin Laden des Guignols, est entrée au Palais Bourbon parée d’un voile islamique. L’intolérable provocation de Myriam faite à Marianne ne pouvait rester sans réponse, même si pour les deux femmes, la différence tient à la déclinaison du même prénom. Alors tollé dans les rangs des pieds-plats de la majorité. Il faut policer, réglementer, décréter, légiférer. L’exercice politique selon l’UMP, c’est une loi par actualité…

Plus récemment encore, Jeudi 26 exactement, la Nation à l’unisson du monde célébrait la journée de la femme battue, car c’est ainsi que ce jour de deuil devrait s’appeler. C’est drôle le nombre important de mâles léchés à l’envers ou bercés trop près du mur qui sévissent dans notre Gaule érectile. Leur production? 156 foufounes définitivement mises hors du marché parce que retirées de la vie sous les coups d’Attila domestiques abrutis. Certains pensent que le chiffre est sous estimé. Du côté de la virilité, on est fier de sa quéquette avec ça! Ca roule les mécaniques et ça fait la leçon du civilisé à la terre entière.

Que fait le gouvernement pour répondre aux femmes que les Attila domestiques ne font pas semblant de bastonner? Il fait semblant de gouverner au moyen de ce qu’il sait faire de mieux: des annonces. Certes le spot du gouvernement contre les violences présenté ci-haut est plus utile que les annonces politiciennes. Le Fillon et la Morano annoncent donc des mesures et même, pincez-vous le nez tant ça poque, disent vouloir ériger la femme battue en grande cause nationale. Le Point Pravda rapporte qu’un «nouveau spot pour le numéro d'appel 3919 "Violences conjugales Info" sera diffusé à la télévision à partir de mercredi, a-t-on indiqué dans l'entourage de Nadine Morano.» Benêt a-t-il mal ouï ou bien c’est le cérumen qui lui a ciré les oreilles? Du Congrès de Versailles jusqu’à la Chapelle-en-Vercors, on avait cru avec lui que c’était la Burqa le problème des femmes en France. Et voila que la réalité de la baston nous réveille de gueule de bois en gueules de cons. Farfouillons donc dans ce trou noir pour voir…

En grattant on découvre un papier d’Ignacio Ramonet du Monde Diplomatique qui relatait que «la violence des "mâles" est la première cause d’invalidité et de mortalité avant les accidents de la route ou le cancer...» des femmes. Fichtre! Et plus ça change, plus c’est la même chose. En grattant un peu plus on apprend qu’en 1999, le droit de savoir, une émission de la boîte à cons (TF1 dixit les guignols précités) déclarait qu’au moins 2000.000 de femmes avaient été victimes de violences conjugales en France et que 400 mouraient sous les coups de leur conjoint chaque année, soit plus d'une femme par jour.

Nous voilà donc tels qu’en nous-mêmes, civilisés et entrés dans l’histoire par la barbarie. Ca c’est fait, et c’est pour le moine copiste du Château qui pompe déraisonnablement Hegel. Pour un tableau synoptique des horreurs masculines conjuguées au féminin, vous pouvez, y compris si vous êtes un de ces ours, surtout si vous en êtes un, vous rendre sur le site Sos Femmes, ou encore Population Data. Sinon, il y a d’autres lieux citoyens qui relatent la connerie masculine. Il suffit dans Google de taper [machos + connards + hommes], ça l’fait aussi…

Sociologie du bâton et de la bite en Gaule érectile.

Revenons à la célébration macabre de jeudi offerte par des Tarzans domestiques qui ont de curieuses manières d’aimer leurs conjointes réduites en épouses de tous les coups, pas ceux à jouir, ceux qu’elles reçoivent dans la tronche. «Au total, 675.000 femmes ont été victimes de violences lors des deux dernières années, soit de leur compagnon soit d'un autre membre de la famille. 156 femmes sont mortes en 2008 sous les coups de leur compagnon.» Source Le Point Pravda. Paraîtrait aussi que taper sa femme coûte à la collectivité 2 milliards d’euro. Or, en temps de crise même le plus machos des idiots pourrait s’en inquiéter:

«Le coût global pour les vingt premiers téléphones (la mesure phare du gouvernement NDLR) est d’environ 120600 euros. «Très loin de ce que coûtent aujourd’hui les violences faites aux femmes, environ 2 milliards d’euros, non pour les aides aux victimes, mais à cause des arrêts de travail et des congés maladie », détaille Ernestine Ronai, responsable de l’observatoire.» Source L'humanité Pravda.

«Prends ça grognasse, t’es qu’une conne!» Ca c’est pour la tendresse… Eh oui! «J’aime donc je bastonne» est la version cartésienne de notre identité masculine, donc de la moitié de notre identité nationale. Les hommes forment la moitié de la France. Pour la part de la Feuille de Manioc, nous observons que la sociologie de la baston en Gaule fait voler en éclat la propagande de l’idéologie dominante, et que le non-dit qui entoure l’origine ethnique et les catégories sociales de ce massacre encouragé s’il n’est admis, en dit long sur la glose à propos de l’identité nationale. On n’en démord pas car il ne faut pas prendre des vessies pour des couillons.


Nous tenons pour avéré que les Hercule domestiques de ces femmes sont très souvent des mauviettes face à leurs alter ego masculins. Qu’à part le schizo, l’individu étant entier, nous osons même parier que le crétin qui bat régulièrement sa femme dans le huis clos familial est aussi souvent le petit chef autoritaire qui sévit au boulot. A cet égard, peu importe que le fesseur soit énarque, promu de HEC, de polytechnique ou des Ponts et chaussées, qu’il loge dans le 16ème arrondissement parisien, à Versailles, ou dans une secte fétide de la franc-maçonnerie, c’est indifférent sinon pire, car c’est précisément en raison de ces statuts sociaux et ces relations sociales que les tarés du sguegue et du pouvoir masculin, se croient par ailleurs investis de la faculté de subvertir leur faiblesse profonde en violences faites à autrui.

C’est ce qu’ils nous expriment sous forme de projet politique au sein des partis, des entreprises, des syndicats, des associations…, et dont les avatars se déclinent en bastons, harcèlements ou encore en discriminations à l’encontre des femmes mais aussi des pauvres, icelles étant souvent les deux à la fois, puis des nègres et des bougnoules eux aussi pauvres de chez pauvres ce que n’ont toujours pas compris les connards du Cran, puis encore des infimes, des borgnes, des gros, des moches, des petits… bref, des damnés de cette terre ingrate envers ses fils. Il y a indiscutablement identité de cause dans les pathologies qui s’expriment sous les espèces du national-racisme, du sexisme, du jeunisme et somme toute, de l’idiotisme.

Donc L’Empereur et ses sbires qui nous font régulièrement des couplets contre le communautarisme devraient commencer se les appliquer à eux mêmes et prendre leurs distances avec la créature du Crif qu’est le Cran, dirigée par des mendiants négociants en mélanine. Lisons Le Point Pravda proche du pouvoir, on est ravi de voir que l’analyse peut surprendre jusqu’aux réactionnaires. Il se démontre que défendre les femmes permet de lutter efficacement contre toutes les formes de discriminations. Nul besoin donc d'une officine de voyous manipulés et racistes à l'image de la clique communautariste du Cran:

«Multiformes, ces discriminations s'inscrivent dans un continuum"qui passe par le travail, le couple, et qui peut aller jusqu'aux mariages forcés ou aux mutilations sexuelles, a expliqué Annie Guilberteau, directrice du Centre national d'information sur le droit des femmes et des familles (Cnidff). Selon Annie Guilberteau, elles sont "le produit d'un système patriarcal de domination masculine" qu'il s'agit de "déconstruire". Pour le réalisateur Patric Jean, dont le documentaire "La domination masculine" sort en salles mercredi, les discriminations contre les femmes sont en effet "un fait culturel" ancré dans la société, qui commencent "avec le fer à repasser qu'on offre à Noël pour apprendre aux petites filles à être des bonniches». Source Le Point Pravda.

D'après un classement de l'Union interparlementaire datant certes un peu (mars 2003) mais rien ne permet de supposer que quelque chose ait changé, voici la place des femmes dans les parlements des Etats membres de l’UE, assemblée nationale ou chambre unique. Pays: année: pourcentage:

  1. Suède 2002 45,3%
  2. Danemark 2001 38%
  3. Pays-Bas 2003 36,7%
  4. Finlande 1999 36,5%
  5. Autriche 2002 33,9%
  6. Allemagne 2002 32,2%
  7. Espagne 2000 28,3%
  8. Belgique 1999 23,3%
  9. Portugal 2002 19,1%
  10. Royaume-Uni 2001 17,9%
  11. Luxembourg 1994 16,7%
  12. Irlande 2002 13,3%
  13. France 2002 12,3%
  14. Italie 2001 11,5%
  15. Grèce 2000 8,7%

Comme d'habitude, s'agissant des droits de l'homme, dès qu'on passe des incantations à la pratique, la Gaule caracole toujours en tête. Et s'il vient à un plaisantin d'oser relever la contradiction, l'Empire décimétrique nous sert le couplet de la haine de la France en guise de déni des réalités.  Mais le déni par la classe politique de la domination masculine et bourgeoise est significatif. A propos, on a repéré cet éclairage sur un blog d'humeur vagabonde:

«Une femme battue a souvent vu sa mère se faire battre; un homme qui bat une femme a souvent vu son père battre sa mère... Ce n'est cependant pas une généralité;» Un homme violent a une image négative de lui-même: la peur, la haine des femmes: un bloquage structurel, une évolution psycho-sexuelle déviée, immaturité, manque de confiance... Un problème classique de l'histoire familiale ou de son absence. La haine de lui-même se transforme en rage; il frappe; et son cerveau subit une réaction chimique égale à celle de la femme violée; la tétanisation de la maîtrise, et c'est la métonine qui fige l'adrénaline...alors, c'est "un autre qui frappe";  mais pourtant toujours le même... Il ne "s'appartient" plus...pour tâcher de tuer cette violence,  un long traitement psychothérapique s'impose, qui viendra peut-être à bout de cet état» Source Humeur Vagabonde.

"Comment la meuf décrit bien les hommes politiques sa race ma parole!" s'exclamerait un keum de banlieue. Nous sommes d’accords avec cette humeur SDF sauf sur le traitement psychothérapique et sur la pharmacie. Selon nous, même les antidépresseurs ne peuvent cependant rien contre ces pathologies névrotiques. Ce qu’il nous faut, c’est arrêter de nous prendre pour le modèle du monde et réviser de fond en comble l’institution du pouvoir masculin de la Gaule érectile. Ce n’est donc pas demain la veille. Va encore falloir t'habituer à mourir et à prendre des coups ma belle...

A la question de savoir c’est quoi notre identité nationale, nous apportions récemment un élément de réponse en évoquant la Loi et au premier chef, la Constitution. Tout n’étant à l’évidence pas rose en Gaule érectile, l’identité nationale c’est aussi la réalité. C’est donc aussi battre sa femme. On peut à l'envi pérorer le contraire sur son fauteuil comme un cabri en criant «en France, en France, en France», «il faut prendre les choses comme elles sont car on ne fait pas de politique autrement que sur des réalités»

retrouver ce média sur www.ina.fr

Burqa: la Gaule se dresse contre le voile.

Prendre les choses comme elles sont. Comment sont-elles? Au réel, le tarif est le même: femme en France = femme battue = Gnons dans la tronche… C'est aussi cela notre marqueur identitaire. Et il faut le combattre car il n'y a pas de quoi s'en vanter. Or, l’histoire retiendra qu’à la-Chapelle-en-Vercors, fief s’il en fut de la résistance française contre l’occupant teuton, l’empire décimétrique troqua son discours à l'origine consacré à l'agriculture en friche, contre un sermon pour la défense de la culture françoise que la burqa, nous dit-on, tournerait en vrille. Soit… Mais avant de poursuivre, on entend rassurer tout le monde:

  1. A la Feuille de Manioc nous sommes pour l’interdiction générale de la burqa pour des questions de sécurité et non de religion. C’est quoi ces zombies qui se baladent sous des tentures murales et qu’on ne peut identifier? Qui nous dit que ce sont des femmes d’abord? Et si c’était des girafons qui complotent contre l’ordre public?
  2. Nous sommes des laïcards inconvertibles et donc sans tempérament contre le port de tout signe religieux visible dans les lieux publics, les services publics, l’école, les commerces, si si! Ni croix de Jésus, ni croix de lorraine, ni croix gammée, ni étoile de David, ni croissant, ni tchador, ni kippa, rien du tout. Ouste! Ceci dit dans la rue les gens font ce qu’ils veulent, s’ils désirent se déguiser ou se balader à poil c’est encore leur affaire… C’est notre opinion et on a le droit de ne pas être d’accord avec notre connerie… Ca c’est done.

Il demeure que c’est sur le fracas identitaire du reître Besson que Sarkoléon a donc inauguré la campagne de la burqa pour les élections régionales de 2010 de «la droite la plus bête du monde», l’amabilité n’étant pas de nous mais de Guy Mollet, copyright oblige. Ca nous promet des doigts dans le cul sous les chaumières. Manifestement, nos bonimenteurs identitaires se rappellent aux bons souvenirs des thèmes chers à Marine Le Pen. Mais cette fois-ci gageons que la droite dure sera dure à niquer. Tout d’abord la fille n’est pas le père et les fans de son bien aimé papounet qui se sont déjà fait enfiler une fois, ne sont pas réputés pour leur inclination à se faire entuber deux fois de suite par les mêmes enfoirés. Ils ont la mémoire de rondelle tenace. Certes la gauche part de très haut avec la presque totalité des régions tenues par elle, mais même, l’UMP de Sarkoléon va au gadin. Rendez-vous est pris ici même...

Revenant sur la saillie de l’Empire, un journaliste de la Pravda Europe1 a eu ce commentaire on ne peut plus complaisant:«Avec ce discours, Nicolas Sarkozy est rentré de plain-pied dans le débat sur «l’identité nationale». Source Europe 1 Pravda. Mais encore, où est l'esprit? Pas un mot d’analyse, rien sur la corde électoraliste. Il s’agit d’enregistrer et de reproduire la parole du chef pour lui donner de l’écho: «Voilà pourquoi nous devons parler de notre identité nationale. Ce n'est pas dangereux, c'est nécessaire", a encore plaidé le chef de l'Etat.»

Les femmes de ce pays sont cependant légitimes à se demander si la burqa les tue davantage que les hommages civilisés de leurs notables d’époux qui font la leçon au monde entier. Vu l’hécatombe il n’y pas débat. Or l’urgence selon ce pouvoir étant ce que chacun savait, la réaffirmation de la préséance de la carte d’identité sur la carte de séjour, à la question de savoir de quelle érection droite et dure la Gaule est-elle l’identité, la réponse de Sarkoléon au regard des 156 femmes assassinées par leurs criminels de maris est: pour la Gaule, tu te dévoiles. Toute femme portant la burqa doit être mise à poil!

Si nous sommes unanimes à la Feuille de Manioc pour déshabiller les femmes, et dévoiler leurs belles courbes déesses, Ô oui!, c’est pour le plaisir des yeux, prélude à nos mutuels et fatals désirs si affinités. En somme, tout ce que déteste Dieu des burqa, des tchadors, des kippas et des foulards. Parce que pour ce célibataire indifféremment haineux selon qu’il est juif, chrétien ou musulman, sauf pour l’homme à s’avilir par le désir, le cul ne sert uniquement qu’à se reproduire. Selon cette andouille, dame nature aurait mal fait les choses au vu du nombre de spermatozoïdes et d’ovules produits durant toute une vie, auquel cas il faudrait convenir de cette inconséquence, étant le créateur, qu’il est incompétent et lui donner congé. Il faut faire soigner les croyants…

Le corps de la femme appelle la trique…

Mais tout ce débat sur la burqa n’est en vérité rien d’autre qu’une polémique pour complaire à un Dieu contre celui du voisin musulman. En dépit des falsifications des uns et des autres, la burqa n’est même pas un signe religieux de l’islam mais bien un attirail culturel d’imbécile. Attirail néanmoins idiot et moyenâgeux. Car s’obséder à recouvrir ce que la nature à inventé de plus beau aux yeux d’un homme et vice versa, est décidément le signe avant-coureur d’une disposition au ridicule. A moins que ce ne soit plus malin que ça, et que le drapé recèle une stratégie radine afin de garder ce trésor pour soi… Ah haaaaa! T’as pigé le truc andouille? Alors tant pis pour ta nouille…

Il ne serait pas si cons de la bite que ça les fous de Dieu! Ils voilent pour jouir en égoïstes. Comme les hommes politiques, des grosses racailles qui demandent à voir sanctionner des petites racailles c'est tout pour ma pomme. Les religieux ne sont pas en reste: qu’est-ce le prêtre-pédophile sinon l’expression de l’adage «faites ce que je vous dis et pas ce que je fais…»? Récemment encore un prélat demandait pardon pour les enfants que les cathos miséricordieux avaient enfilés. Des excuses qui leur font une belle rondelle. D’ailleurs qu’est-ce que l’histoire de la peinture nous enseigne en Occident? Comme en Orient d’ailleurs, le clergé a couvert le féminin d’épais rideaux lourds d’hypocrisie de sorte que nul n’y devine les reliefs attrayants de Vénus, obligeant les vicieux du pinceau comme nous à peindre la vierge. Vous savez, Marie de l’immaculée conception, dont le test de grossesse fut révélé par l’archange Gabriel.

Et comment s’est terminée ce jeu de couillons après des siècles de censure du clergé et de torture intellectuelle demeurée impunie à ce jour? Les défenseurs du libre pinceau ont d’abord commencé par mouiller la toile pour la faire adhérer aux courbes vénusiennes, trahissant ainsi les formes proscrites. Diverti par la beauté, le clergé se fit prendre, puis de malices en dévoilements successifs le jeu s'ouvrit sur la nudité de petites parties pudiques du corps, puis du sein, puis du ventre avec feuille de vigne sur la foufoune, pour ce jeu du chat et de la souris s’achever sur la chatte de Courbet. Avec l'Origine du monde ci-dessous, le célèbre peinte Gustave Courbet a clôt 15 siècles d’hypocrisie et de censure! Selon nous l’artiste a signé la fin de l’art en Occident concluant d’une œuvre magistrale la dialectique du vice et du pouvoir en Occident.

dyn002_original_532_442_pjpeg_30445_9d13faa1af1004dc824eaed92f5613b0.jpg

Preuve par l’image Messieurs les machos, que l’Origine du monde est irréductible à l’idée de Nation de même qu’elle n’appelle pas le bâton, enfin celui qui tue… mais le bâton du désir. Preuve aussi de la connerie de ce débat entre la carte d’identité et la carte de séjour. Ma Gaule demande qu’on la respecte a déclaré à une assemblée conquise qui a pu revivre, grâce à ce vibrant appel patriotique, un des temps forts de notre identité nationale, le maquis du vercors. L’Empereur a insisté: «La France est un pays où il n'y a pas de place pour la burqa, où il n'y a pas de place pour l'asservissement de la femme, sous aucun prétexte, dans aucune condition et dans aucune circonstance». Nous sommes d'accords avec le petit chef sur ces termes. Mais il faut aussi convenir de la réalité, la France est ce pays où manifestement il y a de la place pour que la femme soit battue et assassinée a-t-on envie de répondre à la vanité des mots du pouvoir. LFDM.

Commentaires

Je jure de donner 50 € à celui ou celle qui me prouvera le premier avoir lu l'intégralité du tissus d'âneries ci dessus.

Écrit par : PETITvieux | 29/11/2009

Je l'ai lu jusqu'au bout... Au delà des pérégrinations intellectuelles de l'auteur, le fond y est. La fatuité de l'élite française mène ce pays à la ruine. J'attends mes 50€.

Écrit par : Charles-Henri | 30/11/2009

@CHARLES-HENRI
Félicitations! Si vous aimez la critique constructive vous connaissez sûrement le blog de Philippe Bilger (le PG qui a requis dans l'affaire Fofana)- Justice au Singulier - ça se lit comme un roman.

Rassurons-nous: La fatuité est le propre de ceux qui s'auto désignent comme étant l'élite, non ?

Pour les 50 € on peut se donner RV au resto de votre choix, à condition que je sois absolument certain que :

1. Vous soyez non violent, ce qui se déduit de vos propos.
2. Vous ayez des idées radicalement opposées aux miennes.

Bien à vous.
PS.: Je ne suis pas Philippe Bilger.

Écrit par : PETITvieux | 30/11/2009

comment se fait-il que la feuille de Manioc écrive si bien pour dire autant de conneries, qui cachent des idées de génie, mais si mais si, j'insiste, de génie?

Écrit par : Margueu | 30/12/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu